"S'en donner à coeur joie".

Cette expression qui semble remonter au XVIIe siècle, signifie que l'on accomplit quelque chose "Avec la joie du cœur", autrement dit, qu'on le fait avec plaisir.

S'en donner à coeur joie c'est donc profiter pleinement du plaisir que procure une activité, l'accomplissement d'une tâche, etc.

Source : wikipedia.org et www.linternaute.fr

"Comme de l'an 40".

  • "Se branler de quelque chose comme de l'an 40", "Se foutre de quelque chose comme de l'an 40" (registre argotique),
  • "Se ficher de quelque chose comme de l'an 40" ou "Se moquer de quelque chose comme de l'an 40" (registre familier),

... c'est s'en moquer éperdument, n'être absolument pas intéressé par cette chose.

"Pousser des cris d'orfraies".

Cette expression du XVe siècle signifie :

  • au sens propre, hurler, pousser des cris stridents, dans une situation de surprise et d'effroi.

En réalité l'expression originale faisait vraisemblablement référence non pas à l'Orfraie, mais à la "Chouette effraie", dont les hurlements nocturnes angoissaient nos ancêtres.

Orfraie

  • et, au sens figuré, crier au scandale, protester avec véhémence, violemment et de façon disproportionnée.

Source : wikipedia.org

"Ne pas être un perdreau de l'année".

Un perdreau

Cette expression signifie que l'on a déjà un certain âge, que l'on n'est plus tout jeune.

Il s'agit cependant d'un pléonasme, puisque un perdreau est une jeune perdrix... de l'année !

Dire "Ne pas être un perdreau" devrait donc amplement suffire.

Mais je sais pertinemment que je risque encore de passer pour un redresseur de torts ou un vieux ronchon !

"Se tirer une balle dans le pied".

Cette expression très fréquemment employée signifie "Faire quelque chose allant à l’encontre de son propre intérêt, se faire du tort, s'empêcher de réussir".

Elle a une origine militaire directe, puisqu'elle fait référence aux soldats qui, désirant quitter le front se blessaient parfois volontairement pour être évacués. Se tirer une balle dans le pied provoquait une incapacité à se déplacer et par conséquent suffisait à se faire rapatrier pour blessure de guerre. Étant par ailleurs la partie du corps la plus éloignée du cœur, le risque de séquelles majeures était considéré comme moindre.

Source : wiktionary.org

"Un cirrhipède", "Un cirripède", "Un cirrhopode" ou "Un cirropode".

Ces quatre mots désignent tous un type de crustacé marin ayant six paires de pattes recourbées en panache, tel que le "Pouce-pied".

Comestible, il vit fixé aux rochers, à des objets flottants divers, à des organismes vivants (tortues, mammifères marins) ou enfoncés dans des coquilles de mollusques.

Source : wikipedia.org

10 parties du corps humain que nous associons au mot "Coup".

La langue française comporte un certain nombre de locutions nominales, relevant de différents registres de langue, qui associent différentes parties de notre corps au mot "Coup" :

  • Ainsi, "donner/filer/mettre un coup de boule" signifie, dans le registre argotique, "Donner/filer/mettre un coup de tête."
  • Les locutions nominales "Un coup de chatte", "Un coup de cul" ou "Un coup de moule" désignent dans le registre argotique - voire dans le registre vulgaire - "Un coup de chance".
  • Et que donner/filer/mettre "Un coup de pied au cul" (registre familier), "Un coup de pied au derrière" ou "Un coup de pied aux fesses" (langage courant) à quelqu'un, c'est, au sens figuré, lui adresser une remontrance, une réprimande.

On dit par exemple : "Mon entraîneur m'a filé un coup de pied au cul lorsqu'il a su que j'étais allé en boîte à deux jours de la rencontre".

  • "Donner un coup de pouce", c'est, dans le registre familier, une aide ponctuelle accordée à un proche, dans le cadre d'une situation qui lui est défavorable ou dans le but d'atteindre un objectif.

On dit par exemple : "Mon oncle m'a donné un coup de pouce lorsque j'ai crée mon entreprise".

  • Enfin, "Un coup de tête" c'est, au sens figuré et dans le registre familier, une prise de décision sans vraiment réfléchir aux conséquences de ses actes ; un acte imprévu et hardi, effectué sans trop de réflexion et de manière quelque peu étourdie

On dit par exemple : "Il s'est marié sur un coup de tête, quatre semaines après avoir rencontré sa femme".

"Enfiler le bleu de chauffe", "Mettre le bleu de chauffe" ou "Remettre le bleu de chauffe".

Ces trois locutions verbales signifient, dans le registre familier, se mettre ou se remettre sérieusement au travail.

On dit par exemple : "L'équipe de France va devoir enfiler le bleu de chauffe au cours de la seconde mi-temps si elle veut l'emporter".

La locution nominale "Bleu de chauffe" désigne :

  • la veste bleue que portaient les cheminots à l'époque des locomotives à vapeur, lorsqu'ils devaient constamment alimenter en charbon le foyer, qui chauffait la chaudière, laquelle produisait la vapeur nécessaire au moteur à vapeur, qui transformait le travail de la vapeur sous pression en force motrice sur les essieux,
  • ainsi qu'une couleur superficielle que prennent les métaux ferreux aux alentours de 400 degrés Celsius.

Lors de l'assemblage à chaud, soudure ou brasure, on voit en effet apparaître un spectre de couleurs de chauffe autour du point de chauffe principal, allant du bleu au jaune.

 

"Un travail de longue haleine".

Cette locution nominale désigne un travail devant s'effectuer sur la durée et nécessitant un effort soutenu.

La formule "De longue haleine"peut également s'appliquer aux mots "Mission", "Oeuvre" ou "Tâche".

Exemples :

  • "Mettre en ligne sur jaimelesmots.com le contenu de plus cinq décennies de collecte de mots, locutions et expressions constitue pour l'auteur de ces lignes une mission de longue haleine ".
  • "La rédaction des 7 tomes et des 4 215 pages, 9,6 millions de caractères et 1,5 million de mots de "À la recherche du temps perdu" a été, pour Marcel Proust, une oeuvre de longue haleine."
  • "L'amélioration des méthodes de travail et de sécurité au sein d'une entreprise est une tâche de longue haleine".