"Le roi des harengs", "Le poisson-ruban" ou "Le poisson séisme"

Un régalec, le plus long poisson osseux du monde

Il s'agit des différents surnoms du "Régalec", une espèce de poisson pélagique existant dans toutes les mers du monde, à la seule exception des pôles.

On ne sait que peu de choses sur son comportement, l'essentiel des observations ayant été faites sur des spécimens échoués ou agonisants. Mais récemment, des rencontres de hasard avec des robots sous-marins téléguidés ont permis d'en découvrir davantage sur cet animal longtemps resté mystérieux.

Et il a été observé et filmé à plusieurs reprises depuis 2005, près d'une bouée océanographique installée en Méditerranée, au large de Cannes(06), par David Luquet et son équipe de l'Observatoire océanographique de Villefranche-sur-Mer (06) !

Le "Régalec" est le plus long poisson osseux du monde, pouvant atteindre 11 m pour un poids de 272 kg ; un spécimen atteignant 17 m ayant apparemment été observé.

Un régalec, le plus long poisson osseux du monde

De par ces caractéristiques pour le moins exceptionnelles, les marins ont longtemps pris le "Régalec" pour une sorte de serpent de mer. Et il n'a été filmé ou photographié dans son milieu naturel que de très rares fois, principalement depuis 2005 et à des profondeurs situées entre 500 et 900 m.

"Le roi des harengs"

Ce surnom lui a été donné car les pêcheurs l'observaient à proximité des bancs de harengs dont il se nourrit, et les rayons antérieurs de sa nageoire dorsale rappellent la forme d'une couronne

"Le poisson séisme"

Les habitants de Taïwan l'ont surnommé "Poisson séisme" après avoir constaté que les rares individus découverts par des pêcheurs l'avaient été peu avant ou peu après des tremblements de terre dont l'épicentre se situait en mer.

L'interprétation populaire est que les poissons remontent vers la surface dérangés par les secousses, mais la relation possible entre ces deux évènements n'a pas encore fait l'objet de recherche scientifique.

Le 19 juin 2020, cependant, encore une fois, plusieurs spécimens de cet animal ont été capturés sur les côtes du Mexique - un pays où on l'avait déjà repéré vivant en 2007, 2010 et 2014 - quelques jours avant l'important tremblement de terre ayant eu lieu le 24 juin.

Source : wikipedia.org

"Le bardot" ou "Le bardeau".

Un bardot, équidé hybride issu du croisement d'un étalon et d'une ânesse

Il s'agit d'un animal hybride de la famille des équidés puisqu'issu du croisement d'un étalon et d'une ânesse.

Ainsi que le montrent les deux photographies illustrant cet article, le bardot peut - selon les individus - ressembler davantage à un âne... ou à un cheval.

Un bardot, équidé hybride issu du croisement d'un étalon et d'une ânesse

Par ailleurs, il ressemble naturellement beaucoup à la "Mule" et au "Mulet", issus du croisement d'un âne et d'une jument.

"Le quokka".

Femelle quokka et son petit

Le quokka est un petit marsupial que l'on ne trouve qu'en Australie-Occidentale.

Localisation de l'Australie-Occidentale

Caractéristiques

Le quokka pèse de 2,5 à 5 kg et mesure de 40 à 54 cm de long, avec une queue relativement courte pour un marsupial, d’une longueur d'environ 25 à 30 cm.

Quokka

Sa fourrure, au poil grossier, est d'un brun gris sur le dos virant au chamois sous le ventre.

C'est un animal trapu, avec des oreilles rondes et une tête courte et large.

Sa durée de vie est de 5 à 10 ans.

Il est l'un des rares marsupiaux à posséder, comme les primates, une vision trichromatique.

Comportement

Ses pattes arrière étant moins puissantes que celles des autres marsupiaux, le quokka se déplace soit en sautant sur ses pattes arrière, soit en marchant sur ses quatre membres.

Il peut grimper dans les petits arbres et les arbustes jusqu'à 1,5 mètres.

Il vit en groupe d'une centaine d'individus et est essentiellement nocturne. Ces animaux sociables et curieux n'hésitent pas à approcher les humains.

Alimentation

Le quokka est un animal herbivore : il se nourrit de plantes, de fruits, de légumes, de racines, d'insectes, de feuilles, mais également de graminées et de racines qu'il peut déterrer avec ses griffes.

Alors qu'il est un animal plutôt terrestre, le quokka peut également grimper aux arbres pour atteindre sa nourriture.

Le quokka a besoin d'une grande quantité d'eau, mais son habitat pouvant en manquer, il comble l'essentiel de ses besoins par son alimentation en végétaux.

De ce fait, il est interdit de nourrir les quokkas car la nourriture humaine peut provoquer leur déshydratation et leur malnutrition.

Mode de vie

Le quokka est un animal nocturne qui sort à la tombée de la nuit de son abri dans les broussailles, où il a passé la journée à dormir. Il se regroupe en bandes de plus de cent individus pour se nourrir. Et il retourne dans son abri au lever du jour.

Les renards, les dingos et les chats sont ses principaux prédateurs. Les plantes épineuses d'Acanthocarpus sont leur abri de jour préféré pour dormir. Les quokkas y sont en effet très difficilement accessibles pour les humains et les autres animaux.

Interaction humaine

Les quokkas ont très peu peur des humains, en particulier sur l'île Rottnest.

Cependant, bien que les quokkas aient la réputation d'être les animaux les plus heureux sur Terre, chaque année, on compte quelques dizaines de cas, de quokkas mordant des personnes, souvent des enfants.

Il existe certaines restrictions concernant l'alimentation. Il est interdit de manipuler les animaux de quelque manière que ce soit, et l'alimentation, en particulier la nourriture humaine, est interdite, car ils peuvent facilement tomber malades.

Les quokkas peuvent être observés dans plusieurs parcs animaliers en Australie. Mais l'interaction physique n'est généralement pas autorisée sans autorisation.

Reproduction

Les accouplements ont lieu en hiver et la gestation dure 28 jours. Les quokkas peuvent se reproduire dès l'âge de 18 mois et peuvent donner naissance à des petits deux fois dans l'année.

À sa naissance, le petit rampe jusqu’à la poche marsupiale où il s’accroche à une tétine. Il commence à quitter la poche marsupiale à l’âge de 6 mois mais il s’y réfugie encore jusqu’à 10 mois.

Femelle quokka et son petit dans sa poche marsupiale

Le lait maternel reste son apport nutritif jusqu'à ses 8 mois. Ensuite, il suit sa mère dans l'apprentissage des bons et mauvais aliments qu'il peut trouver dans son environnement.

Les femelles peuvent mettre bas jusqu'à deux fois par an et donner naissance jusqu'à 17 quokkas au cours de leur vie.

Lorsqu'un quokka femelle avec un bébé dans sa poche est poursuivi par un prédateur, elle laisse tomber son bébé sur le sol qui va produire de bruits permettant d'attirer l'attention du prédateur pendant que la mère s'échappe...

Aire de répartition

Le quokka vit uniquement dans l’État d’Australie-Occidentale, principalement sur deux îles où les Européens n'ont pas introduit de prédateurs : l’île de Rottnest près de Perth et l'île de Bald, près d'Albany.

On le trouve aussi dans les environs de Perth, sur le continent, où il vit principalement en groupe dans les zones herbeuses et les fourrés marécageux.

Environ 10 000 quokkas vivent sur l'île de Rottnest et 4 000 sur le continent australien.

Au moment de la colonisation, le quokka était très présent sur l'île, distribué sur une superficie d'environ 41 200 km2 du Sud-Ouest de l'Australie-Occidentale, y compris les deux îles au large, Bald et Rottnest.

En 1992, la répartition du quokka sur le continent avait été réduite de plus de 50 %, ne dépassant pas les 17 800 km2.

En 2015, un feu de brousse près de Northcliffe a presque éradiqué l'une des populations locales du continent, avec la mort d'environ 90 % des 500 quokkas.

Menaces et conservation

De nombreuses espèces invasives ayant rejoint le territoire australien, la population du quokka est en baisse. En 2008, il est ainsi classé parmi les espèces animales dites "vulnérables" dans la liste rouge de l'UICN en raison de la forte diminution de sa population suite à l'introduction de prédateurs non-naturels comme le renard ou le chat sauvage.

Il s'agit donc d'une espèce protégée qu'il est interdit de posséder en tant qu'animal de compagnie.

L'exploitation de mines à ciel ouvert , le développement agricole, le défrichement, le brûlage des marécages restants et l'expansion des logements ont réduit l'habitat des quokkas, contribuant au déclin de l'espèce.

Bien qu'ils s'accouplent constamment, généralement un jour après la naissance des jeunes, la petite taille de la portée, ainsi que l'espace restreint et les prédateurs menaçants, contribuent à la rareté de l'espèce sur le continent.

Source : wikipedia.org

"Une grolle".

Ce mot peut désigner, selon le contexte :

  • dans le langage courant : un récipient en bois,
  • et dans le registre populaire :
    • une chaussure,

Chaussure de ville pour homme

On dit par exemple : "Mon darron a toujours de vieilles grolles car il a horreur d'aller en acheter des nouvelles".

Et je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Des chaussures" en français.

    • et jusqu'à la fin du XIXe siècle au moins, dans l'ensemble de la France : une corneille ou un corbeau,

Ou, de nos jours, dans l'Ouest de la France et notamment en Charente.

Un corbeau

Source : wiktionary.org

"La grenouille-léopard".

Grenouille-léopard

La "grenouille-léopard" est un amphibien.

Elle mange des araignées, des limaces, des escargots ou des vers de terre ; les adultes mangeant parfois de petits vertébrés, notamment de petites grenouilles.

Cette espèce se rencontre dans le Sud du Canada ainsi qu'aux États-Unis d'Amérique. Et elle est l'amphibien officiel de l'État du Vermont (États-Unis).

"La grenouille-taureau"

Grenouille-taureau

Cet amphibien est la plus grosse espèce de grenouille d'Amérique du Nord.

On l'appelle également "Ouaouaron" (ou "Wawaron") ou "Grenouille mugissante".

Description

Le corps du museau au cloaque mesure de 11,1 à 17,8 cm pour les mâles et de 12 à 18,3 cm pour les femelles.

Adulte elle pèse 600 g et exceptionnellement jusqu'à 1 kg.

Énorme grenouille-taureau

Les pattes postérieures en extension atteignent jusqu'à 25 cm.

Le dos varie du vert olive au brun foncé avec souvent des taches plus sombres et l'abdomen est crème moucheté de gris. Le mâle a la gorge de couleur jaune et la femelle de couleur crème

Leur chant est grave et lent, en séries de 5 à 6 meuglements sourds.

Et elle peut vivre de 8 à 9 ans dans la nature et jusqu'à 16 ans en captivité.

Lire la suite

"Le culpeu" ou "Le chien antarctique".

Cet animal sauvage, aujourd'hui disparu, était une sorte de grand renard brun foncé, à la queue droite, longue et couverte de poils courts, comme celle d'un chien ordinaire.

Et on le trouvait autrefois au Chili et sur l'île de Falkland, l'une des îles Malouines.

Le "Culpeu" ne doit pas être confondu avec le "Culpeo", également appelé "Loup de Magellan", "Renard de Magellan" ou "Renard des Andes".

"Le céraste".

Ceraste ou "Vipère à cornes"

Il s'agit du vrai nom, venu directement du latin "Cerastes", de la vipère à cornes.

Ce serpent venimeux et nocturne extrêmement dangereux, dont il existe différentes espèces, appartient à la famille des Vipéridés.

Ceraste ou "Vipère à cornes"

Vivant en Afrique et en Asie, il se caractérise par deux espèces de cornes, dues au développement des écailles sus-orbitaires et qui lui valent son surnom.