"Dans le mille", "En plein dans le mille", "Mettre dans le mille", "Mettre en plein dans le mille", "Taper dans le mille" ou "Taper en plein dans le mille".

"Mettre dans le mille"

Ces différentes locutions adverbiales et locutions verbales en forme d'idiotismes numériques relèvent du registre familier.

Elles font référence aux sports de tir sur cible, où la partie centrale de la cible - la plus difficile à atteindre - rapporte le plus de points.

Et elles signifient, selon le contexte :

  • "Dans le mille" ou "En plein dans le mille" (locutions adverbiales) :
    • exactement ; là où il fallait,

On dit par exemple : "Le tireur a mis en plein dans le mille : la tête du preneur d'otages a littéralement explosé sous le choc".

    • ou : justement, exactement, précisément.

On dit par exemple : "Bravo pour ton pronostic : tu as tapé dans le mille !"

  • et "Mettre dans le mille", "Mettre en plein dans le mille", "Taper dans le mille" ou "Taper en plein dans le mille" (locutions verbales) :
    • viser juste, atteindre son but.

On dit par exemple : "Taper en plein dans le mille à cette distance semble impossible".

    • ou : deviner juste ou tomber juste ; avoir une intuition exacte au sujet de quelque chose.

On dit par exemple : "Vous avez tapé dans le mille avec vos cadeaux : c'est exactement ce que les enfants souhaitaient !".

Sources : wiktionary.org et www.linternaute.fr

"Un recherchiste" ou "Une recherchiste".

Cet étrange  substantif désigne : une personne effectuant des recherches et veillant à la sélection et à la préparation des données et des documents nécessaires à l'élaboration du contenu d'une émission de radio ou de télévision, d'un film, d'une pièce de théâtre, d'un livre, d'un produit multimédia, etc.

Ce terme nous vient du québecois et constitue un affreux anglicisme, directement calqué sur le mot anglais "Researcher".

Les québecois parlent également de "Technicien(ne) en documentation" et les français de "Documentaliste", deux termes bien mieux adaptés à mes yeux.

Sources : www.cairn.info, www.monemploi.com et wikipedia.org

"Un coprolithe".

Ce substantif masculin polysémique nous vient du grec ancien "kopros" ("excrément") et "lithos" ("pierre").

Et il désigne, selon le contexte :

  • en géologie et en paléontologie : un excrément humain ou animal minéralisé, fossilisé,
Un coprolithe de dinosaure
Un coprolithe de dinosaure
  • ou, en biologie : une accumulation de matières fécales déshydratées, stagnantes et durcies dans le rectum, également appelée "Fécalome" ou "Fécalithe" (substantifs masculins).

Un "coprolithe", "fécalome" ou "fécalithe"

Sources : wikipedia.org et wiktionary.org

"Briser le coeur" et "Fendre le coeur".

Ces deux locutions verbales en forme d'idiotisme corporel relèvent du langage courant.

Et elles signifient toutes deux, au sens figuré : infliger une grande souffrance morale et psychologique ; rendre très triste.

On dit par exemple : "Ce type m'a brisé le coeur".

Ou : "Cela me fend le coeur de devoir te refuser mon aide".

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à la maladie qui peut véritablement vous "Briser le coeur" : "Le tako-tsubo", "La cardiopathie de stress" ou "Le syndrome du coeur brisé".

Sources : www.linternaute.fr et wiktionary.org

"Comme la peste", "Craindre comme la peste", "Éviter comme la peste" et "Fuir comme la peste".

  • La locution adverbiale "Comme la peste" relève du registre familier.

Et elle signifie : comme quelque chose à éviter à tout prix.

  • quant aux locutions verbales "Craindre comme la peste", "Éviter comme la peste" et "Fuir comme la peste", elles signifient : éviter le plus possible.

On dit par exemple : "Je fuis les chaînes d'information comme la peste".

Ou : "J'évite comme la peste la grande distribution".

Ces quatre formules font naturellement référence à la peste, une anthropozoonoze, transmise principalement par piqûre de puce, dont le réservoir d'origine est constitué de nombreuses espèces de rongeurs, au premier rang desquels le rat.

Source : wiktionary.org

"Un métier de bouche" ou "Les métiers de bouche" et "Un commerce de bouche" ou "Les commerces de bouche".

Un commerce de bouche : une boucherie-charcuterie

Ces différentes locutions nominales masculines en forme d'idiotismes corporels ne manquent pas de surprendre nos jeunes enfants ou nos amis étrangers.

Ainsi naturellement que les personnes à l'esprit mal placé !

Tous désignent : une activité professionnelle, plus ou moins réglementée, liée à la préparation de produits et mets relevant de l'alimentation humaine ; cela dans un cadre artisanal ou industriel.

Un commerce de bouche : une boulangerie-pâtisserie

Comme par exemple : boucher, charcutier-traiteur, volailler, poissonnier, écailler, crémier-fromager, boulanger-pâtissier, chocolatier, confiseur, glacier, sommelier, caviste, cuisinier, pizzaïolo, commerce des primeurs, fruits et légumes, etc.

Un commerce de bouche : un magasin de fruits et légumes

Nécessitant souvent une compétence spécifique née de formation et de pratique, les métiers de bouche sont soumis à de nombreuses contraintes (hygiène, connaissance de codes professionnels, horaires, éventuelle pénibilité). Certains demandent une grande habileté manuelle, d'autres, de façon annexe, mais obligatoire, des aptitudes comptables et commerciales. Et dans tous les cas une aptitude au contact avec la clientèle.

Source : wikipedia.org

"De la pisse d'âne".

Un âne en train d'uriner

Cette locution nominale féminine en forme d'idiotisme animalier relève du registre vulgaire.

Et elle désigne, au sens figuré : une boisson fade ou infecte, et en particulier une bière de mauvaise qualité ou servie chaude.

On dit également, dans le registre argotique : "Une binouse" (ou "Une binouze") et "Une bibine".

Et, sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Une bière".

Source : wiktionary.org

 

"Dormir à l'auberge du cul tourné".

J'aime beaucoup cette locution verbale du registre populaire en forme d'idiotisme corporel.

Et qui signifie, au sens figuré : dormir dos à dos, lorsque sa ou son partenaire est mécontent, de mauvaise humeur, et ne souhaite pas avoir de rapport sexuel.

Tourner ainsi le dos constitue un comportement d'évitement du sexe et signifie à son interlocuteur que ses velléités de rapport sexuel sont vaines en raison de la forte animosité qui continue de vous animer.

Sources : www.laparlure.com, www.languefrancaise.net et wiktionary.org

"Le postier breton".

Un postier breton

Cette curieuse locution nominale masculine désigne l'un des deux types (avec le trait breton) d'une race de chevaux de trait originaire de Bretagne.

Il s'agit à l'origine d'un cheval de poste utilisé aussi bien pour l'attelage que pour les travaux des champs.

Issu de robustes petits chevaux locaux, son élevage s'organise dès la fin du XVIIe siècle sous l'influence de très nombreux croisements.

Très massif et musclé, il présente souvent une robe alezane, et malgré sa taille modeste, déploie un trot efficace et une grande puissance au travail.

Apprécié des militaires comme des paysans pour sa capacité de traction et sa polyvalence, ce cheval connaît un grand succès à l'arrivée du XXe siècle. Il quitte par trains et bateaux entiers sa Bretagne natale depuis Landivisiau (29) et sert d'améliorateur pour d'autres races de chevaux de trait.

Source : wikipedia.org

"Un coryphée".

Ce superbe substantif masculin nous vient du grec ancien "koruphé" ("sommet de la tête").

Et il désigne :

  • au sens propre :
    • dans la tragédie et la comédie grecque antiques : un chef de choeur.

Le coryphée se situe le plus souvent au milieu de la scène, et est chargé de guider le choeur auquel il répond, dont il répète les propos ou qu'il questionne. Il prend parfois la parole au nom du choeur et se trouve être le seul à dialoguer avec le personnage en scène.

Comme tout acteur dans la Grèce antique, le coryphée est un homme (éventuellement déguisé en femme), un citoyen (éventuellement déguisé en barbare), qui porte masque et costume

    • dans le théâtre et l'opéra : un chanteur faisant partie du choeur, et s'en détachant pour s'adresser au public ou aux personnages en un solo plus ou moins développé, avant de rentrer dans le rang,
    • dans le ballet classique : un danseur auquel on confie parfois un court rôle de soliste,
    • dans la danse : un danseur ayant atteint le 4e échelon de la hiérarchie, après avoir été quadrille,
  • et, par extension, dans le registre soutenu : celui qui tient le premier rang ; un chef.

On dit par exemple : "La foule est souvent dans l'attente d'un coryphée, dont elle pourra admirer la admirer la fougue et la vaillance".

Sources : Le Robert et wikipedia.org

"À la maison".

Cette locution adjectivale en forme d'idiotisme architectural relève du langage courant.

Et elle est fréquemment utilisée - même si l'on n'habite pas une  "maison", mais un appartement - pour dire : chez soi.

Et donc, selon le contexte : chez elle(s), chez eux, chez lui, chez moi, chez nous, chez toi, chez vous.

On dit par exemple :

  • "Ma tante" a la chance d'avoir une cuisinière à la maison",
  • "Mes cousines deviennent folles quand leur grand-mère vient les garder à la maison pendant les vacances",
  • "Je vais appelez mes voisins pour savoir s'ils sont à la maison et peuvent jeter un oeil sur mon balcon pour s'assurer que l'orage n'a pas causé trop de dégâts",
  • "Si mon copain est à la maison, je passerai lui rendre sa console de jeu",
  • "À la maison je suis toujours pieds nus",

Une jeune femme marchand pieds nus chez elle

  • "Nous invitons souvent des amis à la maison",
  • "Tu es à la maison : je peux venir te voir ?",

Un adolescent, allongé sur un canapé en cuir, écoutant son téléphone portable

  • ou : "Passez-nous un coup de fil quand vous serez à la maison".

"Pouce, je passe !".

Ce slogan fut lancé conjointement, en mars 1970, par la Prévention routière et la station de radio française Europe 1.

Il avait pour but de sensibiliser les conducteurs à la présence d'enfants pouvant traverser la voie ; ces derniers - dont je faisais partie, puisque je suis né en 1961 - devant lever le pouce pour signaler leur intention de traverser.

"Pouce je passe !"

Aujourd'hui vraisemblablement inconnue ou oubliée de la plupart des français, cette campagne fut relativement éphémère mais massive (pour l'époque), avec la distribution d'autocollants et la sortie d'un 45 tours de Harry et Bruno, largement diffusée sur les ondes d'Europe 1.

Pochette du disque 45t de 1970 "Pouce... je passe", de Harry (Trowbridge) et Bruno (Polius)Verso de la pochette du disque 45t de 1970 "Pouce... je passe", de Harry (Trowbridge) et Bruno (Polius)

Source : www.bide-et-musique.com et www.encyclopedisque.fr