"Commettre".

Le verbe "Commettre" signifie :

  • au sens propre : accomplir une action blâmable.

On commet par exemple un méfait, un crime ou un vol.

  • dans le domaine juridique : désigner, nommer quelqu'un à une fonction déterminée.

On commet par exemple un rapporteur. Et l'on commet d'office un avocat.

  • et, par dérision : être l'auteur d'un ouvrage ou d'un texte irrespectueux, critiquable, ou considéré comme plus ou moins valable.

    On dit par exemple : "Vous avez ensuite commis ce petit livre, devenu culte".

    Et c'est dans cette acception, que je l'utilise le plus souvent dans J'aime les mots.

    Source : www.larousse.fr

 

"Un couteau suisse".

Cette locution nominale désigne :

  • au sens propre, un couteau de poche multifonction constitué d'un couteau à lame pliable dont le manche abrite, outre une ou plusieurs lames, de nombreux outils : ouvre-boîte, tournevis plat, poinçon, tire-bouchon, etc.

La lame du couteau et les outils étant pliables dans le manche, le couteau suisse conserve un format de poche tout en assurant de multiples fonctions.

Il est né d'une demande de l'armée suisse, qui commanda, en janvier 1891, quinze mille couteaux pliants pour ses soldats, devant servir entre autres à manger et à démonter leur fusil.

Temporairement fournis, en octobre 1891, par le fabricant allemand de couteaux Wester & Co. de Solingen ( Rhénanie-du-Nord-Westphalie), il sont depuis lors fabriqués par la compagnie Karl Elsener à Ibach (canton de Schwyz), devenue par la suite "Victorinox".

Mais aussi, par extension, :

  • tout outil multifonction correspondant à de multiples usages,

On dit par exemple : "Ce véhicule est un véritable couteau suisse sur roue".

  • voire tout ce qui possède de multiples qualités ou compétences.

On dit par exemple : "Le JRI est un véritable couteau suisse".

Ayant souvent été utilisée à toutes les sauces, cette expression me semble aujourd'hui quelque peu galvaudée.

Source : wikipedia.org

"Tu m'en diras des nouvelles" ou "Vous m'en direz des nouvelles !"

Cette expression du registre familier signifie, au sens figuré, à propos de quelque chose de remarquable :

  • tu m’en donneras ton/vous m'en donnerez votre impression, que je pressens - selon les circonstances - favorable, positive ou dévavorable, négative,
  • et en particulier : nous en reparlerons tellement je suis convaincu que cela va te/vous plaire,

On dit par exemple : "Je te recommnde ce petit resto italien : tu m'en diras des nouvelles".

  • ou : par ironie : nous en reparlerons, car je pressens des désagréments à venir.

On dit par exemple : "Jacques veut à tout prix intégrer cette société qui a déjà gait faillite deux fois en trois ans. Tu m'en diras des nouvelles".

Sources : wiktionary.org et www.languefrancaise.net

"Une ablette".

Ce substantif féminin désigne :

Une ablette

  • au sens propre, dans le langage courant : un petit poisson osseux - souvent argenté - vivant dans les eaux douces d'Europe.

Également appelée "Sofie" ou "Alburne" dans le Sud de la France, l'ablette est comestible et fréquemment mangée en friture, pour les plus petites.

Un jeune homme de faible constitution, "taillé comme une ablette"

Source : wikipedia.org

 

"Jeter l'argent par les fenêtres".

Cette expression très ancienne, puisqu'elle remonterait aux environs du XVIe siècle, appartient au registre familier.

Et elle signifie, au sens figuré : être terriblement dépensier, dépenser sans compter, excessivement, déraisonnablement.

On dit par exemple : "Mon voisin gagne correctement sa vie mais il a tendance à jeter l'argent par les fenêtres".

 

"Une antienne".

Ce mot désigne :

  • au sens propre, un refrain liturgique repris par le chœur entre chaque verset d'un psaume,
  • et au sens figuré, une chose que l'on répète, que l'on ressasse, telle qu'une rengaine ou un refrain.

On dit ainsi souvent d'une réaction attendue des membres de l'opposition politique ou des syndicats à une mesure gouvernementale : "L'antienne est connue".

"Teigneux".

Ce mot, qui peut être à la fois un adjectif et un substantif, désigne :

  • au sens propre : celui qui est atteint de la teigne (langage courant),
  • et au sens figuré : celui qui est agressif, hargneux, méchant "comme une teigne" (registre familier).

"Un sacripant".

À l'instar de "Une rodomontade", ce mot nous vient directement de la littérature italienne, puisqu'il fait référence à Sacripante, roi de Circassie, un personnage de Boïardo Matteo Maria, dans "Roland amoureux" (1483), un long poème inachevé, complété par Nicolo degli Agostini et Lodovico Domenichi, puis refondu par Francesco Berni (1541). Et de L’Arioste, dans "Roland furieux" (1516), sa suite.

  • D'abord utilisé pour désigner un fanfaron, un bravache, un faux brave,
  • ce terme relève aujourd'hui du registre familier et désigne un chenapan, un vaurien, une personne capable de mauvais coups.

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire en français "Un jeune voyou" ou "Un petit voyou".

Source : wikipedia.org

"Être HS" ou "Être hors service".

Ces deux locutions verbales signifient :

  • au sens propre : Non opérationnel et donc, en langage courant : en panne.

On place par exemple un panonceau "Hors service" sur la porte d'un ascenseur en cours de révision.

Ou un papier mentionnant "HS" sur un photocopieur en attente de réparation.

  • et au sens figuré, dans le registre familier : épuisé, vanné, incapable de continuer ou de faire quoi que ce soit, en parlant d'une personne.

On dit par exemple : "Avec la canicule et mes huit voyages quotidiens en transports en commun non climatisés, je suis complètement HS lorsque j'arrive chez moi !".

"Une péripatéticienne".

Ce mot directement dérivé du grec signifie de manière littérale "qui aime se promener en discutant".

  • Il désigne, au sens propre, une adepte du péripatétisme, la doctrine d'Aristote,
  • mais il est essentiellement utilisé, par plaisanterie, pour désigner une prostituée arpentant les trottoirs pour racoler les clients.

D'abord limitée au milieu estudiantin, cette utilisation du mot a progressivement gagné le reste de la population, même si elle continue naturellement de relever du registre soutenu.

Source : wiktionary.org

"Un dinosaure".

Des dinosaures

Ce substantif masculin du langage courant désigne :

  • au sens propre : un type d'animal autrefois classifié parmi les reptiles mais qui, dans une approche moderne, est considéré comme appartenant à un clade, lui-même membre de celui des sauropsidés, qui contient les reptiles et les oiseaux.

Les dinosaures se distinguent des reptiles classiques en grande partie parce qu'ils sont érigés sur des membres verticaux, comme les mammifères, contrairement aux lézards et aux crocodiles par exemple. Il y a de bonnes raisons de penser que nombre de dinausaures étaient également à sang chaud, ou pour le moins qu'ils n'étaient pas à sang-froid comme les reptiles ; certains ayant des comportements sociaux complexes, prenant même soin de leurs progénitures.

Les dinosaures constituaient un clade très diversifié d'animaux bipèdes et quadrupèdes, carnivores et herbivores, dont le succès évolutif était considérable pendant plus de 170 millions d'années. Apparus au Trias il y a environ 240 millions d'années, ils ont presque tous disparu il y a environ 66 millions d'années, à la fin du Crétacé, ne laissant que les oiseaux comme représentants de ce clade. On trouve des restes fossilisés de dinosaures un peu partout sur la planète et notamment dans les Badlands en Amérique du Nord, mais aussi au Maroc, en Argentine et en Mongolie.

Le terme "Dinosaure" a été forgé en 1842 par le paléontologue britannique Richard Owen à partir du grec ancien "Deinos" ("Terriblement grand") et "Sauros" ("Lézard"). Les dinosaures dont on avait alors retrouvé les fossiles apparaissaient comme un groupe de reptiles particuliers de très grande taille. Et l'on a longtemps pensé qu'il s'agissait d'animaux lents et patauds, aussi peu intelligents et sociaux que des lézards. Nous savons aujourd'hui qu'il n'en était rien et que beaucoup de dinosaures n'étaient pas de grande taille, mais pouvaient être aussi petits qu'un poulet et posséder des plumes.

On distingue deux grands types de dinosaures selon la morphologie de leurs bassins, à savoir les saurischiens et les ornithischiens. Les saurischiens comprenaient les sauropodes (herbivores, les plus grands des dinosaures, comme les Ttitanosaure) et les théropodes (carnivores, comme le Tyrannosaurus rex). Les ornithischiens étaient très variés et tous herbivores (comme le Stégosaure ou le Tricératops).

Contrairement à ce que pense généralement le grand public, plusieurs animaux de grande taille du Mésozoïque, comme les mosasaures, les plésiosaures et les ptérosaures n'étaient pas des dinosaures, mais des reptiles marins et volants ayant disparu tout comme les dinosaures, lors de la grande extinction d'il y a environ 66 millions d'années.

  • et au sens figuré :
    • une personne en place depuis très longtemps quelque part. Que ce soit au sein d'une entité (entreprise, parti, etc.) ou dans un milieu professionnel (musique, politique, sport, etc.).

On dit par exemple :"Mick Jagger est un dinosaure du rock".

    • ou un individu dépassé par la modernité, même s'il a pu être autrefois influent et novateur.

On disait par exemple : "Jean-Pierre Chevénement et Édouard Balladur sont des dinosaures de la politique".

Source : www.futura-sciences.com