"Une fin de non-recevoir".

Cette formule désigne :

  • au sens propre, dans le domaine juridique, un terme de procédure judiciaire défini par le Code de procédure civile.

Il s’agit d’un moyen de défense par lequel le plaideur indique au juge que l’autre partie au procès est irrecevable à agir en justice car son action ne satisfait pas aux conditions posées par la loi : pour défaut d’intérêt ou de qualité, défaut de pouvoir juridictionnel du tribunal saisi, ou pour délai de prescription dépassé.

La fin de non-recevoir est donc un moyen de défense qui permet de mettre un terme définitif à l’action en justice, sans débat au fond.

  • et, dans le langage courant, un refus absolu, complet, définitif.

Source : www.larousse.fr et justice.ooreka.fr

"Un compas".

Ce terme désigne tout à la fois :

 

  • un instrument de géométrie utilisé par les écoliers et les architectes, servant à tracer des cercles ou des arcs de cercle, mais aussi à comparer, reporter ou mesurer des distances.

Constitué de deux branches jointes par une articulation, il a longtemps été utilisé en mathématiques, pour le dessin technique, ou en géographie pour le tracé et l'utilisation des cartes.

Vieux compas nautique

  • et un instrument de navigation, donnant une référence de direction (le Nord) sur le plan horizontal et permettant ainsi la mesure d'angles horizontaux par rapport à cette direction.

Le compas est gradué de 0° (nord) à 359° dans le sens rétrograde (dit "des aiguilles d'une montre").

Il existe différents types de compas : magnétique, gyroscopique, électronique ou satellitaire.

Compas nautique moderne

"Bénin" et "Bénigne".

Cet adjectif polysémique peut signifier :

  • au sens propre, en parlant d'une personne ou - par analogie - d'un animal, qui possède un caractère enclin à la bonté, des qualités de douceur et de bienveillance ("un regard bénin"),
  • et, de manière ironique et péjorative, : trop bon, dont la tolérance tourne à la faiblesse ("un homme bénin"),
  • en parlant de choses inanimées : propice, favorable, bienfaisant, sans rigueur et sans imposer de souffrance ("un ciel bénin"),
  • dans le domaine médical, :
    • peu dangereux, sans caractère alarmant ("un rhume bénin" ou "une affection bénigne"),
    • et notamment : qui n’est pas cancéreuse, pour une affection ("une tumeur bénigne"),
    • ou qui agit doucement, progressivement, sans violence, pour un traitement ("un remède bénin").
  • et, par extension, ne présentant pas de conséquence grave, sans importance ("un pêché bénin", "une faute bénigne").

Source : wiktionary.org et www.cnrtl.fr

"Sentir le sapin".

Cette locution verbale en forme d'idiotisme botanique appartient au registre argotique.

Et elle signifie, au sens figuré : n'avoir plus longtemps à vivre.

Elle remonte au XVIIe siècle, une époque où le bois de sapin était utilisé pour fabriquer les cercueils et où, par conséquent, son odeur, était annonciatrice d'une mort prochaine.

Source : www.linternaute.fr et www.expressio.fr

"Un exsudat".

Ce mot, qui se prononce "ekssuda", signifie, selon le contexte, :

  • en médecine, un liquide organique qui suinte au niveau d'une surface enflammée,
  • et, en botanique, un liquide suintant d'un végétal.

Ne pas confondre : "L'Histoire" ou "La grande Histoire" et "La petite Histoire".

  • le terme "l'Histoire", que l'on écrit ainsi souvent avec un "h" majuscule, ou la locution "la grande Histoire", désignent à la fois :
    • une science qui étudie les faits et événements passés, dignes ou jugés dignes de mémoire, afin de les connaître et de les relater,
    • ainsi que l'ensemble des faits et événements ainsi relatés.
  • tandis que la locution "La petite histoire" s'applique à une description de l'Histoire essentiellement centrée sur les anecdotes et sur les détails.

Utilisée comme expression, souvent placée en début de récit ou de phrase, la formule "Pour la petite histoire" signifie ainsi que l'on va révéler quelque anecdote savoureuse ou croustillante.

"Emballage" et "Emballement".

Ces deux termes peuvent être synonymes lorsqu'il s'agit de qualifier l'action d'emballer un objet ou un produit.

  • Toutefois, l'"emballage", c'est également, :
    • par métonymie, ce qui sert à emballer un objet ou un produit,

On parle par exemple d'"Emballage consigné".

    • une rafle de police, dans le registre argotique,
    • et une accélération brutale et désordonnée des coureurs cyclistes au moment du sprint.
  • tandis que l'"emballement" désigne, :
    • par analogie, le régime trop élevé d'un moteur ou d'une machine qui s'emballe,
    • ou, au sens figuré, le fait de s'emballer pour quelqu'un ou quelque chose, de se laisser aller à l'enthousiasme, synonyme d'inclination puissante, de passion ou de coup de foudre. 

Source : www.cnrtl.fr

"La frondaison".

Frondaison
  • Ce terme désigne avant toute chose le moment de l'année où les feuilles d'un arbre ou d'une forêt commencent à pousser.

On peut ainsi parler certaines années de "frondaison précoce" ou de "frondaison tardive", en fonction des températures du printemps.

  • mais, par métonymie, ce terme désigne également le feuillage lui-même, voire l'ensemble des feuilles et des branches de la canopée.

Source : wikipedia.org

"Ne pas avoir pris une ride", "Sans avoir pris une ride", "Sans prendre une ride" et "Ne pas prendre une ride".

Les différentes formes de cette expression du registre familier en forme d'idiotisme corporel signifient, au sens figuré :

  • "Ne pas avoir pris une ride", "Sans avoir pris une ride" et "Ne pas prendre une ride": ne montrer aucun signe de vieillissement, demeurer d'actualité.

On dit par exemple : "J'ai revu récemment encore Blade runner, le film réalisé en 1982 par Ridley Scott et je trouve qu'à part une séquence où l'on voit un écran d'ordinateur, il n'a pas pris une ride en près de 40 ans".

    • .
  • "Sans prendre une ride" : sans montrer aucun signe de vieillissement, en demeurant d'actualité.

On dit par exemple : "Je trouve absolument incroyable la façon dont beaucoup de formules de Molière sont parvenues à traverser les siècles sans prendre une ride".