Quel est le pluriel de : "Un arabe au portail" ?

Réponse
« Des melons au porto !« .
Explication du calembour
Pour les racistes en tous cas, car le mot « Melon » (registre argotique), aujourd’hui fort heureusement tombé en désuétude – sinon dans certains milieux politiques pas forcément des plus progressistes – est un terme péjoratif et injurieux, assez couramment utilisé durant la seconde moitié du XXe siècle, pour désigner celui que l’on qualifiait alors de « Nord-africain » (langage courant) ou d' »Arabe » (registre familier).

"Ça c'est un peu fort !" ou "Ça c'est un peu fort de café !".

Cette expression du registre populaire s'utilise pour "signifier que quelque chose est excessif, exagéré, difficile à croire, passe les bornes de la bienséance, sort des règles sociales".

La variante humoristique "de café" fait naturellement référence au café trop corsé lorsque l'on a eu tendance à exagérer la dose.

L'expression se décline sous la forme "Ça c'est trop fort", dont il faut noter qu'elle n'a pas de variante à caractère humoristique avec le complément en forme de jeu de mots "de café".

Source : www.expressio.fr, www.linternaute.fr et wiktionary.org

"Veiller au grain" ne signifie pas qu'il faut prévoir de stocker du blé ou du café !

Mais :

  • au sens premier, dans le domaine maritime, qu'il faut être très vigilant à l'égard des violents coups de vent, souvent imprévisibles,
  • et, au sens figuré, qu'il convient d'être prudent, de se méfier d'un événement qui pourrait nous être préjudiciable et d'être près à réagir.

Source : http://www.linternaute.fr

"Le Coca-Cola", "Le coke à Colas" et "La coke à Colas".

Ces trois locations nominales homophones désignent concrètement quatre choses fort différentes :

  • Le premier désigne la célèbre marque de boisson gazeuse états-unienne,
  • le second, le Coca-Cola DE Colas (registre familier),
  • ou le charbon DE Colas" (registre familier),
  • et le troisième, la cocaïne DE Colas (registre argotique).
Explications
« Coke » est une appellation usuelle anglo-saxonne pour le « Coca-Cola », le nom d’un combustible au pouvoir calorifique élevé, et le nom argotique anglais, utilisé en français pour désigner la cocaïne.

Ne vous laissez pas désespérer par une météorologie calamiteuse !

Même s'il est vrai que quelqu'un a dit "Orages : haut désespoir !".

Explication du calembour
Il résulte de l’homophonie entre la phrase « Orages : haut désespoir ! » et la célébrissime tirade de Don Diègue, dans « Le Cid », la pièce de théâtre française de 1637 de Pierre Corneille : « Ô rage ! ô désespoir ! ô vieillesse ennemie ! N’ai-je donc tant vécu que pour cette infamie ? »

Pourquoi pensez-vous que l'auteur de ces lignes se délecte autant de l'"Affaire Lambourg" ?

Réponse
Parce que je la trouve passionnante. Je le concède : j’adore le cas Lambourg !
Explication du calembour
Il résulte de l’homophonie entre la locution « Le cas Lambourg » – qui n’a naturellement jamais existé ! – et le mot « Calembour ».

Pourquoi la femme d'agriculteur est-elle, en moyenne, bien davantage satisfaite sexuellement que la femme de citadin ?

Un agriculteur en train de labourer un champ avec son tracteur
Réponse
Parce que son mari laboure tous les jours !
Explication du calembour
Il résulte de l’homophonie entre les formes conjuguées « laboure » du verbe « Labourer » et « la bourre » du verbe « Bourrer » (pénétrer sexuellement, dans le registre argotique).

Sur un sujet contigu, je vous recommande la lecture de mon article consacré à la différence existant entre les mots "Agriculteur", "Paysan" et "Exploitant agricole".

Comment les prêtres surnomment-ils le sexe de la femme ?

Réponse
L’enfer ! Parce que « Satan l’habite » !
Explication du calembour
Il résulte de l’homophonie des locutions « Satan l’habite » et « Ça tend la bite » (registre argotique pour « Cela provoque l’érection de la verge »).