"La foudre" et "Le foudre".

  • La foudre est un phénomène naturel de décharge électrostatique disruptive qui peut se produire lorsqu'une grande quantité d'électricité statique s'est accumulée dans des zones de nuages d'orage, dans ces nuages, entre eux ou entre de tels nuages et le sol (qu'il s'agisse de la terre ou de la mer).

La foudre dans la nuit

  • Tandis que le foudre est :
    • Dans la mythologie grecque et romaine, un faisceau de dards enflammés en forme de zigzag représentant la foudre. Le foudre est notamment l'arme et l'attribut de Zeus ou de Jupiter.

Statue de Zeus tenant un foudre

    • un tonneau de très grande capacité, équivalent à plusieurs barriques et servant au stockage des alcools tels que le vin, le cognac, ou la bière rouge.

Un foudre

Un foudre peut contenir de 30 à 300 hectolitres. Mais parfois davantage encore. Ainsi, du "Grand tonneau" d'une capacité de 221 726 litres, installé en 1751 dans la cave du Château d'Heidelberg (Bade-Wurtemberg) (Allemagne). Ou du foudre de 160 000 litres, construit en 1871 par Eugène Mercier afin de faire connaître son champagne, qu'il déplacera jusqu'à Paris (75) pour l'Exposition universelle de 1889.

Le foudre Mercier à l'Exposition universelle de Paris (75) de 1889.

Source : wikipedia.org

"Une laie n'est pas que la femelle du sanglier" !

Une laie (femelle du sanglier)

Ce mot peut en effet avoir cinq significations :

  • il s'agit tout d'abord de la femelle du sanglier, mère des marcassins,
  • mais également d'un outil de tailleur de pierre à tranchant finement dentelé, permettant d'égaliser le parement des pierres,
  • d'un étroit sentier forestier ; une petite laie étant appelée un "layon",
  • de la partie inférieure du sommier de l'orgue, qui abrite les soupapes et emmagasine l'air que les porte-vents lui envoient de la soufflerie,
  • et enfin, de l'auge d'un pressoir.

Source : wikipedia.org et www.cnrtl.fr

"Avoir le seum".

Est-il nécessaire de le préciser, j'exècre naturellement cette immonde expression du registre argotique, dérivée de l'arabe, que les jeunes français utilisent massivement depuis quelques années et qui signifie : être énervé, en colère, dégoûté, frustré.

Le gouvernement français - à travers sa DSCR (Délégation à la Sécurité et à la Circulation Routières) devenue DSR (Délégation à la Sécurité Routière) en 2017 - s'en était pitoyablement fait le porte-parole, en décembre 2012, à travers une lamentable campagne publicitaire pour la sécurité routière destinée aux jeunes, dont les devises étaient "Si t'as pas de Sam, t'as le seum" et "Si t'as un Sam, t'as le swag".

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Être énervé" ou "Énerver".

 

"Avoir les dents du fond qui baignent".

Cette expression relativement récente du registre vulgaire signifie "avoir mangé ou bu excessivement, et être pris de nausées ou de vomissements".

Elle évoque de manière parfaitement imagée un trop-plein qui remonte jusque dans la bouche et fait "baigner les dents  du fond".

Source : www.linternaute.fr

"Lynchburg, Tennessee. The home of Jack".

Affiche publicitaire française "Lynchburg, Tennessee. The home of Jack" pour le whiskey Jack Daniels d'octobre 2019

Telle est, encore une fois, la teneur du texte que nous inflige la marque de whiskey états-unienne Jack Daniel's sur ses affiches françaises d'octobre 2019.

Tout en nous traduisant son texte "L'origine de Jack", ce qui - à ma connaissance - n'est pas correct !

Une formule comme "Le pays de Jack" ou "Le pays d'origine de Jack" m'aurait davantage semblé convenir, mais je ne suis pas traducteur.

Interdire purement et simplement la présence de toute langue étrangère sur les publicités me semblerait quoi qu'il en soit la meilleure des solutions pour éviter cette invasion, permettre à mes compatriotes de pouvoir comprendre les messages qu'on leur adresse et éviter ce genre d'idioties !

"N'être que du baragouin" et "Baragouiner".

Ce mot de "Baragouin", ainsi que le verbe qui en découle, proviennent presque directement du breton, puisqu'ils sont constitués d'une contraction des mots "Bara" ("pain") et "Gwin" ("vin"), qui étaient très souvent prononcés par les premiers conscrits bretons !

Mais je ne me permettrais pas pour autant d'effectuer le moindre sous-entendu ou allusion douteuse sur la réputation actuelle de mes amis bretons à l'égard des boissons alcoolisées.

Source : Almanach Hachette. Petite encyclopédie populaire. 1906

"Un bleu".

Ce substantif polysémique peut avoir pas moins de... 16 significations différentes :

  • c'est d'abord ainsi que l'on appelle une ecchymose, dans le registre familier,

Ecchymose sur la cuisse

  • ou, au sens figuré, une blessure infligée à la psyché, aux sentiments ou à la pensée (on parle par exemple de "bleus à l'âme"),
  • mais également une personne sans expérience, un novice, nouvellement arrivé ou engagé, à l'armée ou au travail (registre familier),
  • un policier ou un gendarme (registre familier),

Policiers en intervention dans le métro

  • un sportif de haut niveau français, sélectionné dans l'équipe nationale de sa discipline,

L'équipe de France de handball

  •  un fromage dont les champignons contenus dans la pâte forment des veines de couleur bleue,

Fomage bleu

  • un vêtement de travail ("bleu de travail") utilisé pour la mécanique ("bleu de mécanicien") ou la chaufferie ("bleu de chauffe"),

 

  • un plan, schéma ou croquis reproduit sur papier au ferro-prussiate,
  • le document relié en bleu représentant le budget proposé par le gouvernement (par opposition au "vert", le budget voté par le Parlement),
  • un document de travail interministériel relatif à un projet de loi,
  • une maladie du lait et du vin blanc, causée par des bactéries.

Et c'était également autrefois :

  • un soldat des armées de la République durant la guerre de Vendée (surnom donné par les chouans),
  • puis, par extension, un républicain, par opposition aux "blancs" (royalistes) ou aux "rouges" (communistes),
  • un soldat états-unien nordiste confédéré durant la guerre de Sécession (par opposition aux "gris" sudistes unionistes),

Un soldat nordiste au corps à corps avec un soldat sudiste

  • un télégramme (registre familier),

  • un document utilisé dans la seconde moitié du XXe siècle par les coloristes de bande dessinée, afin d'appliquer leurs couleurs en aplats ("bleu d'imprimerie" : copie de la planche au format de parution, où les traits encrés apparaissaient en bleu clair).

un bleu de coloriage de bande dessinée