"E=M6 Family".

L'animateur Mac Lesggy et l'actrice Gaëlle Marie, présentant l'émission "E = M6" sur la chaîne de télévision française Gulli

Tel est le nom anglais de l'émission française diffusée depuis le 17 novembre 2019 sur la chaîne de télévision française Gulli !

Présentée par l'animateur français Mac Lesggy et par l'actrice française Gaëlle Marie, il s'agit d'une déclinaison familiale de l'émission de vulgarisation scientifique "E=M6", diffusée, depuis le 10 février 1991, sur la chaîne de télévision française M6.

L'animateur Mac Lesggy et l'actrice Gaëlle Marie, présentant l'émission "E = M6" sur la chaîne de télévision française Gulli

Sans doute le mot "Famille" semblait-il trop vulgaire aux responsables de cette chaîne, qui précise bien sur leur site internet - pour le cas où nous n'aurions pas compris - "e=m6 s’offre une version FAMILY pour réunir enfants et parents sur Gulli".

Sources : www.gulli.fr et wikipedia.org

"Le fennec".

Le journaliste sportif français Nabil Djellit

Il s'agit du surnom du journaliste sportif français Nabil Djellit, né en 1977.

Spécialiste du football, il travaille pour le magazine "France Football", mais est également consultant sur les radios Europe 1 et RFI. Ainsi que dans les émissions "L'équipe d'Estelle" et "L’Équipe du soir", respectivement animées par Estelle Denis et Olivier Ménard, sur la chaîne de télévision française L'Équipe.

Ce sont d'ailleurs ses collègues au sein de l'émission "L'Équipe du soir", qui ont surnommé Nabil Djellit "Le fennec", en référence à son ascendance algérienne, ses parents étant originaire de Bouira (Algérie).

Dans le registre des surnoms animaliers, un autre de ses collègues dans cette émission, le journaliste sportif français Étienne Moatti, a lui été surnommé "La hyène".

 

"L'édition spatiale".

Thomas Pesquet, le spationaute français

J'aime assez le calembour de ce titre, donnée par la chaîne de télévision française L'Équipe, à son émission spéciale, en direct, du 23 avril 2021, animée par Messaud Benterki et consacrée au décollage de la capsule états-unienne Crew Dragon de SpaceX, emportant à son bord le... cosmonaute - et non plus spationaute ! - français Thomas Pesquet pour son second vol dans l'espace à destination de la SSI (Station Spatiale Internationale).

Bien évidemment, il s'agit là d'un calembour bien connu et utilisé depuis longtemps par la presse. Et qui était par exemple le titre de la Lettre d'information bimestrielle du Secteur Jeunesse & acteurs de l'éducation, éditée par le CNES (Centre National d'Études Spatiales) à la fin des années 2000.

Lettre d'information bimestrielle du Secteur Jeunesse & acteurs de l'éducation, éditée par le CNES (Centre National d'Études Spatiales) à la fin des années 2000

Mais je le trouve toujours amusant et souhaitait le mentionner ici.

"Soyons Claire".

L'émission "Soyons Claire", de Claire Chazal, sur la chaîne de télévision trançaise d'information en continu franceinfo

J'aime assez le calembour du titre de cette émission de télévision, créée le 1er avril 2017, par la journaliste française Claire Chazal, sur la chaîne publique française de télévision en continu franceinfo.

La journaliste française Claire Chazal

Explication du calembour
Il résulte de l’homophonie entre le prénom de la journaliste « Claire » et l’adjectif « Clair », dans l’expression « Soyons clairs ».

On peut y découvrir, chaque samedi et chaque dimanche, l'actualité de la semaine, décryptée par un intellectuel, philosophe ou écrivain, invité par Claire Chazal.

Claire Chazal et son invitée, l'écrivaine française Tania de Montaigne, dans l'émission "Soyons Claire", sur la chaîne de télévision publique franceinfo

 

"On a toujours besoin d'un petit pois chez soi !".

Pipiou : "On a toujours besoin d epetits pois chez soi !"

Voila bien une phrase qui a, je crois, durablement marqué les esprits, mais qui ne doit pas dire grand chose aux moins de 55 ans !

Il s'agit en effet de l'un des tout premiers slogans publicitaires télévisés français, apparu  (en noir et blanc ; la couleur n'arrivera que le 7 mai 1967 sur la deuxième chaîne) en 1964.

Avant que la publicité de marque soit autorisée à la télévision française, en 1968, seules les publicités collectives avaient en effet droit de cité sur le petit écran.

Pipiou : "On a toujours besoin d epetits pois chez soi !"

La SOPEXA (SOciété pour la Promotion de l'EXportation des produits Agricoles et alimentaires) a ainsi pu s'offrir, en 1964, ce que l'on appelait alors encore une "réclame", avec Pipiou, un petit oiseau vert, qui disait : " On a toujours besoin de petits pois chez soi".

Ce slogan était l'oeuvre du publicitaire Éric Lipmann, de l'agence Publicis, déjà auteur du célèbre "Du pain du vin et du Boursin".

Et il faisait naturellement écho au célèbre vers de La Fontaine "On a souvent besoin d'un plus petit que soi".

Comme tous les très jeunes enfants de mon âge (je suis né en octobre 1961 et arrivé en France en décembre 1964), j'adorais ce petit personnage de Pipiou, dont le succès fut tel qu'il continua d'apparaître, des années durant, à travers de nombreuses autres "réclames" jusqu'en 1967 :

Mais également, et c'était vraiment là quelque chose de très nouveau pour l'époque : sur tout un tas d'objets dérivés :

  • porte-clés,

Figurine de porte-clés Pipiou

  • figurine articulée,

Figurine articulée grand format Pipiou

  • puzzle,

Puzzle Pipiou

  • disques,

Disque "Les chansons de Pipiou"

  • livres,

Livre "Les floralies de Pipiou"

  • livre-disque,

Livre-disque "Pipiou aux Jeux olympiques"

  • etc.

Pour quoi dire : "Je réclame le replay" ?

Le journaliste sportif français Olivier Ménard

Ainsi que l'a déclaré, le 25 janvier 2021, le journaliste sportif français Olivier Ménard, dans son émission vespérale "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Et pas simplement : "Je réclame le RALENTI" !

Pourquoi dire : "Non stop People" !

Logotype de la chaîne de télévision française "Non stop people"

Et pas par exemple : "24H/24 avec les célébrités" !

Puisqu'il s'agit d'une chaîne de télévision française d'information dédiée à l'actualité des célébrités, diffusée 7J/7 et 24H/24.

Lancée le 19 novembre 2012 par le français Hugues Dangy, "Non Stop People" est une société du groupe Banijay, leader mondial dans la production de programmes pour la télévision.

Première chaîne d'information en Europe sur ce créneau, "Non Stop People" propose des JT (Journaux Télévisés) d'information et plus de 6 heures d'émissions quotidiennes en direct, portant toutes des titres en anglais : "Le Good Morning People", "Morandini Live", "Non Stop Info", "Le Debrief" et "Non Stop Soir"...

Affiche promotionnelle pour "Non stop people", la première chaîne d'info people

Source : wikipedia.org

Pourquoi dire : "Un showrunner" ou "Un show runner" ?

L'écrivain français Jean-Christophe Grangé

Ainsi que l'a déclaré l'écrivain français Jean-Baptiste Grangé, le 4 mars 2021, dans l'émission "C à vous la suite", sur la chaîne de télévision publique France 5.

Et pas  : "Un directeur de série" ou "Un auteur-producteur" !

Il s'agit en effet, dans l'univers de la télévision, de la personne responsable du suivi quotidien sur une émission ou un feuilleton télévisé.

Le terme "showrunner" est en effet un néologisme anglais apparu en 1992 dans le magazine états-unien consacré à l’industrie du spectacle "Variety".

E

"Un micro-trottoir".

Un radio-trottoir, sur la chaîne de télévision d'information en continu BFM TV

Le substantif masculin "Micro-trottoir", construit à partir de l'apocope du mot "Microphone", est une technique journalistique consistant à interroger des personnes dans la rue, afin de collecter leur opinion spontanée sur un sujet.

La question est toujours la même pour chaque personne interrogée. Elle peut être "fermée", lorsque l'on demande une réponse du type "Oui" ou "Non", ou "Pour" ou "Contre". Ou alors "Ouverte", lorsque l'on pose une question telle que : "Que pensez-vous de..." ou "Que faut-il faire pour...".

La journaliste Sophie Hébrard réalisant un radio-trottoir en direct, sur la chaîne de télévision d'information en continu BFM TV

C'est évidemment toujours passionnant !

Par exemple : à la question "Comptez-vous vous faire vacciner contre la maladie à coronavirus 2019 ?", on nous présente alternativement Kevin Martin, 20 ans, Lisa Bonaventure, une trentenaire antillaise (quota de "minorité visible" oblige), Marcel Blanchard, sexagénaire et Ginette Michu, octogénaire, qui répondent (pour deux d'entre eux) "Oh oui, bien sûr !", et pour les deux autres : "Ça ne risque pas !".

Ce qui permet à "l'envoyé spécial" sur les trottoirs de la capitale de conclure : "Vous le voyez, l'opinion est assez partagée sur le sujet".

Bref : le micro-trottoir ne présente bien évidemment aucun intérêt, sinon celui de permettre aux quatre chaînes d'information en continu françaises (BFM TV, CNews, LCI et France Info) de meubler leur temps d'antenne.

Source : wikipedia.org

Pourquoi dire : "Morandini live" ?

Et pas simplement : "Morandini DIRECT" !

Cette émission de télévision française consacrée à l'actualité des médias et à la communication politique est en effet présentée en direct, du lundi au vendredi, par Jean-Marc Morandini.

Et elle est diffusée sur Itélé depuis le 17 octobre 2016, puis sur CNews et "Non Stop People" à partir du 4 septembre 2017, avec des rediffusions sur Non Stop People.

Pourquoi dire : "La trash TV" ?

Et pas, simplement : "La télé-poubelle" !

Sans doute par crainte d'être compris de tous.

Ce terme péjoratif désigne en effet, dans le registre familier : un programme télévisé vulgaire, racoleur et dégradant destinée à l'abrutissement intellectuel des téléspectateurs.

Source : wiktionary.org

"Transmettre".

Ce verbe polysémique appartient au langage courant.

Et il signifie, selon le contexte :

  • transmettre, diffuser directement ou par relais un programme à la radio ou à la télévision.

On dit par exemple : ""France 2 va retransmettre cette rencontre sportive en direct".

  • transmettre à nouveau.

On dit par exemple : "Par prudence, j'ai pris l'initiative de retransmettre à tout le personnel de mon service la directive que je leur avais adressée il y a six mois".

  • ou : transmettre à d'autres ce que l'on a soi-même reçu.

On dit par exemple : "Mon père m'a retransmis la passion pour l'histoire, qu'il avait hérité de mon grand-père paternel".

Sources : wiktionary.org, www.larousse.fr et www.cnrtl.fr