André Hunebelle

Le réalisateur français André Hunebelle

Ce réalisateur français est né le 1er septembre 1896 et mort le 27 novembre 1985.

Décorateur puis maître verrier, sa reconversion dans l'industrie du cinéma (comme producteur, puis réalisateur) date de 1941.

Il est à mes yeux très injustement oublié de nos jours, et cela pour pas moins de six raisons :

  • il est l'un des réalisateurs français ayant connu le plus de succès, avec Claude Zidi, Jean Girault, Gérard Oury, Georges Lautner, Luc Besson et Claude Lelouch.

Affiche du film français "Mission à tanger (1949) de André Hunebelle, premier film à avoir été dialogué par Michel Audiard

  • en 1949, André Hunebelle a fait débuter Michel Audiard dans la carrière de scénariste et dialoguiste avec le film "Mission à Tanger", dans lequel celui-ci affiche, d'emblée, son sens très particulier de la répartie.

  • on peut considèrer André Hunebelle comme celui qui sortit Louis de Funès de l'anonymat en lui donnant le rôle principal du film "Taxi, roulotte et corrida", en 1958. Il le dirigera par la suite plusieurs fois dans sa carrière, entre autres avec Jean Marais, dans sa célèbre trilogie des "Fantômas" : "Fantômas" (1964), "Fantômas se déchaîne" (1965) et "Fantômas contre Scotland Yard" (1967).

  • en 1956, c'est également lui qui fait débuter Catherine Deneuve sous son véritable nom de Catherine Dorléac, aux côtés de sa soeur cadette Sylvie Dorléac, avec un petit rôle dans "Les collégiennes".
  • après avoir réalisé de nombreuses comédies, André Hunebelle délaissa ce genre, pour se tourner vers le film de cape et d'épée, dont il devint assurément l'un des maîtres français du genre, avec "Les 3 mousquetaires" (1953), "Cadet Rousselle"(1954), "Le Bossu" (1958), "Le Capitan" (1960), "Le miracle des loups" (1961), et même, en fin de carrière, "Les Quatre Charlots mousquetaires" (1974) et "Les Charlots en folie : à nous Quatre Cardinal !" (1974).

Affiche du film français "Les 3 mousquetaires" (1953) d'André HunebelleAffiche du film français "Le capitan" (1960) d'André Hunebelle

 

  • c'est enfin à André Hunebelle que nous devons les films d'O.S.S. 117, inspirés des romans d'espionnage français écrits par Jean Bruce à partir de 1949, sans lesquels nous n'aurions jamais pu voir les extraordinaires pastiches ultérieurs de Michel Hazanavicius, à partir de 2006 : "O.S.S. 117 se déchaîne" (1963), "Banco à Bangkok pour O.S.S. 117" (1964), "Furia à Bahia pour O.S.S. 117" (1965) et "Pas de roses pour O.S.S. 117" (1968).

Affiche du film français "Furia à Bahia pour OS.S.S. 117" (1965) d'André Hunebelle

Descendance :

  • La plupart des dialogues des films de Hunebelle sont signés par Jean Halain, son fils, qui devint par la suite le scénariste de Louis de Funès.
  • Et sa fille Anne-Marie Hunebelle, qui fut un temps actrice, épousa Jean Marion, compositeur de plusieurs des musiques des films de son père.

Source : wikipedia.org

"Leonardo".

Leonardo joueur au PSG

Il s'agit du nom d'usage du joueur de football international brésilien Leonardo Nascimento de Araujo, né le 5 septembre 1969.

leonardo sous le maillot de l'équipe du Brésil

Milieu de terrain offensif, il a joué arrière gauche lors de la coupe du monde 1994 remportée par le Brésil et a disputé la finale de l'édition 1998.

Ayant interrompu sa carrière en 2003, Leonardo est devenu entraîneur et dirigeant de grands clubs européens tels que l'AC Milan, l'Inter de Milan et le PSG.

Leonardo devenu dirigeant sportif

Polyglotte, maîtrisant l'anglais, le français, l'espagnol, l'italien, le portugais et le japonais, il est réputé dans le monde du football pour son élégance vestimentaire.

Source : wikipedia.org

Jean Halain

"Jean Halain" est le nom de plume du scénariste et dialoguiste français Jean-Marie Hunebelle, né le 14 janvier 1920 et mort le 14 août 2000.

Il a été le scénariste et dialoguiste de Louis de Funès, que son père, André Hunebelle, a tiré de l'anonymat, en 1958, en lui donnant le rôle principal du film "Taxi, roulotte et corrida", et qu'il diriga ensuite plusieurs fois dans sa carrière, entre autres avec Jean Marais dans sa célèbre trilogie des "Fantômas" : "Fantômas" (1964), "Fantômas se déchaîne" (1965) et "Fantômas contre Scotland Yard" (1967).

Source : wikipedia.org

Tonie Marshall

La réalisatrice française Tonie Marshall

Tonie Marshall est une actrice et réalisatrice franco-américaine, née le 29 novembre 1951 et morte d'un cancer le 12 mars 2020.

Scénariste et productrice (société de production TaboTabo Films, créée en 1993), elle a également été chorégraphe.

L'actrice française Micheline Presle et sa fille la future réalisatrice Tonie Marshall
L'actrice française Micheline Presle et sa fille la future réalisatrice Tonie Marshall

Tonie Marshall est la fille de l'actrice française Micheline Presle et de l'acteur, réalisateur et producteur américain William Marshall. Elle est la demi-soeur de l'acteur Mike Marshall, fils de l'actrice Michèle Morgan, qui a été la première épouse de son père.

Elle débute au cinéma en tant que comédienne sous la direction de Jacques Demy en 1972, dans "L'événement le plus important depuis que l'homme a marché sur la Lune".

En 1974, elle rejoint la troupe du Théâtre Populaire de Reims de Robert Hossein et crée en 1978 un duo avec l'actrice Anémone intitulé "Bye, Bye, Baby".

Puis elle joue de nombreux seconds rôles dans des séries télévisées et quelques comédies dont "Les Sous-doués de Claude Zidi" en 1980, où elle campe une prof d'histoire-géographie malmenée par la bande de cancres dirigée par Daniel Auteuil.

Les actrices françaises Maria Pacôme et Tonie Marshall dans le film français de Claude Zidi "Les sous-doués" (1980)
Les actrices françaises Maria Pacôme et Tonie Marshall dans le film français de Claude Zidi "Les sous-doués" (1980)

À la télévision, on la voit dans les géniales séries humoristiques de Jean-Michel Ribes "Merci Bernard" (1982-1984) et "Palace" (1988).

Elle devient réalisatrice en 1990 avec "Pentimento", offrant à Antoine de Caunes son premier rôle au cinéma. Elle écrit elle-même ses films, pour la plupart des comédies de moeurs ou des chroniques douces-amères de personnages paumés, déprimés ou écorchés vifs comme "Pas très catholique" (1994) et "Enfants de salaud" (1996), tous deux interprétés par Anémone.

En 2000, elle devient la première femme à recevoir le César du meilleur réalisateur pour la comédie dramatique à succès "Vénus beauté (institut)" qui souffle par ailleurs le César du meilleur film aux deux favoris : "Jeanne d'Arc" de Luc Besson et "La Fille sur le pont" de Patrice Leconte. Le film remporte également le César du meilleur scénario et vaut à la débutante Audrey Tautou le César du meilleur espoir féminin.

Source : wikipedia.org

Maurice Rat

Maurice Rat (1891-1969), écrivain, grammairien, philologue, traducteur et critique littéraire français

Maurice Rat est un écrivain français, né le 2 mars 1891 et mort le 13 mai 1969.

Grammairien, philologue, traducteur et critique littéraire, il a rédigé de célèbres manuels d’enseignement.

Membre fondateur, en 1958, de l’association DLF (Défense de la Langue Française), il crée le mot-valise "franglais" en 1959.

Et a signé des chroniques dans "Vie et Langage" sous le nom de plume "Jean Tournemille".

Source : wikipedia.org

Micheline Presle

L'actrice française Micheline Presle

Il s'agit du nom de scène de l'actrice française Micheline Chassagne, née le 22 août 1922.

L'actrice française Micheline Presle

Ce nom de "Presle" lui vient de son premier succès au cinéma, dans "Jeunes filles en détresse" de Georg Wilhelm Pabst (1939), son quatrième film, où elle incarne une jeune pensionnaire nommée "Jacqueline Presle".

Affiche du film français "Jeunes filles en détresse" de Georg Wilhelm Pabst (1939)

Par sa longévité et le prestige de sa carrière, elle est l'une des légendes vivantes du cinéma français.

Affiche du film français "Le diable au corps" de Claude Autant-Lara (1947)

En 1947 elle tourne aux côtés de Gérard Philipe dans "Le diable au corps" de Claude Autant-Lara (1947), avant de quitter la France pour les États-Unis à la fin des années 1940.

Elle y rencontre William Marshall (1917-1994) divorcé de Michèle Morgan (1920-2016) dont il a un fils, Mike Marshall (1944-2005). Ils se marient en 1950 et divorcent en 1954, après avoir eu une fille, Tonie Marshall, en 1951, devenue réalisatrice.

L'actrice française Micheline Presle et sa fille la future réalisatrice Tonie Marshall
L'actrice française Micheline Presle et sa fille la future réalisatrice Tonie Marshall

De 1965 à 1971, elle acquiert une grande notoriété en incarnant la pétulante Ève Lagarde, l'épouse de Pierre (Daniel Gélin), dans "Les Saintes chéries", un feuilleton télévisé à succès, réalisé par un certain... Jean Becker, assisté (pour la dernière saison tout du moins) du jeune... Jean-Jacques Beinex.

Lors de mon arrivée en France à l'âge de 4 ans, début 1965, il faisait partie de mes trois feuilletons préférés avec les mythiques "Au nom de la loi" et "Thierry la fronde".

Ève et Pierre Lagarde dans le feuilleton télévisé "Les saintes chéries" (1965-1971)
Ève et Pierre Lagarde dans le feuilleton télévisé "Les saintes chéries" (1965-1971)

Comme moi, j'en suis sûr, vous vous souvenez certainement de sa B.O. :

Source : wikipedia.org

"Jeanne Fusier-Gir".

L'actrice française Jeanne Fusier-Gir

Cette actrice française est née le 22 avril 1885 et morte le 24 avril 1973.

Ayant débuté au théâtre dans les années 1900 aux côtés de la grande Réjane, elle apparaît à ses débuts dans deux films muets sous le nom de "Jeanne Fusier".

Puis adopte le nom de "Jeanne Fusier-Gir", après son mariage, en 1911, avec le peintre Charles Gir.

Fille de l'artiste dramatique Léon Fusier, Jeanne Fusier-Gir a joué au théâtre dans de nombreuses pièces et opérettes.

Cinéma

Au cinéma, à l'instar de Pauline Carton - à qui elle dispute la place de première pipelette du cinéma français - elle tient un " second rôle" dans environ 170 films, de 1929 à 1966, et acquiert une popularité auprès du public qui aime retrouver la vivacité de son jeu et sa voix très reconnaissable.

Même s'il ne retient malheureusement pas toujours son nom, comme souvent.

Elle tombait notamment amoureuse de Fernandel dans "Tu m'as sauvé la vie" de Sacha Guitry (1950), ainsi que dans "Les cinq sous de Lavarède" de Maurice Cammage (1939).

L'actrice française Jeanne Fusier-Gir

Elle a été l'une des interprètes favorites de Sacha Guitry, avec qui elle avait appris la comédie très jeune, qu'elle était l'une des seules personnes à tutoyer et sous la direction duquelle elle a tourné une douzaine de films.

Et a également tourné à plusieurs reprises sous la direction de Henri-Georges Clouzot, dont "Le corbeau" en 1943 et "Quai des orfèvres" en 1947.

Ainsi que pour des réalisateurs aussi renommés que Jacques Becker, Christian-Jaque, Julien Duvivier, Gilles Grangier, André Hunebelle, Marcel L'herbier, Jean-Paul Le Chanois, Max Ophüls ou Henri Verneuil.

L'actrice française Jeanne Fusier-Gir

Vie privée

Épouse du peintre et caricaturiste Charles Gir, à compter du 12 octobre 1911, elle était la mère du réalisateur François Gir (1920-2003).

Mais en aucune façon du célèbre dessinateur de bande dessinée Gir (1938-2012), alias Jean Giraud,  également connu sous le nom de Moebius ; "Gir" n'étant dans ce cas que l'apocope de "Giraud", utilisée comme nom de plume.

Sources : wikipedia.org et encinematheque.fr

"Ségolène Royal".

Ségolène Royal

Il s'agit du nom d'usage de la femme politique française socialiste Marie Ségolène Royal, née le 22 septembre 1953.

Haut-fonctionnaire, socialiste, elle a longtemps été la compagne de l'homme politique français socialiste François Hollande.

Députée et présidente du Conseil régional de Poitou-Charentes, Ségolène Royal a été quatre fois ministre : en charge de l'Environnement pour Pierre Bérégovoy, de l'Enseignement scolaire, puis de la Famille et de l'Enfance, pour Lionel Jospin, et enfin de l'Environnement et de l'Énergie, pour Manuel Vals et Pierre Cazeneuve.

Détestée d'une grande partie de la classe politique, et ce y compris au sein de son propre camp, elle est sans doute la personnalité politique française ayant été affublée du plus grand nombre de surnoms - le plus souvent malveillants - au cours de sa carrière.

En 2007, Ségolène Royal est la première femme française à accéder au second tour d'une élection présidentielle, mais elle est battue par Nicolas Sarkozy, récoltant 46,9 % des suffrages exprimés.

Source : wikipedia.org

"Les frères Netanyahou".

Rarement deux frères auront, je pense, occupé une place aussi importante dans l'histoire ou la mémoire d'un pays.

Le premier ministre israélien Benjamin "Bibi" Netanyahou

  • Benjamin "Bibi" Netanyahou, est en effet un homme politique national-libéral israélien, né le 21 octobre 1949, qui détient le record de durée dans cette fonction en Israël, après avoir été, à 47 ans, le plus jeune chef de gouvernement de l’histoire du pays, ainsi que le premier à être né après la proclamation de l’indépendance.

Jonathan "Yoni" Netanyahou, héros du raid sur Entebbe (Ouganda) et frère aîné de Benjamin "Bibi" Netanyahou

  • et Yonathan "Yoni" Netanyahou (13 mars 1946 - 4 juillet 1976), son frère aîné, était le lieutenant qui commandait la Sayeret Matkal, de 1975 à juillet 1976, et mourut au combat, à la tête du commando israélien, lors de la libération des otages du raid d'Entebbe (Ouganda).

Source : wikipedia.org

Jean-Paul Le Chanois

Le réalisateur français Jean-Paul Le Chanois

Il s'agit du nom d'artiste du réalisateur et metteur en scène français Jean-Paul Dreyfus, né le 25 octobre 1909 et mort le 8 juillet 1985.

Entré en 1930 à "La Revue du Cinéma", il joue ensuite comme acteur dans les films de la société Pathé avant de devenir attaché de direction de la société. Il travaille ensuite comme assistant aux côtés de Julien Duvivier, Alexandre Korda, Maurice Tourneur et Jean Renoir avant d'exercer le métier de monteur.

Dans les années trente, il est l'un des animateurs du Groupe Octobre, un groupe artistique lié au Front populaire.

Jean-Paul Le Chanois réalise ses premiers films avant la guerre ("Le Temps des cerises" en 1938 et "L'Irrésistible rebelle" en 1940).

Communiste, et d'origine juive, il travaille comme scénariste sous un prête-nom pour la Continental-Films, société de production de films français dirigée par les Allemands sous l'Occupation. Jean-Paul Le Chanois dirige le Comité de libération du cinéma français, organisme de résistance sous l'Occupation, sous le pseudonyme de "Marceau" et signe un film unique : "Au coeur de l'orage" (1944). Réalisé à partir de séquences filmées dans le Maquis du Vercors, c'est le seul film sur la résistance tourné sous l'Occupation.

Après la guerre, il écrit quelques scénarios et dialogues pour d'autres réalisateurs avant de recommencer à tourner.

Il allie le populisme traditionnel du cinéma français au néoréalisme italien d'après-guerre.

Jean-Paul Le Chanois se tourne ensuite vers un cinéma moins élaboré, exploitant une veine souriante et comique, comme, en 1954, l'un de ses plus grands succès, "Papa, Maman, la Bonne et moi", une comédie de moeurs sur la famille française type. Suivi, en 1956, de "Papa, maman, ma femme et moi".

Affiche du film français "Papa, maman, la bonne et moi" de Jean-Paul Le Chanois (1954)

 

Affiche du film français "Papa, maman, ma femme et moi" de Jean-Paul Le Chanois (1956)

Cinéaste engagé, ses films portent un regard sur les avatars contemporains : la crise du logement pour "Papa, Maman, la Bonne et moi" (1954), l'accouchement sans douleur pour "Le Cas du docteur Laurent" (1956) ou l'éducation permissive des enfants avec "Par-dessus le mur" (1961).

Affiche du film français "Par-dessus le mur" de Jean-Paul Le Chanois (1961)

Puis Le Chanois tourne en 1958 "Les Misérables", une des productions les plus coûteuses du cinéma français, en deux époques, avec Jean Gabin dans le rôle de Jean Valjean, Bourvil dans celui de Thénardier et Bernard Blier en inspecteur Javert.

Affiche du film français "Les misérables" (1ère époque) de Jean-Paul Le Chanois (1958)Affiche du film français "Les misérables" (2e époque) de Jean-Paul Le Chanois (1958)

En 1964 et 1966 il réalise encore deux films avec Jean Gabin, devenu son acteur fétiche, "Monsieur" et "Le Jardinier d'Argenteuil", avant de mettre un terme à sa carrière cinématographique.

Affiche du film français "Monsieur" de Jean-Paul Le Chanois (1964)Affiche du film français "Le jardinier d'Argenteuil" de Jean-Paul Le Chanois (1966)

Jean-Paul Le Chanois a également écrit et composé des chansons, pour Barbara, Édih Piaf ou Yves Montand.

Et créé, à la fin des années 1970, une association, "L'Image et la Mémoire", destinée à recueillir les témoignages filmés de tous les vétérans qui avaient fait le cinéma français.

Source : wikipedia.org

"Yoni".

Jonathan "Yoni" Netanyahou, héros du raid sur Entebbe (Ouganda) et frère aîné de Benjamin "Bibi" Netanyahou

"Yoni" est le surnom du militaire israélien Yonathan Netanyahou, né le 13 mars 1946 et mort le 4 juillet 1976.

Frère aîné de l'homme politique national-libéral israélien Benjamin "Bibi" Netanyahou, il commandait la Sayeret Matkal, de 1975 à juillet 1976, et mourut au combat, à la tête du commando israélien, lors de la libération des otages du raid d'Entebbe (Ouganda).

Source : wikipedia.org