"Le calendrier Julien".

Cette locution nominale masculine désigne le calendrier solaire utilisé dans la Rome antique, introduit par Jules César en 46 av. J.-C. afin de remplacer le calendrier romain républicain.

Le calendrier julien a été employé en Europe jusqu'à son remplacement par le calendrier grégorien en 1582.

Il reste utilisé de nos jours :

  • dans la République monastique du Mont-Athos,
  • par quatre Églises orthodoxes : celles de Jérusalem, de Russie, de Géorgie et de Serbie,
  • par trois Églises orthodoxes non reconnues par le synode : celles de Macédoine, du Monténégro et d'Ukraine,
  • marginalement par plusieurs régions du Maghreb, surtout Berbères, en Afrique du Nord,
  • et dans le calendrier rûmi en Turquie.

Le calendrier julien est parfois signalé par l'appellation "ancien style" (a.s.) ou "vieux style".

Le calendrier copte utilise la même structure que le calendrier julien avec quelques variantes d'application.

Source : wikipedia.org

"P'tit Louis".

Le champion français de marche à pied Louis Lebacquer

Il s'agit du surnom du champion français de marche sportive Louis Lebacquer, né en 1919.

Originaire de Roubaix (59), cette légende de la marche française a remporté à huit reprises en neuf ans (de 1962 à 1968, ainsi qu'en 1970) la célèbre course des "28 heures de Roubaix".

Il en détient toujours le record, décroché en 1966, avec 255,54 kilomètres.

Et y a encore participé en 1994 (à presque 75 ans), avec près de 180 km : un véritable phénomène !

Couvreur de formation, la légende veut que P'tit Louis ait été au travail, sur les toits, dès le lendemain de ses marches !

Souvenir personnel

De petite taille, ce champion d'exception bénéficiait d'une incroyable popularité à Conflans Sainte-Honorine (78), la ville où j'ai emménagé avec mes parents en 1969, à l'âge de huit ans.

Chaque année se disputait à travers les rues de la ville "Les 24 heures de Conflans".

Ses deux victoires successives, en 1970 et 1971 ont fait de lui une véritable vedette parmi les enfants de ma génération. Nous le suivions des heures durant par centaines, de l'aube jusque parfois tard dans la nuit !

P'tit Louis avait une particularité qui ne laissait pas d'épater les gamins que nous étions : il se frictionnait les jambes avec... des orties, lorsqu'il était pris de douleurs rhumatismales !

Des orties

Un demi-siècle plus tard, je frissonne encore en le revoyant procéder ! C'est dire si cela m'a durablement marqué.

"Zahia".

Le mannequin franco-algérien Zahia Dehar (Photo de CHRISTOPHE SIMON / AFP)

Il s'agit du prénom sous lequel la prostituée franco-algérienne Zahia Dehar, née le 25 février 1992, a soudainement acquis son incroyable notoriété au printemps 2010.

Laquelle lui a permis de devenir mannequin, créatrice de lingerie et actrice.

Dix ans plus tard cependant, la plupart des gens continuent cependant, je crois, d'ignorer son patronyme.

Ayant tout misé sur son intellect, cette  jeune femme a commencé à se prostituer dès l'âge de seize ans et a rapidement évolué dans le monde de la prostitution haut de gamme.

Elle a été découverte par les organes d'information à l'occasion de "L'affaire Zahia", une scabreuse affaire de moeurs impliquant différents joueurs internationaux de football français , poursuivis pour "sollicitation de prostituée mineure".

Source : wikipedia.org

"Connétable".

Logo des sardines Connétable

Il s'agit du nom d'une marque française de conserves de poissons, appartenant à la conserverie Chancerelle.

Celle-ci, fondée en 1853 à Douarnenez (29) par Robert Chancerelle, est aujourd'hui la plus ancienne conserverie de sardines à l'huile au monde.

Les sardines et leur célèbre boîte rouge sont le produit phare de la marque Connétable.

Sardines Connétable

Une marque dont le nom fait référence au Connétable, grand officier de la Couronne, chef suprême de l'armée sous l'Ancien Régime.

Source : wikipedia.org

"Alain de Kuyssche".

Le journaliste et scénariste belge Alain de Kuyssche

Il s'agit du nom de plume du journaliste et auteur belge Alain Hammerstein, né le 11 septembre 1946.

Juriste et criminologue de formation, il suit une carrière journalistique qui le mène d'abord en Amérique du Sud, à la fin des années 1960.

"Alix l'intrépide", roman d'Alain Hammerstein (2004), tiré de la bande dessinée homonyme, créée en 1948 par Jacques Martin

En 2004, il est l'auteur - sous son propre nom - de l'adaptation en romans de la série de bande dessinée "Alix", créée en 1948 par Jacques Martin (4 titres : "Alix l'intrépide", "Le sphinx d'or", "Le sortilège de Khorsabad" et "L'ombre de César").

Et il publie, en 2015, son premier roman : "Divadlo".

Rédacteur en chef

Entré aux éditions Dupuis, Alain de Kuyssche devient rédacteur en chef de "Spirou" en 1978", puis de "Télémoustique", en 1984, un hebdomadaire qu'il amène à la première place de la presse magazine belge.

Il devient ensuite rédacteur en chef du journal satirique belge "Ubu-Pan" à partir d'octobre 2011. Et de la revue trimestrielle de bande dessinée "L’Aventure", lancée en mars 2019 par les Éditions du tiroir.

Scénariste de bande dessinée

Alain de Kuyssche est l'auteur de plusieurs gags de "Gaston Lagaffe" pour André Franquin. Et de "Germain et nous…" pour Frédéric Jannin ; un dessinateur avec lequel il crée, en 1978, le personnage de "Didi".

"Didi" un album de Frédéric Jannin et Alain de Kuyssche (1982)
"Didi" un album de Frédéric Jannin et Alain de Kuyssche (1982)

Il est également l'auteur d'un conte de Noël pour Mickey, en décembre 2007.

"Londres en péril", 19e album des aventures de Lefranc (2008), dessiné par André Taymans, sur un scénario non crédité de Alain de Kuysche
"Londres en péril", 19e album des aventures de Lefranc (2008), dessiné par André Taymans, sur un scénario non crédité de Alain de Kuysche

Et a écrit le scénario de "Londres en Péril", une aventure de Lefranc, dessinée par André Taymans, en 2008.

Wayne Thunder T1 "Le continent perdu" (1987) de Marcello et Alain de Kuyssche

Enfin, il a créé, avec Marcello, le personnage de "Wayne Thunder" (deux albums parus en 1987 et 1988).

Biographe

"Avec Alix. L'univers de Jacques Martin", une monographie de Thierry Groensteen et Alain de Kuyssche (2008)

Outre la remise à jour, en 2002, de la monographie "Avec Alix. L'univers de Jacques Martin", qu'avait écrite Thierry Groensteen en 1984, Alain de Kuyssche est également l'auteur de trois passionnantes biographies d'auteurs de bande dessinée belges :

"Dino Attanasio, 60 ans de BD", une monographie d'Alain de Kuyssche (2006)

  • "Dino Attanasio, 60 ans de BD" (2006),

Cauvin, l'homme aux cent mille gags (2008), une monographie de Alain de Kuyssche

  • "Cauvin, l'homme aux cent mille gags" (2008),

"Eddy Paape, la passion de la page d'après" une monographie d'Alain de Kuyssche (2008)

  • et "Eddy Paape, la passion de la page d'après" (2008).

Et il a mis en oeuvre et rédigé les textes d'accompagnement de plusieurs intégrales Dupuis : "Spirou", "Tif et Tondu", "Johan et Pirlouit" et "Natacha".

Source : wikipedia.org

"Jérôme Anthony".

L'animateur de télévision français Jérôme Anthony

Il s'agit du pseudonyme de l'animateur de radio et de télévision français Jérôme Finkelsztejn, né le 11 novembre 1968.

Radio

Ayant débuté à la radio dès l'âge de 14 ans, sur Rockin' Chair à Nancy (54), il a ensuite travaillé sur Fun Radio Lorraine. Et est arrivé à RTL en 2018 et à M Radio (ex MFM radio) en 2019.

Télévision

À la télévision, où il a débuté en 1992, il a exercé successivement sur les chaînes RTL TV (devenue RTL9), TF1, France 2, Disney Channel, M6 et W9.

Source : wikipedia.org

"Albert Michel".

L'acteur français Albert Michel

Il s'agit du nom de scène et du nom d'artiste de l'acteur français Albert Bour, né le 3 octobre 1909 et mort le 6 juillet 1981.

Bien qu'il ait souvent ignoré son nom, le grand public était habitué à la bonhommie de cet acteur de seconds rôles que l'on voyait souvent interpréter des personnages de concierge, gardien, veilleur de nuit, agent de police, guichetier, contrôleur ou domestique.

Il faut dire que sa carrière a été si prolifi que l'on a énormément eu l'occasion de le voir.

L'acteur français Albert Michel

Albert Michel a en effet tourné dans au moins 244 films sortis entre 1935 à 1982.

Ainsi que dans une trentaine de  téléfilms et une bonne cinquantaine d'épisodes de feuilletons télévisés.

Auxquels il convient d'ajouter une douzaine de pièces de théâtre.

Au cinéma il a tourné sous la direction des plus grands réalisateurs français : Jean Delannoy, Claude Autant-Lara, Christian-Jaque, Gilles Grangier, René Clair, Henri Decoin, Henri Verneuil, André Cayatte, René Clément, Jean-Paul Le Chanois, Max Opüls, Sacha Guitry, André Hunebelle, Édouard Molinaro, Henri-Georges Clouzot, Jacques Deray, Philippe de Broca, Julien Duvivier, Jean Girault, Jean-Pierre Mocky, Georges Lautner, Costa-Gavras, Jean-Pierre Melville, Michel Drach, Robert Lamoureux, Claude Zidi ou Alain Corneau.

Mais aussi étrangers : Michelangelo Antonioni, Vincente Minnelli, Anatole Litvak, Fred Zinnemann, Jules Dassin, Stanley Donen ou Ettore Scola.

Et côtoyé les acteurs plus célèbres, au premier rang desquels : Bourvil, Jean Gabin (14 films ensemble) ou Fernandel.

Source : wikipedia.org

"Catherine Lara".

La chanteuse et violoniste française Catherine Lara

Il s'agit du nom de scène de l'auteur-compositeur-interprète et violoniste française Catherine Bodet, née le 29 mai 1945.

Arrangeuse et productrice, elle est surnommée "La rockeuse de diamant".

Elle est fille de parents violonistes et pianistes et étudie le violon dès l'âge de cinq ans. Un instrument de prédilection auquel elle rend plusieurs fois hommage dans ses chansons. Elle obtient le 1er prix du conservatoire de Versailles (78) en 1958, puis le 2e prix de violon au conservatoire national de Paris (75) en 1965. Avant que le 1er prix de musique de chambre lui soit décerné au conservatoire national de Paris (75) en 1966.

En sortant du Conservatoire de Paris (75), elle crée un orchestre de chambre, "Les musiciens de Paris", dont elle est le premier violon et qu'elle dirige pendant huit ans. Elle crée ensuite le "Quatuor Lara", qui accompagne sur scène des chanteurs comme Claude Nougaro ou Nana Mouskouri. Ou en studio, comme Françoise Hardy et Maxime Le Forestier.

Elle compose les musiques des films "Docteur Françoise Gailland" (1975), "Les hommes préfèrent les grosses" (1981) et "La triche" (1984).

À partir de l'album "Coup d'feel" en 1979, sa musique s'affirme délibérément rock. Elle apparaît cheveux courts et torse nu sur la pochette de "Geronimo" en 1980.

Disque 33t de Catherine Lara "Geronimo" (1980)
Disque 33t de Catherine Lara "Geronimo" (1980)

Puis en cuir pour "La rockeuse de diamant" (1983), un succès, imposant un look audacieux et libéré.

Disque 33t de Catherine Lara "La rockeuse de diamant" (1983)
Disque 33t de Catherine Lara "La rockeuse de diamant" (1983)

En 1986 sort son album "Nuit magique", écrit par Luc Plamondon. La chanson titre devient un grand tube. Catherine Lara est consacrée meilleure interprète féminine aux Victoires de la musique et le clip reçoit une Caméra d'or au Festival de Cannes.

La chanteuse et violoniste française Catherine Lara en 1984

En 1986, elle reprend l'air de "Nuit magique" pour composer des sonaux de "La fréquence Magique", une radio successivement rebaptisée "Programme Europe 2" (1987-1997), "Europe 2" (1997-2007) et "Virgin Radio" au 1er janvier 2008., "Europe 2". Elle en fut la marraine, ainsi qu'une animatrice occasionnelle.

Et en 1987, elle publie une autobiographie intitulée "L'Aventurière de l'archet perdu".

Depuis 1990 sa carrière s'est fait plus discrète.

Et en 2020, elle fait une tournée pour fêter ses cinquante ans de carrière et faire ses adieux à la scène.

Une féministe qui assume sa bisexualité

Dans la chanson "Autonome" (1983), Catherine Lara affiche ouvertement ses préférences sexuelles : "Longtemps j'ai pensé ce que pensaient les autres, Longtemps j'ai vécu comme si j'étais une autre […], Longtemps j'ai connu des amours parallèles […] Jusqu'au jour, où Autonome, Autonome, Libre d'aimer une femme ou un homme… " (paroles de Luc Plamondon).

Féministe convaincue, Catherine Lara est une des premières vedettes françaises à être sorti du placard dès la première moitié des années 1980. Et demeure, à ce jour, l'une des rares artistes françaises à s'exprimer publiquement sur son homosexualité.

Au-delà de la chanson "Autonome," Catherine Lara s'affirme en 1986, lors de l’émission "Mon Zénith à moi". Interrogée par l'animateur Michel Denisot : "Qu'est-ce que vous regardez en premier chez un homme ?", Catherine Lara rétorque : "Sa femme".

Elle a été la compagne de l'humoriste Muriel Robin de 1990 à 1995.

L'humoriste et actrice française Muriel robin et la chanteuse et violoniste française Catherine Lara, le 9 juillet 1990, au mariage de Johnny Hallyday et d'Adeline Blondieau
L'humoriste et actrice Muriel robin et la chanteuse et violoniste Catherine Lara, le 9 juillet 1990, au mariage de Johnny Hallyday et d'Adeline Blondieau

Et, depuis 1995, de la directrice des éditions musicales de TF1, Samantha Llorens.

La chanteuse et violoniste française Catherine Lara et son épouse Samantha Llorens
La chanteuse et violoniste française Catherine Lara et sa compagne Samantha Llorens

Source : wikipedia.org

"Michel Crémadès".

L'acteur français Michel Crémadès

Le grand public ignore le plus souvent le nom de cet acteur français de seconds rôles, né le 23 mars 1955.

Il commence sa carrière professionnelle au théâtre, en 1979.

Sa participation au "Petit théâtre de Bouvard", dès 1982, aide à le faire connaître d’un large public.

Dès lors, il enchaîne les rôles au théâtre, au cinéma et à la télévision.

Sur scène, il est l’interprète de pièces comme "Oscar" de Pierre Magnier, dans une mise en scène de Pierre Mondy, "La jalousie" de Sacha Guitry, "La dame de chez Maxim" de Georges Feydeau ou "Les palmes de Monsieur Schutz" de Jean-Noël Fenwick.

Michel Crémadès a également mis en scène huit pièces, entre 1984 et 2013.

Pour le petit écran, il apparaît dans de nombreux téléfilms et épisodes de séries à succès comme "Marie Pervenche", "Maigret", "Navarro" ou "Joséphine, ange gardien".

Il débute au cinéma en 1983 et on le voit entre autres dans "Les Ripoux" et "Ripoux contre ripoux" de Claude Zidi (1984 et 1989) , "Les couloirs du temps : les visiteurs 2" de Jean-Marie Poiré (1998), "Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre" d'Alain Chabat (2002), "Micmacs à tire-larigot" de Jean-Pierre Jeunet (2009) et "Case départ" de Fabrice Eboué, Thomas N'Gijol et Lionel Steketee (2011).

Ainsi que dans de nombreux courts-métrages.

L'acteur français Michel Crémadès dans "Les ripoux", le film de Claude Zidi (1984)

Personnellement, je n'ai jamais oublié son apparition en voleur à la tire dans "Les ripoux", son deuxième film (1984).

Source : wikipedia.org

On n'écrit pas : "Jean-Michel Apathie" !

Le journaliste français Jean-Michel Aphatie

Mais : "Jean-Michel ApHatie" !

Ce journaliste politique français de radio et de télévision originaire des Pyrénées-Atlantiques (64) est né le 8 septembre 1958 et son nom se prononce "a-pa-ti".

Il est l'un des rares journalistes à avoir fait carrière à la radio et à la télévision sans renoncer à son accent basque, ce que je trouve à la fois remarquable et admirable, moi qui doit pourtant humblement confesser avoir du mal à supporter un certains nombre d'accents français ou étrangers.

"Philippe du Janerand".

L'acteur français Philippe de Janerand

On ignore souvent le nom de cet acteur français de seconds rôles né le 6 mai 1959.

Il a débuté au théâtre et au cinéma en 1976 et on a pu le voir dans plusieurs dizaines de pièces et près de soixante films.

Ainsi que dans de très nombreux téléfilms et feuilletons télévisés.

Parmi ses rôles les plus célèbres rôles, on peut citer "Nikita" de Luc Besson (1990), "Grosse Fatigue" de Michel Blanc (1994), "Taxi" de Gérard Pirès (1998), "Monsieur Batignole" de Gérard Jugnot (2002) ou "Les Choristes" de Christophe Barratier (2003).

L'acteur français Philippe de Janerand dans "Taxi" de Gérard Pirès (1998)

Philippe du janerand est le fils du peintre figuratif français Daniel du Janerand.

Source : wikipedia.org

"À la hussarde", "Faire l'amour à la hussarde" et "Hussarder".

  • "À la hussarde" est une locution adverbiale du registre familier signifiant :
    • brusquement, impétueusement et sans ménagement.

On dit par exemple : "Le Premier ministre a pris l'habitude de faire passer ses réformes à la hussarde".

    • brusquement, sans délicatesse ni distinction.

On dit par exemple : "Il est entré dans la villa à la hussarde, sans même avoir annoncé son arrivée ni sonné au portail".

    • à la manière des hussards (un "manteau à la hussarde"  ou un "cheval équipé à la hussarde"),
    • ample aux cuisses et étroit aux chevilles, pour un pantalon (un "pantalon à la hussarde"),
    • dont la tige monte en s'évasant, pour des bottes (des "bottes à la hussarde"),
    • d'origine hongroise, pour la "danse à la hussarde" ou par ellipse "la hussarde".
  • "Faire l'amour à la hussarde" est une locution verbale du registre familier signifiant : avoir une relation sexuelle rapide, éventuellement un peu brutale, sans s'embarrasser des préliminaires.

On dit par exemple : "Ses nombreuses maîtresses ne l'ont jamais caché et c'est de notoriété publique : le président Chirac faisait l'amour à la hussarde. Ce n'est pas pour rien qu'on le surnommait Cinq minutes douche comprise".

Dans le même registre militaire, on dit également "Aimer à la dragonne".

  • et "Hussarder" est un verbe du registre familier signifiant : agir avec hardiesse, promptitude.

On dit par exemple : "Je n'aime pas perdre mon temps lorsque j'agis, quitte, je le reconnais, à hussarder".

Sources : wiktionary.org, www.larousse.fr et www.cnrtl.fr

"Philippe Laudenbach".

L'acteur français Philippe Laudenbach

Le grand public ignore souvent le nom de cet acteur français né le 31 janvier 1936.

Affiche du film français "vivement dimanche !" de François Truffaut (1983)
vivement dimanche
1983
rŽal : Francois Truffaut
Jean Louis Trintignant
Fanny Ardant
Collection Christophel

Comme beaucoup, c'est en 1983, dans "Vivement dimanche !" de François truffaut", que je l'ai découvert.

J'ai immédiatement apprécié son jeu et surtout - moi qui suis extrêmement sensible aux voix - son timbre et sa diction, qui m'ont rappelé ceux de son oncle, le grand Pierre Fresnay, qui m'avait fasciné, tout jeune, dans "La grande illusion" de Pierre Renoir (1937), au point que je n'avais eu de cesse, dès lors, d'essayer de voir tous ses autres films, ce qui n'était guère aisé, dans les années 1970 et même 1980.

Théâtre

Philippe Laudenbach débute au théâtre en 1963.

Et il a joué depuis dans une cinquantaine de pièces, travaillant à de multiples reprises avec Yves Gasc, Laurent Terzieff ou Robert Hossein.

Cinéma

Philippe Laudenbach tourne son premier film en 1962 avec Alain Resnais ("Muriel ou Le temps d'un retour"), qui le dirigera de nouveau en 1980 dans "Mon oncle d'Amérique", puis dans "La vie est un roman" (1983).

L'acteur français Philippe Laudenbach

Dès les années 1980, il devient un second rôle très demandé, dirigé par François Truffaut, Claude Lelouch, Jean-Jacques Beineix, Éric Rohmer, Claude Sautet, etc.

L'acteur français Philippe Laudenbach

Il a souvent joué des rôles de notables. Et, en 2010, il est Célestin dans le film de Xavier Beauvois "Des hommes et des dieux".

Puis joue le père de Valérie Lemercier, en 2017, dans son film "Francine".

Philippe Laudenbach a également beaucoup tourné pour la télévision.

Actif dans le domaine du doublage, il a aussi prêté sa voix pour des pièces radiophoniques et feuilletons diffusés par la radio publique France Culture, ainsi que pour la narration de quelques documentaires.

Famille

Philippe Laudenbach est le neveu de l'acteur français Pierre Fresnay.

Et le cousin germain de l'écrivain, éditeur, journaliste, critique littéraire et scénariste français Roland Laudenbach, fondateur, en 1944, de la maison d'édition "La Table ronde", qu'il dirigea jusqu'en janvier 1986.

Dont le petit-fils, Sébastien Laudenbach, né le 12 octobre 1973, est un réalisateur dans le domaine de l'animation, scénariste, producteur et illustrateur. Il est l'auteur de "La jeune fille sans mains", un long-métrage d'animation sorti en 2016, dans lequel Philippe Laudenbach prêtait sa voix au diable.

Source : wikipedia.org