"Robert Saidreau".

Il s'agit du nom de scène du réalisateur français Jean Marie Robert Sordes, né le 19 septembre 1875 et mort le 5 décembre 1925.

Acteur dans une demi-douzaine de films muets, entre 1912 et 1921, ce scénariste et producteur français a réalisé 14 films muets entre 1920 et 1925.

Dont la première adaptation cinématographique de la célèbre pièce écrite en 1894 par Georges Feydeau, "Un fil à la patte".

Source : wikipedia.org

"Le Palais idéal du facteur Cheval".

Le Palais idéal du facteur Cheval

Cet unique monument d'art naïf  au monde a été construit à Hauterives (26), 33 années durant, par un seul homme, le Facteur Ferdinand Cheval.

Débuts de la construction

En 1879, une pierre, qu'il dénommera sa "pierre d’achoppement", entraîne sa chute sur le chemin de sa tournée et le fait transposer son rêve dans la réalité. Il rapporte dans ses cahiers l'importance de cet événement :

"Un jour du mois d'avril en 1879, en faisant ma tournée de facteur rural, à un quart de lieue avant d'arriver à Tersanne, je marchais très vite lorsque mon pied accrocha quelque chose qui m'envoya rouler quelques mètres plus loin, je voulus en connaitre la cause. J'avais bâti dans un rêve un palais, un château ou des grottes, je ne peux pas bien vous l'exprimer… Je ne le disais à personne par crainte d'être tourné en ridicule et je me trouvais ridicule moi-même. Voilà qu'au bout de quinze ans, au moment où j'avais à peu près oublié mon rêve, que je n'y pensais le moins du monde, c'est mon pied qui me le fait rappeler. Mon pied avait accroché une pierre qui faillit me faire tomber. J'ai voulu savoir ce que c'était… C'était une pierre de forme si bizarre que je l'ai mise dans ma poche pour l'admirer à mon aise. Le lendemain, je suis repassé au même endroit. J'en ai encore trouvé de plus belles, je les ai rassemblées sur place et j'en suis resté ravi… C'est une pierre molasse travaillée par les eaux et endurcie par la force des temps. Elle devient aussi dure que les cailloux. Elle représente une sculpture aussi bizarre qu'il est impossible à l'homme de l'imiter, elle représente toute espèce d'animaux, toute espèce de caricatures.

Je me suis dit : puisque la Nature veut faire la sculpture, moi je ferai la maçonnerie et l'architecture".

Le facteur Ferdinand Cheval à l'oeuvre sur le chantier de son fameux Palais idéal
Le facteur Ferdinand Cheval à l'oeuvre sur le chantier de son "Palais idéal"

Pour son voisinage, le Facteur Cheval devient alors un être étrange, un "pauvre fou" qui durant sa tournée met des pierres en tas, revient le soir les chercher en s'aidant de sa brouette, pour en remplir son jardin.

Le facteur Ferdinand Cheval

C'est en 1879 qu'il commence la construction de son fameux monument, qu'il n'appelle pas encore "Palais idéal".

En 1894, le décès de sa fille Alice, à l'âge de 15 ans, l'affecte profondément. Il avait commencé à collecter les pierres de son palais l'année de sa naissance, mais sa fille ne connaîtra jamais son achèvement. Il habite ensuite une villa dénommée villa Alicius, en hommage à sa fille, qu'il fait construire à proximité du "Palais idéal", afin de le valoriser.

Le facteur Ferdinand Cheval devant son fameux Palais idéal

Ferdinand Cheval achève la construction de son palais en 1912.

Ne pouvant être inhumé dans ce palais selon son souhait, il construit de 1914 à 1922 son tombeau au cimetière municipal.

L'oeuvre d'un tiers de siècle : Le "Palais idéal"

Classé au titre des monuments historiques le 2 septembre 1969 grâce à l'appui de l'ancien ministre André Malraux, ce monument, qui a rendu célèbre Ferdinand Cheval, a été édifié petit à petit durant 33 ans entre avril 1879 et le courant de l'année 1912.

Ce monument entièrement édifié par cet homme, mesure 12 mètres de hauteur et 26 mètres de long, les différentes pièces (des pierres ramassées sur les chemins pour la plupart) ont été assemblées avec de la chaux, du mortier, du ciment et des armatures métalliques (ce qui est précurseur en matière de technique de "béton armé").

Architecte, sculpteur ou dessinateur, Ferdinand Cheval inventera pour mener son projet à bien, certaines techniques comme le béton armé !

Le Palais idéal du facteur Cheval

En 2019, le "Palais idéal" a reçu la visite de plus de 180 000 visiteurs.

Source : wikipedia.org

"Robert Dalban".

L'acteur français Robert Dalban

Il s'agit du nom de scène de l'acteur français Gaston Barré, né le 19 juillet 1903 et mort le 3 avril 1987.

Débuts sur les planches : théâtre, caf'conc', opérettes et revues

Robert Dalban débute au théâtre en 1919, à l'âge de seize ans, aux côtés de Harry-Max et Maurice Dorléac, le père de Françoise Dorléac et Catherine Deneuve et l'époux de Renée Simonot .

Sous le nom de scène de "R.Q.", il est comique troupier au caf'conc' "Les Trois Mousquetaires".

Aux débuts des années 1920, il effectue une tournée aux États-Unis avec la grande Sarah Bernhardt et on le retrouve dans des opérettes et des revues au cours des années 1930.

Il joue plusieurs fois avec l'actrice Gaby Morlay, qui le pousse vers le cinéma, où il débute en 1934.

Cinéma

Avec plus de deux cents films à son actif entre 1934 et 1986, il est l'un des "seconds rôles" masculins les plus célèbres du cinéma français.

Il a donné la réplique aux plus grands acteurs du cinéma français : Jean Gabin, Alain Delon, Lino Ventura, Bernard Blier, Paul Meurisse, Jean Marais ou Louis de Funès.

Tourné sous la houlette des plus grands réalisateurs : Christian-Jaque, Henri Decoin, Henri-Georges Clouzot, Jean Delannoy, René Clément, Gilles Grangier, Jean-Pierre Melville, Henri Verneuil, Sacha Guitry, Marc Allégret, Édouard Molinaro, Yves robert, Gérard Oury, Roger Vadim, Georges Lautner, Claude Autant-Lara, André Hunebelle, Marcel Carné, Julien Duvivier, André Cayatte, Claude Pinoteau, Patrice Leconte, Philippe de Broca, Jacques Deray, Jean-Jacques Annaud, Francis Veber ou Yves Boisset.

Mais également Charles Gérard, Michel Audiard, Robert Hossein, Pierre Richard, Robert Lamoureux, Michel Lang ou Gérard Lauzier.

Et son physique aux traits marqués ainsi que sa gouaille populaire ont, je crois, durablement marqué tant le grand public que les cinéphiles.

Acteur fétiche de Georges Lautner, sous la direction duquel il a tourné pas moins de onze films, aussi bien du côté de la police que du côté des truands, il est notamment :

Affiche du film français "Marie-Octobre" de Julien Duvivier (1959)

  • le serrurier Léon Blanchet, ancien camarade de la Résistance de Marie-Octobre (Danielle Darrieux) dans le film du même nom, réalisé en 1959 par Julien Duvivier,

L'acteur français Robert Dalban dans le film "Les tontons flingueurs" de Georges Lautner (1963)

  • le légendaire majordome Jean et son fameux "Yes, sir !", dans "Les tontons flingueurs" de Gorges Lautner (1963),

Affiche du film français "Les tontons flingueurs" de Georges Lautner (1963)

Affiche du film français "Le pacha" de Georges Lautner (1968)

Robert Dalban est aussi, bien sûr, en 1950, la voix française de Rhett Butler (Clark Gable) dans la super-production états-unienne de David O. Selznick "Autant en emporte le vent", sortie en 1939 aux États-Unis d'Amérique.

Affiche du film états-unien "Autant en emporte le vent" de Victor Fleming (1939) sorti en France en 1950

Vie familiale

Robert Dalban a été le premier mari de l'actrice française Madeleine Robinson (1940-1946), avec laquelle il aura un fils, Jean-François, né en 1941, avant d'épouser la chanteuse et actrice belge Francine Claudel.

Source : wikipedia.org

"Féodor Atkine".

L'acteur français Feodor Atkine

Cet acteur français d'origine russo-polonaise est né le 27 février 1948.

Il a débuté au théâtre en 1970 et beaucoup tourné pour la télévision à partir de 1975.

Cinéma

À partir de 1972, il interprète de nombreux seconds rôles au cinéma, où il tourne en français, mais aussi en anglais ou en espagnol.

Il a ainsi tourné pour Fred Zinnemann, Woody Allen, Sidney Pollack, Robert Altman, Jeannot Swarc, Philip Kaufman, John Frankenheimer, Roland Joffé ou Oliver Stone !

Ou Bigas Luna, Carlos Saura et Pedro Almodovar.

En France, on l'a notamment vu dans les films de Michel Audiard, Claude Zidi, Nelly Kaplan, Robin Davis, Jacques Deray, Claude Lelouch, Éric Rohmer, Patrick Schulmann, José Pinheiro, Andrzej Zulawski, Jean-Pierre Mocky, Aline Issermann, Raoul Ruiz, Marion Vernoux, Pierre Salvadori, Laurent Tirard.

L'acteur français Feodor Atkine

Doublage

Féodor Atkine est également un grand nom du doublage, un domaine où il est extrêmement actif.

Il est notamment la voix française régulière de William Hurt, Ben Kingsley, Hugo Weaving, Hugh Laurie ("Dr House"), Frank Langella, Jonathan Banks et, depuis 2012, de Tommy Lee Jones, ainsi que - entre autres - l'une des voix de Jeremy Irons.

Il a également été la voix du personnage de "Jafar" dans les films d'animation "Aladdin" (1992) et "Le Retour de Jafar" (1994).

Ainsi que de nombreux autres personnages de films d'animation, en particulier de chez Disney.

Source : wikipedia.org

"Orbal" ou "Georges Orbal".

L'acteur français Orbal

Il s'agit du nom d'artiste de l'acteur français Gaston Étienne Philippe Labro, né le 22 novembre 1898 et mort le 31 janvier 1983.

Son pseudonyme "Orbal" constitue l'anagramme de son patronyme "Labro", écrit à l'envers.

Mais je ne pense pas pour autant qu'il ait été le frère aîné du réalisateur français Maurice Labro, né le 21 septembre 1910 et mort le 23 mars 1987.

En dehors de wikipedia, internet n'offre pratiquement aucune information sur cet acteur de seconds rôles, dont j'ai eu toutes les peines du monde à trouver une photo pour illustrer mon article.

Je sais qu'il a joué quelques fois au théâtre entre 1948 et 1957.

Et a tourné dans pas moins 75 films de 1931 à 1962.

Quelques uns des plus grands réalisateurs de cette période ont fait appel à Orbal : Marc Allégret, Yves Allégret, Jacques Becker, Marcel Carné ("La fleur de l'âge" en 1947), Marcel L'Herbier, Sacha Guitry ("Ils étaient neuf célibataires" en 1939), Pierre Prévert, et même... Preston Sturges ("Les carnets du major Thompson" en 1955) !

Et il a tourné à cinq reprises sous la direction de André Hunebelle et dix fois avec Berthomieu.

Surtout, en ce qui me concerne, son nom figure au générique de nombreux films de plusieurs de mes acteurs français préférés des années 1930 à 1970, comme Bourvil, Raimu ou Michel Simon.

Affiche du film français "L'héroîque monsieur Boniface" De Maurice Labro (1949)
Affiche du film français "L'héroîque monsieur Boniface" De Maurice Labro (1949)

Et surtout Fernandel, auprès duquel il a tourné plus de dix films.

Affiche du film français "Casimir" de Richard Pottier (1950)
Affiche du film français "Casimir" de Richard Pottier (1950)
Affiche du film français "Une vie de chien" de Maurice Cammage (1943)
Affiche du film français "Une vie de chien" de Maurice Cammage (1943)

Source : wikipedia.org

Michel Deville

Le réalisateur français Michel Deville

Ce réalisateur, scénariste et producteur français est né le 13 avril 1931.

Michel Deville est entré dans le milieu du cinéma par l'assistanat. D'abord stagiaire à la réalisation, il a grimpé tous les échelons jusqu'à devenir premier assistant ; notamment du réalisateur Henri Decoin, pendant près de dix ans.

Il co-réalise son premier film en 1958, avec Charles Gérard : "Une balle dans le canon".

Affiche du film français "Une balle dans le canon" de Charles Gérard et Michel Deville (1958)

Puis crée sa propre société de production, Éléfilm, en 1961, afin de financer son premier film réalisé seul : "Ce soir ou jamais".

Affiche du film français "Ce soir ou jamais" de Michel Deville (1961)

Ses films suivants "Adorable Menteuse" (1962) et "À cause, à cause d'une femme" (1963), bien qu'ils tranchent sur la production cinématographique de l'époque par leur extrême joliesse et leur marivaudage poético-humoristique frisant le maniérisme, sont néanmoins bien accueillis, tant par la critique que par le public.

Lire la suite

"Mijanou Bardot".

L'actrice française Mijanou Bardot, soeur cadette de Brigitte Bardot

Il s'agit du nom d'artiste de l'actrice française Marie-Jeanne Bardot, née le 5 mai 1938.

Affiche du film français "Jusqu'au dernier" de Pierre Billon (1957)

Elle a tourné neuf films de 1956 à 1970, dont "Jusqu'au dernier" de Pierre Billon (1957, "Une balle dans le canon" de Charles Gérard et Michel Deville (1958), "Ramuntcho" de Pierre Schoendoerffer (1959) et "La Collectionneuse" d'Éric Rohmer (1967).

Affiche du film français "Une balle dans le canon" de Charles Gérard (1958)Affiche du film français "Ramuntcho" de Pierre Schoendoerffer (1959)

Après son dernier film en 1970, elle met un terme définitif à sa carrière d'actrice et s'expatrie aux États-Unis d'Amérique, où elle est devenu créatrice de meubles en fondant, à la fin des années 1970, sa propre entreprise, "Espace Loggia".

L'actrice française Mijanou Bardot, soeur cadette de Brigitte Bardot

Famille

Comme son nom l'indique, elle est la soeur cadette de la célèbrissime actrice française Brigitte Bardot.

Les actrices françaises Brigitte Bardot et Mijanou Bardot, sa soeur cadette

Et à ce titre, comme elle, bien sûr, son patronyme "Bardot" est - on l'ignore souvent - le nom d'un animal hybride appartenant à la famille des équidés, également appelé "Bardeau".

Mijanou Bardot a épousé, au début des années 1960, l'acteur belge Patrick Bauchau, dont la carrière a débuté en 1963 et qui se poursuit toujours actuellement.

Source : wikipedia.org

"Élodie Poux".

L'humoriste française Élodie Poux

J'aime beaucoup cette humoriste et actrice française, née le 3 septembre 1982.

Cette ancienne animatrice périscolaire pratique en effet un humour noir dont je suis assez friand.

Pourtant, je le confesse, la première fois que je l'ai entendu à la radio, j'ai confondu sa voix avec celle de l'actrice française Valérie Bonneton, la Fabienne Lepic du feuilleton humoristique "Fais pas ci, fais pas ça" (2007-2017) !

René Havard

L'acteur et scénariste français René Havard

Cet acteur et scénariste français est né le 20 décembre 1923 et mort le 7 décembre 1987.

Son visage est bien connu des spectateurs et cinéphiles français, mais son nom infiniment  moins, comme bien souvent malheureusement pour les acteurs de seconds rôles.

On l'a pourtant beaucoup vu :

  • que ce soit au cinéma, où il a débuté en 1946 et joué dans 60 films dont 26 films entre 1955 et 1959.

Il apparaît par exemple dans le rôle de l'inspecteur Morin, dans "Bob le flambeur" de Jean-Pierre Melville (1956), dans celui du photographe de mode de "Rue des prairies" de Denys de la Pattelière (1959) ou du comte Bussière dans "La vache et le prisonnier" d'Henri Verneuil (1959).

  • au théâtre où il a joué dans une quinzaine de pièces, entre 1949 et 1983.
  • ou à la télévision ; notamment dans "Les cinq dernières minutes", "Les brigades du tigre" ou "Châteauvallon".

"Un taxi pour Tobrouk", le roman écrit en 1961 par l'acteur René Havard, dont a été tiré le film éponyme, réalisé la même année par Denys de la Pattelière

Mais René Havard est également l'auteur d'un roman dont il a tiré le scénario du film éponyme... le génial "Un taxi pour Tobrouk", écrit en 1961 et réalisé la même année par Denys de la Pattelière, avec Lino Ventura, Charles Aznavour et Maurice Biraud.

Et ces fabuleux dialogues de Michel Audiard, avec les célèbres "Intellectuels assis" confrontés à la "Brute qui marche" !

Affiche du film français "Un taxi pour Tobrouk" de Denys de la Patellière (1961)

Source : wikipedia.org

 

"Cartman".

L'humoriste français Nicolas Bonaventure Ciattoni dit Cartman

Il s'agit du nom d'artiste de l'animateur de radio et de télévision Nicolas Bonaventure Ciattoni, né le 7 septembre 1978.

C'est son patron à  Europe 2, Cauet, qui l'a ainsi surnommé, en 2002, en référence à sa voix qu'il trouvait proche de celle du personnage d'Eric Cartman, dans le dessin animé états-unien "South Park", créé en 1997 par Trey Parker et Matt Stone.

Eric Cartman, un personnage du dessin animé états-unien "South Park"

Avant tout humoriste, Cartman est également chanteur, musicien et producteur.

Et ses chansons humoristiques enregistrées en 2013 sous le nom de "Sébastien Patrick" puis "Patrick Patoche" et enfin "Sébastien Patoche" ont connu un énorme succès.

Source : wikipedia.org

"Stéphane Audran".

L'actrice française Stéphane Audran

Il s'agit du nom d'artiste de l'actrice française Colette Dacheville, née le 8 novembre 1932 et morte d'un cancer le 27 mars 201.

Après avoir commencé sa carrière au théâtre en 1951, Stéphane Audran obtient quelques rôles secondaires au cinéma,  à partir de 1957, dans des films de la Nouvelle Vague.

Sa rencontre avec Claude Chabrol en 1958 est décisive puisqu'elle devient à la fois son épouse et son actrice fétiche. Elle joue dans certains de ses plus grands films, comme "Le Boucher" (1970) et "Les Noces rouges" (1973).

Stéphane Audran participe à l'un des chefs-d'oeuvre du réalisateur espagnol Luis Bunuel, "Le Charme discret de la bourgeoisie" (1972), Oscar du meilleur film en langue étrangère.

Et elle a été une figure emblématique du cinéma français des années 1970.

L'actrice française Stéphane Audran, dans le film "Juste avant la nuit" de Claude Chabrol (1971)
L'actrice française Stéphane Audran, dans le film franco-italien "Juste avant la nuit" de Claude Chabrol (1971)

Après 1980, sa carrière s'est essouflé, mais elle a retrouvé le succès avec le film danois "Le Festin de Babette" de Gabriel Axel,en 1987, qui reçoit lui aussi l'Oscar du meilleur film étranger.

Avant de se faire plus rare à l'écran, tournant son dernier film en 2008.

Stéphane Audran est immédiatement reconnaissable à sa voix traînante, sa chevelure de feu et ses yeux de biche.

On se souvient particulièrement de ses rôles de bourgeoises sophistiquées et ambiguës.

Mais personnellement je l'avais beaucoup aimé dans son rôle d'Huguette Cordier, la femme de Lucien, le policier merveilleusement campé par Philippe Noiret dans l'excellent "Coup de torchon" de Bertrand Tavernier, en 1981, l'un de mes films préférés.

Affiche du film français "Coup de torchon" de Bertrand Tavernier (1981)

Récompenses

Stéphane Audran a reçu plusieurs récompenses au fil de sa carrière, dont :

  • un Ours d'argent de la meilleure actrice en 1968 pour "Les biches" de Claude Chabrol,
  • un BAFTA de la meilleure actrice en 1973 pour "Le charme discret de la bourgeoisie" de Luis Bunuel,
  • et un César de la meilleure actrice dans un second rôle, en 1978, dans "Violète Nozière" de Claude Chabrol.

Vie privée

Stéphane Audran a été la compagne de l'acteur français Jean-Louis Trintignant (1954-1956) et l'épouse du réalsiateur français Claude Chabrol (1964-1980).

Et elle est la mère de l'acteur et réalisateur français Thomas Chabrol, né le 24 avril 1963.

Source : wikipedia.org

"Chaban".

L'homme politique français Jacsques Chaban-Delmas

Tel était le nom de guerre, puis le nom sous lequel on désignait couramment l'homme politique français Jacques Delmas, devenu après-guerre "Jacques Chaban-Delmas".

Né le 7 mars 1915 et mort le 10 novembre 2000, ce résistant de la première heure (décembre 1940) est nommé, à l'été 1944, à l'âge de 29 ans, général de brigade par le général de Gaulle et le gouvernement provisoire ; devenant ainsi le plus jeune général nommé depuis François Séverin Marceau, général à 24 ans durant la Révolution.

Le général de brigade Jacques Chaban-Delmas

Considéré comme l'un des "barons du gaullisme", il est maire de Bordeaux (33) 48 années durant (1947-1995), trois fois ministre sous la IVe République, député (1946-1958 et 1973-1997) et président de l'Assemblée nationale à trois reprises (1958-1969, 1978-1981 et 1986-1988).

Premier ministre de Georges Pompidou (1969-1972), il préconise une "Nouvelle société", d'inspiration centriste et sociale. Et se présente sans succès à l'élection présidentielle de 1974, face à Valéry Giscard d'Estaing.

Source : wikipedia.org

Colette Renard

La chanteuse française Colette Renard

Il s'agit du nom de scène de la chanteuse et actrice française Colette Raget, née le 1er novembre 1924 et morte d'un cancer le 6 octobre 2010.

Elle a notamment triomphé dans le rôle-titre de la comédie musicale "Irma la douce", de Marguerite Monnot, qu'elle a joué de 1956 à 1967.

Elle a connu de nombreux succès populaires avec ses chansons. Et elle est sans doute la dernière chanteuse inspirée par les réalistes d'après-guerre. Sa voix très expressive et son interprétation ainsi que sa diction la rendent reconnaissable au premier couplet.

Elle a enregistré plusieurs albums de chansons érotiques, paillardes ou grivoises.

La plus célèbre d'entre elles est certainement "Les Nuits d'une demoiselle", où elle énumère pas moins de 28 délicieuses façons imagées d'évoquer la masturbation ou la pénétration !

Elle n'est que très peu passé à la télévision, car elle refusait de chanter en présonorisation.

La chanteuse française Colette Renard

Coette Renard a joué dans quelques films ainsi que dans la série télévisée "Plus belle la vie".

Vie privée

Mariée à quatre reprises - avec Jean Houssin (1945-1947), Georges Chottin (1952-1955), Raymond Legrand (1960-1969) et Michel Wandler-Maurette (1978-2002) - Colette Renard a également entretenu une liaison très médiatisée avec l'acteur et chanteur Franck Fernandel dans les années 1970.

Source : wikipedia.org

Roger Dumas

L'acteur français Roger Dumas

On ignore souvent que cet acteur français, né le 9 mai 1932 et mort le 2 juillet 2016, a été un parolier à succès.

Occupant des emplois dits de second rôle, cet acteur dont la plupart des gens ignorent le nom a débuté au théâtre dès 1954. Et y a joué une trentaine de pièces jusqu'en 2013.

Mais c'est au cinéma, pour lequel ce comédien éclectique a tourné un grand nombre de films, 63 années durant, de 1953 à 2015, que vient sa notoriété.

L'acteur français Roger Dumas

Roger Dumas a notamment tourné sous la direction de réalisateurs aussi importants et différents que André Cayatte, Robert Hossein, Christian-Jaque, Yves Robert, Denys de La Patellière, Jean Girault, Claude Chabrol, Jacques Deray, Alain Corneau, Édouard Molinaro, Andrzej Zulawski, Claude Zidi, Enki Bilal, Jean-Marie Poiré, Olivier Assayas, Claude Berri ou Radu Mihaileanu.

Mon souvenir personnel préféré

Ou encore Philippe de Broca, pour lequel il a notamment tourné, en 1963, dans "L'homme de Rio aux côtés de Jean-Paul Belmondo. Roger Dumas y interprète Lebel, le copain de régiment d'Adrien Dufourquet (Belmondo). Celui-ci a passé une invraisemblable semaine au Brésil, à Rio et à Brasilia, pendant laquelle il a échappé à tous les dangers au péril de sa vie, afin d'arracher aux griffes de ses ravisseurs sa fiancée, Agnès de Villermosa (Françoise Dorléac), enlevée sous ses yeux à son arrivée à Paris (75) pour une mystérieuse histoire de statuettes précolombiennes. Malgré tout cela, Dufourquet (Belmondo) parvient à être à temps, le lundi matin, à l'issue de sa permission, dans le train qui le ramène à sa caserne, à Besançon (25).

Arrive alors en courant Lebel (Dumas), qui saute dans le train en marche et raconte à son pote Dufourquet (Bemondo) ce qu'il vient de vivre :

- "Ah si tu savais, si tu savais !"

- "Bah, qu'est-ce qui t'arrives ,"

- "Ah non, t'as jamais vu des embouteillages pareils, mon vieux ! Trois heures pour venir de chez moi, trois heures !"

- "D'où tu viens ?"

- "Viroflay ! Tout Paris à traverser !"

- "Quelle aventure !"

L'acteur français Roger Dumas

 

Télévision

Mais Roger Dumas est également beaucoup apparu à la télévision, en particulier dans les séries "Les Cinq Dernières Minutes", "Navarro" avec Roger Hanin ou "Julie Lescaut".

Récompense

Il est par ailleurs le seul homme à avoir reçu le Prix Suzanne-Bianchetti, en 1959, à l'occasion du film "Rue des Prairies".

Jean Gabin et Roger Dumas dans le film français "Rue des Prairies" de Denys de La Patellière (1959)
Jean Gabin et Roger Dumas dans le film français "Rue des Prairies" de Denys de La Patellière (1959)

Ce dernier lui a également donné l'occasion de rencontrer l'actrice Marie-José Nat, dont il a ensuite été le mari, de 1960 à 1961.

L'actrice française Marie-José Nat et son premier mari, l'acteur français Roger Dumas

Une carrière de parolier

Enfin, Roger Dumas a été un parolier à succès. Il a très tôt écrit des chansons pour divers interprètes, et a notamment beaucoup collaboré avec son ami Jean-Jacques Debout. Ensemble, ils inventent des chansons originales pour les émissions télévisées de Maritie et Gilbert Carpentier.

Ainsi que la chanson du générique du dessin animé culte "Capitaine Flam", une série d'animation japonaise diffusée en France pour la première fois sur TF1, à compter du 7 janvier 1981. Qu'il a avoué avoir écrit en vingt minutes, avant de partir en vacances, lors d'une émission diffusée en 2012 sur Europe 1.

Nombre de ses chansons ont connu le succès, avec l'essor des carrières de ses deux principales interprètes : Sylvie Vartan, dès les années soixante ("Comme un garçon" en 1967), puis de Chantal Goya dans de grandes comédies musicales, créées au Palais des congrès de Paris (75) entre 1980 et 1989.

Mais Roger Dumas a également écrit - excusez du peu ! - pour Johnny Hallyday, Yves Montand, Richard Anthony, Carlos, Marie Laforêt, Thierry Le Luron, Georgette Lemaire, Gérard Lenorman, Dani, Zizi Jeanmaire ou Patachou.

Source : wikipedia.org