"Une hirondelle ne fait pas le printemps".

Cette expression proverbiale en forme d'idiotisme animalier signifie qu'une seule expérience, un seul fait, isolés, ne suffisent pas à tirer une conclusion générale. Et que l'on ne peut tirer une généralité à partir d'un seul exemple.

Ainsi, ce n'est pas parce que l'on aperçoit une hirondelle que le printemps est là ou qu'il va tout de suite arriver.

Il s'agit d'une expression extrêmement ancienne puisque issue d’un traité d’Aristote ("Éthique à Nicomaque"), puis transmise par une fable d’Ésope ("Le Jeune Prodigue et l’Hirondelle").

Sources : www.expressio.fr et wiktionary.org

"Ne pas casser trois pattes à un canard".

J'adore cette expression du registre familier en forme d'idiotisme animalier qui signifie "Ne rien avoir d'extraordinaire, de remarquable ; être très commun, à la limite de la médiocrité".

On dit par exemple : "J'ai vu le film dont tu m'avais parlé : ça ne casse pas trois pattes à un canard !".

L'expression "Ne pas casser des briques" a la même signification.

 

"Reprendre du poil de la bête".

L'origine de cette expression du langage courant est à chercher dans l'ancienne croyance populaire selon laquelle appliquer le poil d’une bête qui a mordu sur la plaie engendrée permettrait de guérir ladite plaie.

De nos jours elle signifie, au sens figuré, selon le contexte :

  • aller mieux après avoir été très malade,
  • reprendre des forces, du courage,
  •  reprendre l'avantage sur un adversaire après avoir été en situation de faiblesse.

Sources : wwww.expressio.fr et wiktionary.org

"Au grand dam de quelqu'un".

Cette locution nominale signifie "À son grand désavantage, à son détriment".

On dit par exemple : "Les dirigeants politiques français n'osent jamais effectuer de profondes réformes au grand dam de leurs successeurs".

Mais que peu bien vouloir signifier ce mot "Dam" ?

Tout simplement : "Préjudice, dommage".

Le châtiment du "Dam" était en effet autrefois, en théologie, un châtiment éternel privant les réprouvés de la vue de Dieu.

"C'est là le hic", "Il y a un hic", "Le hic c'est que" ou "Voilà le hic".

Ces trois formules du langage courant signifient respectivement :

  • "Voilà la difficulté" ou "Voilà le problème",
  • "C'est là la difficulté" ou "C'est là le problème",
  • "La difficulté c'est que" ou "Le problème c'est que".

Dans les trois cas, le mot "hic" désigne le noeud d'une affaire ou d'un problème, sa principale difficulté.

Il s'agit d'un mot latin que l'on retrouve dans la locution "Hic est quaestio" signifiant "Là est la question".

Et qui est également employé dans le domaine juridique, en marge d’un acte, pour attirer l’attention sur un point important.

Et évidemment pas de l'onomatopée "Hic !" évoquant le hoquet ou l'absorption excessive d'alcool !

Source : wiktionaty.org

"Être en âge" et "Être en nage"

Ces deux locutions verbales homophones du langage courant signifient respectivement :

  • "Être en âge" (qui se prononce, avec la liaison : être-en-nage) : avoir l'âge (de faire quelque chose).

On dit par exemple : "Être en âge de voter en France, de nos jours, signifie que l'on a plus de dix-huit ans".

L'homme politique français Manuel Vals, "en nage", lors de l'université d'été du Parti Socialiste, à la Rochelle (17), le 30 août 2015
L'homme politique français Manuel Vals, "en nage", lors de l'université d'été du Parti Socialiste, à la Rochelle (17), le 30 août 2015
  • et "Être en nage" : être couvert de sueur, avoir abondamment transpiré.

On dit par exemple : "Il est naturel d'être en nage après avoir couru aussi longtemps par cette chaleur".

Et je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire : "Transpirer" ou "Transpirer énormément" en français.

"Tomber des nues".

J'aime beaucoup cette expression qui signifie, au sens figuré, être extrêmement surpris face à un événement inopiné.

Elle a d'abord signifié, au XVIIe siècle, "arriver à l'improviste, de façon surprenante, sans que l'on sache d'où".

"Tombé du ciel", en quelque sorte, puisque le mot "Nues", aujourd'hui tombé en désuétude désigne un groupe de nuages.

Sources : wiktionary.org et www.edilivre.com

"Toucher du bois".

Cette expression du langage courant s'utilise pour conjurer le mauvais sort.

On l'utilise souvent en se touchant la tête ou en touchant celle de quelqu’un, afin de sous-entendre que l'on a ou que cette personne a "une tête de bois".

On dit par exemple : "Jusqu'ici - je touche du bois - je suis parvenu à échapper aux différents mouvements de grève ayant affecté les transports en commun". Sous-entendu : et j'espère bien que cela pourra perdurer.