56 façons de dire "mourir".

Le registre argotique est très riche, avec les verbes "Calancher", "Clamser", "Claquer" ou "Crever".

Et les locutions verbales "Aller nourrir les asticots", "Aller nourrir les poissons", "Aller nourrir les requins", "Aller nourrir les vautours", "Avaler sa chique", "Avaler son acte de naissance" et "Avaler son bulletin de naissance".

"Boire le bouillon d'onze heures", "Passer l'arme à gauche", "Sortir les pieds devant" ou "Y passer" relèvent du registre familier.

Dans le langage courant, nous avons également "Brûler vif", "Être assassiné", "Être broyé", "Être coupé en deux", "Être déchiqueté", "Être transformé en écumoire", "Être tué", "Être victime d'un assassinat", "Être victime d'un meurtre", Exploser", "Laisser sa vie (quelque part)", "Ne pas survivre", "Perdre la vie", "Succomber à ses blessures" ou "Trouver la mort".

Ainsi que, dans le cas d'une exécution : "Être décapité", "Être exécuté", "Être fusillé", "Être guillotiné" ou "Être pendu"

Ou, durant une guerre : "Mourir pour la France", "Tomber au champ d'honneur" ou "Tomber sous les balles de l'ennemi".

Enfin, "Consentir au sacrifice suprême", "Être cueilli par la mort", "Être fauché par la mort", Être rappelé à Dieu", "Être victime de la Grande Faucheuse", "Expirer", "Faire le dernier voyage", "Faire son dernier voyage", "Faire le grand voyage", "Passer", "Passer de vie à trépas", "Payer de sa vie", "Rendre l'âme", "Rendre son dernier souffle", "Rendre son dernier soupir", "Retourner à la poussière", "Trépasser" et "Voir sa dernière heure arriver" relèvent du registre soutenu.

5 façons de dire "Paresseux".

Les adjectifs "Feignant" et "Cossard" relèvent du registre populaire.

"Feignasse" et "Flemmard" appartiennent au registre familier.

Tandis que "Fainéant" est un terme du langage courant, à l'instar de "Paresseux".

Sur un thème contigu, je vous recommande la lecture de mon article consacré à pourquoi il vaut mieux dire "Fainéant" que "Feignant".

 

9 façons de dire "Un lit".

Un lit en bois

Dans le registre argotique nous disposons de : "un paddock", "un page" (apocope de "page"), "un pageot" ou "un pajot", ainsi que "un pucier". Mais ces termes sont aujourd'hui désuets.

"Un pieu" appartient au registre populaire et est très couramment utilisé.

"Un plumard" et "un plume" relèvent du registre familier

Enfin, "une couche" relève du registre soutenu et ne s'emploie guère.

Sources : www.languefrancaise.net, www.larousse.fr et dictionnaire.sensagent.leparisien.frAjouter

On nde dit pas : "Amener son enfant au docteur" !

Mais : "EMmener son enfant CHEZ le MÉDECIN" !

Vous passerez ainsi du registre populaire au langage courant.

On ne dit pas : "J'm'ai gouré" ni "Je m'suis gouré" !

Mais, à tout le moins : "JE mE suis TROMPÉ" (langage courant) !

Et idéalement : "J'ai COMMIS UNE ERREUR"  (registre soutenu) !

On ne dit pas : "Faut-il taxer plus le capital ?" !

Comme j'ai pu le lire en bandeau-titre, le 18 octobre 2020, dans l'émission de François Lenglet, "Lenglet déchiffre", sur la chaîne de télévision français d'information en continu LCI.

Mais : "Faut-il taxer DAVANTAGE le capital ?" !

"Tourner de l'oeil", "Tomber dans les pommes" ou "Se trouver mal".

Ces trois locutions verbales signifient : s'évanouir, avoir (ou faire) un malaise (langage courant) ; défaillir (registre soutenu).

  • "Tourner de l'oeil" est un idiotisme corporel et appartient au registre familier,
  •  "Tomber dans les pommes" est un idiotisme alimentaire et relève du registre argotique,
  • et "Se trouver mal" appartient au registre familer.

6 façons de dire "Hurler" en français.

"Gueuler" appartient au registre argotique.

"Brailler" relève du registre familier.

Alors que"Beugler", "Clamer" et "Crier" appartiennent au langage courant.

Et que "Vociférer" relève du registre soutenu.