30 façons de dire "Avoir bu trop d'alcool".

Dans le registre argotique nous avons tout d'abord "avoir gorgeonné"; "être beurré", "être beurré comme un Petit LU", "être bituré", "être bourré", "être bourré comme un coing", "être cramé", "être cuit", "être cuité", "être déchiré", "être murgé", "être paf", "être pinté", "être plein", "être raide", "être torché".

"Être noir", "être rond", "être saoul comme un cochon" (ou "être soûl comme un cochon"), "être saoul comme un polonais" (ou "être soûl comme un polonais") relèvent du registre familier.

"Avoir bu", "avoir trop bu", "être alcoolisé", "être en état d'ivresse", "être enivré", "être ivre", "être saoul" (ou "être soûl") ou "voir des éléphants roses" appartiennent au langage courant.

De même que "être éméché" ou "être gai", qui correspondent toutefois à un moindre degré d'imprégnation. Tout comme "être pompette", dans le registre familier.

Enfin, "être dans les vignes du Seigneur" relève du registre désuet.

14 façons de dire "Les jambes".

De nombreuses jambes de femmes

Dans le registre argotique nous trouvons "Les cannes", "Les cliques", "Les crayons", "Les guiboles" (ou "Les guibolles")  "Les pattes" et "Les quilles".

On dit également "Les poteaux" pour qualifier des jambes épaisses.

"Les fumerons" et "Les pinceaux" appartiennent au registre populaire.

"Les échasses" et "Les gigues" relèvent du registre familier et désignent des jambes longues et plutôt maigres.

Dans ce même registre, nous trouvons encore "Les gambettes", chères à Mistinguett.

Ainsi que "Les gambilles", qui correspondent à de petites jambes.

Enfin, "Les membres inférieurs" appartiennent au registre soutenu.

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "les pieds".

En effet, "Les fumerons", "Les pattes" et "Les pinceaux" désignent tout aussi bien, selon le contexte, les jambes que les pieds.

11 façons de dire "Avoir du culot".

"Ne pas manquer d'air", "Ne pas manquer d'aplomb", "Ne pas manquer de culot", "Ne pas manquer de souffle" ou "Ne pas manquer de toupet" relèvent du registre familier, de même que "Être culotté" ou "Être gonflé".

Et "Avoir de l’aplomb", "Avoir de l’audace", "Avoir du toupet" ou "Être effronté" appartiennent au langage courant.

Dites : "Maintes fois" ou "À maintes reprises", plutôt que "De nombreuses fois" ou "À de nombreuses reprises" !

Par exemple : "Je l'ai maintes fois prévenu et cette fois c'est en trop !".

Ou : "Le renard était venu à maintes reprises se régaler des poules du fermier lorsque celui-ci se décida à clôturer son poulailler".

Vous passerez ainsi du langage courant au registre désuet, mais soutenu.