"Une tannée".

Ce substantif féminin polysémique désigne selon le contexte et le niveau de langue :

  • de la vieille écorce de chêne moulue, dont le tanin résiduel a été extrait à l'eau.

Ce produit résiduel, sorte de sciure provenant de la préparation des cuirs, était utilisé autrefois comme combustible bon marché, ou comme engrais, par les jardiniers,

  • dans le registre populaire et le régistre désuet : une volée de coups, une raclée,

On dit par exemple : "Je vais me prendre une de ces tannées... j'ai laissé la bagnole de mon darron sous un échaffaudage et elle est pleine de peinture !".

  • et dans le registre familier :
    • un défaite sévère et humiliante,

On dit par exemple : "Rater deux penalties et perdre 6-0, moi j'appelle à une tannée".

    • ou : une difficulté, une galère.

On dit par exemple : "J'ai fait tomber le puzzle de 1 000 pièces, que mon père assemblait depuis des semaines, et j'ai dû l'aider à tout recommencer pendant plus de deux jours... quelle tannée !".

Sources : Le Robert, www.larousse.fr et wiktionary.org

"Une grosse".

Ce substantif féminin polysémique peut désigner selon le contexte :

  • dans le domaine juridique, autrefois (registre désuet) :
    • une copie, un double d'une décision de justice (jugement ou arrêt) ou d'un acte notarié, comportant la formule exécutoire.

Dans le Code des procédures civiles d'exécution, cette appellation a été remplacée, depuis le décret du 26 novembre 1971, par celle de "Titre exécutoire".

    • l'écriture en gros caractères pour les copies des actes, par opposition à la "minute" (écriture en caractères menus),
  • dans le domaine du commerce, autrefois (registre désuet) : une douzaine de douzaines, c'est à dire 144 unités de quelque chose,

On dit par exemple : "Je vais prendre une grosse de boucles et deux grosses de boutons",

  • ou, par ellipse de "une grosse femme" et de façon péjorative, dans le registre familier : une femme de forte corpulence, en surpoids.

On dit par exemple : "Regarde-moi cette grosse en robe à fleurs".

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons non grossières de dire "Une personne en surpoids".

Sources : Le Robert, www.linternaute.fr, wiktionary.org et

"Gausser" ou "Se gausser".

J'aime beaucoup utiliser ce verbe du registre soutenu et du registre désuet, qui signifie :

  • "Gausser" : tourner une personne en ridicule ; la railler.

On dit par exemple : "Peut-être commenceront-ils à modifier leur façon de procéder lorsqu'ils en auront asse que nous les gaussions".

  • et "Se gausser" : se moquer ouvertement d'une personne ou de son attitude ; en rire.

On dit par exemple : "Je me gausse des résultats obtenus par ce gouvernement d'incapables".

Sources : www.larousse.fr, Le Robert et www.cnrtl.fr

"Être raide patate".

Cette étrange locution verbale appartient au registre populaire et au registre désuet.

Et elle signifie tout simplement, selon le contexte :

  • être raide dingue, très amoureux.

On dit par exemple : "Adolescent j'étais raide patate d'une fille de ma classe de quatrième".

  • apprécier énormément quelque chose ou quelqu'un,

On dit par exemple : "Ma petite-fille est raide patate de ce film d'animation : elle le regarde en boucle depuis des semaines".

"Ne pas valoir un kopeck", "Ça ne vaut pas un kopeck", "N'avoir pas un kopeck" ou "Ne pas obtenir un kopeck".

"Revers" (côté "pile") d'une pièce russe de un kopeck, de 2005

Le substantif masculin "Kopeck" est un mot russe correspondant à la plus petite unité monétaire russe en circulation qui est le centième de rouble, une monnaie d'argent créée en Russie au XVe siècle et progressivement dévaluée, frappée en cuivre après 1704, et en acier recouvert de cupronickel de nos jours.

Il s'agit d'une monnaie de très faible valeur, correspondant à 0,00011 d'Euros au cours du 26 juin 2021. Inutile par conséquent de vous réjouir si, d'aventure, vous en trouvez même un plein sac, car il vous en faudra pas moins de 8 624 pour obtenir un seul Euro !

Des dizaines de pièces de russes de un kopeck

Cette monnaie est si dérisoire que même les pauvres ménagères russes ne se baissaient pas pour les ramasser durant les périodes de crises. Et la Banque centrale russe envisage d'ailleurs depuis 2010 de le supprimer, car il coûte pas moins de 47 kopecks à produire !

"Avers" (côté "face") d'une pièce russe de un kopeck, de 2005
"Avers" (côté "face") d'une pièce russe de un kopeck, de 2005, dont le "revers" (côté "pile") figure plus haut

Ce mot est utilisé en français, au singulier, dans le registre populaire et dans le registre désuet, depuis les années 1820, comme synonyme du mot "Sou" et signifie donc : une somme minime, voire nulle.

Ainsi, les expressions suivantes signifient respectivement, dans le registre populaire et au sens figuré :

  • "Ne pas valoir un kopeck" : ne pas valoir un sou (registre familier), ne pas valoir un clou (registre familier), ne rien valoir du tout ou n'avoir qu'une valeur dérisoire, ne presque rien valoir.

On dit par exemple : "Tu es certain qu'il faut jeter tous ces vieux meubles ?" "Oui, ça ne vaut pas un kopeck".

  • "N'avoir pas un kopeck" : être financièrement démuni, complètement désargenté, très pauvre.

On dit par exemple : "Je ne risque pas de pouvoir m'acheter une voiture, partir en vacances ou même me soigner les dents : je n'ai pas un kopeck".

  • et "Ne pas obtenir un kopeck" : ne pas obtenir un sou, ne pas obtenir un cent ; ne pas parvenir à toucher le moindre argent.

On dit par exemple : "Si tu veux mon avis, tu peux toujours porter plainte, je pense que tu n'obtiendras pas un kopeck de leur part".

Sources : wiktionary.org, blog.delcampe.net, www.out-the-box.fr et www.larousse.fr

"Une bonniche" ou "Une boniche" et "Ne pas être la bonniche/boniche" ou "Ne pas être ta bonniche/boniche".

  • Le substantif féminin "Une bonniche" ou "Une boniche" appartient au registre argotique et au registre désuet.

Et il désigne, de façon péjorative : une bonne à tout faire, une employée de maison, c'est à dire une femme dont le travail consiste à s​'occuper de la maison de son employeur, faire le ménage, s'occuper des enfants, servir ses patrons, accueillir les visiteurs, voire faire la cuisine.

Une "bonniche" au sens figuré, c'est à dire une femme contrainte d'exécuter des tâches ménagères rebutantes

  • Et "Ne pas être la bonniche" (ou "boniche") ou "Ne pas être ta bonniche" (ou "boniche") signifie : ne pas être une bonne à tout faire ; ne pas avoir à obéir servilement, telle une employée de maison soumise à son employeur.

"Ne pas être la bonniche" ou "Ne pas être ta bonniche"

Sources : www.linternaute.fr et wiktionary.org

"Une ménagère".

Ce substantif féminin polysémique peut avoir de nombreuses significations.

Il peut en effet désigner, selon le contexte :

  • soit une personne :
    • dans le langage courant : une femme qui, dans un couple, s'occupe de son foyer, du ménage, de l'organisation des tâches ménagères, de l'administration de la maison et gère l'économie domestique.

La "ménagère de moins de 50 ans", stéréotype féminin constituant une cible publicitaire et mercatique considérée comme déterminante dans les dépenses du ménage, n'a pas survécu au "politiquement correct".

Une ménagère des années 1960
Une ménagère des années 1960
    • dans le registre familier : la femme légitime ; l'épouse,

Mais il existe bien d'autres mots possédant la même signification.

    • dans le registre argotique : une bonne à tout faire s’occupant du ménage du colonial et faisant souvent fonction de concubine,
    • dans le registre désuet : une servante s'occupant du ménage de quelqu’un,
  • soit un objet :
    • un service de couverts de table, généralement présenté dans coffret ou un écrin,

Il existe ainsi des ménagères en argent.

Une ménagère en argent
Une ménagère en argent
Une ménagère en argent
Une ménagère en argent
Une ménagère en argent
Une ménagère en argent

Mais également en inox.

Une ménagère en inox Pradel
Une ménagère en inox Pradel

Ou dans d'autres matière telles que le vermeil.

Une ménagère en vermeil
Une ménagère en vermeil
Une ménagère en vermeil
Une ménagère en vermeil
    • une pièce de vaisselle ou ustensile de table sur lequel se range la salière et la poivrière, et parfois l'huilier et le vinaigrier, à la disposition des convives,

La "ménagère de table" est un ensemble de petits récipients, contenant des épices ou assaisonnements, regroupés sur un même support.

La ménagère la plus simple et la plus diffusée est le couple "salière et poivrière", uni sur un même support de divers matériaux (bois, verre, métal, céramique, combinaison de plusieurs matières, etc.).

Une ménagère de table 2 pièces : sel et poivre

Dans les restaurants, on trouve le plus souvent le trio "sel-poivre-moutarde" ou "sel-poivre-cure-dents".

Une ménagère de table 3 pièces : sel, poivre et moutarde
Une ménagère de table 3 pièces : sel, poivre et moutarde

Ou le quatuor "sel-poivre-huile-vinaigre".

Une ménagère de table 4 pièces : sel, poivre, huile et vinaigre
Une ménagère de table 4 pièces : sel, poivre, huile et vinaigre
    • ou : un nécessaire de couture.
Une ménagère nécessaire de couture
Une ménagère nécessaire de couture

Une ménagère nécessaire de couture

  • et enfin, en zoologie : une espèce d’insecte lépidoptère (papillon) de jour.

La ménagère, un papillon de jourLa ménagère, un papillon de jour

Sources : wiktionary.org, wikipedia.org, www.cnrtl.fr et www.larousse.fr

"Manger comme une mauviette".

"Manger comme un moineau" ou "Avoir un appétit d'oiseau"

Cette locution nominale en forme d'idiotisme alimentaire appartient au registre familier et au registre désuet.

Elle fait référence au substantif féminin "Mauviette", dans son acception de petite nature, personne chétive, fragile, sans aucune résistance physique et au tempérament délicat.

Et elle signifie, par conséquent : manger très peu, grignoter, picorer.

On dit par exemple : "Tu as à peine touché à mon rôti et tu ne veux pas de dessert : tu manges vraiment comme une mauviette !".

On utilise également les idiotismes animaliers : "Avoir un appétit d'oiseau" ou "Manger comme un moineau".

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Manger abondamment".

Sources : dictionnaire.reverso.net et www.cnrtl.fr

"Rabibocher" et "Se rabibocher".

J'aime bien ce verbe du registre familier, qui désigne selon le contexte :

  • "Rabibocher" :
    • dans le registre désuet : réparer, remettre en état d'une manière sommaire ou provisoire ; rafistoler (registre familier), retaper (registre familier).

On dit par exemple : "J'ai voulu rabibocher le miroir de ma copine, mais je l'ai fait tomber par terre  !".

    • ou : raccommoder, réconcilier des personnes après une courte brouille.

On dit par exemple : "Mon frangin n'a pas réussi à rabibocher nos parents".

  • et "Se rabibocher" : se réconcilier.

On dit par exemple : "J'aimerais bien me rabibocher avec mon cousin, mais je ne suis pas très optimiste car j'ai paumé sa Ferrari : je suis malheureusement incapable de me souvenir où je l'ai garée".

Sources : Le Robert et www.cnrtl.fr

"Cossu" ou "Cossue".

J'aime assez ce petit adjectif issu du substantif féminin "Cosse" et qualifiant :

Des haricots blancs dans leur cosse entrouverte
Des haricots blancs dans leur cosse entrouverte
Des cosses de haricots blancs vides (© rougedorient.canalblog.com)
Des cosses de haricots blancs vides (© rougedorient.canalblog.com)
  • au sens propre, dans le registre désuet : ce qui a beaucoup de cosses, en parlant des tiges de pois ou de fèves ; ou est pourvus de cosses plus ou moins développées.

On dit par exemple : "J'ai planté une variété de haricot très cossue".

  • et au sens figuré :
    • dans le registre familier :
      • celui qui est riche, prospère, possède une large aisance ; est aisé,

On parle par exemple d'un "rentier cossu" ou d'un fermier cossu", pour évoquer un riche paysan.

Un rentier cossu
Un rentier cossu
      • ou ce qui témoigne d'une situation prospère, ou dénote d'une large aisance.

On parle par exemple d'une "demeure cossue" pour désigner une grande et jolie bâtisse.

Une maison cossue

    • et dans le registre populaire, autrefois (registre désuet) : ce qui est gros.

On dit par exemple : "Ton oncle en raconte de bien cossues", pour "des choses trop grosses, peu vraisemblables".

Sources : Le Robert, www.cnrtl.fr et wiktionary.org

"Un mec".

Ce substantif masculin désigne selon le contexte :

  • de nos jours, dans le registre populaire :
    • un homme, un individu de sexe masculin ; un gars, un type,

On dit par exemple : "J'ai rencontré un mec sympa au boulot, avec lequel je suis allé voir au vél voir l'Ohème".

    • ou : un homme au sein d'un couple : compagnon, amant ou mari,

On dit par exemple : "Ma soeur est venu avec son nouveau mec".

  • et autrefois, dans le registre désuet et dans le registre argotique :
    • un homme du milieu, maquereau ou souteneur, gagnant sa vie en assurant la protection et en contrôlant une ou plusieurs prostituées.

On dit par exemple : "Attention : le mec de cette fille ne rigole pas et pèse 120 kilos. Toi qui ne dépasse pas les 55, tu devrais jouer la prudence et arrêter de lui demander si elle est atendue...".

    • ou : un chef, un patron, un homme fort, énergique, faisant figure de maître, semblant détenir le pouvoir.

On dit par exemple : "Il veut jouer au mec, mais c'est un locdu".

Sources : www.linteraute.fr, www.cnrtl.fr et wiktionary.org

Pourquoi dire : "Teenager" et "Teenagers" ou "Teen" et "Teens" ?

Un groupe de "teenagers", c'est à dire d'adolescents

Et pas simplement : "Adolescent" ou "Adolescente" et "Adolescents" ou "Adolescentes" (langage courant) !

Ou : "Ado" et "Ados" (registre familier) !

Fort heureusement cet anglicisme fait partie des quelques uns que les journalistes français ont fini par ne presque plus utiliser de nos jours, me semble-t-il. Et auxquels j'avais consacré un article dont je me permets de vous recommander la lecture : « Tous les espoirs ne sont pas perdus : même les anglicismes peuvent passer de mode ! ».

Un "Adolescent" ou "Une adolescente" est un jeune garçon ou une jeune fille à l'âge de l'adolescence, c'est à dire - selon l'OMS - la période de croissance et de développement humain se situant entre l'enfance et l'âge adulte, entre les âges de 10 et 19 ans.

Alors que le mot anglais "Teenager" correspond lui aux jeunes gens âgés de 13 à 19 ans : "thirteen" (treize), "fourteen" (quartorze), "fifteen" (quinze), "sixteen" (seize), "seventeen" (dix-sept), "eighteen" (dix-huit) et "nineteen" (dix-neuf).