"Verser une larmichette", "Verser sa larmichette", "Écraser une larmichette" ou "Laisser glisser une larmichette".

Ces locutions verbales du registre populaire signifient, selon le contexte :

  • "Verser une larmichette" : verser une petite quantité de liquide, généralement de boisson alcoolisée.

On dit par exemple : "Je te sers une larmichette de mon nouveau Cognac, tout de même !".

  • "Verser une larmichette", "Verser sa larmichette", "Écraser une larmichette" ou "Laisser glisser une larmichette" : laisser couler une ou deux petites larmes ; être un petit peu ému.

On dit par exemple : "Je dois reconnaître que j'ai versé ma larmichette lorsque la petite fille cancéreuse, que l'on croyait guérie, succombe, à l'instant précis où sa mère aurait pu la revoir, lors de sa sortie du coma...".

Source : wiktionary.org

"Une piaule", "Une thurne" ou "Une turne".

Ces différents mots du registre argotique désignent "Une chambre".

Mais le mot "Thurne" ou "Turne" désigne une chambre meublée ou une chambre d'étudiant, dans le jargon scolaire ou étudiant.

Et il peut également désigner un taudis ou une maison sale et sans confort, dans le registre populaire.

On dit par exemple :

  • "Je déteste quand ma reum fait l'ménage dans ma piaule !",
  • "Ma thurne était toujours dans un bordel pas possible quand j'étais à la fac",
  • ou "Sa frangine nous avaient prêté sa turne de la cité U pour notre première fois !".

Source : www.larousse.fr

 

Ne dites pas : "J'y entrave que dalle !" ni "J'y comprends que pouic" !

Mais plutôt : "J'y comprends rien !" (registre familier).

Et, si possible, : "JE N'y comprends rien !" (langage courant).

Voire, idéalement, : "Je n'y entends rien !" (registre soutenu).

"J'y entrave que dalle !" relève en effet du registre argotique et "J'y comprends que pouic !" du registre populaire et du registre désuet.

On ne dit pas : "Je m'excuse" !

Mais : "Excuse-moi" ou "Excusez-moi" (langage courant)

Et, si possible, : "Je te prie de m'excuser" ou "Je vous prie de m'excuser" !

Voire : "Je te prie de BIEN VOULOIR m'excuser" ou "Je vous prie de BIEN VOULOIR m'excuser"

Et même : "Je te prie de bien vouloir AVOIR L'OBLIGEANCE de m'excuser" ou "Je vous prie de bien vouloir AVOIR L'OBLIGEANCE de m'excuser" (registre soutenu).

Ou encore - si vous ne craignez pas de sombrer dans l'obséquiosité - : "Je te prie de bien vouloir avoir L'EXTRÊME obligeance de m'excuser" ou "Je vous prie de bien vouloir avoir L'EXTRÊME obligeance de m'excuser"...

"Laisser pisser" ou "Laisser pisser le mérinos".

Cette expression idiomatique, qui relèvent du registre vulgaire signifie "Laisser faire sans rien dire, laisser aller, laisser couler, laisser les choses suivre leur cours".

Elle date du XIXe siècle et fait référence aux conducteurs d'attelages ou de troupeaux, qui avaient pour habitude de laisser les animaux faire leurs besoins à l'arrêt pour éviter les soucis en route.

Quant au "Mérinos", il s'agit d'une race de mouton.

Moutons mérinos

"Donner c'est donner, reprendre c'est voler".

Ce dicton du registre populaire et du registre enfantin est très vite connu des jeunes enfants français qui l'utilisent fréquemment, me semble-t-il, dès la fin de l'école maternelle.

Il exprime l’idée que l’on n’a plus aucun droit sur les dons, les donations ou les cadeaux qu’on a faits.

Lorsque l'on a donné quelque chose on n'en est plus propriétaire et il n'est plus question de récupérer cette chose. Le faire (la reprendre) serait un vol (la voler).

Source : wiktionary.org