"Le cul de bus".

Cette locution nominale masculine en forme d'idiotisme corporel relève du langage familier.

Et elle désigne dans le jargon de la publicité :

  • un emplacement publicitaire situé, comme son nom l'indique, à l'arrière d'un bus.

Une affiche "cul de bus"

  • ainsi que le format publicitaire d'affichage extérieur correspondant.

Le format standard d'une affiche cul de bus est normalement de 99 X 83 cm, mais certains bus pour touristes proposent des formats plus importants.

Le terme de cul de bus est cependant également utilisé pour désigner des formats plus importants qui, en utilisant la vitrauphanie, permettent de recouvrir intégralement l'arrière d'un bus ou parfois d'un autocar.

Une vitrauphanie "cul de bus" intégral

Les cul de bus sont en moyenne 4,7 x plus regardés que leur part d'espace équivalente dans l'environnement. Et même 6,5 x plus pour les automobilistes.

Source : www.definitions-marketing.com

"La roche Tarpéienne est proche du Capitole" ou "Il n'y a pas loin du capitole à la roche tarpéienne".

"La roche tarpéienne est proche du Capitole"

J'aime beaucoup cette locution verbale qui nous vient du latin "Arx tarpeia Capitoli proxima".

Elle  signifie que les honneurs et la célébrité n’empêchent pas la déchéance ou la chute d’arriver ; et celles-ci peuvent survenir rapidement.

Aussi, la meilleure façon de précipiter quelqu'un vers sa chute - au propre comme au figuré - consiste parfois à l'inviter à monter le plus haut possible, voire à faciliter son ascension.

  • Le Capitole est en effet l'une des sept collines sur lesquelles Rome a été fondée. C'est le centre religieux de la ville avec le Temple de Jupiter capitolin consacré à la triade Jupiter, Junon et Minerve. Par extension chaque cité romaine se doit d'avoir son Capitole.
  • Tandis que la roche Tarpéienne (en latin : "saxum Tarpeium" ou "rupes Tarpeia" ou "encore "Tarpeium") est une crête rocheuse située à l’extrémité Sud-Ouest du Capitole, à Rome.

Lieu d’exécution capitale pendant l’Antiquité, c’est de là qu’étaient précipités, jusqu’à la fin de la République romaine, les criminels et en particulier ceux qui se rendaient coupables de faux témoignage et de haute trahison.

 

Histoire

Son nom vient de Tarpeia, la fille de Sempronius Tarpeius, gouverneur de la citadelle à l’époque de Romulus, qui avait accepté l’offre du roi des Sabins Titus Tatius, dont elle était amoureuse, d’ouvrir les portes à ses troupes alors en guerre contre les Romains.

À la fin de la bataille, Tarpeia demanda la récompense qui lui avait été promise pour sa trahison : ce que les Sabins portaient au bras gauche (leurs bijoux en or). Les Sabins s’exécutèrent immédiatement mais ils lui donnèrent aussi leurs boucliers qu’ils portaient également au bras gauche et dont le poids écrasa Tarpeia.

Le nom de Tarpeia fut d'abord donné à l'ensemble de la colline de l'actuel Capitole, puis fut réservé à l'un de ses rochers.

Sources : wiktionnary.org, wikipedia.org et XXX

On ne dit pas : "C'est pas gagné" !

Mais : "CE N'est pas gagné" !

Cette locution qui relève du registre populaire ("C'est") ou du registre familier ("Ce n'est") signifie, au sens figuré : ce n'est pas certain, pas acquis, pas sûr ; cela va être difficile, compliqué, complexe.

On dit par exemple : "Je vais dire à ma femme que j'ai eu une réunion qui s'est éternisée, dans une zone d'où je ne pouvais pas téléphoner, et que j'ai crevé sans roue de secours en pleine forêt. Mais c'est pas gagné...".

Sources : www.languefrancaise.net

"Pas trop vite le matin, doucement l'après-midi".

J'aime beaucoup cette locution adverbiale qui relève du registre familier.

Et qui s'utilise pour signifier, de façon ironique, au sens figuré : assez lentement, mollement, nonchalamment.

On dit par exemple : "C'est le genre de type qui ne se tue pas à la tâche : pas trop vite le matin, doucement l'après-midi".

On ne dit pas : "Pas tout l'monde pensait que" !

Le journaliste français Emmanuel Duteil

 

Ainsi qu'a lamentablement pu le déclarer, le 13 janvier 2023, le journaliste français Emmnuel Duteil, directeur de la rédaction du magazine L'Usine Nouvelle, dans l'émission "C dans l'air", sur la chaîne de télévision publique française France 5.

Mais, à tout le moins : "Tout lE monde ne pensait PAS que" !

Et idéalement : "PEU DE GENS pensait que" !

 

"Vélléitaire" ou "Un vélléitaire".

Cet adjectif et ce substantif masculin relèvent du registre soutenu.

Et ils désignent, en parlant d'une personne, de son comportement : hésitant, timoré ; incapable de prendre des décisions et de passer aux actes, de se décider à agir, ou incapable de s'en tenir à une décision prise.

On dit par exemple : "Je n'en peux plus du caractère vélléitaire de mon nouveau chef".

Ou :"Moi aussi je déteste les vélléitaires".

Sources : Le Robert, www.cnrtl.fr et www.larousse.fr

"Un pacson".

Ce substantif masculin relève du registre argotique et du registre populaire.

Et il désigne : un paquet, un lot ; une quantité importante.

On dit par exemple : "Toi qui aimes les vieux jeux vidéos, tu devrais aller dans cette boutique : ils en ont un pacson".

Une collection de jeux vidéos

Et notamment : un paquet de cigarette.

Un pacson

On dit par exemple : "Garde le pacson si tu veux, j'ai assez fumé pour aujourd'hui".

Source : www.linternaute.fr

On ne dit pas : "On parle de 250 000 morts et tués" !

L'écrivain français Guillaume Ancel

Ainsi qu'a pu le déclarer, le 12 janvier 2023, l'écrivain français Guillaume Ancel, dans l'émission "C dans l'air", sur la chaîne de télévision publique française france 5.

Mais bien évidemment : "On parle de 250 000 morts et BLESSÉS" !

Gageons qu'il ne peut s'agir là que d'un lapsus.

"Comme on dit en bon français" ou "Comme on dit".

  • "Comme on dit en bon français" était une formule encore utilisée jusque assez récemment dans le langage courant afin d'essayer de justifier ironiquement l'emploi d'un anglicisme.

On disait par exemple : "Je pars en week-end, comme on dit en bon français".

Et déjà cette tournure avait le don de m'agacer.

  • Mais elle a depuis peu été remplacée par la formule elliptique "Comme on dit" qui m'exaspère véritablement. Et dont je crains vivement qu'elle ne devienne rapidement un tic de langage.

Ainsi par exemple du journaliste français Axel de Tarlé, le 12 janvier 2023, dans l'émission "C dans l'air", qu'il anime, sur la chaîne de télévision publique française France 5 : "Ça pourrait être un game changer comme on dit".

Non, on ne le dit pas, cher monsieur ! Du moins, on ne devrait pas.

Le journaliste français Axel de Tarlé

"L'innascibilité".

Ce substantif féminin largement méconnu désigne, en matière de religion : la qualité de ce qui ne peut avoir de naissance ou ne peut naître.

Cette propriété attribuée à Dieu le Père et signifiant qu'il ne peut pas être né (comme le Fils) constitue l'une des cinq notions divines, avec la paternité (dans le Père), la spiration active, la filiation (dans le Fils) et la procession (du Saint-Esprit, procèdant du Père et du Fils).

Sources : wikipedia.org et www.cnrtl.fr

"Être à ça" de quelque chose.

Cette locution verbale relève du registre familier.

Employée essentiellement à l'imparfait, elle signifie : avoir failli ; être tout près de (langage courant) ; à un cheveu, à un doigt, à un poil (3 idiotismes corporels relevant du registre familier).

On dit par exemple : "C'est rageant, j'étais à ça de décrocher mon permis de conduire du premier coup".

Ou : "Désolé ma chérie, j'étais à ça de t'acheter un cadeau pour ton anniversaire, et puis je n'y ai plus pensé".

"J'étais à ça de"
L'actrice et scénariste française Zoé Bruneau dans la pastille de 2'30 "J'étais à ça", qu’elle a créée et dans laquelle elle tient le premier rôle, réalisée par Julie Gali et diffusée chaque jour dans l'émission "C dans l'air", sur France 5