"La langue verte".

Cette locution nominale du langage courant, en forme d'idiotisme chromatique et d'idiotisme corporel, désigne - au sens figuré - l'argot.

Ou un langage libre et cru.

Source : wiktionary.org

Ne dites pas : "Faire des digressions" ou "Faire une digression" !

Mais : "Digresser" !

Ce verbe du registre soutenu découle du latin "Digressio" qui désigne l'action de s'éloigner.

Digresser consiste à s'écarter du sujet principal d'une conversation, d'un discours, d'un exposé ou d'un développement.

On dit par exemple : "Mon meilleur ami me reprochait toujours de trop digresser et il est vrai que je suis capable d'ouvrir parenthèse sur parenthèse".

Sources : www.pornorthographe.fr et wiktionary.org

"Une abréviation.

Une abréviation est le raccourcissement d'un mot ou d'un groupe de mots, représentés alors par un caractère ou un groupe de caractères issus de ce mot.

Par exemple :

  • "abr." ou "abrév." pour "abréviation",
  • "c.-à-d." pour "c'est à dire",
  • "M." pour "Monsieur",
  • "s.v.p." pour "s'il vous plaît",
  • ou "svt" pour "souvent",

Source : wikipedia.org

"Un néologisme".

Ce mot désigne :

  • un mot nouveau ou apparu récemment dans une langue,
  • ou un sens nouveau attribué à un mot existant.

Le mot en question peut être un nom commun, un adjectif ou même une expression.

Et le phénomène de création de nouveaux mots communs est appelé, de manière générale, "Néologie".

Les linguistes distinguent :

  • le néologisme de forme qui est un mot nouveau au sens où il n'existait pas, un mot forgé : par exemple, en informatique, le mot-valise "Courriel",
  • et le néologisme de sens, également appelé "néosémie", qui est l'emploi d'un mot existant dans le lexique d'une langue dans un sens nouveau.

Par exemple, lorsque le mot "Virus" passe d'un emploi en biologie à un emploi en informatique.

À côté de ces néologismes traditionnels, la plus grande partie des néologismes est constituée de néologismes déposés propres, appelés "marques".

Source : wikipedia.org

"Un nom vernaculaire".

En sciences de la nature, un "Nom vernaculaire" ou "Nom commun" est un nom indigène, usuel ou désuet, en langue locale ou nationale, donné à une ou plusieurs espèces animales, fongiques ou végétales dans son pays ou sa région d'origine.

Un tel nom peut donc désigner des taxons très différents selon le contexte.

Les noms vernaculaires sont souvent repris pour former la base des noms normalisés ou des noms vulgaires, équivalents des noms scientifiques dans une langue donnée.

Malgré leur imprécision et leur frein à l'universalisation des noms, les noms vernaculaires ont souvent la faveur du public dans le langage courant et font partie du patrimoine ethnolinguistique, de la tradition orale et de la culture populaire.

Par exemple, dans le cas du moineau commun :

  • "Piaf" (registre populaire), "Pierrot" (registre familier) et ""Moineau" (langage courant) sont des noms vernaculaires.
  • "Moineau franc" est un nom vulgaire, non retenu par la CINFO (Commission Internationale des Noms Français des Oiseaux).
  • "Moineau domestique" est le nom normalisé retenu par la CINFO (Commission Internationale des Noms Français des Oiseaux).
  • et "Passer domesticus" est le nom binominal de l'espèce.

Source : wikipedia.org

"Un holonyme".

Il s'agit d'un terme lié à un autre par une relation d'holonymie, c'est-à-dire de tout à partie.

Ainsi, un holonyme "A" d'un mot "B" est un mot dont le signifié désigne un ensemble comprenant le signifié de "B".

Par exemple :

  • "Boisson" est un holonyme de "Bière",
  • "Couvert" est une holonyme de "Fourchette",
  • "Mammifère" est un holonyme de "Cheval",
  • et "Sport" est un holonyme de "Athlétisme".

La relation inverse de l'holonymie est la méronymie.

Et l'antonyme d'un "Holonyme" est donc un "Méronyme".

"Un méronyme".

Il s'agit d'un terme lié à un autre par une relation de méronymie, c'est-à-dire de partie à tout.

Ainsi, un méronyme "A" d'un mot "B" est un mot dont le signifié désigne une sous-partie du signifié de "B".

Par exemple :

  • "Bière" est un méronyme de "Boisson",
  • "Fourchette" est un méronyme de "Couvert",
  • "Cheval" est un méronyme de "Mammifère",
  • et "Athlétisme" est un méronyme de "Sport".

La relation inverse de la méronymie est l'holonymie.

Et l'antonyme d'un "Méronyme" est donc un "Holonyme".

"Analphabète", "Analphabètes", "Un analphabète", "Des analphabètes" et "L'analphabétisme".

Ces trois mots du langage courant s'écrivent avec un accent grave (pour les quatre premiers) et un accent aigu (pour le dernier) et non un accent circonflexe, car ils nont strictement rien à voir avec la "bÊtise".

Ils désignent en effet respectivement :

  • "Analphabète" et "Analphabètes" : n'ayant pas appris à lire ni à écrire (adjectifs),
  • "Un analphabète" et "Des analphabètes" : une ou des personnes n'ayant pas appris à lire ni à écrire (substantifs),
  • et "L'analphabétisme" : le fait de ne pas avoir appris à lire ni à écrire (substantif).

"Un odonyme", "Un hodonyme" ou "Un dromonyme".

Ces trois mots parfaitement synonymes désignent tous un nom de voie de communication terrestre telle que celles mentionnées sur les plans de villes ou cartes routières :

  • "chemin", "sentier", "route", "autoroute", etc. en milieu rural.

Exemples : "RN (Route Nationale) 7" ou" Autoroute du Soleil" sont des odonymes ruraux.

  • "avenue", "boulevard", "cours", "impasse", "place", "rue", "ruelle", etc. en milieu urbain.

Exemples : "avenue des des Champs-Élysées", "place de la Bastille" ou "boulevard du Prado" sont des odonymes urbains.

On notera que la forme "odonyme" est la plus courante.

Et que le mot "dromonyme" est sensiblement moins utilisé.

 

"Un domonyme".

Il s'agit d'un nom de maison, que celle-ci soit située en zone urbaine (maison de ville, pavillon, hôtel particulier) ou en zone rurale (ferme, manoir, maison de campagne).

Le domonyme est attaché à la demeure et sert à la désigner officiellement à travers les transmissions et successions.

Voir également mon article : "Les domonymes (ou noms de maisons) particulièrement niais".

"Une locution".

Une "locution"" un groupe de mots figé, ayant la valeur d'un mot unique.

Il constitue une forme globale non divisible, présentant une unité de sens.

On distingue :
  • les locutions adjectivales ou locutions adjectives ("jaune citron" ou "de fraîche date"),
  • les locutions adverbiales ("tout de suite" ou "à jamais"),
  • les locutions conjonctives ("pour que" ou "comme si"),
  • les locutions nominales (un "nain de jardin" ou un"terrain de jeu"),
  • les locutions prépositionnelles ou locutions prépositives ("à cause de" ou "en attendant de"),
  • les locutions pronominales ("qui que ce soit" ou "quelque chose"),
  • et les locutions verbales ("faire don" ou "prendre garde").

Source : wikipedia.org

"La philologie" et "Un philologue".

  • La "philologie" est l'étude historique d'une langue à partir de documents écrits.

Visant à rétablir le contenu original de textes connus par plusieurs sources, elle combine critique littéraire, historique et linguistique.

  • Et le "philologue" est le nom du spécialiste en philologie.

Source : wikipedia.org