Tout le monde connaît ne serait-ce que l'introduction de la célébre chanson du groupe de hard rock Deep Purple "Smoke on the water", mais nombreux sont ceux qui ignorent de quoi elle parle exactement....

Sorti en 1972, l'année de mes 11 ans, la chanson "Smoke on the water" est assurément le titre le plus célèbre du groupe de  hard rock britannique Deep Purple.

Le groupe de hard rock britannique Deep purple, en 1971
Le groupe de hard rock britannique Deep purple, en 1971

Et tout le monde connaît son riff de guitare d’anthologie répété six fois  - sans doute le plus célèbre riff, tous instruments confondus, de toute l’histoire de la musique - sans même parfois connaître le nom du groupe.

Aussi me semble-t-il intéressant de connaître l'événement à l'origine directe de la naissance de cette chanson.

Au départ, un incendie

En décembre 1971, Deep Purple est en Suisse, où ils doivent enregistrer leur sixième album studio, "Machine Head" au Casino de Montreux (Vaud).

Le disque 33 tours "Machine Head" du groupe de hard rock britannique Deep Purple (1971)

Le 4 décembre, ils assistent dans ce même casino à un concert de Frank Zappa and the Mothers of Invention. Deux milles personnes sont présentes et, lorsqu'un homme tire une fusée éclairante, le plafond prend feu, puis les décors, avant que le bâtiment tout entier ne finisse en cendres, le public devant même sauter par les fenêtres du premier étage pour échapper aux flammes.

Le casino de Montreux (Vaud) (Suisse) en flammes, le 4 décembre 1971
Le casino de Montreux (Vaud) (Suisse) en flammes, le 4 décembre 1971
Le casino de Montreux (Vaud) (Suisse) en flammes, le 4 décembre 1971 (© John grandchamp, Christian Guhl Collection Zurcher)
Le casino de Montreux (Vaud) (Suisse) en flammes, le 4 décembre 1971 (© John grandchamp, Christian Guhl Collection Zurcher)

 

 

 

 

 

 

 

Le casino de Montreux (Vaud) (Suisse), après l'incendie du 4 décembre 1971
Le casino de Montreux (Vaud) (Suisse), après l'incendie du 4 décembre 1971

Parmi les rescapés, saufs mais traumatisés, se trouvent l’intégralité des membres de Deep Purple.

Réunis dans la véranda d’un restaurant, ils observent l’incendie mourir alors qu’un rideau de fumée obscurcit le lac Léman. Roger Glover, le bassiste, trouve l’image troublante et pense qu’elle pourrait donner un bon titre de chanson . Et Ian Gillan, le chanteur, imagine ses paroles : une description factuelle détaillée et chronologique des événements de la nuit. La conjonction des deux constituerait une sorte d’oeuvre documentaire, intitulée "Smoke on the water".

Un enregistrement compliqué

Privé de lieu d’enregistrement, le casino étant réduit en cendres, Deep Purple s’attelle tout de même à la réalisation de son album les jours suivants. Brièvement relocalisés au théâtre "Le Pavillon", ils sont expulsés manu militari par la police suisse, les riverains s'étant plaint de tapage nocturne. Ils atterrissent donc au Grand Hôtel de Territet, un établissement fermé au public durant l’hiver et situé en périphérie de la ville, pour enregistrer "Machine Head" sur le studio mobile aimablement prêté par les Rolling Stones.

L’enregistrement, étalé du 6 au 21 janvier 1972, est un sommet de difficultés techniques, au point d’obliger le groupe à travailler exclusivement à l’oreille, sans ambition de réécouter aucune prise avant leur retour en Angleterre.

Une chanson conçue en un temps record

Pour couronner la galère, l’album, conçu autour de six titres, s’avère trop court : il manque une dernière chanson.

Ian Gillan, le chanteur, se souvient : Notre manager, Martin Birch, nous a dit "J’ai une mauvaise nouvelle. Il manque sept minutes de matériel et il ne nous reste que vingt-quatre heures".

"Smoke on the water", dont les paroles sont ébauchées et le titre trouvé, s’impose au groupe comme la solution de secours.

Et la chanson est donc écrite et enregistrée en un temps record.

Un petit emprunt…

La musique, comme bien d'autres disciplines artistiques, on le sait bien, est souvent constituée de petits emprunts. Et Deep Purple n’échappe pas à la règle.

Le célèbre riff de guitare que n’importe quel adolescent s’amuse à reprendre est ainsi un copié-collé.

Car l'introduction de "Smoke on the water" est librement inspirée de l’introduction au piano de la chanson "Maria quiet", chantée par Astrud Gilberto et arrangée par Gil Evans sur l’album "Look to the rainbow", sorti en 1966.

Une chanson pas tout de suite appréciée

"Smoke on the water" n’est pas le premier titre sorti par la maison de disques pour promouvoir "Machine Head" en mars 1972. C’était "Never Before". Mais, elle n’a pas eu le succès escompté. Elle passe même complètement inaperçu aux Etats-Unis.

Mais l'album ayant atteint la première place des classements anglais, australiens, français, danois, finlandais, allemands, canadiens et yougoslaves, "Smoke on the water" est proposé en 45 tours l’année suivante, en mai 1973. Et il se classe à la quatrième place du Billboard 100 états-unien.

Pour le groupe, "C’était juste un titre de plus. Quand vous enregistrez en studio, vous ne faites pas la différence entre une chanson pas mal et une super chanson. D’ailleurs, ce n’est pas vous qui décidez si un morceau va vraiment prendre de l’importance, c’est le public".

Paroles

"We all came out to Montreux
On the Lake Geneva shoreline
To make records with a mobile
We didn't have much time
Frank Zappa and the Mothers
Were at the best place around
But some stupid with a flare gun
Burned the place to the ground

Smoke on the water
A fire in the sky
Smoke on the water

They burned down the gambling house
It died with an awful sound
Uh, Funky Claude was running in and out
Pulling kids on the ground
When it all was over
We had to find another place
But Swiss time was running out
It seemed that we would lose the race

Smoke on the water
A fire in the sky
Smoke on the water

We ended up at the Grand Hotel
It was empty, cold, and bare
But with the Rolling truck Stones thing just outside
Making our music there
With a few red lights, a few old beds
We make a place to sweat
No matter what we get out of this
Ha, I know, I know we'll never forget

Smoke on the water
A fire in the sky
Smoke on the water"

Paroliers : Ian Gillan, Jon Lord, Ritchie Blackmore, Roger Glover et Ian Paice

Sources : wikipedia.org, blog.culture31.com (Eva Kristina Mindszenti), Musixmatch et rocknfool.net

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.