"Impayable" ou "Être impayable".

Cet adjectif signifie :

  • au sens propre : qui ne peut se payer,

On dit par exemple : "Mon frère a pris un appartement immense avec un loyer impayable".

  • et au sens figuré, dans le registre familier : qui étonne par son côté extraordinaire ou très comique, ridicule.

On dit par exemple : "J'adore cet humoriste : il est impayable".

Ou : "Tu aurais vu comment était habillé le nouveau : sa tenue était impayable".

Sources : wiktionary.org et www.larousse.fr

"Les esgourdes", "Les feuilles" ou "Les portugaises".

Une oreille de femme

Ces trois substantifs féminins du registre argotique désignent tous : les oreilles.

On dit par exemple, pour signaler à une personne qu'elle a des problèmes auditifs et entend mal :

  • "Faut aller te laver les esgourdes, mon vieux !",
  • "Tu es dur de la feuille, on dirait !",
  • ou "Tu as les portugaises ensablées !".

Mais il existe encore près d'une vingtaine d'autres façons de le dire !

"Les ravioli" ou "Les raviolis".

Assiettée de ravioli à la tomate en conserve

"Ravioli" est un mot italien constituant le pluriel du mot "Raviolo". En français, les deux formes - avec ou sans "s" - sont admises pour le pluriel.

Ce substantif masculin désigne un produit typique de la cuisine italienne, provenant vraisemblablement de Chine sous le nom de "Jiaozi".

Machine à ravioli

Ravioli faits maison venant d'être découpés
Ravioli faits maison venant d'être découpés

Ils se présentent souvent sous la forme de carrés de pâte remplis d'une farce - généralement à base de viande, de légumes et de fromage - et cuits à l'eau bouillante.

Raviolis faits maison
Raviolis faits maison

Les ravioli se fabriquent normalement de façon traditionnelle, mais ils existent également en conserve, bien que n'ayant pas vraiment la même saveur.

Boîte de ravioli en conserve de marque Panzani

Un plat qui existe dans le monde entier

On trouve des raviolis en France, dans l'actuel Pays niçois, la Provence, la Savoie, le Languedoc, et la Catalogne depuis le bas Moyen Âge.

Les raviolis existent aussi en Asie, où ils sont appelés "Jiaozi en Chine, "Gyoza" au Japon et "Mandu" en Corée.

Ainsi qu'en Europe de l'Est, où on les nomme "Pirojki" ou "Pelmeni" en Russie, ou "Pierogi" en Pologne.

Lorsqu'on les nomme "Ravioles", il s'agit le plus souvent de la raviole du Dauphiné, une recette farcie de fromage et de persil, fabriquée dans la Drôme (26) et dans l'Isère (38).

Sachet de ravioles du Dauphiné de marque Saint-Jean

Source : wikipedia.org

"Être sur ses tablettes", "Écrire sur ses tablettes", "Inscrire sur ses tablettes", "Noter sur ses tablettes" ou "Rayer de ses tablettes".

La présence du substantif féminin "Tablette" au pluriel au sein de ces différentes locutions verbales du langage courant ne doit pas manquer d'interloquer nos amis étrangers ou nos jeunes enfants.

Le mot "Tablette" fait en effet référence ici aux petites plaquettes, à l'origine en argile (dès le IVe millénaire av. J.‑C. en Mésopotamie, au sein des civilisations sumérienne, babylonienne, assyrienne et hittites), puis de bois ou de métal, couvertes de cire, sur lesquelles on écrivait à l'aide d'un poinçon, dans l'Antiquité et au Moyen Âge.

 

Écrire des caractères cunéiformes (constitués de traits terminés en forme de "coins" ou "clous" ("cuneus" en latin) sur des tablettes d'argile à l'aide d'un calame (roseau taillé en pointe)
Écrire des caractères cunéiformes (constitués de traits terminés en forme de "coins" ou "clous" ("cuneus" en latin) sur des tablettes d'argile à l'aide d'un calame (roseau taillé en pointe)

Et non, bien évidemment aux tablettes tactiles apparues au XXIe siècle.

Une tablette tactile
Une tablette tactile

Ces différents locutions verbales signifient donc respectivement :

  • "Être sur ses tablettes" : avoir présent à l'esprit, ne pas avoir oublié (quelque chose ou quelqu'un).

On dit par exemple : "Tu n'oublieras pas d'écrire un article sur ce que je t'ai dit ! C'est sur mes tablettes, ne t'inquiète pas".

  • "Écrire sur ses tablettes", "Inscrire sur ses tablettes" ou "Noter sur ses tablettes" : noter pour s'en souvenir (quelque chose).

On dit par exemple : "Pense à l'anniversaire de ton père le mois prochain ! Oui, c'est sur mes tablettes".

  • et "Rayer de ses tablettes" : ne plus compter sur (quelque chose ou quelqu'un) ; en effacer volontairement le souvenir.

On dit par exemple :"Moi non plus je n'aime pas cette façon d'agir et d'ailleurs, j'ai rayé ce fournisseur de mes tablettes".

etite planche ou plaque horizontale destinée à recevoir divers objets.
Tablette graphique
Tablette unguéale

Sources : www.larousse.fr et wikipedia.org

"Un charo".

Ce mot du registre argotique désigne, par apocope :

  • un charognard.

On dit par exemple : "Je n'aime pas ce mec : il ne lâche rien, c'est un vrai charo".

  • un coureur de jupons, une personne cherchant à établir plusieurs relations amoureuses en parallèle, continuant à draguer des personnes alors qu'elle est déjà en couple.

Sources : www.francebleu.fr, wiktionnary.org et dictionnaire.orthodidacte.com

"Prêcher pour sa paroisse" ou "Prêcher pour son saint".

Ces deux locutions verbales du registre familier, en forme d'idiotismes religieux, se disent, au sens figuré, d’une personne qui, bien qu’affichant une certaine objectivité, favorise, dans son argumentaire, son camp ou son groupe. 

Autrement dit : défende ses propres intérêts, parle pour son propre compte ; loue, vante une personne ou une chose par des motifs d’intérêt personnel.

On dit par exemple : "Je prêche pour ma paroisse, mais l'un des avantages de J'aime les mots est qu'il comporte le plus souvent des exemples et/ou des photos illustrant les définitions qu'il donne".

Sources : www.expressions-francaises.fr et wiktionary.org

On ne dit pas : "Il a réussi à jouer dans le restart" !

Le journaliste sportif français Vincent Duluc

Comme l'a déclaré le journaliste sportif français Vincent Duluc, le 15 septembre 2020, dans l'émission "L'Équipe d'Estelle", de la chaîne de télévision française l'Équipe.

Mais : "Il a réussi à jouer LORS DU REDÉMARRAGE" !

Et même, idéalement : "Il EST PARVENU à jouer LORS DU REDÉMARRAGE DU CHAMPIONNAT" !

"Faire un canard".

Cette locution verbale du signifie, au sens figuré :

  • principalement, dans le registre familier :
    • tremper brièvement un morceau de sucre dans le café et le croquer ensuite sans le laisser fondre dans la tasse ou entre les doigts.

Les nordistes disent aussi "Boire le café à l’chuchette".

Faire un canard : tremper brièvement un morceau de sucre dans le café et le croquer ensuite sans le laisser fondre dans la tasse ou entre les doigts.

    • ou la même chose, mais dans un verre d'alcool.

Souvent, c’est par prudence, notamment lorsque l’alcool est fort, qu'on le goûte de cette façon. En tout état de cause, on suce le morceau de sucre, et on recommence l’opération ... Un régal, paraît-il !

Cette expression, déjà en vogue au XVIIIe siècle, viendrait de la similitude entre le palmipède, qui a l’habitude de plonger son bec régulièrement dans l’eau, et l’action de tenir le sucre entre le pouce et l’index tout en le trempant rapidement dans le café ou l’alcool, afin qu'il s'en imprègne mais ne fonde pas.

La manoeuvre est délicate : trop rapide le sucre ne sera pas assez imbibé, trop lente il va fondre dans la tasse ou le verre…

  • accessoirement, dans le registre argotique : publier, animer, gérer un journal.

 

Sources : www.maisonconfiserie.fr, lebilletdelamarmotte.over-blog.com et verreleine.org

"Un animalcule", "Une bestiole", "Un bestion" et "Une petite bête".

J'aime beaucoup les trois mots "Un animalcule", "Une bestiole" et "Un bestion", qui désignent tous de petits animaux :

  • "Un animalcule" est un substantif masculin désignant un tout petit animal, minuscule, et même éventuellement microscopique, puisqu'il peut n'être visible qu'au microscope,
  • "Une bestiole" est un substantif féminin désignant une petite bête. Contrairement à ce que l'on pense parfois, je crois, ce mot - qui nous vient du latin "Bestiola" - ne relève pas du registre familier, mais du langage courant,
  • "Un bestion" est, selon le contexte :
    • un petit animal, dans le registre soutenu et dans le registre désuet,
    • ou, dans le registre désuet : une figure de proue, sculpture de forme animale ou fantastique ornant la proue d’un navire,
  • et "Une petite bête" est une locution nominale du langage courant désignant un petit animal à sang froid terrestre, et en particulier un petit insecte.

On la retrouve en particulier dans l'expression du registre familier "Chercher la petite bête".

Sources : wiktionary.org et www.larousse.fr

Devinette : "Pourquoi les anciennes pièces de monnaie belges ont-elles failli comporter une pince à épiler sur une face et une gomme à effacer sur l'autre ?".

Explication du calembour
Parce que d’un côté ça épile et de l’autre ça efface !
Explication du calembour
Il résulte de l’homophonie entre les formes conjugées « Ça épile » et « Ça efface » et les formes conjuguées « Ça est pile » et « Ça est face », correspondant à la façon dont nos amis belges disent « C’est pile » et « C’est face » !
Avers (face) et revers (pile) de la pièce belge de 10 francs datant de 1976
Avers (face) et revers (pile) de la pièce belge de 10 francs datant de 1976
Une pince à épiler professionnelle en inox à bouts recourbés de marque Nogent
Une pince à épiler professionnelle en inox à bouts recourbés de marque Nogent
Une gomme à effacer de marque Maped
Une gomme à effacer de marque Maped

"Non sans".

Cette locution prépositive invariable du registre soutenu signifie tout simplement : avec.

On dit par exemple : "Je suis parvenu - non sans mal - à convaincre mon père de me prêter sa voiture".

Ou : "Mon père m'a cependant rappelé - non sans raison - que j'avais systématiquement eu un accident lors de mes trois premières sorties au volant d'un véhicule".