On ne dit pas : "Je mets ça en perspective avec les matchs qu'ont a assisté" !

Le journaliste sportif français Sébastien Tarrago

Ainsi que l'a malheureusement déclaré - à deux reprises qui plus est ! - le 14 avril 2021, le journaliste sportif français Sébastien Tarrago, dans l'émission vespérale d'oilvier Ménard "lLÉquipe du soir", sur la chaîne de télévision française L'Équipe.

Mais, à tout le moins : "Je mets ça en perspective avec les matchs AUXQUELS ont a assisté" !

Et idéalement : "Je mets ça en perspective avec les matchs AUXQUELS NOUS AVONS assisté" !

Pour cette faute de grammaire indigne d'un journaliste professionnel expérimenté, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Est-ce-qu'on a suffisamment une remontée d'information ?" !

La journaliste française Sonia Mabrouk, présentatrice de l'émission quotidienne "Midi News", sur la chaîne de télévision française d'information en continu CNews

Comme a pu le déclarer la journaliste française Sonia Mabrouk, le 17 mars 2021, dans son émission Midi News, sur la chaîne de télévision française d'information en continu CNews.

Mais : "Est-ce-quE L'on a une remontée d'information SUFFISANTE ?" !

Parce qu'elle a accumulé ce jour là, en a peine vingt minutes, pas moins de sept tournures de phrases, sinon fautives, du moins - pour moi - indigne d'une professionnelle du verbe expérimentée comme elle peut l'être, je lui décerne donc mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Sixième ou septième, c'est à peu près le spot, où on peut l'attendre" !

Le journaliste sportif français Grégory Schneider

Comme a pu le déclérer, le 16 avril 2021, le journaliste sportif français Grégory Schneider, dans l’émission vespérale "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Mais : "Sixième ou septième, c'est à peu près le NIVEAU, où on peut S'attendre À LE TROUVER" !

Parce ce que je trouve vraiment particulièrement absurde d'utiliser ici un mot anglais, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Voire même au sein de leur famille politique" !

L'analyste électoral français Jean-Daniel Lévy (© Baptiste Raynal)

Comme a pu le déclarer, le 17 avril 2021, l'analyste électoral français Jean-Daniel Lévy, sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI.

Mais : "VOIRE au sein de leur famille politique" !

Pour cet impardonnable pléonasme, je ne peux que lui décerner mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

"Kinder CéréAlé".

Un paquet de céréales Kinder CéréAlé

Tel est le nom du produit que la marque ombrelle Kinder, du groupe agro-alimentaire italien Ferrero, ose nous vanter dans ses publicités télévisées françaises d'avril 2021...

L'adjectif "céréalé" n'a naturellement jamais existé que dans l'imagination de leurs putassiers services mercatiques, et pas en français !

Mais il est hélas à craindre que, si ce fichu produit rencontre le succès, nos charmants bambins auront tôt fait de nous réclamer un bol de lait bien "céréalé"... quand ce ne sera pas de davantage "céréaler" leur lait !

Parce que je trouve lamentable et destructeur ce type de pratique, je décerne sans hésiter à cette marque mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Cette équipe lilloise a de plus en plus de mal de faire le jeu" !

L’ancien athlète et consultant sportif français Bob Tahri

Comme l’a déclaré, l’ancien athlète et consultant sportif français Bob Tahri, le 16 avril 2021, dans l’émission vespérale d’Olivier Ménard "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française.

Mais : "Cette équipe lilloise a de plus en plus de mal À faire le jeu" !

Parce qu'il est parfaitement incapable de s'exprimer dans un français correct et accumule ce type de fautes grossières, je lui lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "On essaie d'me faire porter bouc émissaire" !

Le collectionneur français Pierre-Jean Chalençon

Comme l'a pitoyablement déclaré, le 05 avril 2021, le collectionneur français Pierre-Jean Chalençon.

Mais : "On essaie dE me faire porter LE CHAPEAU" !

Ou : "On essaie dE me PRENDRE POUR bouc émissaire" !

Pour cet immonde charabia, je décerne à ce bouffon pathétique mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

L'interjection "Hein" n'a pas vocation à servir de ponctuation !

La journaliste française Sylvia Amicone

Je ne supporte plus ce tic de langage, de plus en plus répandu parmi les journalistes de notre pays, consistant à remplacer les virgules et point-virgules de leurs textes par autant de "Hein".

Ainsi par exemple de la journaliste française Sylvia Amicone, officiant le 06 avril 2021, dans l'émission "Le grand soir", sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI.

Si vous ne l'avez pas encore remarqué, je vous promets que vous allez, très rapidement désormais, être, comme moi, véritablement exaspéré par cette façon de parler, se voulant "naturelle" et "grand public", mais relevant en réalité d'un registre populaire n'ayant pas sa place, selon moi, dans la bouche d'un professionnel du verbe, dont on peut attendre qu'il s'exprime dans un français sinon soutenu au moins courant.

Pour cette raison, je leur décerne, et cela de façon collective, mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

 

Pourquoi dire : "Neymar a décidé ce soir de faire un crossbar challenge" !

Le journaliste sportif français Dave Appadoo

Comme a pu le déclarer le journaliste sportif français Dave Appadoo, dans l'émission vespérale d'Olivier Ménard "L'équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L'Équipe.

Et pas : "Neymar a décidé ce soir de faire un CONCOURS DE TIRS SUR LA BARRE" !

Mais comment ce monsieur peut-il penser être compris, même d'amateurs de football, en sortant de telles phrases !

Je lui décerne en tous cas, sans hésitation, mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "C'est l'homologue de Monsieur Véran, belge" !

Comme a pu le déclarer la journaliste française Sonia Mabrouk, le 17 mars 2021, dans son émission Midi News, sur la chaîne de télévision française d'information en continu CNews.

Mais : "C'est l'homologue BELGE de monsieur Véran" !

Parce qu'elle a accumulé ce jour là, en a peine vingt minutes, pas moins de sept tournures de phrases, sinon fautives, du moins - pour moi - indigne d'une professionnelle du verbe expérimentée comme elle peut l'être, je lui décerne donc mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "C'est le même sujet qui est posé à Strasbourg" !

L'homme politique français, LR, Gérard Larcher, président du Sénat

Comme l'a déclaré, le 11 avril 2021, le sénateur LR (Les Républicains), Gérard Larcher, dans l'émission d'Amélie Carrouër "En toute franchise", sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI.

Mais : "C'est le même PROBLÈME qui SE POSE à Strasbourg" !

Je n'en peux plus d'entendre, à longueur de journée, la plupart des personnalités politiques, journalistes, chroniqueurs et autres intervenants utiliser le mot "Sujet" en lieu et place du mot "Problème".

Parce que cet exemple-ci est particulièrement criant, parce que M. Larcher a répété cette erreur à plus de 6 reprises en moins de 15 minutes (si, si !), et parce que j'ai personnellement trouvé globalement lamentable la façon dont s'exprimait l'actuel président du Sénat une quinzaine de minutes durant - au point de l'épingler quatre fois dans ce blogue - je lui accorde sans hésiter mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Si demain, pour aller au restaurant, il faudrait montrer un passe" !

L'homme politique français, LR, Gérard Larcher, président du Sénat

Comme l'a pitoyablement déclaré, le 11 avril 2021, le sénateur LR (Les Républicains), Gérard Larcher, dans l'émission d'Amélie Carrouë "En toute franchise", sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI.

Mais : "Si demain, pour aller au restaurant, il FALLAIT montrer un passe" !

Parce que j'ai personnellement trouvé globalement lamentable la façon dont s'exprimait l'actuel président du Sénat une quinzaine de minutes durant - au point de l'épingler quatre fois dans ce blogue - je lui accorde sans hésiter mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".