On ne dit pas : "Pour moi, y a un espèce de challenge à faire" !

Annonce promotionnelle de l'émission de Michel Cymes "Prenez soin de vous", diffusée le mardi 19 janvier 2021 sur la chaîne de télévision publique française France 2

Comme on a malheureusement pu l'entendre, le 18 janvier 2021, sur la chaîne de télévision publique française France 2, dans les différents écrans promotionnels annonçant l'émission de Michel Cymes "Prenez soin de vous", diffusée le 19 janvier 2021.

Mais, à tout le moins : "Pour moi, IL y a UNE espèce de DÉFI à RELEVER" !

Et idéalement : "IL S'AGIT pour moi, D'UNE espèce de DÉFI à RELEVER" !

Je suis véritablement scandalisé par l'utilisation à des fins promotionnelles d'une phrase d'un aussi piètre niveau de langue, accumulant erreur de genre, utilisation d'un mot anglais et d'un verbe non approprié !

Parce qu'il est parfaitement inadmissible et intolérable qu'une chaîne de service public diffuse et rediffuse ainsi, à l'envi, un tel charabia, je leur décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

 

 

On ne dit pas : "La place sur le podium va être conditionnée à ce que" ni "Il arrive à être bon et à faire bonifier (ses coéquipiers)" !

L'ancien athlète français devenu consultant sportif Bouabdellah Tahri dit Bob Tahri

Comme l'a déclaré, le 15 janvier 2020, l'ancien athlète et consultant sportif français Bob Tahri, dans l'émission vespérale d'Olivier Ménard "L'Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L'Équipe.

Mais : "La place sur le podium va être conditionnée PAR" !

Et : "Il arrive à être bon et à bonifier (ses coéquipiers)" !

Parce qu'il est coutumier de ce type de fautes grossières, je lui lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Faire la lutte pour le titre" !

Comme l'a déclaré, le 23 décembre 2020, le journaliste sportif français Étienne Moatti, dans l'émission vespérale "L'Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L'Équipe.

Mais : "LUTTER pour le titre" !

Parce que ce n'est pas la première fois que je l'entends s'exprimer ainsi aussi mal, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Faire cette appel d'offre particulière" !

Le journaliste sportif français Philippe Sanfourche

Comme l'a déclaré le journaliste sportif français Philippe Sanfourche, le 22 décembre 2020, dans l'émission vespérale d'Olivier Ménard "L'Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française l'Équipe.

Mais bien évidemment : "Faire CET appel d'offre particuliER" !

Pour l'énormité de cette faute, révélatrice de son niveau de français, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

"Je pense que si j'me s'rais appelé Leguluche" !

L'humoriste français Azedine Bendjilali

Comme l'a déclaré l'humoriste français Az, le 28 novembre 2020, dans l'émission vespérale de Laurent Ruquier "On est presque en direct", sur la chaîne de télévision publique française France 2.

Mais : "Je pense que si jE m'ÉTAIS appelé Leguluche" !

Pour cette énorme faute de grammaire, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Est-ce que dans vos films y a toujours pas un peu d'expressionnisme ?", ni "Des choses qui sont expressionnistes et qui sont très beaux" ou "L'enjeu est beaucoup moindre" !

Le critique de cinéma et éditeur français François Guérif, grand spécialiste du film noir

Comme l'a déclaré le critique de cinéma français François Guérif, en 2019, dans sa présentation figurant sur le DVD du film états-unien "Casier judiciaire", réalisé en 1938 par le réalisateur allemand Fritz Lang.

Mais :

  • "Est-ce que dans vos films IL N'y a PAS toujours un peu d'expressionnisme ?,
  • "Des choses qui sont expressionnistes et qui sont très BELLES",
  • et : "L'enjeu est BIEN moindre"!

Pour ces trois phrases, figurant dans le même entretien de quelques minutes à peine, je décerne à ce monsieur, mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Il a besoin de joueurs sur qui i' peut compter" !

L'ancien athlète français devenu consultant sportif Bouabdellah Tahri dit Bob Tahri

Comme l'a déclaré, à l'automne 2020, l'ancien athlète et consultant sportif français Bob Tahri, dans l'émission vespérale d'Olivier Ménard "L'Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L'Équipe.

Mais : "Il a besoin de joueurs sur LESQUELS iL peut compter" !

Parce qu'il accumule dans cette émission les fautes de grammaire, les anglicismes et ce genre de phrases insupportables, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

 

On ne dit pas : "Le film dispose de moyens très considérables" ni "Voire même de critiques italiens" !

Le réalisateur français Bertrand Tavernier

Comme le déclare le réalisateur français Bertrand Tavernier, dans sa présentation du film états-unien de Henry King "Le cygne noir" (1942) sorti en DVD en 2007.

Mais :

  • "Le film dispose de moyens considérables" ou "Le film dispose de moyens très IMPORTANTS" !

L'adjectif "Considérable" signifiant déjà "Très important", la formule "Très considérable" est en effet un épouvantable pléonasme.

  •  et "Voire de critiques italiens" ou "Et même de critiques italiens" !

Le mot "Voire" signifiant déjà "Et aussi" ou "Et même", la formule "Voire même" est en effet, elle aussi, un épouvantable pléonasme.

Pour ces deux énormes fautes de français, je me vois malheureusement contraint de décerner à ce réalisateur et critique que j'aime pourtant énormément, mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Pour le coup, là y a un vrai sujet" !

L'universitaire français Benjamin Morel

Comme l'a lamentablement déclaré, le 15 décembre 2020, l'universitaire français Benjamin Morel, sur la chaîne de télévision frnçaise d'information en continu CNews.

Mais : "IL y a, EN L'ESPÈCE, un vrai PROBLÈME" !

Ou : "IL y a, EN LA CIRCONSTANCE, un vrai PROBLÈME" !

Pour cette phrase inepte, je décerne sans hésitation à ce monsieur mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

Je ne supporte plus en effet cette utilisation erronée de la locution "Pour le coup" ainsi que cette utilisation du mot "Sujet" en lieu et place du mot "Problème" !

On ne dit pas : "Y a quand même un sujet quand y a des enfants qui sont agressés aux écoles" !

L'homme politique français Vincent Segouin

Comme l'a déclaré, le 1er décembre 2020, l'homme politique français Vincent Segouin, sénateur LR (Les Républicains) et agent général d'assurances de profession, dans l'émission "Bonjour chez vous !", sur la chaîne de télévision publique française Public Sénat.

Mais : "IL y a quand même un PROBLÈME quand IL y a des enfants qui sont agressés DANS LES écoles" !

Pour son utilisation du mot "Sujet" en lieu et place du mot "Problème" qui a le don de m'exaspérer, ainsi que pour la médiocrité de son niveau de langue et la nullité crasse de l'ensemble de ses propos, creux comme un bambou, mais surtout pour le charabia sans nom que constitue cette phrase épouvantable, je décerne à ce monsieur mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Faut y croire ; faut qu'les gens y croivent" ni "On aimerait bien que vous jouez ce rôle" !

L'actrice française Laetitia Casta

Comme l'a déclaré la jeune modèle française Laetitia Casta, à propos de son premier rôle au cinéma, dans le film "Astérix et la surprise de César", réalisé en 1999 par Claude Zidi, dans un entretien consacré figurant parmi les suppléments du DVD.

Mais : "IL faut y croire ; IL faut quE les gens y CROIENT" !

Et : "On aimerait bien que vous jouIez ce rôle" ! Voire, idéalement : "NOUS SOUHAITERIONS que vous INTERPRÉTIEZ ce rôle" !

Pour l'énormité de sa faute de conjugaison qui relève du solécisme, je ne peux - en dépit de son jeune âge et de son inexpérience - lui épargner l'attribution de mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

Pourquoi dire : "Ça lui a mis un coup de boost terrible" ?

L'ancien joueur de football français Ludovic Obraniak

Comme l'a déclaré l'ancien joueur international de football franco-polonais, devenu consultant, Ludovic Obraniak, le 30 novembre 2020, dans l'émission "L'Équipe d'Estelle", de la chaîne de télévision française L'Équipe.

Et pas : "CELa lui a DONNÉ une IMPULSION terrible" !

Ou : "CELa lui a DONNÉ un coup de FOUET terrible" !

Pour ses anglicismes, ses fautes de grammaire et ses phrases souvent construites en dépit du bon sens, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Il faut quoi pour que vous vous inquiétez ?" !

Le journaliste sportif français Olivier Ménard

Comme l'a déclaré le journaliste sportif français Olivier Ménard, le 24 novembre 2020, dans son émission vespérale "L'équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L'Équipe !

Mais, à tout le moins : "Il faut quoi pour que vous vous INQUIÉTIEZ ?" !

Et idéalement : "QUE FAUT-IL pour que vous vous INQUIÉTIEZ ?" !

Parce qu'il est coutumier du fait, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

 

On ne dit pas : "C'est nouveau, dans L'équipe du soir qu'on fait des bilans" !

Le journaliste sportif français Olivier Ménard

Comme l'a déclaré le journaliste sportif français Olivier Ménard, le 24 novembre 2020, dans son émission vespérale "L'équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L'Équipe !

Mais : "C'est nouveau, dans L'Équipe du soir" NOUS FAISONS des bilans" !

Ou : "QUE nous FASSIONS des bilans dans L'Équipe du soir CONSTITUE UNE NOUVEAUTÉ " !

Parce qu'il est coutumier du fait, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".