"Un doulos".

Ce substantif masculin relève du registre argotique et désormais du registre désuet.

Et il désigne, selon le contexte :

  • un chapeau,

Un borsalino ou "un doulos" ("chapeau" en argot)

Dans un registre contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les autres façons de dire "Un chapeau" en français.

  • et, par métonymie, dans le langage secret des policiers et des hors-la-loi : celui qui en porte un, c'est à dire l'indicateur de police.
Jean-Paul Belmondo, excellent dans le rôle-titre du film français "Le doulos", réalisé en 1962 par Jean-Pierre Melville
Jean-Paul Belmondo, excellent dans le rôle-titre du film français "Le doulos", réalisé en 1962 par Jean-Pierre Melville

Ce terme a été popularisé grâce au film "Le doulos" réalisé en 1962 par Jean-Pierre-Pierre Melville, avec Jean-Paul Belmondo dans le rôle-titre, d'après le roman homonyme, écrit en 1957 par Pierre Lesou.

Source : wikipedia.org

Affiche du film français "Le doulos", de Jean-Pierre Melville (1962)
Affiche du film français "Le doulos", de Jean-Pierre Melville (1962)
"Le doulos", un roman français de Pierre Lesou, paru en 1957, n° 357 de la célèbre Série noire Gallimard
"Le doulos", un roman français de Pierre Lesou, paru en 1957, n° 357 de la célèbre Série noire Gallimard

"S'en jeter un derrière la cravate" ou "S'en jeter un".

"S'en jeter un derrière la cravate" ou "S'en jeter un", c'est à dire : boire un verre

Cette locution verbale en forme d'idiotisme vestimentaire relève du registre argotique.

Elle fait naturellement référence - par ellipse - au contenu d'un verre.

Et elle signifie par conséquent, au sens figuré : boire un verre.

On dit par exemple : "T'as cinq minutes ? On pourrait aller s'en jeter un derrière la cravate au bistrot du coin".

Personnellement j'ai toujours eu une pensée émue pour nos amis étrangers entendant cette formule pour la première fois !

"Un fer à repasser".

Cette locution nominale masculine désigne :

  • dans le langage courant : un appareil ménager comprenant une poignée et une base métallique plane ressemblant à une semelle épaisse, chauffée et utilisée pour lisser le tissu et défroisser le linge.

Il est notamment utilisé pour le repassage des vêtements, c'est-à-dire pour lisser les plis accumulés en les portant, en les lavant et en les séchant. Ou créer de nouveaux plis.

La forme du fer, pointu à son extrémité, permet de repasser tous les coins des vêtements, tandis que son poids lisse le tissu. Et la partie du fer directement en contact avec le linge est appelée la "semelle".

Le fer à repasser doit être chaud pour être efficace : selon les modèles, il doit être chauffé de l'extérieur ou bien possède un mécanisme de chauffage interne.

Il a existé de nombreux types de fer à repasser depuis le XVIIe siècle :

    • d'abord en fonte, que l'on mettait à chauffer, ou que l'on remplissait de braise,
Un vieux fer à repasser en fonte
Un vieux fer à repasser en fonte
Un vieux fer à repasser à braise
Un vieux fer à repasser à braise
    • puis électriques,
Un vieux fer à repasser électrique
Un vieux fer à repasser électrique
Un fer à repasser électrique
Un fer à repasser électrique
    • et les plus récents utilisant la vapeur et sans fil.
Un fer à repasser actuel
Un fer à repasser actuel, utilisant la vapeur
Un fer à repasser actuel, utilisant la vapeur et sans fil
Un fer à repasser actuel, utilisant la vapeur et sans fil
  • dans le registre familier et dans le jargon aéronautique et militaire, au sens figuré : un avion difficile à piloter, planant mal ou connu pour s'écraser fréquemment.

Sources : fr-academic.com, acversailles.free.fr, www.linternaute.fr, wikipedia.org et langue-francaise.tv5monde.com

 

"Un accoutrement".

Ce joli substantif masculin désigne, selon le contexte :

  • dans le registre désuet, jusqu'au XVIIe siècle : un vêtement de bonne tenue et d'une élégance recherchée,
  • un uniforme ou un équipement de guerre, de chasse, de sports,

On dit par exemple : "Mon grand-père aimait parader dans son accoutrement de chasseur, un ou deux faisans à la main".

Un homme, dans son accoutrement de chasseur

  • un vêtement non conforme à la manière habituelle de s'habiller ; provincial, folklorique, étranger, démodé,

On dit par exemple : "On se moque souvent, hélas, de l'accoutrement de certains visiteurs étrangers ou provinciaux".

Un homme en habit traditionel grec, recto et verso
Un homme en habit traditionel grec, recto et verso
  • un vêtement comique, bizarre frisant le déguisement, grotesque, disparate, étrange, fantaisiste, pittoresque, ridicule, risible, singulier,

On dit par exemple : "Si tu avais vu l'accoutrement de mon cousin lors de mon mariage ; on l'aurait cru tout droit débarqué du début du XXe siècle !".

"Un accoutrement ridicule"

  • ou : un vêtement misérable, pauvre, pitoyable,

On dit par exemple : "On ne pouvait que plaindre ce malheureux en loques et son piètre accoutrement".

Un mendiant, assis le long d'un mur

Source : www.cnrtl.fr

Pourquoi écrire : "17 fois où Mary-Kate et Ashley Olsen ont osé le twinning outfit, des 90's à aujourd'hui" ?

Lorsque les jumelles Mary-Kate et Ashley Olsen s'habillent pareil ("twinning outfit")

Comme a pu le titrer le site vogue.fr, le 13 juin 2018.

Et pas : "17 fois où Mary-Kate et Ashley Olsen ont osé S'HABILLER PAREIL, des ANNÉES 90 à aujourd'hui" !

Voire : "17 fois où Mary-Kate et Ashley Olsen ont osé SE VÊTIR À L'IDENTIQUE, des ANNÉES 1990 à aujourd'hui" !

Merci à Laetitia J. de m'avoir aimablement signalé cette "perle" !

"Une guêpière".

Une guêpière

Ce substantif féminin désigne : un sous-vêtement féminin du domaine de la corseterie, qui regroupe, en une seule pièce de lingerie, les fonctions du bustier (ou du corset) et du porte-jarretelle.

Orné de dentelles, il serre et amincit la taille, permettant de modeler la silhouette en l'affinant comme avec une gaine et lui donner ainsi l’apparence de ce que l'on appelle une "taille de guêpe".

Sources : wikipedia.org et www.cnrtl.fr

"Un bain de soleil".

Ce substantif masculin appartient au langage courant.

Et il désigne selon le contexte :

  • au sens propre : une chaise longue, le plus souvent rigide, parfois dotée de roulettes, utilisée le plus souvent au bord des piscines, mais également dans les jardins ou sur les grandes terrasses, afin de se détendre en s'exposant au soleil.
Une femme bronzant sur un bain de soleil en teck
Une femme bronzant en bord de mer, sur un "bain de soleil" en teck

Le bain de soleill est généralement fabriqué avec des matériaux imputrescibles : polymère, aluminium ou bois (teck notamment). Et on ne le range donc généralement pas la nuit durant toute la belle saison.

Le dossier est parfois réglable graduellement, de la position assise à allongée.

 

  • ou : un corsage ou une robe laissant les épaules et le dos nus.

 

  • et au sens figuré : une exposition volontaire au soleil relativement longue, étendu, dans le but de bronzer.

Sources : Le Robert, www.expressio.fr, wikipedia.org et www.larouse.fr

"Être endimanché" ou "Être en habits du dimanche", "Endimancher" ou "Mettre en habits du dimanche", "Habiller en dimanche" ou "S'habiller en dimanche" et "S'endimancher" ou "Se mettre en habits du dimanche".

Trois enfants "en habits du dimanche" ou "endimanchés" (© frvocabulary.blogspot.com)

Ces différentes locutions verbales du registre familier appartiennent désormais également au registre désuet.

Et elles signifient :

  • au sens propre : avoir revêtu, revêtir de ou revêtir ses plus beaux habits, des habits qui sortent de l'ordinaire.

On dit par exemple : "Lorsque j'étais en vacances dans le Lot (46), dans les années 1960-1970, les gens se mettaient encore en habits du dimanche même s'ils n'allaient pas à la messe dominicale".

  • et par extension : avoir revêtu, revêtir de ou revêtir des habits trop apprêtés, différents des habits quotidiens, dans lesquels on n'est pas à l'aise, ce qui enlève un certain naturel, donne une allure empruntée.

On dit par exemple : "Ayons une pensée émue pour tous ces gamins que l'on endimanchait pour rendre visite à la famille".

Sources : www.cnrtl.fr, www.larousse.fr et wiktionary.org

"Des péniches".

Ce substantif féminin désigne :

  • dans le langage courant :
    • autrefois : de petites embarcations pontées et armées, à aviron et à voile, servant d'auxiliaire à un navire de guerre ou utilisée comme garde-côtes.
    • de longs bateaux de transport fluvial, à fond plat, également appelés "Barges" (substantif féminin) ou "Chalands" (substantif masculin).

J'en ai personnellement souvent et beaucoup vu, ayant vécu, entre ma 8e et ma 25e année (soit de 1969 à 1986), à Conflans-Sainte-Honorine (78), la capitale française de la batellerie, qui accueille chaque troisième week-end de juin, depuis 1960, le "Pardon national de la batellerie", également appelé "Grand pardon de la batellerie".

    • des bateaux militaires à fond plat, remorqués ou à moteur, également appelés "Barges" (substantif féminin) ou "Chalands" (substantif masculin), utilisés pour débarquer des troupes et du matériel sur les plages.

Une péniche de débarquement

Des soldats jaillissant d'une péniche de débarquement, sur une plage

Une péniche de débarquement, sur une plage

  • et dans le registre argotique : des chaussures trop grandes.

Des "péniches", c'est à dire : des chaussures beaucoup trop grandes (registre argotique)

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Des chaussures".

Source : www.cnrtl.fr