Ne dites pas : "Ma meuf touche grave sa bille en zikmu" !

Mais plutôt : "Ma copine s'y connaît beaucoup la musique" !

Voire : "Ma dulcinée est fort versée dans le quatrième art" !

Vous passerez ainsi du registre argotique au langage courant voire au registre soutenu.

Une guitariste
Roxane, chanteuse, clarinettiste et guitariste. Ancienne élève des conservatoires de Paris et actuellement professeure en école de musique, elle propose des cours de chant et clarinette à Nanterre (92), pour tous niveaux à partir de 10 ans.

"C'est à la fin du bal qu'on paie les musiciens" ou "C’est à la fin de la foire qu’on compte les bouses".

Ces deux proverbes en forme d'idiotisme musical et d'idiotisme animalier relèvent du registre familier.

Et ils signifient, au sens figuré : la réussite ou l'échec d'une opération complexe n’est assuré que lorsque tout est fini ; il faut attendre la fin d’un évènement pour en faire le bilan.

"C'est à la fin de la foire qu'on compte les bouses"

"Christophe Willem".

Le chanteur français Christophe Willem sur scène

Il s'agit du nom de scène du chanteur français Christophe Durier, né le 3 août 1983.

Surnommée "La tortue", cet ACI  a la voix très féminine a été révélé par la saison 4 de l'émission télévisée "Nouvelle Star", sur M6, en 2006, dont il est sorti vainqueur.

Il a depuis sorti six albums dont les ventes cumulées dépassent le million d'exemplaires.

Sa chanson "Double je", extraite de son premier disque "Inventaire", a été classée numéro un en France et en Belgique et est devenue la meilleure vente de l'année 2007.

Source : wikipedia.org

Pourquoi dire : "Une groupie" ou "Des groupies" ?

Une groupie des Rolling Stones

Et pas simplement, en français : une admiratrice fanatique d'un groupe musical ou d'un chanteur !

Une groupie idolâtre en effet un chanteur, un musicien ou un groupe au point de le suivre pendant ses tournées, d'assister à autant de ses apparitions publiques que possible, dans l'espoir de le rencontrer et d'engager avec lui une relation sexuelle ou sentimentale.

Ce comportement a connu son âge d'or du milieu des années 1960 à la fin des années 1970, dans une période marquée à la fois par l'avènement du rock 'n' roll et la révolution sexuelle. Les jeunes femmes concernées voient dans le sexe une façon de prolonger leur expérience musicale et d'intégrer le groupe essentiellement masculin qui gravite autour de leurs idoles et participe à leur création artistique. Leur démarche rencontre les besoins de musiciens d'une vingtaine d'années, sur la route pour de longues tournées et qui trouvent en elles des compagnes de substitution, admiratives et dévouées.

Certaines d'entre elles ont atteint la notoriété, pour la longue liste de leurs conquêtes ou pour avoir été les muses de grands noms du rock.

Si les groupies des années 1970 ont pu incarner le fer de lance des valeurs de l’émancipation féminine, leurs héritières du début du XXIe siècle ne sont plus auréolées que des attributs négatifs et quasi pathologiques du fan. L'extrême jeunesse alors de quelques-unes (13 ans pour les " baby groupies" de Los Angeles en 1971) est désormais considérée comme caractéristique d'une exploitation non consentie.

Par extension, sont aussi qualifiés péjorativement de "groupies" des fans de sportifs et des admirateurs de personnalités publiques de premier plan dans d'autres professions.

Lire la suite

"La tortue".

Le chanteur français Christophe Willem

Il s'agit du surnom du chanteur français Christophe Willem.

Cette curieuse appellation lui vient de la déclaration effectuée lors de son premier passage à l'émission télévisée "Nouvelle Star", le   2006, par la chanteuse française Marianne James, membre du jury.

"J’ai l’impression d’une tortue quand vous rentrez. Le gars qui a un cou trop long puis qui avance avant lui", avait-elle alors déclaré, visiblement amusée par l'allure du jeune chanteur.

Cette drôle de comparaison qui lui vaudra son surnom ne l'a pas empêché de remporter cette quatrième saison de "Nouvelle Star" à seulement 22 ans.

Source : www.voici.fr

"Une guimbarde".

Ce substantif féminin polysémique désigne :

  • dans le langage courant :
    • un instrument de musique utilisant une lamelle actionnée par le doigt comme élément vibrant et la bouche du musicien comme cavité de résonance.

Il s'agit d'un instrument répandu chez les peuples nomades d'Eurasie, de la Finlande au Nord du Japon, en Asie et en Mélanésie.

Et dont on a trouvé des traces au IIIe siècle av. J.-C. au Nord-Ouest de la Chine. Et au moins depuis l'époque gallo-romaine en Europe.

    • une danse traditionnelle du Limousin,

Localisation du Limousin

    • ou : une sorte de petit rabot de menuisier ou d'ébéniste, également appelé "Guimbarde à fond", servant à aplanir le fond des creux dans les moulures,
  • et dans le registre familier : une vieille automobile bien fatiguée, telle que par exemple la célèbre Fiat 509 de Gaston Lagaffe, fabriquée par le constructeur turinois entre 1925 et 1929.

Une guimbarde : la Fiat 509 de Gaston LagaffeUne guimbarde : la Fiat 509 de Gaston Lagaffe

 

 

À ce sujet je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire en français "Une vieille automobile" ou "Une automobile en très mauvais état".

Source : wikipedia.org

Tout le monde connaît ne serait-ce que l'introduction de la célébre chanson du groupe de hard rock Deep Purple "Smoke on the water", mais nombreux sont ceux qui ignorent de quoi elle parle exactement....

Le disque 45 tours "Smoke on the water" du groupe de hard rock britannique Deep Purple (1971)

Sorti en 1972, l'année de mes 11 ans, la chanson "Smoke on the water" est assurément le titre le plus célèbre du groupe de  hard rock britannique Deep Purple.

Le groupe de hard rock britannique Deep purple, en 1971
Le groupe de hard rock britannique Deep purple, en 1971

Et tout le monde connaît son riff de guitare d’anthologie répété six fois  - sans doute le plus célèbre riff, tous instruments confondus, de toute l’histoire de la musique - sans même parfois connaître le nom du groupe.

Aussi me semble-t-il intéressant de connaître l'événement à l'origine directe de la naissance de cette chanson.

Au départ, un incendie

En décembre 1971, Deep Purple est en Suisse, où ils doivent enregistrer leur sixième album studio, "Machine Head" au Casino de Montreux (Vaud).

Le disque 33 tours "Machine Head" du groupe de hard rock britannique Deep Purple (1971)

Le 4 décembre, ils assistent dans ce même casino à un concert de Frank Zappa and the Mothers of Invention. Deux milles personnes sont présentes et, lorsqu'un homme tire une fusée éclairante, le plafond prend feu, puis les décors, avant que le bâtiment tout entier ne finisse en cendres, le public devant même sauter par les fenêtres du premier étage pour échapper aux flammes.

Le casino de Montreux (Vaud) (Suisse) en flammes, le 4 décembre 1971
Le casino de Montreux (Vaud) (Suisse) en flammes, le 4 décembre 1971
Le casino de Montreux (Vaud) (Suisse) en flammes, le 4 décembre 1971 (© John grandchamp, Christian Guhl Collection Zurcher)
Le casino de Montreux (Vaud) (Suisse) en flammes, le 4 décembre 1971 (© John grandchamp, Christian Guhl Collection Zurcher)

 

 

 

 

 

 

 

Le casino de Montreux (Vaud) (Suisse), après l'incendie du 4 décembre 1971
Le casino de Montreux (Vaud) (Suisse), après l'incendie du 4 décembre 1971

Parmi les rescapés, saufs mais traumatisés, se trouvent l’intégralité des membres de Deep Purple.

Réunis dans la véranda d’un restaurant, ils observent l’incendie mourir alors qu’un rideau de fumée obscurcit le lac Léman. Roger Glover, le bassiste, trouve l’image troublante et pense qu’elle pourrait donner un bon titre de chanson . Et Ian Gillan, le chanteur, imagine ses paroles : une description factuelle détaillée et chronologique des événements de la nuit. La conjonction des deux constituerait une sorte d’oeuvre documentaire, intitulée "Smoke on the water".

Un enregistrement compliqué

Privé de lieu d’enregistrement, le casino étant réduit en cendres, Deep Purple s’attelle tout de même à la réalisation de son album les jours suivants. Brièvement relocalisés au théâtre "Le Pavillon", ils sont expulsés manu militari par la police suisse, les riverains s'étant plaint de tapage nocturne. Ils atterrissent donc au Grand Hôtel de Territet, un établissement fermé au public durant l’hiver et situé en périphérie de la ville, pour enregistrer "Machine Head" sur le studio mobile aimablement prêté par les Rolling Stones.

L’enregistrement, étalé du 6 au 21 janvier 1972, est un sommet de difficultés techniques, au point d’obliger le groupe à travailler exclusivement à l’oreille, sans ambition de réécouter aucune prise avant leur retour en Angleterre.

Une chanson conçue en un temps record

Pour couronner la galère, l’album, conçu autour de six titres, s’avère trop court : il manque une dernière chanson.

Ian Gillan, le chanteur, se souvient : Notre manager, Martin Birch, nous a dit "J’ai une mauvaise nouvelle. Il manque sept minutes de matériel et il ne nous reste que vingt-quatre heures".

"Smoke on the water", dont les paroles sont ébauchées et le titre trouvé, s’impose au groupe comme la solution de secours.

Et la chanson est donc écrite et enregistrée en un temps record.

Un petit emprunt…

La musique, comme bien d'autres disciplines artistiques, on le sait bien, est souvent constituée de petits emprunts. Et Deep Purple n’échappe pas à la règle.

Le célèbre riff de guitare que n’importe quel adolescent s’amuse à reprendre est ainsi un copié-collé.

Car l'introduction de "Smoke on the water" est librement inspirée de l’introduction au piano de la chanson "Maria quiet", chantée par Astrud Gilberto et arrangée par Gil Evans sur l’album "Look to the rainbow", sorti en 1966.

Une chanson pas tout de suite appréciée

"Smoke on the water" n’est pas le premier titre sorti par la maison de disques pour promouvoir "Machine Head" en mars 1972. C’était "Never Before". Mais, elle n’a pas eu le succès escompté. Elle passe même complètement inaperçu aux Etats-Unis.

Mais l'album ayant atteint la première place des classements anglais, australiens, français, danois, finlandais, allemands, canadiens et yougoslaves, "Smoke on the water" est proposé en 45 tours l’année suivante, en mai 1973. Et il se classe à la quatrième place du Billboard 100 états-unien.

Pour le groupe, "C’était juste un titre de plus. Quand vous enregistrez en studio, vous ne faites pas la différence entre une chanson pas mal et une super chanson. D’ailleurs, ce n’est pas vous qui décidez si un morceau va vraiment prendre de l’importance, c’est le public".

Paroles

"We all came out to Montreux
On the Lake Geneva shoreline
To make records with a mobile
We didn't have much time
Frank Zappa and the Mothers
Were at the best place around
But some stupid with a flare gun
Burned the place to the ground

Smoke on the water
A fire in the sky
Smoke on the water

They burned down the gambling house
It died with an awful sound
Uh, Funky Claude was running in and out
Pulling kids on the ground
When it all was over
We had to find another place
But Swiss time was running out
It seemed that we would lose the race

Smoke on the water
A fire in the sky
Smoke on the water

We ended up at the Grand Hotel
It was empty, cold, and bare
But with the Rolling truck Stones thing just outside
Making our music there
With a few red lights, a few old beds
We make a place to sweat
No matter what we get out of this
Ha, I know, I know we'll never forget

Smoke on the water
A fire in the sky
Smoke on the water"

Paroliers : Ian Gillan, Jon Lord, Ritchie Blackmore, Roger Glover et Ian Paice

Sources : wikipedia.org, blog.culture31.com (Eva Kristina Mindszenti), Musixmatch et rocknfool.net

"Un coryphée".

Ce superbe substantif masculin nous vient du grec ancien "koruphé" ("sommet de la tête").

Et il désigne :

  • au sens propre :
    • dans la tragédie et la comédie grecque antiques : un chef de choeur.

Le coryphée se situe le plus souvent au milieu de la scène, et est chargé de guider le choeur auquel il répond, dont il répète les propos ou qu'il questionne. Il prend parfois la parole au nom du choeur et se trouve être le seul à dialoguer avec le personnage en scène.

Comme tout acteur dans la Grèce antique, le coryphée est un homme (éventuellement déguisé en femme), un citoyen (éventuellement déguisé en barbare), qui porte masque et costume

    • dans le théâtre et l'opéra : un chanteur faisant partie du choeur, et s'en détachant pour s'adresser au public ou aux personnages en un solo plus ou moins développé, avant de rentrer dans le rang,
    • dans le ballet classique : un danseur auquel on confie parfois un court rôle de soliste,
    • dans la danse : un danseur ayant atteint le 4e échelon de la hiérarchie, après avoir été quadrille,
  • et, par extension, dans le registre soutenu : celui qui tient le premier rang ; un chef.

On dit par exemple : "La foule est souvent dans l'attente d'un coryphée, dont elle pourra admirer la admirer la fougue et la vaillance".

Sources : Le Robert et wikipedia.org

"Pouce, je passe !".

Ce slogan fut lancé conjointement, en mars 1970, par la Prévention routière et la station de radio française Europe 1.

Il avait pour but de sensibiliser les conducteurs à la présence d'enfants pouvant traverser la voie ; ces derniers - dont je faisais partie, puisque je suis né en 1961 - devant lever le pouce pour signaler leur intention de traverser.

"Pouce je passe !"

Aujourd'hui vraisemblablement inconnue ou oubliée de la plupart des français, cette campagne fut relativement éphémère mais massive (pour l'époque), avec la distribution d'autocollants et la sortie d'un 45 tours de Harry et Bruno, largement diffusée sur les ondes d'Europe 1.

Pochette du disque 45t de 1970 "Pouce... je passe", de Harry (Trowbridge) et Bruno (Polius)Verso de la pochette du disque 45t de 1970 "Pouce... je passe", de Harry (Trowbridge) et Bruno (Polius)

Source : www.bide-et-musique.com et www.encyclopedisque.fr

"Un démarrage en fanfare" ou "Démarrer en fanfare".

Une fanfare, en train de défiler

La locution adverbiale "En fanfare" fait référence au substantif féminin "Fanfare", qui désigne un ensemble de musiciens, jouant souvent en extérieur, de manière très sonore.

Et elle signifie, au sens figuré : spectaculairement ; rapidement ; remarquablement.

On dit par exemple : "Démarrage en fanfare pour ce nouveau film, avec déjà 3 millions d'entrées en 2 semaines".

Une fanfare, à l'arrêt