12 façons de dire "Être mal habillé" en français.

Une jeune femme fagotée comme l'as de pique

"Être mal fringué" et "Être habillé à la va comme je te pousse" relèvent registre populaire.

Tandis que "Être mal sapé" appartient au registre argotique.

Et "Être attifé", "Être fagoté comme l'as de pique" ou "Être mal fagotté" au registre familier.

"Être bizarrement arrangé", "Être habillé sans goût" et "Être mal vêtu" relèvent du langage courant.

Tout comme, par plaisanterie, "Être habillé comme un touriste allemand".

Et "Être accoutré" ou "Être affublé" appartiennent au registre soutenu.

 

8 façons de dire "Avoir de petits seins" ou "Avoir de très petits seins".

Une fille plate : l'actrice française Jane Birkin, dans les années 1970

L'idiotisme alimentaire "Avoir des oeufs sur le plat" et l'idiotisme animalier "Être plate comme une limande" appartiennent du registre familier.

De même que "Avoir des piqûres de moustique" ou "Être une planche à repasser"

"Avoir une petite poitrine", "Être plate", "Ne pas avoir de poitrine"et "Ne pas avoir de seins, en revanche relèvent du langage courant.

8 façons de dire "Une personne pénible" en français.

"Un casse-bonbons", "Un casse-burnes", "Un casse-couilles", "Un chieur" et "Un emmerdeur" relèvent du registre argotique.

"Un enquiquineur" appartient au registre familier.

Tandis que "Un pénible" et - ironiquement - "Un perfectionniste" relèvent du langage courant.

9 façons de dire "Pleuvoir légèrement".

Pleuvioter

Les verbes "pleuvioter", "pluvioter" et "pieuvoter" relèvent du registre familier.

De même que les verbes "Pleuvasser" et "Pleuviner" ou "Pluviner".

Tandis que les verbes "Bruiner" et "Crachiner" appartient au langage courant.

À l'instar de la locution verbale "Tomber quelques gouttes".

La "bruine", ou "crachin", est un type de précipitations dont les gouttes d'eau paraissent presque flotter dans l'air grâce à leur petite taille (de 0,2 à 0,5 mm). Définie comme une petite pluie fine, ces fines gouttelettes tombent très lentement et ne produisent pas de cercles concentriques dans les flaques d'eau.

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Pleuvoir abondamment" en français.

Source : wikipedia.org

22 façons de dire "Avoir de la chance".

Avoir de la chance

Les formules "Avoir de la chatte", "Avoir de la moule", "Être chatard" (ou "Être chattard"); "Être chatteux" ou "Être mouleux" font référence à deux des noms donnés en argot au sexe de la femme ("Chatte" et "Moule") et relèvent du registre vulgaire.

De même que "Avoir du fion".

Quant aux formules "Avoir du cul" ou "Avoir le cul bordé de nouilles", elles relèvent du registre argotique.

"Avoir du bol", "Avoir une veine de cocu", "Être chançard", "Être cocu", "Être veinard" ou "Être verni" appartiennent au registre familier.

De même que "Avoir la baraka", qui nous vient du mot arabe "Baraka" désignant une chance extraordinaire, une bénédiction ou une faveur divine. Ce mot a été adopté par les troupes françaises de l’Armée d’Afrique dès la colonisation de l’Afrique du Nord dans les années 1830, puis employé par les poilus durant la Première Guerre mondiale comme synonyme du mot "chance".

Le langage courant nous offre les formules "Avoir de la veine", "Être chanceux", "Être en veine" ou "Être né sous une bonne étoile".

La formule "Être né coiffé" relève du registre soutenu et du registre désuet.

Enfin, "Être bidard" relève du registre désuet, cette expression venant du patronyme du gagnant du gros lot de la loterie de l'Exposition universelle de 1878.

Source : www.defense.gouv.fr

7 façons de dire "S'habiller" en français !

S'habiller

"Se fringuer", "Se niper" et "Se saper" appartiennent du registre argotique.

Tandis que "Mettre ses habits", "Mettre ses vêtements" ou "Passer un pantalon et une chemise" relèvent du langage courant.

Et "Se vêtir" du registre soutenu.

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Se déshabiller" en français.

Allons les jeunes, faites un effort et démarquez-vous !

L'acteur britannique Robert Pattinson, dans une publicité pour le parfum Dior homme

Soyez-donc un peu originaux en renonçant aux tic de langage et aux formules à la mode qu'utilisent à longueur de conversations vos homologues !

Et ne dites plus :

  • - Robert Pattinson, en vrai il est trop beau !
    - Carrément !
    - Ouais, grave !
    - De ouf !
    - Je valide !

Mais simplement :

  • - Robert Pattinson est vraiment très beau !

- C'est vrai !

- Oui, vraiment !

- Terriblement beau !

- Je confirme !

Vous parlerez français et hausserez votre niveau de langue.

Pourquoi peut-on raisonnablement penser que Marine Le Pen excelle à jongler ?

Cliquer ici pour la réponse
Parce que Marine Le Pen est généralement considérée comme très à droite !
La femme politique française Marine Le Pen, en réunion publique à Perpignan (66), le 7 avril 2022 (© REUTERS/Albert Gea)
La femme politique française Marine Le Pen, en réunion publique à Perpignan (66), le 7 avril 2022 (© REUTERS/Albert Gea)
Explication du calembour
Il résulte de l’homophonie entre les mots « à droite » et « adroite ».
Une femme en train de jongler (© Pixel - Fotolia.com)
Une femme en train de jongler (© Pixel - Fotolia.com)

"Un aître", "Être", "Un être" et "Un hêtre".

Ces quatre termes homophones n'ont naturellement pas les mêmes significatications :

  • "Un aître" est un substantif masculin relevant de registre soutenu, qui, selon le contexte :
    • nous vient du latin "atrium" ("cour intérieur") et désigne :
      • un passage libre devant un bâtiment (généralement une église) et servant de cour, de parvis, de vestibule ou de porche,
      • et en particulier : un terrain libre servant de cimetière près d'une église ou une galerie couverte entourant un cimetière,
L'aître Saint-Maclou, un ancien aître charnier datant du XVIe siècle, situé au numéro 184, rue de Martainville, à Rouen (76) ; un des rares exemples d'ossuaire de ce type subsistant en Europe
L'aître Saint-Maclou, un ancien aître charnier datant du XVIe siècle, situé au numéro 184, rue de Martainville, à Rouen (76) ; un des rares exemples d'ossuaire de ce type subsistant en Europe
    • ou nous vient du latin "extera" ("ce qui est à l'extérieur") et désigne : l'agencement d’une maison, la disposition des diverses parties d’une habitation (le mot s'écrit également "Un être"),
  • "Être" est l'un des deux verbes auxiliaires français et relève du langage courant,
  • "Un être" est un substantif masculin relevant du langage courant désignant, selon le contexte :
    • tout ce qui vit et, spécialement, individu d'une espèce animale ; créature,

On dit par exemple : "Pas un être vivant à l'horizon".

    • une personne, un individu,

On dit par exemple : "Déplorer la mort d'un être cher".

    • la nature profonde de quelqu'un,

On dit par exemple : "Être bouleversé jusqu'au fond de l'être".

    • le fait d'être ; l'existence,

On dit par exemple : "L'être et le paraître".

    • ou : l'agencement d’une maison, la disposition des diverses parties d’une habitation (le mot s'écrit également "Un aître"),
  • et "Un hêtre" est un substantif masculin relevant du langage courant désignant : un arbre des forêts tempérées, au tronc puissant et élancé, à écorce très fine et à petite feuilles ovales caduques.

Un hêtre (© Pépinières Lecomte)Des feuilles de hêtre

Sources : www.cnrtl.fr, www.larousse.fr et www.lemonde.fr

 

"Se bousculer au portillon" ou "Ne pas se bousculer au portillon".

Ces deux locutions verbales en forme d'idiotismes des transports relèvent du registre familier.

Elles font référence au temps où l’accès aux quais du métro parisien était réglé par des portillons automatiques, lesquels provoquaient une bousculade à l’ouverture.

"Se bousculer au portillon" : voyageurs passant par les portillons automatiques d'une station de métro à Paris, en 1962, France. (Photo by Jean-Louis SWINERS/Gamma-Rapho via Getty Images)
Voyageurs passant par les portillons automatiques d'une station de métro à Paris (75), en 1962 (© Jean-Louis Swiners/Gamma-Rapho via Getty Images)

Et elles signifient, au sens figuré :

  • "Se bousculer au portillon" : y avoir une forte affluence, beaucoup de monde.

On dit par exemple : "Ça se bouscule au portillon pour pouvoir intégrer cette filière".

  • et "Ne pas se bousculer au portillon" : y avoir une faible affluence, peu de monde.

On dit par exemple : "Ça ne se bouscule pas au portillon pour les soldes cette année".

"Ne pas se bousculer au portillon" : une rue commmerçante presque déserte"Ne pas se bousculer au portillon" : une galerie marchande presque déserte

Source : witionary.org

11 façons de dire "Avoir faim" ou "Avoir très faim".

"La sauter", "Avoir la dalle" ou "Avoir les crocs"

"Avoir la dalle", "Avoir les crocs", "Claquer du bec" et "La sauter" ("Je la saute") relèvent du registre argotique.

Tandis que "Avoir les dents longues" et "Avoir l'estomac dans les talons" appartiennent au registre familier.

Et "Avoir l'estomac qui crie famine", "Avoir la fringale", "Avoir le ventre vide", "Avoir une faim de loup" ou "Être affamé" au langage courant.

"Peu me chaut" ou "Peu m'en chaut" et "Peu lui chaut" ou "Peut lui en chaut".

J'adore cette jolie locution interjective qui relève du registre soutenu.

Ne trouvez-vous pas, en effet, qu'il s'agit là d'une délicieuse façon de dire "Peu m'importe" ?

À l'apostrophe rageuse "Tu vas la dégager ta caisse pourrie espèce de gros con, où tu veux qu'j'appelle les keufs !", on peut ainsi répondre "Peu me chaut mon brave, il se trouve que je j'appartiens moi-même à la maréchaussée et qu'il ne me déplairait nullement de converser avec quelques collègues".

La forme conjuguée "chaut" correspond à la troisième personne du singulier du verbe "chaloir".

Relevant aujourd'hui du registre désuet, ce verbe nous vient du latin "calere" ("être chaud", "désirer").

En sorte que la formule "Peu me chaut" signifie littéralement "Cela ne me fait ni chaud ni froid".

Sur un sujet contigu, je me permet de vous recommander la lecture de mon article consacré à "Toutes les façons de dire : "Ne pas s'inquiéter de quelque chose ou de quelqu'un" en français.

Sources : wikipedia.org et ww.orthodidacte.com