"Doux comme un agneau".

"Doux comme un agneau"

Cette locution adjectivale en forme d'idiotisme animalier relève du langage courant.

Et elle qualifie, au sens figuré, une personne extrêmement gentille, incapable de méchanceté.

On dit par exemple : "Trente années derrière les barreaux l'ont profondément transformé : il est à présent doux comme un agneau".

Source : www.expressio.fr

"Prêter main-forte".

Cette locution verbale en forme d'idiotisme corporel relève du registre familier.

Et elle signifie, au sens figuré : apporter son aide, son soutien, son secours.

On dit par exemple : "Pense à m'appeler si tu as besoin que je vienne te prêter main-forte pour ton toit".

Ou : "Lorsque je me suis fais attaquer dans la rue par une bande de vieux scandinaves, j'ai été bien content que l'on vienne me prêter secours".

Sources : wiktionary.org et www.larousse.fr

J’aime les mots a fêté ce 19 octobre 2021, son 900 000e visiteur différent, dans 211 pays ou territoires !

Statistiques

Ce chiffre a été atteint 28 jours seulement après avoir célébré le 800 000e lecteur différent, le 21 septembre 2021.

Et cela, alors qu’il avait fallu attendre, au départ... 450 jours pour fêter le 100 000e, le 22 septembre 2020, puis :

89 jours pour atteindre le 200 000e, le 20 décembre 2020.

68 jours pour atteindre le 300 000e, le 26 février 2021.

50 jours pour atteindre le 400 000e, le 17 avril 2021.

42 jours pour atteindre le 500 000e, le 29 mai 2021.

40 jours pour atteindre le 600 000e, le 8 juillet 2021.

40 jours pour atteindre le 700 000e, le 17 août 2021.

28 jours pour atteindre le 800 000e, le 21 septembre 2021.

J'aime les mots compte à ce jour, 19 octobre 2021 :

8 170 articles,

7 185 photos,

344 vidéos,

ainsi qu'un lexique exclusif de 4 432 mots.

On ne dit pas : "C'est induit à c'que j'vois d'puis l'début d'saison" !

Le journaliste sportif français Dominique Séverac

Comme a pu le déclarer, le 4 octobre 2021, le journaliste sportif français Dominique Séverac, dans l’émission vespérale "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Mais : "CELA RÉSULTE DE cE que jE vois dEpuis lE début dE saison" !

"Déterrer la hache de guerre" et "Enterrer la hache de guerre".

Une "hache de guerre" ou "tomahawk"

Ces deux locutions verbales en forme d'idiotismes militaires relèvent du lange courant.

Elles font référence à une pratique symbolique des guerriers amérindiens, et elles signifient respectivement, au sens figuré :

  • "Déterrer la hache de guerre" : entrer en conflit ouvert avec quelqu’un,

On dit par exemple : "La SNCF déterre la hache de guerre à l'encontre des fraudeurs".

  • et "Enterrer la hache de guerre" : cesser les hostilités, faire la paix ; décider une trêve avec une personne avec laquelle on est en conflit.

Sources : wiktionary.org et www.dictionnairedesfrancophones.org