Étonnamment, la France et sa fameuse BnF (Bibliothèque nationale de France) aux 40 millions de livres et documents, n'est pas si bien pourvue que cela, au niveau mondial, tout au moins sur le plan quantitatif.

La Bibliothèque nationale de France, site Richelieu, à Paris (75)

Même en y ajoutant les 3,5 millions de documents de la BNU (Bibibliothèque Nationale et Universitaire) de Strasbourg (67), la deuxième bibliothèque du pays, notre pays peine en effet à rivaliser avec plusieurs autres grandes nations possédant plusieurs très importantes bibiothèques.

La Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand, à Paris (75)
La Bibliothèque nationale de France, site François Mitterrand, à Paris (75)
  • au premier rang desquels les États-Unis d'Amérique avec 5 bibliothèques, cumulant 270,1 millions de documents (chiffres de 2015).
    • Bibliothèque du Congrès (Congress Library) (158 millions),
La Bibliothèque du Congrès à Washington (États-Unis d'Amérique)
La Bibliothèque du Congrès à Washington (États-Unis d'Amérique)
    • Bibliothèque publique de New York (New York Public Library) (53,1 millions),
    • Bibliothèque publique de Boston (Boston Public Library) (22,4 millions),
    • Bibliothèque de l'État de New York (New York State Library) (20 millions),
    • Bibliothèque universitaire d'Harvard (Harvard University Library) (16,6 millions).
  • puis la Grande-Bretagne avec la British Library et ses 170 millions de documents,
Un aperçu du gigantisme des rayonnages des dépôts de la British Library, à Londres (Royaune-Uni)
Un aperçu du gigantisme des rayonnages des dépôts de la British Library, à Londres (Royaune-Uni)
  • la Russie et ses 4 bibliothèques, cumulant 122,4 millions de documents.
    • Bibliothèque de Russie (Russian State Library) (44,4 millions),
    • Bibliothèque nationale de Russie (National Library of Russia) (36,5 millions),
    • Bibliothèque de l'Académie des Sciences russe (Library of the Russian Academy of Sciences) (26,5 millions),
    • Bibliothèque de Sciences naturelles (Library of Natural Sciences) (15 millions),
  • le Canada avec la Bibliothèque et Archives du Canada et ses 54 millions de documents,
  • ou l'Allemagne et ses 2 bibliothèques, cumulant 48,1 millions de documents.
    • Bibliothèque nationale allemande (24,7 millions),
    • Bibliothèque d'État de Berlin (23,4 millions).

Source : www.idboox.com

"Chronique" et "Une chronique".

Ces deux mots relèvent du langage courant.

  • "Chronique" est un adjectif masculin ou féminin signifiant, selon le contexte :
    • à propos d'une maladie : qui dure longtemps, se développe lentement (opposé à "aigu").

On dit par exemple : "Mon père est atteint d'une maladie chronique".

    • ou, à propos d'une chose nuisible : qui dure ou se répète.

On dit par exemple : "Toute la région souffre d'une sécheresse chronique".

  • et "Une chronique" est un substantif féminin désignant selon le contexte :
    • un récit dans lequel les faits sont enregistrés dans l'ordre chronologique,
    • un récit d'événements réels ou imaginaires suivant l'ordre du temps,

On dit par exemple : "Il s'agit de la chronique d'une famille pendant la Première Guerre mondiale",

    • l'ensemble des nouvelles, des bruits qui circulent,

On dit par exemple : "Cette information a défrayé la chronique",

    • une rubrique de presse écrite ou audiovisuelle d'un journaliste de renom sur des thèmes divers,

On dit par exemple : "Toutes les semaines, Philippe labro assure une chronique dans notre magazine".

    • une rubrique de presse écrite ou audiovisuelle consacrée à l'actualité dans un domaine particulier,

On dit par exemple : "Je suis très fier de tenir la chronique théâtrale de cette revue".

  • ou : l'ensemble des valeurs qu'une variable statistique prend à différentes époques successives.

Source : www.larousse.fr

"Un mal de chien", "Avoir un mal de chien à", "Faire un mal de chien" et "Se donner un mal de chien".

Ces différentes formules en forme d'idiotismes animaliers relèvent du registre familier.

Et elles signifient respectivement, et selon le contexte :

  • "Un mal de chien"(locution nominale) :
    • une douleur violente, une souffrance terrible,

On dit par exemple : "Ma femme a eu un mal de chien lorsqu'elle s'est cassé la cheville".

    • ou : beaucoup de difficultés,

On dit par exemple : "J'ai eu un mal de chien à obtenir mon baccalauréat au rattrapage".

  • "Faire un mal de chien" (locution verbale) : souffrir atrocement,

On dit par exemple : "Mes côtes fêlées me font un mal de chien".

  • et "Se donner un mal de chien" (locution verbale) : déployer une quantité déraisonnable d’énergie à la résolution d’un problème, mais avec un résultat généralement positif.

On dit par exemple : "Je me suis donné un mal de chien pour préparer la fête d'anniversaire de mariage de mes grands-parents".

Source : wiktionary.org

"Le syndrome de Guam", "L'ALS (Amyotrophic Lateral Sclerosis)", "L'ALS-PDC ((Amyotrophic Lateral Sclerosis/ Parkinsonism-Dementia Complex), "Le Lytico-Bodig disease", "Le Lytico-Bodig", "Le Lytigo-Bodig disease", "Le Lytigo-Bodig" ou "Le Bodig".

Il s'agit d'une neuropathie chronique atypique (maladie neurologique chronique dégénérative), épidémique mais non contagieuse, découverte dans l'Île de Guam, la plus grande île de l'archipel des Mariannes, dans l’océan Pacifique.

Localisation de l'île de Guam, dans le PacifiqueCarte de l'île de Guam, dans le Pacifique

 

Ce mystérieux syndrome tire son nom du fait qu'au milieu du XXe siècle, les médecins et épidémiologistes états-uniens ont constaté sur cette île - et uniquement là - une incidence anormalement élevée (50 à 100 fois plus que la normale) d'un syndrome évoquant des maladies neurodégénératives connues, mais avec des cas sporadiques parmi les jeunes.

Cette maladie, apparemment émergente n'était constatée qu'au sein de la population autochtone Chamorro, ce qui était très intrigant et préoccupant pour les épidémiologistes.

Cette maladie neurodégénérative mêlant des symptômes de sclérose latérale amyotrophique et de démence parkinsonienne a sévi durant presque un siècle, devenant la principale cause de décès, puis a fortement régressé.

L'étiologie de cette pathologie extrêmement sévère, affectant le système nerveux central et responsable de troubles à la fois moteurs et mentaux, d'évolution progressive, est longtemps restée mystérieuse.

Si les symptômes avaient été mis en relation avec la présence de neurotoxines de cyanobactéries dans des graines de cycas consommées par les Chamorros, le mystère restait entier car les quantités ingérées étaient trop faibles pour générer de tels troubles.

Jusqu’au jour où l’idée d’une bioaccumulation dans les chauves-souris frugivores fut proposée. Cette hypothèse fut validée grâce à des échantillons de spécimens conservés depuis cinquante ans dans une collection naturaliste.

Sources : wikipedia.org et cdn.reseau-canope.fr

Pourquoi dire : "J'ai pas tout le feedback" ?

Le journaliste sportif français Arnaud Hermant

Comme a pu le déclarer, le 9 octobre 2021, le journaliste sportif français Arnaud Hermant, dans l’émission vespérale "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Et pas : "JE N'ai pas tout le RETOUR D'INFORMATION" !

"Happy electrio" et "Jusqu'à 6 électros pour 1£ de plus" !

Publicité d'octobre 2021 pour le "Happy electrio" du cuisiniste français "Cuisine Plus"

Tels sont les slogans que se permet de nous infliger l'enseigne française "Cuisine Plus" sur ses affiches publicitaires d'octobre 2021.

Cuisine Plus est un cuisiniste franchisé créé en 194 à Quimper (29).

Logotype du cuisiniste français "Cuisine Plus"

Et le terme "électros", que j'avoue découvrir ici pour la première fois, désigne, par ellipse lexicale (le substantif "appareil" est éliminé : trop compliqué, certainement) et apocope ("ménager" disparaît également : trop long à prononcer, vraisemblablement) : des appareils électroménagers.

 

"Faire regretter d'être né".

Cette locution verbale relève du registre familier et s'utilise généralement au futur simple.

Elle signifie au sens figuré : faire énormément souffrir ; moralement ou physiquement ; la menace de sévices physiques étant assurément la plus fréquente.

On dit par exemple : "Je vais lui faire regretter d'être né à cet abruti !".

"La faconde".

J'aime beaucoup ce substantif féminin du registre soutenu désignant, selon le contexte :

  • une élocution facile, abondante ; une grande facilité de parole,

On dit par exemple : "J'adore la faconde éblouissante de cet immense acteur qu'était Raimu".

  • ou : un bavardage abondant, excessif.

On dit par exemple : "La faconde méridionale de l'un de mes amis finit parfois par m'exaspérer.

 Sources : Le Robert, www.larousse.fr et www.cnrtl.fr