"Le protoxyde d'azote" ou "Le proto".

Cette locution nominale et son apocope désignent ce que l'on appelle couramment "le gaz hilarant".

Ce composé chimique, également appelé "Oxyde nitreux" ou "Hémioxyde d'azote", est un gaz incolore a l'odeur et au goût légèrement sucrés.

Il s'agit d'un puissant gaz à effet de serre, 298 fois plus puissant que le gaz carbonique, devenu le premier contributeur à la destruction de la couche d'ozone !

Utilisations traditionnelles

Ce gaz est utilisé :

  • comme comburant, pour accroîre la puissance des moteurs, en compétition automobile,
  • avec l'acétylène dans certains appareils d'analyse,
  • comme gaz dépoussiérant, pour les ordinateurs,
  • comme gaz propulseur, dans les bombes de crème chantilly,
  • et pour les siphons à crème Chantilly, crème fouettée ou mousses chaudes ou froides.

Siphon à Chantilly

Utilisation comme drogue

On le surnomme "gaz hilarant" car il euphorise à l'inhalation, d'où son usage comme drogue récréative hallucinogène.

Sa consommation par les jeunes français a littéralement explosé ces derniers temps, du fait de :

  • son extrême simplicité d'utilisation :
Un jeune inhalant du protoxyde d'azote à l'aide d'un ballon de baudruche préalablement gonflé à l'aide d'une cartouche de gaz pour siphon
Un jeune inhalant du protoxyde d'azote à l'aide d'un ballon de baudruche, préalablement gonflé à l'aide d'une cartouche de gaz pour siphon ©La Voix du Nord/Pascal Bonnière

Il suffit en effet de remplir un ballon de baudruche avec le contenu d'une cartouche, puis d'inhaler le gaz ainsi transféré dans le ballon.

Cartouches de protoxyde d'azote et ballons de baudruche jetés sur un trottoir après usage

Ainsi s'explique le grand nombre de cartouches argentées vides et de ballons dégonflés que vous avez certainement dû remarquer depuis quelques temps, au moins dans certains quartiers, jonchant souvent les pelouses des parcs et des cités, ainsi que les trottoirs de nos villes...

Cartouches de protoxyde d'azote et ballons de baudruche jetés après usage

  • son extrême facilité d'accès :

Le protoxyde d'azote est en effet en vente libre dans sa version "gaz pour syphon", ce qui permet de se droguer en toute légalité !

  • et son prix absolument dérisoire :

On trouve ce "gaz pour syphon" à un prix défiant toute concurrence et à la portée de n'importe quel jeune enfant, puisque par exemple à 4 euros les 6 cartouches chez Casino, soit seulement 66 centimes pièce !

Blister de 6 cartouches de gaz pour siphon en vente dans les magasins Casino

Et même à 134,95€ les 400 cartouches sur le site bienmanger.com, mis en avant par Google, soit 33,7 centimes pièce !

Lot de 400 cartouches de "gaz siphon professionnelles N2O pour chantilly" en vente sur le site bienmanger.com
Lot de 400 cartouches de "gaz siphon professionnelles N2O pour chantilly" en vente sur le site bienmanger.com

Ou encore à 219€ les 600 cartouches chez le même fournisseur, pour les crétins ne sachant pas compter (36,5 centimes pièces, soit 8,3% plus cher !).

Source : wikipedia.org

Pourquoi dire : "Le Paris Motor Show" ?

Logo du "Paris motor show"

Et pas : "Le salon automobile de Paris" !

Créé en 1898 sous le nom de ""Exposition Internationale d'Automobiles", le salon est rebaptisé "Exposition internationale de l'automobile, du cycle et des sports" en 1901, "Salon de l'Automobile, du Cycle et des Sports" en 1926, "Salon de l'automobile, du cycle et du motocycle" en 1951, "Salon de l'Automobile" en 1977, "Mondial de l'automobile" en 1988 et "Mondial Paris Motor Show" en 2018, intégrant tout à la fois le Mondial de l'Auto, le Mondial de la Moto, le Mondial de la Mobilité et le "Mondial Tech".

Le salon n'a pas eu lieu en 1900, ainsi que de 1914 à 1918 et de 1939 à 1945, pour cause de guerres mondiales.

Depuis 1977, il se déroule tous les deux ans (les années paires), en octobre, au parc des expositions de la porte de Versailles à Paris (75), en alternance avec le salon de Francfort (le plus grand en superficie) ; celui de Paris (75) demeurant le premier salon automobile mondial en termes de fréquentation.

Source : wikipedia.org

On ne dit pas : "Ça va nous coûter des frais" !

Comme j'ai pu l'entendre le jeudi 26 décembre 2019 dans l'émission "Wheeler Dealers France" sur la chaîne télévisée française RMC Découverte.

Mais : "CELa va nous coûter de L'ARGENT" ou "CELa va ENGENDRER des frais" !

Pourquoi dire : "Park assist" ?

Alors qu'il existe la locution nominale "Aide électronique au stationnement", désignant un dispositif d'aide à la conduite expérimenté en 2003 chez Toyota, puis démocratisé en 2006, notamment chez Volkswagen.

Elle est en effet beaucoup plus longue mais française et bien davantage explicite.

"Wheeler Dealers France".

Cette émission française consacrée à l'automobile, diffusée depuis le 10 octobre 2016 sur la chaîne télévisée française RMC Découverte, est la version française de l'émission britannique... "Wheeler Dealers" (Bravo à ceux qui ont trouvé tout seuls ! Du moins s'ils ont moins de 5 ans ou plus de 100..).

Celle-ci est diffusée depuis le 7 octobre 2003 sur Discovery Channel en Angleterre.

Et en France, sur RMC Découverte et Discovery Channel depuis 2014... sous le titre "Occasions à saisir" ; dont on se demande pourquoi il n'a pas été repris pour la version française !

Source : wikipedia.org

Leçon de conduite : comment se faire bien voir de sa belle-mère lorsque l'on a 6 ans...

La scène se déroule à Aix-en-Provence (13) en 2001, deux ans après mon remariage.

Mon épouse a son permis de conduire depuis des années, mais elle n'a absolument jamais osé prendre le volant car la conduite lui fait peur.

Chacun de nous a déjà eu une fille d'une précédente union et nous envisageons d'avoir ensemble un troisième enfant. Ce qui l'incite, malgré tout, à surmonter son angoisse, car pouvoir conduire la rendrait naturellement bien plus autonome.

Aussi nous annonce-t-elle un jour qu'elle a décidé de prendre quelques leçons de conduite avec le fils d'une amie, propriétaire d'une auto-école, afin de se rassurer et d'oser prendre le volant. D'abord à mes côtés, comme je le lui ai déjà bien sûr proposé, puis toute seule.

Très gentiment, nos deux adorables fillettes, alors âgées de 6 et 8 ans, s'empressent de lui offrir - avec mon aide bienveillante - l'argent nécessaire au paiement de quelques leçons.

Trois mois plus tard, ma fille, âgée de 7 ans, revient en vacances chez nous. Sitôt arrivée à la maison, elle demande à mon épouse :

- "Alors, ça y est tu as pris les leçons pour conduire les voitures ?,

- Bien sûr ma chérie : j'ai utilisé votre gentil cadeau. J'en ai même pris 3 de plus !,

- Ah bon ; alors maintenant c'est toi qui conduis ! Tu vas nous emmener voir Papou et Grand-Mère dimanche ?,

- Euh, non ma chérie... toujours pas ! Malheureusement, j'ai toujours aussi peur, tu sais...

- Ben moi, ma mère elle a pas peur de conduire ! Et elle fait même de la moto aussi... et ça lui fait même pas peur ! Mais bon, c'est vrai que elle, elle est mince, aussi !...".

Épilogue : il est amusant de savoir que, presque 20 ans plus tard, ma fille n'a - pour sa part - toujours pas décroché son permis de conduire...

Pourquoi dit-on : "Un passage clouté" pour désigner "Un passage piéton" ?

Passage clouté

Tout simplement parce que ce type de passage protégé, aujourd'hui symbolisé par des marques blanches rectangulaires parallèles à l'axe de la chaussée, était originellement signalé par deux rangées de très gros clous bombés d’environ 10 cm de diamètre, dont la tige était calée entre les pavés, ou enfoncés dans le revêtement de la chaussée.

Introduits en Suisse en 1932, ils ont ensuite été progressivement remplacés, à partir des années 1960, par des bandes jaunes ou blanches peintes sur le sol, avant de prendre leur forme actuelle.

Je trouve personnellement très étonnant que la locution "Passage clouté" perdure de nos jours, un demi-siècle après la disparition de ce type de passage protégé du paysage urbain.

Et ce alors même qu'ils n'ont - après tout - pas existé plus de quelques dizaines d'années, au grand maximum.

Plus surprenant encore, me semble-t-il, la fréquence avec laquelle une grande partie de la population continue d'utiliser ces locutions verbales du registre familier que sont "Être dans les clous" ou "Rester dans les clous" et "Être hors des clous" ou "Sortir des clous" !

"Vintage Garage" puis "Vintage Mecanic".

Il s'agit des deux noms successifs d'une émission française consacrée à la restauration d'automobiles et de motocyclettes anciennes, présentée par François Allain et diffusée depuis le 18 mai 2016 sur la chaîne de télévision française RMC Découverte.

L'émission a changé de nom le 15 mars 2017 après six premiers épisodes diffusés du 18 mai 2016 au 1er juin 2016.

La double particularité de la ville d'Achères (78).

Carte de situation du village de Faucon-de-Barcelonnette (04)de la ville d'Achères (78)

Achères (78) est une paisible localité de la banlieue parisienne, située dans les Yvelines, à 36 km de Paris (75) face à Conflans Sainte-Honorine (75), la ville où j'ai vécu de 8 à 25 ans.

Elle présente une double particularité, résultant de son emplacement, sur une plaine rigoureusement plate, située sur les bords de la rive gauche de la Seine :

La ligne droite d'Achères (78)

  • d'une part en effet, cela lui a valu d'être le théâtre des 6 premiers records du monde de vitesse automobile sur route, du 18 décembre 1898 (63,15 km/h) au 29 avril 1899, lorsque le français Camille Jenatzy, au volant de la "Jamais contente" dépassa pour la première fois les 100 km/h en atteignant la prodigieuse vitesse, pour l'époque, de 105,88 km/h.

La "Jamais contente"

Station d'épuration des eaux d'Achères (78)

  • et, d'autre part, la ville a ainsi pu créer, dès 1940, et développer une gigantesque station d'épuration des eaux usées, appelée aujourd'hui "Seine Aval", qui est la plus importante d’Europe, et la seconde au monde après celle de Chicago (Illinois) (États-Unis d'Amérique). Elle traite les déchets des huit millions d’habitants des départements de Hauts-de-seine (92), Seine Saint-Denis (93), Val-de-Marne (94) et Paris (75), répartis sur 180 communes d'Île-de-France, soit 140 000 tonnes de boues brutes déshydratées par an.