"Avoir un appétit d'oiseau" ou "Manger comme un moineau".

"Manger comme un moineau" ou "Avoir un appétit d'oiseau"

Ces deux locutions verbales en forme d'idiotismes alimentaires ete d'idiotismes animaliers relèvent du langage courant.

Et elles signifient : manger très peu, grignoter, picorer.

On dit par exemple : "Ma nièce a un appétit d'oiseau : elle ne mange presque rien".

Ou : "Après mon opération de l'estomac, je mangeais comme un moineau pendant des mois et des mois".

On dit également : "Manger comme une mauviette".

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Manger abondamment".

"Le corned-beef".

Une boîte de corned-beef

Ce substantif masculin anglais désigne une préparation culinaire de viande de boeuf ayant joué un rôle important dans l'alimentation des soldats, des prisonniers et des civils, et se présentant sous deux formes :

  • soit en une pièce de viande (généralement la poitrine), dite "demi-sel", ayant été préparée dans une saumure,
  • soit en menus morceaux agglomérés de boeuf maigre, additionnés d'un mélange salant, moulés en forme de pain et mis en conserve, se consommant tel quel, en tranches ne se déchiquetant pas .

Dans les pays anglophones, "Corned beef" est le terme utilisé pour les deux formes.

Utilisation du mot dans les pays francophones

Tandis que dans les pays francophones, depuis la Seconde Guerre mondiale, "Corned-beef " ne s'applique qu'à la deuxième forme, commercialisée en boîte de conserve métallique.

Et on l'appelle souvent "Singe", une appellation née au XIXe siècle, lorsque les soldats français en poste en Côte d'Ivoire auraient été réduits à manger de la viande de singe.

On dit par exemple : "On a mangé du singe pendant des mois".

Étymologie et orthographe

Le mot "Corned-beef" vient de l’anglais "beef" ("viande de boeuf) et "corned" ("assaisonné de grains (corn) de sel", pour la conservation).

Cette appellation est apparue en anglais au milieu du XVIe siècle.

Et la forme "Corn'd-beef" est attestée dans les textes français, dès 1716,.

Historique

En 1881, sort le "Compressed cooked corned beef" en boîte de conserve, premier du genre, distribué par la société Liebig.

Le corned-beef s'est exporté rapidement dans le monde entier.

Dès la fin du XIXe siècle, il est consommé dans l'armée et la marine de toutes les grandes nations de l'époque, même s'il est peu apprécié des soldats. Ces viandes gélatineuses, cuites dans leur jus, ne sauraient en effet être comparées à la viande fraiche bouillie, et encore moins à la viande rôtie.

Mais le corned-beef constitue une alternative efficace au bétail sur pied. Difficile à nourrir en déplacement, celui-ci supporte en effet difficilement les longs transports, perd poids et qualité, et arrive parfois malade.

Seconde Guerre mondiale

Le corned-beef a joué un rôle non négligeable dans la Seconde Guerre mondiale.

Il appartenait à la ration K (ration de nourriture individuelle de combat des soldats états-uniens, qui le surnommaient souvent "Corned-Willy").

Et malgré les problèmes nutritionnels qu'il a posé à ceux qui la consommaient trop longtemps, il a largement contribué à résoudre le problème du ravitaillement en campagne.

Il a fait partie de l'aide économique fournie par les Anglo-Saxons à l'URSS dès 1941.

Et par sa distribution aux populations, là ou les soldats états-uniens arrivaient, il a promu une image positive des États-Unis d'Amérique et de leur mode de vie, et a modifié celui de nombreuses populations.

Et cela, que ce soit dans des parties du monde indirectement touchées par le conflit né en Europe, ou en Europe, lors de la libération de populations qui avaient souffert de la faim.

Une ration de corned-beef ouverte
Une ration de corned-beef ouverte

Connotation négative

L'usage répétitif du corned-beef par les soldats en campagne a cependant créé une lassitude décrite notamment par Hugh C. Hulse, militaire en 1918-1919, expliquant que le partage d'un seul navet pour deux personnes a pu être préféré à la ration de viande en boite et de pain du déjeuner.

La texture fait parfois comparer cette viande à une sorte de pâté pour chats.

L'odeur en est jugée rance, et le corned-beef devient peu à peu le symbole négatif d'une nation dominante - les États-Unis d'Amérique - que ce soit par rapport à l'Europe ou par rapport à l'Afrique.

Il constitue le plus souvent une nourriture pour les gens peu fortunés. Et on le retrouvait encore, dans les années 1990, dans les cantines françaises pour SDF (Sans Domicile Fixe), comme dans les prisons.

Source : wikipedia.org

"Comme deux comme deux ronds de flan".

Enfant, j'avais trouvé très amusante cette étrange locution adverbiale, en forme d'idiotisme numérique et d'idiotisme alimentaire.

Appartenant au registre populaire, son origine n'est pas vraiment établie, mais elle signifie, au sens figuré : ébahi, stupéfait, surpris, étonné, estomaqué, atterré, coi, frappé d'étonnement.

On dit par exemple: "Mon darron est resté comme deux ronds de flan quand je lui ai dit que j'avais eu un 6 en maths : je n'ai jamais eu une aussi bonne note en six années de collège !".

Ou : "Ma femme va en rester comme deux ronds de flan si je lui dis que j'ai pensé à acheter du pain et à sortir la poubelle".

Sources : www.expressio.fr, www.languefrancaise.net et wiktionary.org

"Tomber sur un os".

Cette locution verbale en forme d'idiotisme corporel et d'idiotisme alimentaire appartient au registre familier.

Et elle signifie, au sens figuré : rencontrer une difficulté, un obstacle imprévu.

Étonnamment, cette expression apparue en 1914, trouve son origine dans le monde militaire et plus précisément dans les tranchées de la Première Guerre mondiale, où la formule "Tomber sur un os" s'utilisait au sens propre.

"Tomber sur un os", au sens propre

A l’époque, en effet, les rations étaient loin d’être copieuses, et seuls certains soldats chanceux avaient le droit à un morceau de viande, de nombreux autres ne recevant que des os, sur lesquels ne figuraient que quelques maigres bouts de chair.

Sources : www.defense.gouv.fr et www.expressio.fr

On ne dit pas : "J'ai fait commejaime" !

Publicité télévisée française de novembre 2020, de l'animateur de télévision français Benjamin Castaldi, pour le programme minceur "Comme J'aime"

Comme on l'a fait déclarer à l'animateur de télévision français Benjamin Castaldi, dans la publicité télévisée de novembre 2020 pour la société "Comme Jaime".

Mais : "J'ai EU RECOURS À commejaime" !

Comme J'aime S.a.s. est une entreprise sise à Levallois-Perret (92) et fondée en 2010 par Bernard Canetti, vendant un programme minceur homonyme, proposant la livraison à domicile de repas hypocaloriques ainsi qu’un accompagnement par une conseillère en diététique.

Source : wikipedia.org

"Une mauviette".

Ce substantif féminin invariable et polysémique peut avoir différentes significations.

Il peut en effet désigner, selon le contexte :

  • un petit oiseau passereau appelé "Alouette commune" ou "Alouette des champs", très apprécié rôti, en brochettes, gratin ou pâté, que l'on appelle "Alouette grasse" ou "Mauviette" lorsqu'elle s'est engraissée, à la fin de l'été,

Une "mauviette" ou "alouette grasse", c'est à dire une "alouette commune" ou "alouette des champs", engraissée à la fin de l'été

  • par extension : n'importe quelle variété de petits oiseaux comestibles, par confusion volontaire (afin de tromper les consommateurs ou convives sur la nature du mets servi) ou non,
  • et par analogie :
    • une toute petite escalope recouverte de lamelles de jambon fumé que l'on cuit au beurre et que l'on sert très chaude, avec des olives vertes passées dans la cuisson et un peu de jus de citron,
    • et, dans le registre familier :
      • une personne chétive, fragile, sans aucune résistance physique et au tempérament délicat ; une petite nature,

Vous pouvez consulter à ce sujet mon article consacré à toutes les façons de dire "Un homme très mince ou de faible constitution".

      • une personne lâche, peu courageuse, poltronne, peureuse.

Sources : www.cnrtl.fr, Le Robert, wiktionary.org, www.larousse.fr et www.linternaute.fr

"Claquer le beignet".

J'ai toujours adoré cette locution verbale en forme d'idiotisme alimentaire.

Appartenant bien sûr au registre argotique, elle signifie : gifler, frapper au visage.

On dit par exemple : "Qu'il ne recommence pas à me péter les couilles celui-là où je lui claque le beignet !".

"Picorer".

Ce verbe du langage courant signifie :

  • au sens propre, pour un petit oiseau : chercher sa nourriture avec le bec, manger.

On dit par exemple : "Les poules picorent dans la cour".

Des poules qui picorent

 

  • et au sens figuré, pour un être humain (ou par exemple un animal d0mestique tel qu'un chat) : manger très peu, grignoter ; avoir très peu d'appétit.

On dit par exemple : "Avec ce que mange ta soeur elle ne risque pas de grossir : elle picore !".

On utilise également les idiotismes alimentaires et animaliers "Manger comme un moineau" ou "Avoir un appétit d'oiseau".

Ainsi que l'idiotisme alimentaire "Manger comme une mauviette".

Picorer, au sens figuré

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Manger abondamment".

"Une ménagère".

Ce substantif féminin polysémique peut avoir de nombreuses significations.

Il peut en effet désigner, selon le contexte :

  • soit une personne :
    • dans le langage courant : une femme qui, dans un couple, s'occupe de son foyer, du ménage, de l'organisation des tâches ménagères, de l'administration de la maison et gère l'économie domestique.

La "ménagère de moins de 50 ans", stéréotype féminin constituant une cible publicitaire et mercatique considérée comme déterminante dans les dépenses du ménage, n'a pas survécu au "politiquement correct".

Une ménagère des années 1960
Une ménagère des années 1960
    • dans le registre familier : la femme légitime ; l'épouse,

Mais il existe bien d'autres mots possédant la même signification.

    • dans le registre argotique : une bonne à tout faire s’occupant du ménage du colonial et faisant souvent fonction de concubine,
    • dans le registre désuet : une servante s'occupant du ménage de quelqu’un,
  • soit un objet :
    • un service de couverts de table, généralement présenté dans coffret ou un écrin,

Il existe ainsi des ménagères en argent.

Une ménagère en argent
Une ménagère en argent
Une ménagère en argent
Une ménagère en argent
Une ménagère en argent
Une ménagère en argent

Mais également en inox.

Une ménagère en inox Pradel
Une ménagère en inox Pradel

Ou dans d'autres matière telles que le vermeil.

Une ménagère en vermeil
Une ménagère en vermeil
Une ménagère en vermeil
Une ménagère en vermeil
    • une pièce de vaisselle ou ustensile de table sur lequel se range la salière et la poivrière, et parfois l'huilier et le vinaigrier, à la disposition des convives,

La "ménagère de table" est un ensemble de petits récipients, contenant des épices ou assaisonnements, regroupés sur un même support.

La ménagère la plus simple et la plus diffusée est le couple "salière et poivrière", uni sur un même support de divers matériaux (bois, verre, métal, céramique, combinaison de plusieurs matières, etc.).

Une ménagère de table 2 pièces : sel et poivre

Dans les restaurants, on trouve le plus souvent le trio "sel-poivre-moutarde" ou "sel-poivre-cure-dents".

Une ménagère de table 3 pièces : sel, poivre et moutarde
Une ménagère de table 3 pièces : sel, poivre et moutarde

Ou le quatuor "sel-poivre-huile-vinaigre".

Une ménagère de table 4 pièces : sel, poivre, huile et vinaigre
Une ménagère de table 4 pièces : sel, poivre, huile et vinaigre
    • ou : un nécessaire de couture.
Une ménagère nécessaire de couture
Une ménagère nécessaire de couture

Une ménagère nécessaire de couture

  • et enfin, en zoologie : une espèce d’insecte lépidoptère (papillon) de jour.

La ménagère, un papillon de jourLa ménagère, un papillon de jour

Sources : wiktionary.org, wikipedia.org, www.cnrtl.fr et www.larousse.fr

"Manger comme une mauviette".

"Manger comme un moineau" ou "Avoir un appétit d'oiseau"

Cette locution nominale en forme d'idiotisme alimentaire appartient au registre familier et au registre désuet.

Elle fait référence au substantif féminin "Mauviette", dans son acception de petite nature, personne chétive, fragile, sans aucune résistance physique et au tempérament délicat.

Et elle signifie, par conséquent : manger très peu, grignoter, picorer.

On dit par exemple : "Tu as à peine touché à mon rôti et tu ne veux pas de dessert : tu manges vraiment comme une mauviette !".

On utilise également les idiotismes animaliers : "Avoir un appétit d'oiseau" ou "Manger comme un moineau".

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Manger abondamment".

Sources : dictionnaire.reverso.net et www.cnrtl.fr