"Dommage", elle a dit 'Dommage"... ?

La scène se déroule le 28 décembre 1999. Ma fille aînée a 4 ans et demi et passe la deuxième partie des vacances d'hiver chez nous à Aix-en-Provence (13), où je suis venu me marier et habiter depuis quelques mois.

La veille et l'avant-veille, les dimanche et lundi 26 et 27 décembre, les tempêtes Lothar puis Martin, deux phénomènes météorologiques d'une ampleur tout à fait exceptionnelle ont frappé la France et une partie de l'Europe.

Traejectoires des tempêtes des 26 et 27 décembre 1999.

Ces deux cyclones extratropicaux extrêmement puissants ont causé des dommages majeurs par le vent.

Carte de la tempête Lothar des 25 et 26 décembre 1999

D'innombrables rafales atteignant les 220 km heure (169 à Paris (75)) ont ravagé une partie du pays et causé des dégâts sans précédent, puisque l'on dénombrera finalement en effet :

  • 92 morts,
  • 2 000 blessés,

  • 3,6 millions de foyers (soit environ 10 millions de français) privés d'électricité,
  • 2,5 millions de personnes privées d'eau potable,
  • 1 million de personnes privées de téléphone,
  • 20 000 km de voies ferrées rendues inutilisables (sur 32 000),
  • 20 000 km de routes et de sentiers forestiers endommagés,
  • et des millions d'arbres cassés ou couchés (correspondant à environ 140 millions de mètres cubes de bois), dont des centaines de milliers d'arbres fruitiers.

Dégâts des tempêtes des 26 et 27 décembre 1999.Dégâts des tempêtes des 26 et 27 décembre 1999.

Nous sommes donc le lendemain de ce désastre et nous dînons en famille devant le journal télévisé, évidemment presque intégralement consacré aux images de désolation et aux témoignages consternés des victimes de cette apocalypse.

Dégâts des tempêtes des 26 et 27 décembre 1999.Dégâts des tempêtes des 26 et 27 décembre 1999.

Ma fille aînée mange paisiblement son hachis Parmentier (son plat préféré), visiblement guère préoccupée par l'ampleur de la catastrophe. Mais c'est après tout, je crois, relativement normal pour un enfant aussi jeune.

Soudain, cependant, son attention est brièvement attirée par l'annonce d'images concernant la ville de Paris (75) où elle habite avec sa mère, mon ex-compagne. Et en particulier du Parc Montsouris, situé à à 250 mètres à peine de là où elle vit, dans le 13e arrondissement.

Ma fille : "Oh : c'est le parc, à côté de chez moi !".

Carte de la tempête Lothar des 25 et 26 décembre 1999

Puis, à la vue d'énormes chênes déracinés ayant totalement écrasé les grandes grilles métalliques plus que centenaires du parc, elle nous assène brutalement :

- "Et ben dis donc ; si ma mère elle s'rait morte, ça s'rait dommage !"... avant de finir d'engloutir sa deuxième assiette en se pourléchant les babines.

Dégâts des tempêtes des 26 et 27 décembre 1999.

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

2 réflexions au sujet de “"Dommage", elle a dit 'Dommage"... ?”

  1. Puis, à la vue d'énormes chênes déracinés ayant totalement écrasé les grandes grilles métalliques plus que centenaires du parc.

    Il manque un complément dans cette phrase... à la vue il se passe quoi ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.