"Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n'est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien (...). Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d'agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez".

Nous devons cette formidable citation, terrifiante d'actualité, à la politologue allemande naturalisée états-unienne Hannah Arendt (14 octobre 1906 - 4 décembre 1975), connue pour ses travaux sur le totalitarisme, la modernité et la philosophie de l'histoire.

Et elle est extraite d'un entretien de 1974, avec l'écrivain français Roger Errera (03 décembre 1933 -12 août 2014), sur la question du totalitarisme, lisible, dans son intégralité, sur le site du Centro de Estudos Hannah Arendt de Sao Paulo (Brésil).

"Lies

The moment we no longer have a free press, anything can happen. What makes it possible for a totalitarian or any other dictatorship to rule is that people are not informed ; how can you have an opinion if you are not informed ? If everybody always lies to you, the consequence is not that you believe the lies, but rather that nobody believes anything any longer. This is because lies, by their very nature, have to be changed, and a lying government has constantly to rewrite its own history. On the receiving end you get not only one lie—a lie which you could go on for the rest of your days—but you get a great number of lies, depending on how the political wind blows. And a people that no longer can believe anything cannot make up its mind. It is deprived not only of its capacity to act but also of its capacity to think and to judge. And with such a people you can then do what you please".

Sources : wikipedia.org et hannaharendt.wordpress.com/2018/01/04/hannah-arendt-from-an-interview/

2 réflexions au sujet de “"Quand tout le monde vous ment en permanence, le résultat n'est pas que vous croyez ces mensonges mais que plus personne ne croit plus rien (...). Un peuple qui ne peut plus rien croire ne peut se faire une opinion. Il est privé non seulement de sa capacité d'agir mais aussi de sa capacité de penser et de juger. Et avec un tel peuple, vous pouvez faire ce que vous voulez".”

  1. Mon cher Jean-Pierre,
    Amateur inconditionnel d'Hannah ARENDT, après notre conversation téléphonique, j'ai voulu lire la citation sur le mensonge. Edifiante, en effet. Deux petits détails, n'ayant rien à voir avec l'intérêt du sujet. Mais comme tu m'as toujours demandé d'être précis. En 1974, Hannah ARENDT n'était ni allemande, ni philosophe. Allemande, car les nazis l'ont déchue de sa nationalité allemande (1937, je crois !). Par la suite étant apatride - avec un passage en France, au Portugal, USA - (1937-1951), elle a finalement obtenu la nationalité américaine (1951). Philosophe, bien qu'ayant un doctorat de philosophie à Heidelberg et ai été l'élève de Karl Jaspers, de Martin Heidegger et de Husserl. Elle préférait (surtout à la date de l'interview) qu'on la qualifie Politologue. Des détails, mais qui eurent de l'importance pour elle.

    Répondre
    • Tu as tout à fait raison et je viens de corriger l'article en ce sens. J'avais donné toutes ces précisions et présenté Hannah Arendt ainsi ("politologue allemande naturalisée états-unienne") dans l'article que je lui avais consacré dans la foulée de celui-ci, et qui est d'ailleurs en lien (mots en vert) :

      https://jaimelesmots.com/hannah-arendt/

      Mais j'avais omis de revenir corriger ces deux points ; ta judicieuse remarque m'a permis de la faire ; sois-en ici remercié !

      Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.