"Le vice appuyé sur le bras du crime".

C'est à l'écrivain français François René de Chateaubriand, dans ses "Mémoires d'outre-tombe" parues en 1849-1950, que nous devons cette merveilleuse et terrible description du duo Talleyrand-Fouché :

Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord
Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord

"Tout à coup une porte s’ouvre : entre silencieusement le vice appuyé sur le bras du crime. M. de Talleyrand marchant soutenu par M. Fouché ; la vision infernale passe lentement devant moi, pénètre dans le cabinet du roi et disparaît".

Joseph Fouché
Joseph Fouché

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.