L'héritage langagier des Taïnos.

Les "Taïnos", ou "Tainos", sont une ethnie amérindienne considérée comme distincte du groupe des Arawaks, qui occupait les grandes Antilles lors de l'arrivée des Européens au XVe siècle.

Malgré leur quasi-disparition au XVIe siècle, beaucoup d'Antillais, plus particulièrement des Cubains, Haïtiens, Portoricains et Dominicains, continuent de se considérer comme Taïnos.

Or, on l'ignore souvent, mais pas moins de 17 mots français proviennent directement de leur langue, le taïno.

Ainsi, pour les végétaux, des mots :

  • "Ananas", qui nous vient directement du mot "Anana",
  • "Goyave", de "Guayaba",
  • "Papaye", de "Papaya",
  • "Patate", de "Batata",
  • "Pitaya" (fruit tropical, également appelé "Fruit du dragon"), de "Pitahaya".
  • "Tabac", de "Tabago",
  • "Savane", de "Sabana",
  • et "Yucca", de "Yuca".

Ou, pour les animaux, des mots :

  • "Caïman", qui nous vient directement du mot "Kaiman",
  • et "Iguane", de "Iguana".

Mais également des mots :

  • "Cacique", qui nous vient directement du mot "Katchik",
  • "Canoë", de "Canoa",
  • "Caraïbe", de "Karibe",
  • "Caye" (petite île basse principalement composée de sable et de corail, également appelée "Key"), de "Caicu",
  • "Hamac", de "Hamaka",
  • "Ouragan" (cyclone tropical de l'Atlantique), de "Hurakan",
  • et "Pirogue", de "Piragua".

Et l'on pense qu'il pourrait en être de même des mots "Cannibale" et "Colibri"...

Le président Jacques Chirac se passionnait pour les Taïnos

C’est en 1992, lors de l’exposition qui leur était consacrée au petit Palais, à Paris (75), que Jacques Chirac, alors au plus bas de sa popularité, révéla aux Français une facette surprenante de sa personnalité complexe. Son immense passion pour les arts et la culture des peuples premiers surprit tout le monde, ses détracteurs le considérant plutôt comme un personnage inculte et insipide. C’est pourtant grâce à ce fin connaisseur de cette ethnie amérindienne des caraïbes que cette exposition avait vu le jour.

C'est le collectionneur et marchand d'art français Jacques Kerchache (6 août 1942 - 8 août 2001), l’un des rares spécialistes des peuples premiers, rencontré quelques années auparavant sur une plage de l’île Maurice, qui lui avait transmis sa passion pour les Taïnos, premiers amérindiens a entrer en contact avec Christophe Colomb et la civilisation européenne.

Et c'est le même Kerchache qui lui donna l’idée et l’envie d’organiser cette exposition, qui permit de rendre enfin justice à un peuple oublié, grand "perdant" de la découverte de l’Amérique, en permettant aux parisiens de découvrir la beauté et l’esthétisme de leurs objets d’art.

Ce fut d’ailleurs l’un des plus grands tour de force de Jacques Chirac, que de faire découvrir au public les arts des Taïnos en mettant en valeur la profondeur de leur sens artistique plutôt qu’en exposant leur culture et leur histoire de façon froide et professorale. A cette occasion, le maire de Paris et futur président de la République renoua avec le jeune homme rêveur et passionné de voyages et d’exotisme qu’il avait été, faisant entrer les français dans son jardin secret et partageant avec eux ses véritables passions.

Devenu président en 1995 et réélu en 2002, il inaugura le 20 juin 2006 le "Musée des Arts et Civilisations d'Afrique, d'Asie, d'Océanie et des Amériques" ou "Musée du Quai Branly", rebaptisé "Musée du Quai Branly - Jacques-Chirac", le 21 juin 2016.

Consacré aux arts premiers, celui-ci se place parmi les plus fréquentés au monde dans sa catégorie, avec près de 1 300 000 visiteurs par an.

Sources : wikipedia.org et lesanneeschirac.wordpress.com

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.