"Bob Robertson".

Il s'agit du nom d'artiste du réalisateur et scénariste italien Sergio Leone, né le 3 janvier 1929 et mort le 30 avril 1989.

Sergio Leone a utilisé ce pseudonyme américanisé pour son premier western italien, "Pour une poignée de dollars", réalisé en 1964 et constituant une nouvelle version du film japonais "Le Garde du corps" ("Yojimbo"), réalisé en 1961 par Akira Kurosawa.

Ce choix de "Bob Robertson" constitue - ce que l'on oublie trop souvent de préciser, à mes yeux - un hommage à son père, le réalisateur italien Vincenzo Leone, plus connu sous son nom d'artiste de Roberto Roberti et auteur, en 1913, du premier western italien, dans lequel tournait son épouse, Bice Waleran, la mère de Sergio Leone.

Sergio leone est considéré comme "le père du western spaghetti", qu'il a largement popularisé sans pour autant l'avoir inventé ni même reconnaître cette appellation.

Il est notamment l'auteur deux des plus célèbres triogies de l'histoire du cinéma mondial :

  • la "trilogie du dollar", qui réunit "Pour une poignée de dollars" (1964), "Et pour quelques dollars de plus" (1965) et "Le Bon, la Brute et le Truand" (1966). Ces trois films, considérés comme des classiques du western, ont révéler l'acteur états-unien Clint Eastwood et le compositeur italien Ennio Morricone.

Affiche du film italien "Pour une poignée de dollars" (1964) de Sergio LeoneAffiche du film italien "Le bon, la brute et le truand" (1966) de Sergio Leone

  • et la trilogie "Il était une fois", composée de "Il était une fois dans l'Ouest" (1968), "Il était une fois la révolution" et "Il était une fois en Amérique" (1984), son dernier film.

Affiche du film italien "Il était une fois dans l'Ouest" (1968) de Sergio LeoneAffiche du film italien "Il était une fois la révolution" (1971) de Sergio LeoneAffiche du film américain "Il était une fois en Amérique" (1984) de Sergio Leone

Alors qu'il était apprécié par le public, mais boudé par la critique et ses pairs de son vivant, l'importance de Sergio Leone dans l'histoire du cinéma a été par la suite reconnue.

Leone réussit à s'imposer parmi les grands réalisateurs grâce à son style novateur, par sa mise en scène, et par l'utilisation de la musique, composée par son collaborateur et ami Ennio Morricone.

Plusieurs réalisateurs importants reconnaissent l'influence qu'il a eue sur leur travail ou l'admiration qu'ils lui portent, au premier rang desquels Quentin Tarantino.

Son film "Il était une fois dans l'Ouest" (1968) a longtemps été le deuxième plus gros succès de l'histoire du cinéma en France, derrière "La grande vadrouille"de Gérard Oury (1966), avec 14,86 millions d'entrées. Seul Titanic" de James Cameron (1997), puis "Bienvenue chez les ch(tis" de Dany Boon (2008) et "Intouchables" de Olivier Nakache et Éric Toledano (2011) sont parvenus depuis à faire mieux.

Au point que son film suivant, "Giu, la testa" ("Duck, you sucker" ("Baisse-toi, idiot") s'est trouvé rebaptisé pour la France "Il était une fois la révolution", en écho à sa précédente réalisation.

Voir mon article : "Les Titres français de films américains : mais où vont-ils donc chercher pareilles traductions ?

 

Source : wikipedia.org

Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.