48 façons de dire "mourir".

Le registre argotique est très riche, avec les verbes "Calancher", "Clamser", "Claquer" ou "Crever".

Et les locutions verbales "Aller nourrir les asticots", "Aller nourrir les poissons", "Aller nourrir les requins", "Aller nourrir les vautours" et "Avaler sa chique".

"Boire le bouillon d'onze heures", "Passer l'arme à gauche" ou "Sortir les pieds devant" relèvent du registre familier.

Dans le langage courant, nous avons également "Bruler vif", "Être assassiné", "Être broyé", "Être coupé en deux", "Être déchiqueté", "Être tué", "Être victime d'un assassinat", "Être victime d'un meurtre", Exploser", "Laisser sa vie (quelque part)", "Ne pas survivre", "Perdre la vie", "Succomber à ses blessures", "Se suicider".

Ainsi que, dans le cas d'une exécution : "Être décapité", "Être exécuté", "Être fusillé", "Être guillotiné" ou "Être pendu"

Ou, durant une guerre : "Mourir pour la France", "Tomber au champ d'honneur" ou "Tomber sous les balles de l'ennemi".

Enfin, "Consentir au sacrifice suprême", "Être rappelé à Dieu", "Expirer", "Faire le dernier voyage", "Faire son dernier voyage", "Faire le grand voyage", "Passer", "Passer de vie à trépas", "Payer de sa vie", "Rendre l'âme", "Rendre son dernier souffle", "Rendre son dernier soupir", "Trépasser" et "Voir sa dernière heure arriver" relèvent du registre soutenu.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.