"Des heures durant" ou "Des jours durant".

J'aime beaucoup ces différentes locutions adverbiales relevant du registre soutenu et signifiant :

  • "Des années durant": pendant des années.

On dit par exemple : "J'ai été un grand collectionneur des années durant".

  • "Des heures durant" : pendant des heures.

On dit par exemple : "J'ai attendu ton appel des heures durant sans même parvenir à te joindre".

  • et "Des jours durant" : pendant des jours.

On dit par exemple : "Des jours durant, j'ai dû aller à mon bureau à bicyclette".

  • et "Des mois durant" : pendant des mois.

On dit par exemple : "Après mon opération j'ai souffert des mois durant".

  • et "Des semaines durant" : pendant des semaines.

On dit par exemple : "Cet hiver il a gelé des semaines durant".

Ne dites pas : "Mille cent", "Mille deux cents", "Mille trois cents", "Mille quatre cents", "Mille cinq cents", "Mille six cents", "Mille sept cents", "Mille huit cents" ou "Mille neuf cents" !

Mais plutôt : "ONZE cents", "DOUZE cents", "TREIZE cents", "QUATORZE cents", "QUINZE cents", "SEIZE cents", "DIX-SEPT cents", "DIX-HUIT cents" ou "DIX-NEUF cents" !

Les deux façons d'énumérer (transcription par multiplication  : seize cents pour 16 x 100 ou par addition : mille six cents pour 1000 + 600) sont grammaticalement correctes, mais la première a le mérite d'appartenir au registre soutenu.

Et son utilisation vous permet donc de hausser votre niveau de langue.

On n'évoque d'ailleurs jamais la célèbre victoire de Marignan en parlant de la bataille de "Mille cinq cent quinze", mais de "Quinze cent quinze".

À l'instar de nos fameux "Soixante-dix", "Quatre-vingt" et "Quatre-vingt-dix", remplaçant les "Septante", "Octante" et "Nonante" utilisés par nos amis belges et suisses, ou du nom de l'hôpital ophtalmologique parisien des "Quinze-vingts" (qui comptait originellement 15 X 20 = 300 lits), la forme multiple de cent est une survivance d'un ancien système de numération utilisant la base vingt, dit "vicésimal" ou "vigésimal".

La Convention a institué, le 7 avril 1795, le système métrique et le système décimal (système de numération utilisant la base dix).

Mais ces deux façons d'énumérer, et d'énoncer des dates notamment, ont coexisté bien avant le XIXe siècle.

Ainsi, Rabelais écrivait par exemple, en 1534, dans célèbre "La vie très horrifique du grand Gargantua, père de Pantagruel, jadis composée par M. Alcofribas abstracteur de quintessence. Livre plein de Pantagruélisme" : "Le dimanche huitiesme jour d'octobre du dit an, mil cinq cents quatorze".

Tandis que l'on trouvait la forme "L'an treize cents cinquante & deux", en 1619, dans L'"Histoire généalogique de plusieurs maisons illustres de Bretagne" d'Augustin du Paz.

Source : parler-francais.eklablog.com

 

Ne dites pas : "Dans le temps" ni Dans l'ancien temps" et encore moins "Du temps d'autrefois" !

Mais : "Autrefois" ou "Jadis" (registre soutenu) !

Vous passerez ainsi du langage courant ("Dans le temps"), du langage familier ("Dans l'ancien temps") ou du registre populaire ("Du temps d'autrefois") au registre soutenu.

46 façons de dire "mourir".

Le registre argotique est très riche, avec les verbes "Clamser", "Claquer" ou "Crever".

Et les locutions verbales "Aller nourrir les asticots", "Aller nourrir les poissons", "Aller nourrir les requins", "Aller nourrir les vautours" et "Avaler sa chique".

"Boire le bouillon d'onze heures", "Passer l'arme à gauche" ou "Sortir les pieds devant" relèvent du registre familier.

Dans le langage courant, nous avons également "Bruler vif", "Être assassiné", "Être broyé", "Être coupé en deux", "Être déchiqueté", "Être tué", "Être victime d'un assassinat", "Être victime d'un meurtre", Exploser", "Laisser sa vie (quelque part)", "Ne pas survivre", "Perdre la vie", "Succomber à ses blessures", "Se suicider".

Ainsi que, dans le cas d'une exécution : "Être décapité", "Être exécuté", "Être fusillé", "Être guillotiné" ou "Être pendu"

Ou, durant une guerre : "Mourir pour la France", "Tomber au champ d'honneur" ou "Tomber sous les balles de l'ennemi".

Enfin, "Consentir au sacrifice suprême", "Être rappelé à Dieu", "Expirer", "Faire le dernier voyage", "Faire son dernier voyage", "Faire le grand voyage", "Passer" et "Passer de vie à trépas", "Rendre l'âme", "Rendre son dernier souffle", "Rendre son dernier soupir", "Trépasser" et "Voir sa dernière heure arriver" relèvent du registre soutenu.

5 façons de dire "Paresseux".

Les adjectifs "Feignant" et "Cossard" relèvent du registre populaire.

"Feignasse" et "Flemmard" appartiennent au registre familier.

Tandis que "Fainéant" est un terme du langage courant, à l'instar de "Paresseux".

Sur un thème contigu, je vous recommande la lecture de mon article consacré à pourquoi il vaut mieux dire "Fainéant" que "Feignant".

 

9 façons de dire "Un lit".

Un lit en bois

Dans le registre argotique nous disposons de : "un paddock", "un page" (apocope de "page"), "un pageot" ou "un pajot", ainsi que "un pucier". Mais ces termes sont aujourd'hui désuets.

"Un pieu" appartient au registre populaire et est très couramment utilisé.

"Un plumard" et "un plume" relèvent du registre familier

Enfin, "une couche" relève du registre soutenu et ne s'emploie guère.

Sources : www.languefrancaise.net, www.larousse.fr et dictionnaire.sensagent.leparisien.frAjouter