"Être dur de la feuille".

J'adore cette expression du registre argotique en forme d'idiotisme botanique qui signifie : avoir des difficultés auditives, entendre mal.

Naturellement, elle interloque souvent mes interlocuteurs étrangers ou les personnes peu habituées à la langue verte, mais c'est toujours un véritable plaisir pour moi que de l'expliquer.

Concernant ce thème de la surdité, je vous recommande également la lecture de mon article consacré à toutes les façons de reprocher à quelqu'un de ne rien entendre ou de dire que l'on entend mal.

120 façons de dire "Tuer".

"Basourdir" ne s'utilise plus (mais se retrouve indirectement dans le verbe "abasourdir") et relève donc du registre désuet.

Le registre argotique nous propose de nombreux verbes, formules ou locutions verbales avec : "Bousiller", "buter", "dessouder", "dézinguer", "donner à bouffer aux (fauves)", "donner à bouffer aux poissons", "donner à bouffer aux requins", "envoyer bouffer les pissenlits par la racine", "expédier bouffer les pissenlits par la racine", "faire bouffer les pissenlits par la racine", "faire crever", "liquider", "rectifier", "refroidir", "repasser" ou "zigouiller".

Ainsi que "crever", "crever la paillasse" ou "suriner" si l'on utilise une arme blanche.

Et "descendre", "faire sauter la cervelle", "faire sauter le caisson", "ficher une balle entre les deux yeux", "flinguer", "foutre une balle entre les deux yeux", "plomber" ou "truffer de plomb" si c'est une arme à feu.

Sans oublier Michel Audiard, qui nous a bien sûr offert le superbe "éparpiller façon puzzle" dans le légendaire film de Georges Lautner "les tontons flingueurs" (1963) !

"Envoyer ad patres", "envoyer manger les pissenlits par la racine", "envoyer six pieds sous terre", "expédier ad patres", "expédier manger les pissenlits par la racine", "expédier six pieds sous terre", "faire la peau", "faire manger les pissenlits par la racine", "faire passer l'arme à gauche", "faire passer le goût du pain", "règler son affaire", "règler son compte", "suicider" ou "trucider" appartiennent au registre familier.

Ainsi que "coller une balle entre les deux yeux", "mettre une balle entre les deux yeux", "transformer en écumoire" ou "transformer en passoire" s'il s'agit de tuer par arme à feu.

Le langage courant est également très riche, avec : "abattre", "assassiner", "déchiqueter", "défenestrer", "donner en pâture aux (fauves)", "donner en pâture aux poissons", "donner en pâture aux requins", "éliminer", "empêcher de parler à jamais", "empêcher de parler de façon définitive", "empêcher de parler définitivement", "empêcher de parler pour toujours", "enterrer vivant", "envoyer au cimetière", "envoyer dans l'autre monde", "envoyer en enfer", "envoyer nourrir les asticots", "envoyer nourrir les poissons" "envoyer nourrir les requins", "envoyer rôtir en enfer", "étrangler", "expédier au cimetière", "expédier nourrir les asticots", "expédier nourrir les poissons", "expédier nourrir les requins", "faire le dernier voyage", "faire le grand voyage", "faire son dernier voyage", "faire taire à jamais", "faire taire de façon définitive", "faire taire définitivement", "faire taire pour toujours", "noyer", "offrir en pâture aux poissons", "offrir en pâture aux requins", "réduire au silence" ou "supprimer".

Mais aussi : "Brûler vif", "carboniser", "faire griller", faire rôtir" ou "faire périr par le feu" si c'est ce dont il s'agit.

"Couper en deux", "couper en morceaux", "couper la gorge", "couper la tête", "découper en morceaux", "démembrer", "égorger", "étriper", "éviscérer", "trancher en deux", "trancher en morceaux", "trancher la gorge", "trancher la tête" ou "éventrer" s'il s'agit de tuer par arme blanche.

Ou "décapiter" "électrocuter", "exécuter", "fusiller", "garotter", "guillotiner" ou "pendre" s'il s'agit d'une exécution.

"Crucifier", "écarteler", "empaler" et "lapider" correspondent normalement à des pratiques d'un temps révolu ou dont on souhaiterait du moins qu'il le soit.

Enfin, le registre soutenu nous offre le très joli verbe "occire" ainsi que les locutions verbales "faire passer", "ôter la vie" ou "prendre la vie" et les superbes formules "envoyer rejoindre ses ancêtres" et "faire passer de vie à trépas".

"Un chouf" ou "Le chouf".

Ce petit mot masculin du registre argotique nous vient directement de l'arabe "Chouf" signifiant "Regarder".

Et il peut avoir pas moins de cinq significations différentes :

  • dans la marine, autrefois : une vigie (registre désuet),
  • dans la marine française : un quartier-maitre chef,
  • pour les voleurs et trafiquants de drogue :
    • le guet, la surveillance, la planque.

On dit par exemple : "Être en chouf".

    • un guetteur, un observateur.

On dit par exemple : "Un chouf de quinze ans gagne malheureusement bien davantage que son père maçon ou chauffeur de bus".

  • un voyeur, un mateur.

Source : wiktionary.org

8 façons de dire "Le nez".

Un nez

Comme la plupart du temps, c'est naturellement le registre argotique qui nous offre le plus large éventail de possibilités avec pas moins de huit termes.

"Le pif" est le plus couramment utilisé, suivi je pense par "le tarin" et "le blair".

"Le tarbouif" et "le nase" (ou "le naze") me semble moins fréquemment employés, de même que "le reniflant" et "le renifloir".

Enfin , le registre soutenu nous offre "l'appendice nasal".

Voir également mon article consacré à la polysémie du mot "Nez".

Source : wiktionary.org

"Un baveux" ou "Le baveux".

Ce mot français peut avoir différentes significations en fonction du niveau de langue utilisé ou du côté de l'Atlantique où l'on se situe :

  • il désigne ainsi, chez nos amis québecois - dans le registre populaire - une personne arrogante et provocatrice.
  • et dans notre pays :
    • dans le langage courant, dans le Sud-Est de la France : le "bolet jaune", un champignon comestible, également appelé "beurré ou "nonnette voilée".

Bolets jaunes, également appelés "baveux", "beurrés" ou "nonnettes voilées"

    • dans le registre argotique :
      • un avocat.

On dit par exemple : "Avec un bon baveux j'aurais pu éviter la taule".

Un avocat

      • la verge, le pénis.

La verge ou pénis

On dit par exemple : "J'me suis astiqué le baveux".

On retrouve par exemple ce mot - parmi beaucoup d'autres synonymes - dans la chanson grivoise "Les nuits d'un damoiseau".

Source : wiktionary.org

"Un renoi" ou "Un kebla" et "Des renois" ou "Des keblas".

Ces mots en verlan du registre argotique sont apparus dans les banlieues dans les années 1980.

Et tous désignent des personnes de couleur noire, ayant la peau noire.

  • "Renoi" vient de "Noir" à l'envers : re-noi,
  • et "Kebla" vient de "Black" ("Noir" en anglais) à l'envers : ke-bla.

On dit par exemple : "J'ai un copain renoi qui travaille chez un boulanger".

Ou : "Le mercredi je reviens de l'entraînement de foot avec deux amis keblas".

Voir également mon article consacré à l'évolution de la façon dont a parlé en France des personnes de couleur noire.

"Flipper sa race".

Cette locution verbale du registre argotique est utilisée par les jeunes depuis une vingtaine d'années afin de signifier : avoir très peur, être très angoissé.

On dit par exemple : "Kevin flippe sa race : son père veut le changer de bahut".

8 façons de dire "Une cigarette".

Une cigarette

Le registre argotique est, comme c'est souvent le cas, étonnamment riche , puisqu'il nous propose : "une cibiche", "un clope" (ou "une clope"), "une pipe", "une sèche" et "une tige".

Mais également "un clopot", pour une cigarette que l'on a fini de fumer, que l'on appelle "un mégot" dans le langage courant.

Un mégot de cigarette

Quant au mot "une cig" - apocope du mot "cigarette" - il appartient du registre familier.

Ne dites pas : "Putain de lourde de mes deux ! J'me suis fracassé l'ongle du gros doigt de pied et j'vais m'choper un rat" !

Personne pliée en deux de douleur après s'être violemment cogné un orteil

Mais, à tout le moins, dans le langage courant : "Fichue porte : je me suis violemment cogné l'ongle du gros orteil et je vais avoir un ongle noir !" !

Et idéalement, dans le registre soutenu : "Maudite porte : je l'ai violemment heurté avec la tablette unguéale de mon hallux et vais hériter d'un hématome sous-unguéal. !

Sans même un point d'exclamation, ainsi que les plus attentifs d'entre vous auront pu le remarquer... car - à la différence de la seconde phrase et surtout de la première - celle-ci se prononce naturellement le plus calmement et sereinement du monde, sans cris ni gestes intempestifs.

"Faire passer le goût du pain".

Cette expression du registre argotique signifie - au sens figuré - tuer quelqu'un.

On dit par exemple : "S'ils le chopent, i' vont lui faire passer le goût du pain !".

"Alpaguer quelqu'un" ou "Se faire alpaguer".

"Alpaguer" est un verbe du registre argotique signifiant : arrêter, appréhender un individu.

On dit par exemple : "Jean-Eudes et Henri-Benoît se sont fait alpaguer par les keufs !".

Il a été, je crois, assez largement popularisé par le titre du film français "L'alpagueur", réalisé en 1976 par Philippe Labro, avec Jean-Paul Belmondo dans le rôle-titre, qui y interprétait un ancien chasseur de fauves devenu chasseur de primes, qui "alpaguait" force malfrats.

Affiche du film français "L'alpagueur" de Philippe Labro (1976)

Le verbe "Alpaguer" dérive du terme "Alpague", qui, au milieu du XIXe siècle, désignait des vêtements masculins de haute qualité confectionnés avec de la laine d’alpaga, un mammifère originaire d’Amérique du Sud.

Par association d’idées, un habit étant quelque chose que l’on enfile et que l’on porte sur soi, le mot "alpague" a ensuite qualifié le dos, puis un individu en lui-même.

On utilisait ainsi des expressions telles que :

  • "Tomber sur l’alpague", synonyme de "Tomber sur le dos" et signifiant "s’en prendre à quelqu’un",
  • ou bien "Avoir la police sur l’alpague", lorsqu’un criminel était traqué par des agents.

Enfin, dans le courant du XXe siècle, le mot est devenu un verbe.

Source : www.cnews.fr

"Du chnoque", "Du schnock" ou "Du schnoque".

Cette formule du registre argotique, à l'orthographe variable, s'utilise de façon méprisante pour désigner une personne dont on ignore le nom.

On dit par exemple : "Qu'est-ce qu'il me veut encore du chnoque ?".

Ou : "J'te parle pas à toi, du schnoque !".

Voir également mon article consacré à "Un chnoque", "Un schnock" ou "Un schnoque" et "Un vieux chnoque", "Un vieux schnock" ou "Un vieux schnoque".

Source : www.larousse.fr

"Le raisiné".

Ce substantif masculin peut avoir différentes significations en fonction du niveau de langue :

Élaboration de raisiné

  • dans le langage courant, il désigne ainsi : une confiture élaborée à partir de jus de raisin, de sucre, parfois de vin doux, auquel on ajoute souvent des fruits (poires, coings en particulier).

Le raisiné nécessite des raisins très mûrs et très sucrés provenant de coteaux ensoleillés.

Raisiné de Montpellier

Le raisiné se fait généralement avec du raisin noir, mais le "raisiné bourguignon" et le "raisiné de Montpellier" se font avec du raisin blanc.

  • et dans le registre argotique : le sang.

Un doigt avec une goutte de sang

J'ai évoqué dans un autre article "Du raisiné sur les bafouilles", un superbe récit complet en six planches réalisé en 1956 par Morris et Goscinny, que j'ai personnellement découvert en 1980 et qui m'a permis d'apprendre la signification de ce mot.

Source : www.cnrtl et wikipedia.org

"Une bafouille" et "Le raisiné".

J'adore ces deux mots du registre argotique qui désignent respectivement :

Courriers ouverts

  • "une bafouille" : une lettre, un courrier, une missive.

On dit par exemple : "Le dirlo de ma frangine lui a envoyé une bafouille pour la convoquer".

 

Taches de sang

On dit par exemple : "J'te jure que s'i' m'le rend pas, va y avoir du raisiné sur les murs !".

J'en ai pour ma part appris l'existence en 1980, lorsque j'ai pu découvrir dans le numéro 44 du fanzine de bande dessinée "Haga" "Du raisiné sur les bafouilles" ("Du sang sur les lettres" dans le langage courant), un superbe récit complet en six planches de Morris et René Goscinny, publié en 1956 dans le magazine humoristique français "Le hérisson".

Cette courte histoire de malfrats en argot est la seule histoire de Morris à ne pas se situer dans l'univers de "Lucky Luke", ni même dans le décor du Far West. Les auteurs envisagèrent de donner une suite à cette histoire en lançant une nouvelle série, mais l'idée fut vite abandonnée, Morris étant déjà trop pris à l'époque par "Lucky Luke".

Imaginez un peu en effet : 35 albums en 20 ans, entre "Lucky-Luke et Phil Defer" en 1956 et "La guérison des Dalton" en 1975 !

Source : wikipedia.org