"Cogner comme un sourd", "Frapper comme un sourd" ou "Taper comme un sourd" et "Gueuler comme un sourd" ou "Hurler comme un sourd".

Ces différentes locutions verbales relèvent du registre familier (et du registre argotique pour "Gueuler comme un sourd").

Toutes les six se fondent sur le fait que l'on pourrait croire que la personne qui cogne, frappe, tape, crie, gueule ou hurle est sourde car elle ne semble pas se rendre compte du vacarme qu'elle génère.

Et elles signifient respectivement :

"Cogner comme un sourd", "Frapper comme un sourd", "Taper comme un sourd"

  • "Cogner comme un sourd", "Frapper comme un sourd" ou "Taper comme un sourd" : cogner, frapper ou taper très très fort.

On dit par exemple : "J'arrive : inutile de cogner comme un sourd !"

"Crier comme un sourd", "Gueuler comme un sourd" ou "Hurler comme un sourd"

  • et "Crier comme un sourd", "Gueuler comme un sourd" ou "Hurler comme un sourd" : crier très fort, hurler.

On dit par exemple : "Tu n'as pas fini de gueuler comme un sourd : on a compris que ton équipe a perdu !".

Source : www.linternaute.fr

4 façons de dire "Des lunettes".

Des lunettes de vue

On dit en argot "Des binocles" (féminin) ou "Des carreaux".

Et "Des culs-de-bouteilles" lorsqu'il s'agit de lunettes verres très épais.

Des lunettes "culs-de-bouteilles"

Enfin, le substantif féminin "Des besicles" (beu-zi-cle) (ou "Des bésicles" (bé-zi-cle) désignait autrefois (registre désuet) des lunettes sans branches se fixant sur le nez, mais s'emploie de nos jours, par plaisanterie, pour désigner des lunettes (registre soutenu).

Des besicles (ou bésicles)

Sources : www.larousse.fr et wiktionary.org

12 façons de dire "Voler" ou "Dérober".

"Barboter", "Carotter", "Chouraver", "Chourer" et "Étouffer" relèvent du registre argotique.

"Chiper", "Faucher" et "Piquer" appartiennent au registre familier.

"Chaparder", "Emprunter" et "Escamoter" relèvent du langage courant

Et "Subtiliser" du registre soutenu.

9 façons de dire "Dénoncer".

"Balancer", "Baver", "Cafarder", "Cafter", "Donner", "Moucharder" et "Se mettre à table" relèvent du registre argotique.

Tandis que "Rapporter" et "Trahir" appartiennent au langage courant".

 

23 façons de dire : "Être riche" ou "Être très riche".

Être très riche"

"Avoir plein de blé", "Avoir plein de fric", "Avoir plein de pognon", "Être blindé", "Être plein aux as", "Être plein de fric", "Être très friqué" ou "Être super friqué" relèvent du registre argotique.

"Être pété de thunes" appartient au registre populaire.

Et "Être un richard" au registre familier.

Tandis que "Avoir beaucoup d'argent", "Avoir énormément d'argent", "Être cousu d'or", "Être fortuné", "Être milliardaire", "Être millionnaire", "Être multi-milliardaire", "Être multi-millionnaire", "Être riche comme Crésus", "Être richissime", "Être très argenté" ou "Être un nabab" appartiennent au langage courant.

Et "Être un nanti" au registre soutenu.

"Une cagna", "Une cagnat" ou "Une cagnia".

Ce substantif féminin nous vient de l'annamite cai-nha.

Et il désigne :

  • dans le registre argotique, dans le domaine militaire :
    • un abri de tranchées généralement souterrain,

Une cagna

    • ou : un abri de fortune fait de matériaux de récupération.

Des cagnas

  • et dans le registre populaire : un abri, une cabane, une pauvre maisonnette.

Une cagnaUne cagna

Sources : wiktionary.org, www.larousse.fr et www.cnrtl.fr

"Du poiscaille", "Le poiscaille" ou "Un poiscaille".

Un poiscaille

Ce substantif masculin relève du registre argotique.

Et il désigne : le poisson.

On dit par exemple :

  • "Le vendredi à la cantoche il y a toujours du poiscaille",
  • "Moi j'ai horreur du poiscaille",
  • ou : "Mon papy a attrapé un poiscaille presque aussi gros que ma frangine".

Ne dites pas : "Faire des pets" ou "faire un pet" !

Mais plutôt :

  • "Péter" (registre vulgaire),
  • "Lâcher une caisse" (registre argotique),
  • "Lâcher un vent" (langage courant),
  • ou "Émettre une flatulence" (registre soutenu) !

"La sauter" ou "Je la saute".

Ce verbe signifie, selon le contexte, dans le registre argotique :

  • avoir faim.

On dit par exemple : "Bon, on bouffe quand ? Je la saute, moi".

  • ou : coucher avec une personne de sexe féminin ; avoir une relation sexuelle avec elle.

On dit par exemple : "Si je connais la frangine de Kevin ? Mais je la saute depuis deux piges !.

 

"Cinquante balais", "Cinquante berges" ou "Cinquante piges".

J'aime beaucoup ces trois formules qui relèvent toutes du registre argotique et signifient tout simplement : cinquante ans.

On dit par exemple : "Pour mes cinquante balais, je me paie un voyage à Las Vegas".

Ou : "À cinquante berges on a encore quelques belles cédennies à vivre".

Ou encore : "Si j'avais cinquante piges je ne m'habillerais pas de cette façon".

Ainsi que cinquantes années pour la forme "cinquantes piges".

On dit par exemple : "Je suis curieux de savoir ce que donnera le réchauffement climatique dans cinquante piges".