"David Morse".

L'acteur états-unien David Morse

Il s'agit du nom d'usage de l'acteur et scénariste états-unien David Bowditch Morse, né le 11 octobre 1953.

L'acteur états-unien David Morse

Ayant débuté au cinéma en 1980 et à la télévision en 1982, ce n'est u'en 1991, qu'il il décroche son premier grand rôle en incarnant Joe Roberts, le frère de Frank Roberts (joué par Viggo Mortensen) dans le film "The indian runner" de Sean Penn, inspiré de la chanson "Highway patrolman" de Bruce Springsteen (1982).

On ne souvient particulièrement de lui pour :

L'inspecteur Michael Tritter (David Morse) et le docteur Gregory House (Hugh Laurie), durant la troisième année du feuilleton états-unien "Dr House" (2006-2007)
L'inspecteur Michael Tritter (David Morse) et le docteur Gregory House (Hugh Laurie), durant la troisième année du feuilleton états-unien "Dr House" (2006-2007)
  • ses prestations dans le feuilleton télévisé "Dr House", pour le rôle de l'inspecteur Michael Tritter, personnage récurrent de la troisième année (2006-2007), dans lequel j'avais personnellement adoré le détester... ainsi que dans le rôle de George Washington pour la minisérie "John Adams" (2008).

Affiche du film états-unien "Rock" de Michael Bay (1996)

  • et ses rôles secondaires dans des films tels que "Rock", de Michael Bay (1996) ou les excellents "L'armée des douze singes" de Terry Gilliam (1995) et "La ligne verte", de Frank Darabont (1999) (où il interprète l'affreux Brutus Howell dit "Brutal" en VF), deux de mes films états-uniens préférés de cette période.
Les acteurs états-unien Tom Hanks et David Morse, dans le film états-unien "La ligne verte", de Frank Darabont (1999)
Les acteurs états-unien Tom Hanks et David Morse, dans le film états-unien "La ligne verte", de Frank Darabont (1999)

Affiche du film états-unien "La ligne verte", de Frank Darabont (1999)

Sur le plan personnel, il est marié 1982 à l'actrice états-unienne Susan Wheeler Duff,

L'actrice états-unienne Susan Wheeler Duff, épouse de l'acteur états-unien Samuel Morse

Source : wikipedia.org

"Pénélope Boeuf".

Il s'agit d'une "podcasteuse" française, née en 1983.

Pénélope Boeuf a travaillé dans la mercatique et l'événementiel avant de fonder, en 2018, le studio de narration "La toile sur écoute".

Cette conteuse et scénariste, s'est fait connaître avec ses podcasts à succès "L'arnaque", "Journal d’une déconfinée", "Monsieur Zinzin", "123 Fiction" ou "La Parisienne".

Lesquels ont représenté, toutes chaînes confondues, 4 millions d'écoute, à fin décembre 2020.

La blogueuse française Pénélope Boeuf (@ vivianamorizet )

L'année 2021 voit paraître les deux premiers tomes des "Aventures de Pénélope Boeuf", en mars, ainsi que "Crééer son podcast pour les nuls", en mai.

"L'audacieuse effrontée", tome 1 des Aventures de Pénélope Boeuf (2021)"La travailleuse acharnée", tome 2 des Aventures de Pénélope Boeuf (2021)

"Créer son podcast pour les nuls" publié en mai 2021 par la blogueuse Pénélope Boeuf
"Créer son podcast pour les nuls" publié en mai 2021 par la blogueuse Pénélope Boeuf

Sources : mauvaisegraine-magazine.fr et XXX

"Bernard Lions".

Le journaliste sportif français Bernard Lions

Ce journaliste sportif français, dont le patronyme se prononce "lion-ss", est né le 23 avril 1970.

Spécialiste du football, il a commencé sa carrière au bi-hebdomadaire de football "But" en septembre 1994, avant de collaborer aux mensuels "Le Foot" et "Le Sport".

Et d'intégrer, en 1997, le grand quotidien sportif "L'Équipe", où il devient tour à tour rédacteur, reporter et grand reporter à la rubrique football.

Spécialiste de l'AS Saint-Étienne, qu'il suit depuis son entrée au journal "L'Équipe", il est un participant régulier, depuis septembre 2008, de l'émission vespérale d'Olivier Ménard "L'Équipe du Soir", sur la chaîne de télévision française "L'Équipe TV" devenue "La chaîne L'Équipe", où il est surnommé le "Docteur Love".

 

Source : wikipedia.org

"Nicolas Poussin".

Le peintre français Nicolas Poussin : autoportrait (1650)

Ce peintre français du XVIIe siècle est né en juin 1594 et mort le 19 novembre 1665.

Représentant majeur du classicisme pictural, Nicolas Poussin est formé à Paris (75), mais il est surtout actif à Rome (Latium) (Italie), à partir de 1624.

"Apollon et les Muses", un tableau du peintre français Nicolas Poussin (1631~1632)
"Apollon et les Muses", un tableau du peintre français Nicolas Poussin (1631~1632)

Il a tout aussi bien peint des scènes d'histoire que religieuses ou mythologiques, ainsi que des paysages animés.

Il a répondu à quelques commandes destinées à des églises, mais il est surtout connu pour des tableaux de taille moyenne destinés à quelques amateurs italiens ou français auxquels il reste fidèle tout au long de sa vie.

"L'enfance de Jupiter" : un tableau du peintre français Nicolas Poussin (1635-1637)
"L'enfance de Jupiter" : un tableau du peintre français Nicolas Poussin (1635-1637)

Sa renommée lui permet de devenir peintre du roi Louis XIII et de revenir en France entre 1640 et 1642. Avant de préférer finalement repartir à Rome où il réside jusqu'à sa mort.

Nicolas Poussin est l'un des plus grands maîtres classiques de la peinture française et, bien qu'ayant eu très peu d'élèves, son influence est considérable, de son vivant et jusqu'à nos jours.

Entre 220 et 260 tableaux lui sont attribués, ainsi que près de 400 dessins

"Moïse sauvé des eaux" : un tableau du peintre français Nicolas Poussin (1638)
"Moïse sauvé des eaux" : un tableau du peintre français Nicolas Poussin (1638)

Source : wikipedia.org

"Alix Poisson".

Lactrice française Alix Poisson

Cette actrice française est née le 28 avril 1979.

Elle est présente au théâtre depuis 2003, au cinéma depuis 2006 et à la télévision depuis 2009.

On l'a notamment remarqué en 2009, dans le téléfilm de Jean-Xavier de Lestrade "Parcours meurtrier d'une mère ordinaire : L'affaire Courjault".

Ainsi que dans son rôle de la mère de famille Isa Martinet, de 2013 à 2018, aux côtés de l'acteur français Arnaud Ducret, dans le feuilleton humoristique quotidien "Parents mode d'emploi", créé par Blanche Gardin, Béatrice Fournera et Eve-Sophie Santerre, sur France 2 puis France 3.

Le couple Isa Martinet (Alix Poisson) et Gaby Martinet (Arnaud Ducret), dans le feuilleton télévisé français de France 2 puis France 3 "Parents mode d'emploi"

Source : wikipedia.org

"Bernard Lama".

Le gardien de but international français Bernard Lama

Bernard Lama est un joueur de football international français, né le 7 avril 1963.

Évoluant au poste de gardien de but dans les années 1980-1990, il a commencé le football en Guyane (97-3) où sont nés ses parents.

Il rejoint la métropole à sa majorité et joue successivement pour le LOSC, le FC Metz, le Brest Armorique et le RC Lens, avant de remplacer Joël Bats dans les buts du PSG.

À Paris (75), Bernard Lama devient l'un des meilleurs gardiens du monde. Il découvre rapidement la Coupe d'Europe, devient international et remplit son palmarès. Après une première Coupe de France et une place de vice-champion en 1993, Lama et le PSG décroche le titre national l'année suivante, en 1994.

Le gardien de but international français Bernard Lama

En 1996, le club de la capitale devient le second club français à gagner une coupe d'Europe, après l'Olympique de Marseille en 1993, avec la victoire en Coupe des coupes, un trophée qu'il manque malheureusement de conserver l'année suivante.

En froid avec ses dirigeants, il Lama part jouer six mois à West Ham, en 1998, avant de revenir au PSG, où il joue deux saisons avant de ne pas être prolongé et de finir par une saison au Stade rennais.

Équipe de France

Après son arrivée au PSG, Lama intègre rapidement l'équipe de France de Gérard Houllier en 1993.

Il garde les buts lors du tragique France-Bulgarie de novembre 1993 qui élimine les Bleus pour la participation à la Coupe du monde 1994.

Il s'impose ensuite sous l'ère d'Aimé Jacquet et se révèle au monde entier lors de l'Euro 1996.

À la suite d'une suspension pour consommation de cannabis, il perd cependant sa place au profit de Fabien Barthez. De ce fait, il est sacré champion du monde 1998 en France sans jouer un seul match et ne joue ensuite que quelques rencontres en Bleus jusqu'en 2000.

Le gardien de but international français Bernard Lama, champion du monde 1998

Source : wikipedia.org

"Georges Courteline".

L'écrivain français Georges Courteline (25 juin 1858 - 25 juin 1929)

Il s'agit du nom de plume du romancier et auteur dramatique français Georges Moinaux ou Moineau, né le 25 juin 1858 et mort le 25 juin 1929.

Un patronyme familial incertain

Son patronyme semble n'avoir jamais été fixé définitivement. Son grand-père inscrit son fils Joseph (le père de Georges) sous le nom de "Moineau" mais signe "Moinaux". Un oncle, né en 1826, est enregistré sous le nom de "Morinaux" et opte plus tard pour "Moineaux"… Les générations suivantes utiliseront "Moinaux" ou "Moineau" indifféremment, sans que jamais le choix soit signifiant.

Vie privée

Sa compagne, l'actrice Suzanne Berty (13 novembre 1868 - 6 mai 1902), lui donne deux enfants : Lucile-Yvonne Moineau, née en 1893, et André Moineau, né en 1895 et qui consacrera sa vie au théâtre comme acteur et décorateur, sous le nom de Moineau-Courteline.

Il l'épouse en 1902 et rencontre après son décès l'actrice Marie-Jeanne Brécou (1869-1967), qu'il épouse en 1907.

Son oeuvre théâtrale

Georges Courteline est le fils de l'écrivain et auteur de théâtre Joseph Moineaux, connu sous le nom de plume de "Jules Moinaux".

Il fait son service militaire à Bar-le-Duc (55), en 1879, au 13e régiment de chasseurs à cheval, qui lui inspirera quelques-unes de ses satires, telles que "Les Gaîtés de l'escadron" (1886), "La vie de caserne" (1895), "Le 51e chasseurs" (1887), "Le train de 8 heures 47" (1888) ou "Les tire-au-cul : les gaîtés de l'escadron" (1904).

En 1880, il entre comme expéditionnaire au ministère de l'Intérieur, à la Direction générale des cultes, et se met à écrire sous le pseudonyme de "Courteline", afin de ne pas être confondu avec son père, Jules Moinaux.

Dans ses écrits, il dépeint notamment des fonctionnaires grisés par leur statut, des employés revendicatifs.

Son oeuvre la plus célèbre, le roman "Messieurs les ronds-de-cuir" (sous-titré "Tableaux-roman de la vie de bureau") (1893), plusieurs fois adaptée au cinéma et à la télévision, a largement contribué à faire entrer dans la langue française le substantif masculin du registre désuet "un rond-de-cuir" dans son acception désignant un employé de bureau ou un fonctionnaire sédentaire.

Affiche belge du film français "Messieurs les ronds-de-cuir" de Yves Mirande (1936), adapté du roman éponyme de Georges Courteline (1893)
Affiche belge du film français "Messieurs les ronds-de-cuir" de Yves Mirande (1936), adapté du roman éponyme de Georges Courteline (1893)
Affiche du film français "Messieurs les ronds-de-cuir" de Yves Mirande (1936), adapté du roman éponyme de Georges Courteline (1893)
Affiche du film français "Messieurs les ronds-de-cuir" de Yves Mirande (1936), adapté du roman éponyme de Georges Courteline (1893)

Son directeur Charles Dumay, un anticlérical convaincu, a des velléités d'auteur dramatique et Courteline le fait bénéficier de ses relations dans la presse pour que celle-ci loue le directeur ; en échange Dumay lui permet d'être peu assidu à son poste et de se consacrer à l'écriture.

Il arrête d'écrire en 1912, gérant les droits que lui rapportent son œuvre théâtrale.

Plusieurs de ses pièces sont adaptées au cinéma.

Affiche du film français "Les gaîtés de l'escadron" de Maurice Tourneur (1932), d'après la pièce de théâtre homonyme de Georges Courteline (1886)
Affiche du film français "Les gaîtés de l'escadron" de Maurice Tourneur (1932), d'après la pièce de théâtre homonyme de Georges Courteline (1886)
Affiche du film français "Le Train de 8h47" de Henry Wulschleger (1934), adapté du roman éponyme de Georges Courteline (1888)
Affiche du film français "Le Train de 8h47" de Henry Wulschleger (1934), adapté du roman éponyme de Georges Courteline (1888)

Commandeur de la Légion d'honneur, il reçoit un grand prix de l'Académie française et est élu à l'Académie Goncourt en 1926.

Gravement malade à partir de 1924 (il sera successivement amputé de ses deux jambes, en 1925 puis en 1929), il corrige et annote, de 1925 à 1927, ses Oeuvres complètes.

Source : wikipedia.org