"La dyslalie".

Il s'agit d'un trouble du langage parlé, qui se caractérise par des difficultés à articuler : impossibilité de prononcer certaines voyelles, permutation des consonnes, etc.

On ne diagnostique généralement ce trouble qu'après l'âge de 4 ans, car auparavant il est normal que l'enfant, en plein apprentissage du langage, éprouve quelques difficultés d'élocution.

  • Ces problèmes d'articulation sont généralement dus à des malformations physiques : positionnement anormal de la langue, langue trop grosse (cas caractéristique de la trisomie 21), articulations de la mâchoire défectueuses, malformation du palais, anomalie au niveau du larynx...
  • mais un trouble cérébral peut également parfois aussi être en cause, le patient ne se concentrant pas suffisamment pour activer correctement les muscles de la mâchoire.

De ce fait, le traitement de la dyslalie varie en fonction de sa cause : opération chirurgicale ou séances d'orthophonie.

"COPRO Conseils" ? Un bien curieux nom pour une société !

Affiche COPRO Conseils

Le moins que l'on puisse dire est que les fondateurs de ce groupement d'experts indépendants conseils en copropriété, sis à Marseille (13), n'ont pas vraiment dû prendre le temps de sérieusement étudier la signification exacte du nom ainsi choisi...

Certes le "COPRO" dont il est ici question n'est autre que l'apocope du mot "Copropriété", largement connu et couramment usité par l'ensemble des propriétaires et locataires.

Mais le préfixe "Copro" (du grec ancien "kopros" ou "excrément") indique également en français tout ce qui a un rapport avec ... les matières fécales !

  • L'insecte coprophage (Ouh, le dépravé !) en mange.
  • le champignon coprophile (même commentaire scabreux) les aime (il s'y développe),
  • la coproculture est la culture bactériologique de selles qui, via une coproscopie, décèle la présence de germes pathogènes normalement absents du tube digestif ou anormalement nombreux,
  • Etc.

Bref, un nom plutôt mal choisi, on en conviendra !

Je dois vous l'avouer, si je puis me permettre d'être aussi critique sur le sujet, c'est pour la bonne et simple raison que ce n'est pas à moi qu'aurait pu survenir pareille aventure !

Jamais je n'aurais commis une telle bévue ni eu l'idée saugrenue de créer, en 1983, à Conflans Sainte-Honorine (78), une association "COnnaissance et PROmotion de la Bande dessinée", judicieusement dénommée "COPRO-BD" ! JA-MAIS, je vous dit !