Pourquoi que les passagers d'une croisière ils aiment bien le confort du bateau ?

Réponse
« Parce qu’il est pas que beau ! »
Explication du calembour
« Il résulte de l’homophonie entre les mots « pas que beau » et le mot « paquebot ».
Complément d'information
« Ces phrases ne sont naturellement pas correctes et relèvent du registre populaire. Il conviendrait de dire, dans le langage courant, : POURQUOI LES passagers d’une croisière APPRÉCIENT-ILS le confort du bateau ? Et répondre : Parce qu’il N’est pas SEULEMENT beau.« 

 

Quelle était la meilleure armée du monde au temps de Napoléon ?

  • Réponse : C'était l'armée russe !

Car lorsque la Grande Armée a envahi la Russie, le 24 juin 1812, l'armée russe a reculé, reculé... Elle a attendu l'hiver. Il a neigé ; l'armée russe a contre-attaqué... et elle a gagné !

  • Et quelle était la meilleure armée du monde durant la deuxième guerre mondiale ?

Réponse : C'était l'armée soviétique !

Car quand la Wehrmacht a attaqué, le 22 juin 1941, l'armée soviétique a reculé, reculé... Elle a attendu l'hiver. Il a neigé ; l'armée soviétique a contre-attaqué... et elle a gagné !

  • Et aujourd'hui : quelle est donc la meilleure armée du monde ?

Réponse
C’est l’armée syrienne !
Explication
Car quand Tsahal a contre-attaqué, le 10 octobre 1973, l’armée syrienne a reculé, reculé… Elle a attendu l’hiver. Et actuellement… elle attend la neige !

Quelle est la question qui se poserait si le poète grec Homère venait à se réincarner de nos jours ?

Réponse
« L’Homère d’aujourd’hui vaut-il l’Homère d’alors ? »
Explication du calembour
Il résulte de lhomophonie entre la locution « l’Homère d’alors » et l’expression du registre argotique « Oh merde alors ».

Statue d'Homère réalisée en 1812 par le sculpteur français Philippe-Laurent Roland ( 13 août 1746 - 11 juillet 1816)

Statue d'Homère réalisée en 1812 par le sculpteur français Philippe-Laurent Roland ( 13 août 1746 - 11 juillet 1816)

Quelle est l'onomatopée qui évite à la grenouille d'être sotte ?

 

Réponse
C’est « Grrr !« ! Parce que, sans elle, la « grenouille » devient « nouille » !
Explication du calembour
Il résulte de l’homonymie entre l’onomatopée « Grrrr » suivie du mot « nouille » et le mot « Grenouille » : si l’on ôte le « Grrrr »/ »gre » de « grenouille », il reste « nouille » (« imbécile » dans le registre familier) !

Grenouille

La veuve de Jean ne peut se résoudre à vivre sans lui...

... alors, elle se rend au cimetière et, face à la tombe de son défunt mari, asperge celle-ci d'un liquide qui - espère-t-elle - lui ramènera son bien-aimé.

Pourquoi-donc ?

Réponse
Parce qu’elle a pris du détergent !
Explication du calembour
Il résulte de l’homophonie entre le mot « Détergent » et la locution verbale « Déterre Jean »

 

Pourquoi ne peut-on pas mettre Mireille Mathieu sur le toit d'une cathédrale ?

Réponse
Explication du calembour
Il résulte de la polysémie du mot flèche, qui désigne tout aussi bien – entre autres – la partie d’édifice pointue qui surmonte sa partie haute globale et une personne ayant l’esprit agile, rapide, capable d’avoir de la répartie et de l’esprit.

Pourquoi les hommes n'apprécient-ils généralement guère que les femmes portent des gaines ?

Réponse
Parce que où il y a de la gaine, il n’y a pas de plaisir !
Explication du calembour
Il résulte de la paronymie entre les mots « gaine » et « gêne » et fait référence à l’expression « Où il y a de la gêne, il n’y a pas de plaisir« .

On ne dit pas : "Les pruneaux ça fait chier", mais...

Réponse
Les bals m’incommodent !
Explication du calembour
Il résulte de l’homophonie entre les mots « bals » et « balles » ; le mot « pruneaux » signifiant « balles » en argot.

Quel est le point commun entre une femme qui n'aime pas les verges circoncises et une femme qui aime les établissements carcéraux dans lequel sont enfermées les personnes condamnées à des travaux forcés ?

Réponse
La première aime les « pénis entiers » et la seconde les « pénitenciers » !
Explication du calembour
Il résulte de la contrepèterie entre la locution nominale « pénis entiers » et le substantif « pénitenciers« .