"Ginette Leclerc".

Il s'agit du nom de scène et du nom d'artiste de l'actrice française Geneviève Menut, née le 9 février 1912 et morte d'un cancer le 2 janvier 1992.

L'actrice française Ginette Leclerc

Avec ses yeux de braise, son sourire charnel et sa voix canaille, Ginette Leclerc a été, des années durant, la représentation même de la femme fatale et de la "vamp" des bas-fonds.

Elle disait d'ailleurs d'elle, avec malice : "Je suis l'actrice qui a fait le plus longtemps le trottoir et qui a été le plus souvent assassinée".

L'actrice française Ginette Leclerc dans le film français "Le corbeau" de Henri-Georges Clouzot (1943)
Ginette Leclerc dans "Le corbeau", de Henri-Georges Clouzot (1943)

Vie privée

Ginette se marie à dix-huit ans, le 20 octobre 1930, avec un danseur de seize ans son aîné, Lucien Leclerc, "pour ne pas travailler". Elle veut en effet être danseuse, mais sa famille s'oppose à ce choix. Toutefois, le ménage ne dure pas et elle divorce le 3 juillet 1939, conservant cependant son patronyme de femme mariée comme nom d'artiste et nom de scène.

Plus tard, Ginette Leclerc partage pendant une dizaine d'années la vie du comédien Lucien Gallas, dont elle a fait la connaissance en 1936 sur le tournage du film "La loupiote", de Jean Kemm et Jean-Louis Bouquet.

Affiche du film français "La loupiotte" de Jean Kemm et Jean-Louis Bouquet (1936)

L'actrice française Ginette Leclercet l'acteur français Lucien Gallas, dans le film français "Le val d'enfer" de Maurice Tourneur (1943)
Ginette Leclerc et Lucien Gallas, dans "Le val d'enfer" de Maurice Tourneur (1943)

 

 

 

 

 

 

 

 

Elle a des débuts assez difficiles, posant pour des cartes postales "coquines", et faisant de la figuration pour le cinéma à partir de 1932, jusqu'au jour où elle est remarquée par Jacques Prévert.

Cinéma

Cette grande vedette du cinéma français, aujourd'hui très injustement oubliée, à mes yeux, a joué dans près de cent films, de 1932 à 1978.

Affiche du film français "Ciboulette" de Claude Autant-Lara (1933)

Claude Autant-Lara confie un petit rôle à Ginette Leclerc dans "Ciboulette" en 1933, lançant le véritable début de sa carrière, suivi bientôt, en 1934, par "L'hôtel du libre échange" de Georges Feydeau, transposé au cinéma par Marc Allégret.

Affiche du film français "Hôtel du libre échange" de Marc Allégret (1934) d'après Georges Feydau

Affiche du film français "L'homme de nulle part" de Pierre Chenal (1936)Affiche du film français "Prison sans barreaux" de Léonide Moguy (1938)

En 1937, elle tourne dans "L'homme de nulle part" de Pierre Chenal, et, en 1938, dans "Prison sans barreaux", de Léonide Moguy.

Affiche du flm français "La femme du boulanger" de Marcel Pagnol (1938)

La même année, elle devient célèbre grâce grâce à son rôle d'Aurélie Castanier, dans le film "La Femme du boulanger", de Marcel Pagnol, où elle incarnait le rôle-titre, aux côtés de Raimu et de la désormais célèbre chatte "Pomponette". Elle a peu de texte à dire pour ce rôle, mais se révèle dans ses silences, ses regards, et ses expressions.

L'un de ses autres rôles majeurs est bien évidemment celui de Denise, la femme sensuelle et boiteuse, amoureuse du docteur Germain (Pierre Fresnay), dans "Le corbeau" (1943) de Henri Georges- Clouzot.

Affiche du film français "Le corbeau" de Henri-Georges Clouzot (1943)Affiche du film français "Le corbeau" de Henri-Georges Clouzot (1943)Affiche du film français "Le corbeau" de Henri-Georges Clouzot (1943)

Sans oublier sa composition, la même année 1943, de Marthe dans "Le val d'enfer" de Maurice Tourneur, avec son compagnon Lucien Gallas.

Affiche du film français "Le val d'enfer" de Maurice Tourneur (1943)

Sous l’Occupation, Ginette Leclerc, joue avec tous les grands acteurs de l'époque, et tient, avec celui-ci, un cabaret dans lequel elle accueille le milieu parisien de la collaboration et des occupants, ce qui lui vaut des ennuis à la Libération. Elle est détenue, sans jugement, pendant presque une année pour avoir travaillé, comme d'ailleurs une partie des comédiens français de l'époque, avec la firme allemande Continental, qui monopolisait les productions françaises (et a produit par exemple "Le corbeau").

Affiche du film français "Le chômeur de Clochemerle" de Jean Boyer (1957)

J'ai personnellement pris plaisir à la revoir récemment dans "Gas-oil" de Gilles Grangier avec Jean Gabin (1955) et "Le chômeur de Clochemerle", de Jean Boyer avec Fernandel (1957).

Ainsi que dans la séquence "La maison Tellier" du film "Le plaisir" de Max Ophüls (1952) et dans "Le cave se rebiffe" de Gilles Grangier, avec Jean Gabin et Bernard Blier (1961).

La plastique avantageuse de Ginette Leclerc était souvent mise en avant sur les affiches de ses films, surtout lorsque elle en incarnait le rôle-titre.

Affiche du film français "Une belle garce" de Jacques Daroy (1947)Affiche du film français "Une belle garce" de Jacques Daroy (1947)Affiche du film français "Métropolitain" de Maurice Cam (1938)

Son nom figurait le plus souvent "en haut de l'affiche".

Affiche du film français "L'auberge du pêché" de Jean de Marguenat (1949)Affiche du film français "Chemins sans lois" de Guillaume Radot (1946)Affiche du film français "Les eaux troubles" de Henri Calef (1948)

Affiche du film français "Fièvres" de Jean Delannoy (1942)Affiche du film français "Menaces..." de Edmond T. Greville (1940)

Affiche du film français "Les dégourdis de la 11ème" de Christian-Jaque (1937)Affiche du film français "Les aventuriers de l'air" de René Jayet (1950)Affiche du film français "Le mistral" de Jacques Houssin (1943)

Affiche du film français "Nuit sans fin" de Jacques Séverac (1946)Affiche du film français "Le briseur de chaînes" de Jacques Daniel-Nordman (1941)

Affiche du film français "Métropolitain" de Maurice Cam (1938)Affiche du film français "Le mistral" de Jacques Houssin (1943)

Affiche belge du film français "Un homme marche dans la ville" de Marcello Pagliero (1949)Affiche du film français "La maison dans la dune" de Georges Lampin (1952)Affiche du film français "Les aventuriers de l'air" de René Jayet (1950)

Affiche du film français "Jo la romance" ou "Celle que j'aime" de Gilles Grangier (1948)
Affiche du film français "Jo la romance" ou "Celle que j'aime" de Gilles Grangier (1948)

Ginette Leclerc a joué avec les plus grands acteurs français :

L'actrice française Ginette Leclerc et l'acteur français Raimu, dans le film français "La femme du boulanger" de Marcel Pagnol (1938)
Ginette Leclerc et Raimu, dans "La femme du boulanger", de Marcel Pagnol (1938)
L'actrice française Ginette Leclerc et l'acteur français Fernandel, dans le film français "Tricoche et Cacolet" de Pierre Colombier (1938)
Ginette Leclerc et Fernandel, dans "Tricoche et Cacolet", de Pierre Colombier (1938)
L'actrice française Ginette Leclerc et l'acteur français Pierre Fresnay, dans le film français "Le corbeau" de Henri-Georges Clouzot (1943)
Ginette Leclerc et Pierre Fresnay, dans "Le corbeau", de Henri-Georges Clouzot (1943)
L'actrice française Ginette Leclerc et l'acteur français Jean Gabin, dans le film français "Gas-oil" de Gilles Grangier (1955)
Ginette Leclerc et Jean Gabin, dans "Gas-oil", de Gilles Grangier (1955)
L'actrice française Ginette Leclerc et l'acteur français Bernard Blier, dans le film français "Le cave se rebiffe" de Gilles Grangier (1961)
L'actrice française Ginette Leclerc et l'acteur français Bernard Blier, dans le film français "Le cave se rebiffe" de Gilles Grangier (1961)

Et pour les plus grands réalisateurs : Marc Allégret, Yves Allégret, Michel Audiard, Claude Autant-Lara, Walerian Borowczyk, André Cayatte, Christian-Jaque, Henri-Georges Clouzot, Marcel Camus, Jean Delannoy, Jacques Feyder, Abel Gance, Gilles Grangier, André Hunebelle, Alexander Korda, Anatole Litvak, Max Ophüls, Marcel Pagnol, Jacques Tourneur, Maurice Tourneur, Henri Verneuil et Jean Yanne.

Théâtre

Au théâtre, Ginette Leclerc a joué un peu plus d'une douzaine de pièces de théâtre, de 1934 à 1975.

En particulier dans des pièces de Marcel Achard et de Jean-Paul Sartre.

Et notamment dans "La putain respectueuse", de ce dernier, en 1947, et "La chatte sur un toit brûlant" de Tennessee Williams, en 1957.

Télévision

Ginette Leclerc est apparue dans d'assez nombreux téléfilms ou épisodes de feuilletons, entre 1954 à 1981, et notamment dans les séries policières "Les cinq dernières minutes" et "Les enquêtes du commissaire Maigret", dans lesquelles on lui confie des rôles de prostituées, de femmes autoritaires et méchantes, ou de mères maquerelles.

Source : wikipedia.org

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.