"Moha La Squale".

Le rappeur français Moha La Squale

Il s'agit du nom de scène du rappeur français Mohamed Bellahmed, né le 24 février 1995.

Celui-ci est constitué de l'apocope de son prénom - Moha - à laquelle il a ajouté le surnom du personnage d'un film éponyme, réalisé en 2000 par Fabrice Genestal ("La squale").

Affiche du film français "La squale" de Fabrice Genestal (2000)

Sa carrière a débuté en 2017.

Et, à partir de juillet 2018, il collabore avec la marque de vêtement Lacoste, qui, pour la première fois, propose à un artiste de concevoir ses tenues de scène.

Le rappeur français Moha La Squale
Source : wikipedia.org

"Robert Saidreau".

Il s'agit du nom de scène du réalisateur français Jean Marie Robert Sordes, né le 19 septembre 1875 et mort le 5 décembre 1925.

Acteur dans une demi-douzaine de films muets, entre 1912 et 1921, ce scénariste et producteur français a réalisé 14 films muets entre 1920 et 1925.

Dont la première adaptation cinématographique de la célèbre pièce écrite en 1894 par Georges Feydeau, "Un fil à la patte".

Source : wikipedia.org

"Robert Dalban".

L'acteur français Robert Dalban

Il s'agit du nom de scène de l'acteur français Gaston Barré, né le 19 juillet 1903 et mort le 3 avril 1987.

Débuts sur les planches : théâtre, caf'conc', opérettes et revues

Robert Dalban débute au théâtre en 1919, à l'âge de seize ans, aux côtés de Harry-Max et Maurice Dorléac, le père de Françoise Dorléac et Catherine Deneuve et l'époux de Renée Simonot .

Sous le nom de scène de "R.Q.", il est comique troupier au caf'conc' "Les Trois Mousquetaires".

Aux débuts des années 1920, il effectue une tournée aux États-Unis avec la grande Sarah Bernhardt et on le retrouve dans des opérettes et des revues au cours des années 1930.

Il joue plusieurs fois avec l'actrice Gaby Morlay, qui le pousse vers le cinéma, où il débute en 1934.

Cinéma

Avec plus de deux cents films à son actif entre 1934 et 1986, il est l'un des "seconds rôles" masculins les plus célèbres du cinéma français.

Il a donné la réplique aux plus grands acteurs du cinéma français : Jean Gabin, Alain Delon, Lino Ventura, Bernard Blier, Paul Meurisse, Jean Marais ou Louis de Funès.

Tourné sous la houlette des plus grands réalisateurs : Christian-Jaque, Henri Decoin, Henri-Georges Clouzot, Jean Delannoy, René Clément, Gilles Grangier, Jean-Pierre Melville, Henri Verneuil, Sacha Guitry, Marc Allégret, Édouard Molinaro, Yves robert, Gérard Oury, Roger Vadim, Georges Lautner, Claude Autant-Lara, André Hunebelle, Marcel Carné, Julien Duvivier, André Cayatte, Claude Pinoteau, Patrice Leconte, Philippe de Broca, Jacques Deray, Jean-Jacques Annaud, Francis Veber ou Yves Boisset.

Mais également Charles Gérard, Michel Audiard, Robert Hossein, Pierre Richard, Robert Lamoureux, Michel Lang ou Gérard Lauzier.

Et son physique aux traits marqués ainsi que sa gouaille populaire ont, je crois, durablement marqué tant le grand public que les cinéphiles.

Acteur fétiche de Georges Lautner, sous la direction duquel il a tourné pas moins de onze films, aussi bien du côté de la police que du côté des truands, il est notamment :

Affiche du film français "Marie-Octobre" de Julien Duvivier (1959)

  • le serrurier Léon Blanchet, ancien camarade de la Résistance de Marie-Octobre (Danielle Darrieux) dans le film du même nom, réalisé en 1959 par Julien Duvivier,

L'acteur français Robert Dalban dans le film "Les tontons flingueurs" de Georges Lautner (1963)

  • le légendaire majordome Jean et son fameux "Yes, sir !", dans "Les tontons flingueurs" de Gorges Lautner (1963),

Affiche du film français "Les tontons flingueurs" de Georges Lautner (1963)

Affiche du film français "Le pacha" de Georges Lautner (1968)

Robert Dalban est aussi, bien sûr, en 1950, la voix française de Rhett Butler (Clark Gable) dans la super-production états-unienne de David O. Selznick "Autant en emporte le vent", sortie en 1939 aux États-Unis d'Amérique.

Affiche du film états-unien "Autant en emporte le vent" de Victor Fleming (1939) sorti en France en 1950

Vie familiale

Robert Dalban a été le premier mari de l'actrice française Madeleine Robinson (1940-1946), avec laquelle il aura un fils, Jean-François, né en 1941, avant d'épouser la chanteuse et actrice belge Francine Claudel.

Source : wikipedia.org

Colette Renard

La chanteuse française Colette Renard

Il s'agit du nom de scène de la chanteuse et actrice française Colette Raget, née le 1er novembre 1924 et morte d'un cancer le 6 octobre 2010.

Elle a notamment triomphé dans le rôle-titre de la comédie musicale "Irma la douce", de Marguerite Monnot, qu'elle a joué de 1956 à 1967.

Elle a connu de nombreux succès populaires avec ses chansons. Et elle est sans doute la dernière chanteuse inspirée par les réalistes d'après-guerre. Sa voix très expressive et son interprétation ainsi que sa diction la rendent reconnaissable au premier couplet.

Elle a enregistré plusieurs albums de chansons érotiques, paillardes ou grivoises.

La plus célèbre d'entre elles est certainement "Les Nuits d'une demoiselle", où elle énumère pas moins de 28 délicieuses façons imagées d'évoquer la masturbation ou la pénétration !

Elle n'est que très peu passé à la télévision, car elle refusait de chanter en présonorisation.

La chanteuse française Colette Renard

Coette Renard a joué dans quelques films ainsi que dans la série télévisée "Plus belle la vie".

Vie privée

Mariée à quatre reprises - avec Jean Houssin (1945-1947), Georges Chottin (1952-1955), Raymond Legrand (1960-1969) et Michel Wandler-Maurette (1978-2002) - Colette Renard a également entretenu une liaison très médiatisée avec l'acteur et chanteur Franck Fernandel dans les années 1970.

Source : wikipedia.org

Jarry

L'humoriste français Jarry

Il s'agit du nom de scène de l'humoriste français Anthony Lambert, né le 5 août 1977.

Il l'a choisi dès l'âge de 17 ans, alors qu'il faisait du théâtre au lycée, en prenant le nom de jeune fille de sa mère, "Jarry".

Acteur, metteur en scène et animateur de télévision, c'est en 2007 qu'il joue son premier spectacle seul en scène, "Entre fous émois".

Avant de mettre en scène ses confrères humoristes Charlotte Gabris (2012-2013), Ariane Brodier (2012-2017), Élisabet Buffet (2013), Jeff Panacloc (2013-2015) et BenH (2018).

Source : wikipedia.org

"Manu Chao".

Le chanteur français Manu Chao

Il s'agit du nom de scène du chanteur et musicien français, ACI, José Manuel Tomas Arturo Chao, né le 21 juin 1961.

Devenu une figure majeure du rock français et de la musique latine avec son groupe "La Mano Negra", il a recommencé, depuis 1998, une carrière solo internationale à succès et se produit dans le monde entier avec son nouveau groupe "Radio Bemba" rebaptisé, en 2010, "La Ventura" en version allégée.

Le chanteur français Manu Chao

Manu Chao est le fils de l'écrivain et journaliste français, originaire de Galice (Espagne), Ramon Chao, né le 21 juillet 1935 et mort le 20 mai 2018, journaliste à RFI (Radio France Internationale) Amérique latine et à France Inter.

Et le frère du musicien et chanteur français Antoine Chao, né le 18 janvier 1964, avec lequel il intègre, en 1976, le groupe "Joint de Culasse", en compagnie de leur cousin Santi, à la batterie.

Il forme en 1984 les "Hot Pants", un groupe  de rockabilly anglo-hispanique et, en 1986, "Los Carayos", un groupe de rock alternatif.

Il participe également de façon plus ou moins importante à d'autres groupes tels que "Les Casse-pieds" ou "Kingsnakes" avant de former en 1987 "La Mano Negra", du nom d’une organisation de guérilleros sud-américains trouvé dans une bande dessinée, tirant elle-même son nom de l'organisation terroriste andalouse du XIXe  siècle "La Mano Negra".

Logo du groupe français Mano Negra

La "Mano Negra" devient un groupe majeur et fait une tournée en cargo en Amérique du Sud, avec la troupe d'artistes de rue "Le Royal de luxe".

Le groupe français Mano Negra

Le groupe se sépare en 1994 après une seconde expédition en Colombie. C'est un grand vide pour Manu Chao qui tombe dans une sorte de dépression.

Il fonde alors le groupe "13 à table" mais n'enregistre pas l'album prévu ; voyageant des années durant entre Mexique, Sénégal et Brésil. De cette errance, nait, en 1998, "Clandestino", son premier album solo, qui se vend à 3 millions d'exemplaires dont deux à l'étranger.

 

Source : wikipedia.org

"Little Richard".

Le pionnier du rock états-unien Little Richard

Il s'agit du nom de scène de l'auteur-compositeur-interprète états-unien Richard Wayne Penniman, né le 5 décembre 1932 et mort le 9 mai 2020 d'un cancer des os.

Ce pianiste, qui s'autoproclamait "La Queen du rock", a été l'un des pionniers du rock and roll à la fin des années 1950.

Avec Chuck Berry, Fats Domino et Bo Diddley, il est l’un des premiers musiciens noirs de rock and roll à connaître les faveurs du public blanc.

Personnalité rebelle, Little Richard marque son époque par ses chansons - qu’il scande en hurlant - et par ses tenues vestimentaires flamboyantes ; autant de caractéristiques qui ont contribué à définir le ton et l’image du rock and roll.

Ses apparitions publiques demeurent mémorables : debout sur son piano avec les yeux soulignés d'une épaisse couche de khôl, ses tenues exubérantes et ses cheveux gonflés à la Pompadour, ponctuant ses chansons de son "Woo !" devenu légendaire.

Il a considérablement influencé les musiciens de la génération suivante : les Beatles (spécialement Paul McCartney), les Rolling Stones, Elton John, David Bowie, ou Prince.

Il est en effet le compositeur et l'interprète de quelques-uns des plus grands classiques du rock and roll, dont "Tutti Frutti" (1955), "Long tall Sally" (1956), "Lucille" (1957) ou "Good Golly, Miss Molly" (1958), reprises de nombreuses fois, par Elvis Presley, les Beatles ou Johnny Hallyday.

En 1955, "Tutti frutti", qui obtient aussitôt un succès considérable, devient un tube planétaire en même temps qu'il devient un classique du rock and roll. Ce titre contient le fameux "Wop bop aloobop alop bam boom" qui est, selon le journaliste britannique du New Musical Express Jordan Bassett, "Le big bang qui a enflammé le rock and roll, la naissance du teenager, l'étincelle ayant allumé le fusible qui a parcouru les sons d'Elvis Presley et des Beatles, et qui continue de traverser les veines de n'importe qui".

Version 1995, interprétée lors d'un concert pour le Rock & Roll Hall of Fame :

Ayant acquis une popularité sans précédent au cours des années 1957 et 1958, Little Richard apparaît au générique de plusieurs films. Avant d'interrompre brusquement sa carrière en 1958, au grand désarroi de ses fans, devenant un adventiste du septième jour.

De 1958 à 1962, il est chanteur de gospel et enregistre avec le producteur Quincy Jones. Avant de quitter l'adventisme au début des années 1960 et de retourner à la musique profane.

En Europe, il partage la scène avec les Beatles en octobre 1962, à Liverpool (Grande-Bretagne) et le mois suivant à Hambourg (Allemagne) et accompagne les Rolling Stones en 1963 ; deux groupes anglais faisant partie de ses admirateurs.

En décembre 1964, il engage le guitariste états-unien Jimi Hendrix - qui se fait alors appeler Maurice James - au sein des Upsetters, le groupe qui l'accompagne. Une collaboration de six mois qui influence profondément le jeune musicien.

Par la suite, il essaie de renouer plusieurs fois avec le succès. Mais c'est surtout après 1986 que ses apparitions régulières dans les organes d'information viennent justifier une réputation qui fait de lui l’une des plus grandes vedettes du rock and roll.

Reconnaissance

En 2008, le magazine "Rolling Stone" le classe 12e plus grand chanteur de tous les temps.

Et il est intronisé au Rock and Roll Hall of Fame dès sa création, en 1986.

Source : wikipedia.org

"Jain"

La chanteuse française, auteure-compositrice-interprète, Jain

Il s'agit du nom de scène de l'ACI française Jeanne Galice, née le 7 février 1992.

Elle a choisi ce mononyme en référence à une phrase du jaïnisme, religion proche de l'hindouisme, qui dit : "Ne sois pas désolé de perdre et ne sois pas fier si tu gagnes".

Jain chante en anglais et son style de musique mélange la pop avec de nombreux autres genres dont la musique électronique, le reggae et diverses musiques du monde, inspiré par ses nombreux séjours à l'étranger.

De manière tout à fait exceptionnelle, moi qui n'aime que très rarement tout ce qui a moins de 20 ou 30 ans en matière artistique - et cela, que ce soit en matière de cinéma, bande dessinée ou chanson - je dois confesser avoir successivement aimé trois de ses chansons entre 2015 et 2018... sans même savoir qu'elles n'avaient qu'une seule et même ACI !

"Makeba (2015),

"Come" (2015)

Et "Alright (2018).

Sources : wikipedia.org

"Jean-Claude Pascal".

L'acteur français Jean-Claude Pascal

Il s'agit du nom d'artiste, du nom de scène et du nom de plume de l'acteur, chanteur et écrivain français Jean-Claude Villeminot, né le 24 octobre 1927 et mort le 5 mai 1992.

En 1944, à l'âge de 17 ans, il s'engage dans la Deuxième division blindée et reçoit la Croix de guerre.

Après avoir été un temps styliste de mode chez Hermès puis chez Christian Dior, il devient vite mannequin, tout en dessinant des costumes pour le théâtre et en suivant les Cours Simon pour devenir comédien.

  • La même année, en 1949, à 22 ans, il obtient un premier rôle au théâtre dans "La Dame aux Camélias" et débute dans le cinéma, où il incarne des rôles de séducteur.

Sa carrière est fulgurante : il tourne 17 films entre 1951 et 1954 et devient, une dizaine d'années durant, l'un des acteurs de cinéma les plus appréciés du public français, et en particulier de la gent féminine.

Affiche du film français "Le fils de Caroline chérie" de Jean Devaivre (1954)  Affiche du film français "Le fils de Caroline chérie" de Jean Devaivre (1954)Affiche du film français "Le fils de Caroline chérie" de Jean Devaivre (1954)

Avec son physique de mannequin, son regard ténébreux et son charme viril, ce jeune premier avait en effet de sérieux arguments pour plaire aux femmes et Jean-Claude Pascal a fait rêver toute une génération de midinettes des années 50.

Affiche du film français "Le fils de Caroline chérie" de Jean Devaivre (1954)

Il est systématiquement en tête d'affiche et on le fait notamment jouer avec deux des plus grandes actrices européennes des années 1950 et 1960 : Brigite Bardot, Romy Schneider.

Affiche du film français "La belle et l'empereur" de Axel von Ambesser (1959)  Affiche du film français "Milord l'arsouille" de André Haguet (1955)

En 1955, à l'occasion du tournage d'un roman-photos avec une jeune mannequin, il lui trouve son nom d'artiste : Marie-José Nat !

  • Au début des années 60, la nouvelle vague est moins intéressée par son physique de séducteur. Il amorce donc un tournant dans sa carrière et devient chanteur.

Après une première chanson écrite par Charles Aznavour, en 1955 ("Je voudrais"), Jean-Claude Pascal donne son premier récital en 1961, à Bobino, avec des chansons signées par de jeunes auteurs comme Jean Ferrat, Serge Gainsbourg et Bernard Dimey. Excusez du peu !

Là aussi, le succès va être fulgurant, grâce au Concours Eurovision de la chanson 1961 qu'il remporte, à 34 ans, en représentant le Luxembourg avec la chanson "Nous les Amoureux".

Le disque super 45 tours de Jean-Claude Pascal "Nous les amoureux", 1er grand prix de l'Eurovision 1961

Ce titre va devenir un immense succès. Mais ce que ses contemporains ne savent pas, à part le cercle averti des milieux homosexuels, c'est que les paroles de cette chanson ont été écrites pour dénoncer la répression contre les amours homosexuelles, encore condamnées à la prison par la justice, à l'enfer par la religion et à la réprobation par la société .

Décrivant le point de vue de deux amants qui vivent un amour que la société n'accepte pas, le texte de cette ballade comporte un double sens, les amants en question étant naturellement des homosexuels, mais cette nuance est subtilement distillée par le texte, rédigé de telle manière qu'on ne peut savoir si le chanteur s'adresse à un homme ou à une femme ("L'heure va sonner des nuits moins difficiles - et je pourrai t'aimer sans qu'on en parle en ville..."), et la plus grande partie du public ne la perçoit évidemment pas à l'époque.

L'année suivante, en 1962, il reçoit le prix de l'Académie Charles-Cros. Et Jean-Claude Pascal enregistrera au total, jusqu'en 1983 près d'une cinquantaine de disques dans toutes les langues, dont 17 en français.

  • Dans les années 1970, il revient au cinéma, à la télévision et au théâtre avant de donner un dernier tournant à sa carrière.

Reconverti en écrivain dans les années 1980, Jean-Claude Pascal publie romans noirs et romans historiques, ainsi que ses mémoires. À partir de ce moment, il n'aura plus de difficultés pour aborder ouvertement son homosexualité et certains de ses livres le feront, comme "L'amant du roi" (1991), qui évoque sous un angle historique l'amour du roi Louis XIII pour son favori, le duc de Luynes.

Jean-Claude Pascal meurt prématurément, presque oublié, à l'âge de 64 ans, d'un cancer de l'estomac.

Souvenir personnel

L'un de mes meilleurs amis de lycée devenu historien ayant été son conseiller en matière historique, à partir de 1988, j'ai été un témoin indirect des dernières années de la vie de Jean-Claude Pascal.

Je puis à ce titre témoigner de ce qu'il méritait bien son titre d''"homme le plus élégant de France", ainsi qu'il l'avait été désigné plusieurs années de suite.

Et je me souviens avoir été personnellement choqué que les organes d'information ne fassent pratiquement pas mention de sa mort.

Paroles de "Nous les amoureux" (1961)

Nous les amoureux
On voudrait nous séparer
On voudrait nous empêcher
D'être heureux

Nous les amoureux
Il paraît que c'est l'enfer
Qui nous guette
Ou bien le fer
Et le feu.
C'est vrai, les imbéciles et les méchants
Nous font du mal, nous jouent des tours
Pourtant rien n'est plus évident
Que l'amour

Nous les amoureux
Nous ne pouvons rien contre eux
Ils sont mille et l'on est deux
Les amoureux
Mais l'heure va sonner
Des nuits moins difficiles
Et je pourrai t'aimer
Sans qu'on en parle en ville
C'est promis
C'est écrit.

Nous les amoureux
Le soleil brille pour nous
Et l'on dort sur les genoux
Du bon Dieu
Nous les amoureux
Il nous a donné le droit
Au bonheur et à la joie
D'être deux

Alors, les sans-amour, les mal-aimés,
Il faudra bien nous acquitter
Vous qui n'avez jamais été
Condamnés
Nous les amoureux
Nous allons vivre sans vous
Car le ciel est avec nous
Les amoureux.

(Maurice Vidalin, sur une musique de Jacques Datin)

Sources : www.hexagonegay.com et wikipedia.org

"François Perrot".

L'acteur français François Perrot

Il s'agit du nom de scène de l'acteur français Fernand Perrot, né le 26 février 1924 et mort le 20 janvier 2019.

J'adorais cet acteur, dont le grand public ignore malheureusement souvent le nom.

Et cela en dépit de la qualité de son jeu, de la longévité de sa carrière et de l'importance de sa filmographie, au cinéma comme à la télévision, qui court sur pas moins de 60 ans, de 1954 à 2013 !

Acteur et metteur en scène de théâtre, François Perrot avait débuté en 1951 dans la troupe de Louis Jouvet, puis au TNP dirigé par Jean Vilar.

Son allure distinguée et son apparence bourgeoise l'avait ensuite amené au cinéma, où il a souvent interprèté les notables ou les dirigeants - plusieurs directeurs de banque notamment -, plus ou moins respectables, excellant dans les rôles de salopards et dans l'humour pince-sans-rire.

L'acteur français François Perrot

On se souvient notamment de lui dans des films tels que « Le corps de mon ennemi » de Georges Lautner (1976), « Pour cent briques, t’as plus rien... » de Édouard Molinaro (1982), « Attention ! Une femme peut en cacher une autre » de Georges Lautner (1983), « Banzaï » de Claude Zidi (1983), ou « Les Morfalous » de Georges Lautner (1984) avec Jean-Paul Belmondo, dans lequel Michel Audiard faisait déclarer à Marie Laforêt « C’est bien la première fois qu’il fait des étincelles avec sa bite » !

Pour ma part, je l'avais adoré dans deux films de Bertrand Tavernier :« Coup de torchon » (1983) et « La vie et rien d'autre » (1989).

Source : wikipedia.org

"Smaïn".

L'humoriste français Smaïn

Il s'agit du nom de scène de l'acteur et humoriste français Smaïn Faïrouze, né le 3 janvier 1958.

Né en Algérie, de père et de mère inconnus, il a deux ans, lorsqu'il rejoint sa famille d'accueil en France ; un père adoptif algérien et une mère adoptive marocaine.

Smaï débute au café-théâtre dans les années 1980 en se produisant dans de petits cabarets parisiens. Plus tard, il fait la connaissance de Philippe Bouvard qui lui offre une place dans son "Théâtre de Bouvard". C'est là qu'il élargit son cercle amical en rencontrant Didier Bourdon, Bernard Campan, Pascal Légitimus et Seymour Brussel, avec lesquels il monte l'éphémère groupe humoristique "Les Cinq".

L'éphémère groupe humoristique "Les Cinq", en 1985, sur le tournage du film "Le téléphone sonne toujours deux fois !!" de Jean-Pierre Vergne, avec les futurs "Inconnus" Didier Bourdon (debout, à droite), Bernard Campan (au milieu, sur le mur) et Pascal Légitimus (à gauche, sur le mur), Smaïn (à droite sur le mur) t Seymour Brussel (debout, à gauche).
L'éphémère groupe humoristique "Les Cinq", en 1985, sur le tournage du film "Le téléphone sonne toujours deux fois !!" de Jean-Pierre Vergne, avec les futurs "Inconnus" Didier Bourdon (debout, à droite), Bernard Campan (au milieu, sur le mur) et Pascal Légitimus (à gauche, sur le mur), Smaïn (à droite sur le mur) et Seymour Brussel (debout, à gauche).

Après un an cependant, Smaïn choisit de se produire seul.

L'humoriste français Smaïn

Peu à peu, il rencontre le succès et enchaîne les spectacles au fil des années : "A star is beur" en 1986, "T'en veux ?" en 1989, et "Comme ça se prononce" en 1996, spectacle pour lequel il obtient le Molière du meilleur one-man-show, après avoir obtenu une Victoire de la musique dans la catégorie " "Humoriste" en 1992.

Source : wikipedia.org

Line Renaud

La chanteuse française Line Renaud

Il s'agit du nom de scène de la chanteuse, meneuse de revue et actrice française Jacqueline Ente, née le 2 juillet 1928.

Après avoir chanté, dès l'âge de 14 ans au sein de l'orchestre de Radio-Lille sous le nom de "Jacqueline Ray", elle commence à travailler dans le music-hall à Paris en 1945 et décroche son premier engagement aux Folies-Belleville.

La chanteuse française Line Renaud et le compositeur de chansons Loulou Gasté

Elle y rencontre le compositeur de chansons Loulou Gasté (1908-1995), de vingt ans plus âgé qu'elle, qui lui fait prendre un nom de scène. Elle choisit "Renaud", empruntant à sa grand-mère Marguerite Renard son patronyme, en changeant une lettre. Elle l'épouse en 1950 et il restera son mari jusqu'à sa mort en 1995.

La chanteuse française Line Renaud et le compositeur de chansons Loulou Gasté

En 1947, elle enregistre "Ma cabane au Canada", qui reçoit le Grand Prix du disque en 1949. Puis Line Renaud enchaîne les succès avec des titres comme "Étoile des neiges" (1950), "Ma p'tite folie" (1952), "Mademoiselle from Armentières" (1952) ou "Le Chien dans la vitrine" (1952).

"La demoiselle d'Armentières", telle qu'elle fut longtemps surnommée, du nom de l'une de ses chansons, commence ainsi une brillante carrière, qui la fera connaitre un peu partout dans le monde.

Elle chante en 1954 au Moulin rouge, faisant salle comble, récoltant plusieurs prix cette année-là, ce qui suscita la jalousie d'Édith Piaf.

La chanteuse française Line Renaud

La même année, elle part aux États(Unis d'Amérique chanter dans des palaces de New York et Los Angeles (Californie), ainsi qu'à la télévision, dans le célèbre Ed Sullivan Show. Elle est ainsi la première française à paraître dans un spectacle à la télévision états-unienne, déjà en couleur, où elle chante en duo avec Dean Martin.

Fin 1955, elle est la première interprète française à reprendre une chanson Rock and Roll : "Tweedle Dee" de Lavern Baker.

Affiche du spectacle "Plaisirs" au Casino de Paris, avec en vedette la meneuse de revue Line RenaudAffiche du spectacle "Désirs de Paris" au Casino de Paris, avec en vedette la meneuse de revue Line RenaudAffiche du spectacle "Parisline" au Casino de Paris, avec en vedette la meneuse de revue Line Renaud

En 1959, elle devient meneuse de revue au Casino de Paris, puis elle est engagée au Dunes, un casino de Las Vegas (Nevada) entre 1963 et 1965.

La chanteuse française Line RenaudLin Renaud meneuse de revue

Fréquentant Nate Jacobson, le fondateur du Caesars Palace de Las Vegas (Nevada), son amant pendant 18 ans, elle participe par ailleurs à la création de cet hôtel-casino (au niveau de la décoration et de la salle de spectacle).

En avril 1960, elle est la marraine de Johnny Hallyday pour sa première apparition télévisée dans l'émission "L'école des vedettes" d'Aimée Mortimer.

Elle présente à la télévision l'émission "Line directe" dans les années 1970.

Durant la même décennie, elle est productrice de spectacles et, dans les années 1980, elle produit le show télévisé "Telle est Line" sur Antenne 2, et commence une carrière au théâtre.

Dans les années 1990, elle devient directrice artistique de l'hôtel casino Paris las Vegas, auquel elle permet d'obtenir de Jean Tibéri, maire de Paris (75) l'autorisation de construire une réplique de la tour Eiffel sur le bâtiment.

Vice-présidente de l'association Sidaction, elle est également directrice des Éditions Loulou Gasté depuis 1996.

En 2005 on lui dédie une étoile sur le Las Vegas Walk of Stars.

La chanteuse français Line renaud, devant le panneau de la rue à son nom, à Las Vegas (Nevada), près d'une entrée secondaire du casino Caesars's Palace

Et en octobre 2017, elle inaugure une rue portant son nom à Las Vegas (Nevada). La "Line Renaud Road" se trouve non loin des rues portant les noms de ses amis Frank Sinatra et Dean Martin. Située à proximité du mythique Strip, la gigantesque artère qui traverse la ville, cette voie permet d'accéder à une entrée secondaire du casino Caesars Palace.

Source : wikipedia.org

Jacqueline Ray

La chanteuse française Line Renaud

Il s'agit du tout premier nom de scène de la chanteuse française Jacqueline Ente, connue sous son second nom de scène, Line Renaud.

Ayant échoué à 14 ans au certificat d'études primaires, elle est repérée lors du concours d'entrée au conservatoire de Lille : le soir même de son audition le directeur de Radio-Lille lui propose d'intégrer son orchestre, au sein duquel elle se fait connaître sous ce nom de "Jacqueline Ray".

Source : wikipedia.org

"Renée Simonot" ou "Renée Dorléac", la doyenne des actrices françaises.

L'actrice française Renée Simonot, née en 1911, doyenne des actrices françaises

Il s'agit des noms de scène de l'actrice française Renée Deneuve, née le 10 septembre 1911.

Renée Simonot est à ce titre la plus âgée des actrices françaises.

Songez qu'elle a commencé sa carrière sur scène, au théâtre de l'odéon, à Paris (75), en... 1918 !

Compagne de l'acteur français Aimé Clariond, puis épouse de l'acteur français Maurice Dorléac, elle est la mère des actrices françaises Françoise Dorléac, Sylvie Dorléac et Catherine Deneuve ; cette dernière ayant repris le nom de jeune fille de sa mère comme nom d'artiste.

L'actrice française Renée Simonot, entourée de ses filles Catherine Deneuve et Françoise Dorléac

Elle est également, par le biais de Catherine Deneuve, la grand-mère des acteurs français Christian Vadim et Chiara Mastroianni.

Renée Simonot a été l'une des premières actrices françaises à faire du doublage, dès le début du cinéma parlant en 1929. À partir des années 1930, elle prête ainsi sa voix à Olivia de Havilland (dans la plupart de ses films), Judy Garland ou encore Esther Williams.

Elle a cesse ses activités de comédienne en 1946, après avoir eu sa quatrième fille, mais a poursuivi son activité de doublage jusque dans les années 1990.

Source : wikipedia.org