"Destouches".

Philippe Néricault dit Destouches

Il s'agit du nom de scène du comédien et auteur dramatique français Philippe Néricault, né le 9 avril 1680 et mort le 4 juillet 1754.

Il a été membre de l'Académie française, mais son nom n'est pas resté dans les mémoires, à la différence de trois de ses formules, extrêmement célèbres et toujours en usage de nos jours :

Source : wikipedia.org

Eminem.

Le rappeur américain Eminem

Il s'agit du nom d'artiste du chanteur et rappeur états-unien Marshall Bruce Matters III, né le 17 octobre 1972.

Souvent stylisé "EMINƎM", ce pseudonyme reprend ses initiales (MM) de manière phonétique : "M and M". "M&M" est d'ailleurs l'un de ses surnoms les plus utilisés.

Également acteur, producteur de musique, auteur et compositeur (Oscar de la meilleure chanson en 2003), Eminem a fondé le label Shady Records (qui a aidé à lancer les carrières d'artistes tels que 50 Cent) ainsi que la station de radio Shade 45.

En marge de sa carrière solo, il est également membre du groupe "D12", dont il est le cofondateur, ainsi que du duo "Bad Meets Evil" avec Royce da 5'9". Après avoir appartenu, dans sa jeunesse, à un groupe nommé "Soul Intent".

Eminem a vendu plus de 400 millions de disques dans le monde et est à ce titre l'un des artistes ayant vendu le plus d'albums dans l'histoire de l'industrie musicale. Il est l'artiste musical ayant vendu le plus d'albums aux États-Unis d'Amérique lors du XXIe siècle.

Connu pour la vitesse de son débit de parole, Eminem a établi en 2013 un record de vitesse, qu'il a lui même battu en 2018, puis en 2020.

Pour l'entendre et connaître les détails de ces incroyables performances, je vous renvoie à mon article "Avoir un débit de mitraillette".

Source : wikipedia.org

"Anna Karina".

Anna Karina

Il s'agit du nom d'artiste et du nom de scène de l'actrice et chanteuse française d'origine danoise Hanne Karin Bayer, née le 22 septembre 1940 et morte le 14 décembre 2019.

Ce pseudonyme a inventé pour elle par la célèbre couturière Coco Chanel, lors de ses débuts comme mannequin dans l'agence Catherine Harlé.

Actrice vedette de la Nouvelle Vague, Anna Karina est principalement connue pour ses rôles dans les films de son mari, Jean-Luc Godard, entre 1960 et 1967.

Ainsi que pour sa carrière de chanteuse, notamment aux côtés de Serge Gainsbourg ("Sous le soleil exactement" ou Philippe Katerine.

Affiche du film "Pierrot le fou"

Pour de nombreux cinéphiles (mais pas pour moi qui demeure indéfectiblement insensible au travail de Jean-Luc Godard), elle reste à jamais l'inoubliable interprète du film "Pierrot le fou", tourné en 1965 à Porquerolles (83) avec Jean-Paul Belmondo.

Anna Karina

Source : wikipedia.org

"Gérard Philipe".

Gérard Philipe

Il s'agit du nom de scène de l'acteur français Gérard Philip, né le 4 décembre 1922 et mort le 25 novembre 1959.

C'est sur les conseils de sa mère qu'après la guerre, il ajoute un "e" à son nom pour que son nom et son prénom totalisent 13 lettres, chiffre porte-bonheur.

Très présent sur scène comme à l'écran, il fut en France, jusqu'à sa mort prématurée, à l'âge de seulement 37 ans, l'une des principales vedettes de l'après-guerre.

Le public garde de lui une image juvénile et romantique, qui en fait l'une des idoles du cinéma français. Et l'un de mes acteurs préférés.

L'acteur français Gérard Philipe

Entré au Conservatoire d'art dramatique de Paris (75) en 1943, en compagnie de Michel Bouquet, Gérard Philipe obtient son premier succès au théâtre et la célébrité à l’âge de vingt ans, en pleine Seconde Guerre mondiale, dans le rôle de l’ange du "Sodome et Gomorrhe" de Jean Giraudoux.

Membre des FFI, il participe à la Libération de Paris en août 1944 et notamment à la libération de l'Hôtel de Ville de Paris (75).

La notoriété de Gérard Philipe au théâtre et en tournée grandit encore grâce à la création de "Caligula" d'Albert camus en 1945. Et le film "Le diable au corps", de Claude Autant-Lara, aux côtés de Micheline Presle, lui apporte la gloire au cinéma, en 1947.

Affiche du film français "Le diable au corps" de Claude Autant-Lara (1947)

Compagnons de route du Parti communiste français, c'est un acteur engagé. Il est l'un des premiers à signer l'appel de Stockholm, en 1950, contre l’armement nucléaire en pleine guerre froide. Il effectue plusieurs tournées dans les pays socialistes, où il jouit d'une grande notoriété.

Président du SFA (Syndicat Français des Artistes-interprètes) à partir de 1958, il se révèle un grand responsable syndical pour les métiers artistiques du cinéma et du théâtre.

En 1951, il rejoint la troupe du TNP (Théâtre National Populaire) dont Jean Vilar vient de prendre la direction. Il y joue "Le Prince de Hombourg" de Heinrich von Kleist et "Le Cid" de Pierre Corneille, contribuant ainsi fortement à l'immense succès populaire du répertoire classique, à Paris (75), en tournée ou au Festival d'Avignon (84).

Gérard Philipe et Jeanne Moreau dans "Le prince de hombourg", au TNP (1951)

Près de 70 ans plus tard, ma mère conserve ainsi précieusement un programme dédicacé par son idole, en 1952,  après une représentation du "Cid" au Théâtre des Champs Élysées, dont elle garde un souvenir impérissable.

Il met lui-même en scène plusieurs pièces de Musset et d'auteurs contemporains comme Henri Pichette et Jean Vauthier ; sans pour autant délaisser le cinéma, où il interprète en 1952 "Fanfan la Tulipe" de Christian-Jaque, qui lui vaut de devenir une "idole des jeunes" à travers le monde.

Affiche du film français "Franfan la tulipe" de Christian-Jaque (1951)

En 1956, il réalise en coproduction avec l'Allemagne de l'Est, et avec l'aide de Joris Ivens, le long métrage "Les Aventures de Till l'espiègle", une production ambitieuse mais mal maîtrisée, qui ne rencontre pas le succès en France.

Affiche du film français "Till l'espiègle" de Gérard Philipe (1956)

Sa jeunesse, sa beauté et son charisme dans les films d'Yves Allégret, Christian-Jaque, Marcel Carné, Claude Autant-Lara, René Clair, René Clément, Luis Bunuel ou Roger Vadim lui valent une renommée internationale.

Mais Gérard Philipe n'intéresse pas les "jeunes turcs", les futurs cinéastes de la "Nouvelle Vague", qui rejettent l'acteur même si ce dernier souhaitait prendre part à ce nouveau mouvement.

Le 25 novembre 1959, en pleine gloire et à l’apogée de sa popularité, alors qu'il vient de finir le tournage du film "La fièvre monte à El Pao" de Luis Bunuel, au Mexique, il est emporté par un cancer du foie foudroyant.

Affiche du film franco-mexicain "La fièvre monte à El pao" de Luis Bunuel (1959)

Source : wikipedia.org

"Karen Cheryl" ou "Carene Cheryl".

Karen Cheryl

Il s'agit des noms d'artiste successifs de la chanteuse et actrice française Isabelle Morizet, née le 19 janvier 1955.

Carene Cheryl

D'abord connue sous le nom de scène de Carène Cheryl, de 1975 à 1978, elle a ensuite fait carrière sous le nom de Karen Cheryl jusqu'en 1991.

Elle a ensuite acquis une nouvelle notoriété sous son véritable patronyme d'Isabelle Morizet, depuis le début des années 2000, en tant qu'animatrice de radio et de télévision.

Isabelle Morizet

En 1987, invitée dans l'émission de Jean-Pierre Foucault "Sacrée soirée", celui-ci commet, en désannonçant sa chanson "À l'envers, à l'endroit", ce que j'ai appelé le "lapsus du siècle" : vous pouvez en découvrir la vidéo.

"Gilbert Bécaud".

Il s'agit du nom de scène de l'auteur-compositeur-interprète français François Gilbert Léopold Silly, né le 24 octobre 1927 et mort le 18 décembre 2001.

Il demeure l'emblème de l'Olympia, où sa prestation du 17 février 1955 lui valut - parmi d'autres - le surnom de "Monsieur 100 000 volts".

En 1957, Gilbert Bécaud enregistre la chanson "Salut les copains", qui, en 1959, donne son titre à une émission radiophonique d'Europe 1 qui, très vite, devient culte auprès des adolescents, donnant naissance au magazine éponyme à succès.

Quatre ans plus tard, en 1961, une autre chanson de Bécaud, nommée "Tête de bois" inspire son titre à une émission de télévision également destinée aux jeunes : "Âge tendre et tête de bois".

Gilbert Bécaud arborait toujours une cravate à pois qu’il porta presque tout au long de sa carrière. Cherchant un travail, il s’était en effet présenté un jour dans un piano-bar, afin de demander au patron s’il pouvait remplacer le pianiste qui était absent. Mais le patron refusa sous prétexte que Bécaud ne portait pas de cravate. Sa mère qui l'accompagnait alors, n’hésita pas à découper le bas de sa robe bleue à pois afin de lui confectionner une espèce de cravate, grâce à laquelle le patron du bar permit à Bécaud de lui faire une démonstration de piano. Sa prestation s'étant avérée réussie, le patron lui demanda de venir jouer tous les soirs et, de ce jour, Bécaud ne cessa d'arborer une cravate à pois !

Source : wikipedia.org et www.cinememorial.com