Doit-on dire "La VAR" ou "Le VAR" ?

Logotype de la VAR (Video assistant referee) : Arbitre assistant vidéo ou Assistance Vvidéo à l’arbitrage

"VAR" est un acronyme anglais signifiant " Video assistant referee" et apparu pour la première fois, le 28 mars 2017, au Stade de France, à Saint Denis (93), dans le cadre de la rencontre amicale France -Espagne.

Si l’on s’en tient à la logique « étymologique », on devrait adopter le masculin "Le VAR", puisque le "Video assistant referee" ("Arbitre assistant vidéo") désigne l’arbitre officiant devant les écrans.

Maisconcrètement il ne s'agit pas simplement d'un homme seul devant son écran mais d'une assistance vidéo à l’arbitrage, rendant des décisions collégiales.

La VAR room de la FIFA durant la Coupe du Monde 2018 en Russie
La VAR room de la FIFA durant la Coupe du Monde 2018 en Russie

Car s’il y a bien un chef en régie (le VAR (Video assistant referee) ou arbitre assistant vidéo) il a lui-même au moins un adjoint, appelé AVAR (Assistant Video Assistant Referee), et un technicien vidéo, appelé RO (Replay Operator). Et même trois adjoints lors de  la Coupe du Monde 2018, ou deux lors de la Coupe du Monde féminine 2019.

La VAR room de la FIFA durant la Coupe du Monde 2018 en Russie
La VAR room de la FIFA durant la Coupe du Monde 2018 en Russie

Dès lors, on peut légitimement contester l'utilisation du masculin "Le VAR" parce qu'étant trop réducteur, en individualisant à l’excès le rôle du seul "Video assistant referee" (arbitre assistant vidéo).

Et dire "la VAR", comme cela est majoritairement le cas aujourd’hui, parmi les commentateurs et journalistes sportifs français.

Une solution pragmatique consisterait à convenir que "Le VAR" désigne l’arbitre vidéo, et "La VAR", l’arbitrage vidéo.

Une distinction qui présente l’avantage de ne pas reprocher à l’individu les travers de l’outil. Et l'on pourrait ainsi déclarer, à l'instar de Michel Platini, sur la Rai, que "la VAR, c’est une belle m...e", mais que "le VAR" n’y est pas pour grand-chose.

Mais il n'y aurait eu aucun souci de ce type, si l'on avait pris la peine de dire en français "l'AVA" pour "Assistance Vidéo à l’Arbitrage" et "l'ARAV' pour "ARbitre Assistant vidéo" !

Source : www.lemonde.fr/blog/latta/2019/11/19/polemique-sur-le-genre-le-var-ou-la-var/

"Un incunable".

Un incunable

Ce mot a naturellement toujours résonné de façon magique aux oreilles du bibliophile que je suis, depuis mon plus jeune âge.

Ce substantif masculin du registre soutenu désigne en effet:

  • par convention, un livre imprimé en Europe avant le 1er janvier 1501, et donc tiré à très peu d'exemplaires. Et en latin, pour 70% d'entre eux.
  • mais cette appellation est parfois improprement étendue à ce que l'on appelle des "Post-incunables", c'est à dire des livres d'aspect comparable mais imprimés ultérieurement, avant 1525-1530 voire, pour les pays nordiques, avant 1550.

Des incunables

  • et abusivement utilisée pour qualifier des livres simplement "très anciens".

On estime qu'il existe encore aujourd'hui entre 30 000 et 32 000 incunables conservés à travers le monde.

Nombre d'entre eux se trouvent dans des musées, comme le Musée de l'imprimerie à Lyon (69), le Gutenberg Museum à Mayence (Rhénanie-Palatinat) (Allemagne) ou la Bibliothèque humaniste à Sélestat (67)). Et grâce à la numérisation, les incunables sont aujourd'hui visibles en ligne, sur des sites comme Gallica (la bibliothèque numérique de la BNF).

La BNF (Bibliothèque Nationale de France) possède le troisième fonds d’incunables au monde, après ceux de la British Library de Londres (Grande-Bretagne) et de la Bayerische Staatsbibliothek de Munich (Bavière) (Allemagne).

D'après les chiffres de l'ISTC (Incunabula Short Title Catalog), ces livres sont répartis ainsi : 35 % en Italie, 34 % en Allemagne, 18 % en France, 8 % aux Pays-Bas, 3 % en Espagne, 1 % en Grande-Bretagne et 1 % dans les autres pays européens.

Le premier des incunables est "La bible de Gutenberg", également appelée "Bible latine à quarante-deux lignes" ou "B42".

Un incunable : la bible de Gutenberg "à 42 lignes" de 1455 environ, l'un des livres les plus chers au monde. Le prix d'un exemplaire complet peut atteindre les 20 millions de dollars
La bible de Gutenberg "à 42 lignes" de 1455 environ, l'un des livres les plus chers au monde.

Source : www.graphiline.com

Doit-on parler d'"Un écrasé de pomme de terre" ou d'"Une écrasée de pomme de terre" ?

"Un écrasé de pommes de terre" ou "Une écrasée de pommes de terre"

Curieusement, le nom de ce plat semble ne pas possèder de genre bien défini !

Il n'est apparemment présent dans aucun des "grands" dictionnaires, qu'il s'agisse du Larousse, du Robert ou des anciens dictionnaires de l'Académie française.

Et les deux termes "Un écrasé" ou "Une écrasée" sont utilisés indifféremment et de manière aléatoire dans de nombreux ouvrages de cuisine, sur des sites de grands chefs, ou encore sur des sites d'émissions de télévision culinaires.

"Un écrasé de pommes de terre" ou "Une écrasée de pommes de terre"
"Un écrasé de pommes de terre" ou "Une écrasée de pommes de terre"

Ainsi, par exemple :

  • le blogue du chef Simon sur le site du journal "Le Monde" parle d'"un écrasé", mais également d'"une écrasée",
  • et l'émission culinaire "MasterChef" de TF1 parle sur son site d'"un écrasé", puis dans les étapes de la recette d'"une écrasée". Et dans l'édition 2010 de leur ouvrage "MasterChef, le cookbook" d'"une écrasée".

En d'autres termes, et en conclusion,  il ne semble pas exister, pour l'instant, de manière officielle d'écrire ce terme !

Source : institutions.ville-geneve.ch

On ne dit pas : "Une antidote" !

Mais : "UN antidote" !

Ce substantif masculin du langage courant désigne :

  • au sens propre : une substance spécifique retardant ou neutralisant les effets nocifs d'un poison, d'un venin, d'un virus.

On dit par exemple : "Faute d'antidote efficace, l'absorption de ce poison est souvent mortelle".

  • et au sens figuré : un remède spécifique et radical contre les effets nocifs d'une situation pénible.

On dit par exemple : "La lecture de ce livre est un très efficace antidote à la mélancolie".

Sources : wiktionary.org; Le Robert et www.cnrtl.fr

On ne dit pas : "Une stère" !

Un stère de bois

Mais : "UN stère" !

Ce substantif masculin désigne une unité de mesure de volume (symbole "st"), valant un mètre cube, utilisée pour mesurer les volumes de stockage de bois de chauffage ou de charpente.

Le stère peut contenir moins d'un mètre cube de matière, en fonction de l'espace existant entre les pièces de bois.

En France, le stère n'est plus officiellement utilisé comme unité légale depuis le 31 décembre 19773, mais il est encore fréquemment utilisé pour le commerce du bois (de chauffage et d'industrie).

Seul le mètre cube demeure l'unité officielle en France.

Le stère équivaut à un mètre cube apparent dans le cas de bûches d'un mètre de long, soit un empilement de rondins ou de quartiers de bois d'un mètre de long dans un châssis délimitant un cube d'un mètre de côté.

Si les rondins de bois, dont le diamètre et la courbure sont inégaux, sont recoupés en tronçons plus courts ou refendus, il est plus facile de réduire les vides entre bûches. Et le volume réel sera alors plus important.

La norme NF sur le bois de chauffage spécifie que l'étiquetage doit indiquer une quantité en mètres cubes mais fournit une correspondance normalisée entre le stère et le volume réel (par exemple le stère de bois coupé en bûches de 33 cm a un volume réel de 0,7 m3).

Des stères de bois stockés sur palettes
Des stères de bois stockés sur palettes

Source : wikipedia.org

On ne dit pas : "Un autoroute" !

Mais : "UnE autoroute" !

Il s'agit en effet d'un substantif féminin du langage courant, qui désignait à l'origine une route réservée à la circulation automobile, sur laquelle était bannies les circulations hippomobile et piétonne.

Et depuis plus d'un demi-siècle : une route à chaussées séparées pour chacun des deux sens et sans croisements, conçue pour la circulation rapide des automobiles.

Une autoroute française

Ou encore, au sens figuré : une voie ou un parcours rapide.

Le mot "Autoroute" est attesté en français depuis au moins 1927, la première "Autostrada" italienne ayant été inaugurée en 1924 à Lainate (Lombardie) (Italie).

L'inauguration du premier tronçon (Milan-Varèse) de l'Autoroute des Lacs, la première autoroute du monde, le 21 septembre 1924, à Lainate (Lombardie), par le roi d'Italie Victor-Emmanuel III de Savoie
L'inauguration du premier tronçon (Milan-Varèse) de l'Autoroute des Lacs, la première autoroute du monde, le 21 septembre 1924, à Lainate (Lombardie), par le roi d'Italie Victor-Emmanuel III de Savoie

On a du reste, un temps, utilisé - en parallèle du mot "Autoroute" - le vocable "Autostrade" (pluriel italien de "Autostrada"), qui appartient aujourd'hui au registre désuet.

Source : wiktionary.org

On n'écrit pas : "Des soldes exceptionnelles", "Des soldes folles", "Des soldes intéressantes", "Des soldes monstrueuses", "Des soldes réelles" ni "Des vraies soldes" !

Affiches "Soldes" (Photo prise le 7 janvier 2015/ REUTERS/Vincent Kessler)

Mais : "Des soldes exceptionneLS", "Des soldes foUS", "Des soldes intéressanTS", "Des soldes monstrueUX", "Des soldes réeLS" et "Des vraiS soldes" !

Car le mot "Soldes" est un substantif... masculin.

On ne dit pas : "Des petits gens" ou "Les petits gens" !

Comme je l'ai entendu dire, le 9 juin 2020, sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI.

Mais : "Des petitEs gens" ou "Les petitEs gens" !

Cette locution nominale du langage courant désignant les personnes de condition modeste, les humbles, les gens de peu, relève en effet du féminin.