"Acceptation" et "Acception".

Ces deux substantifs féminins paronymiques ne doivent surtout pas être confondus, puisqu'ils désignent respectivement :

  • "L'acceptation" : le fait d'accepter, le consentement.

On dit par exemple : "L'acceptation d'au moins l'un des deux parents est nécessaire pour qu'un adolescent puisse se faire vacciner".

  • et "Une acception" : un sens particulier, une signification particulière d’un mot, selon le contexte dans lequel il est employé.

On dit par exemple : "Je connaissais ce mot Girafon, mais j'ignorais cette acception".

Source : Le Robert

"Une enclave", "Une exclave" et "Un esclave" ou "Une esclave".

Ces trois substantifs paronymiques ne doivent surtout pas être confondus, puisqu'ils désignent respectivement :

  • "Une enclave" :
    • un territoire, ou morceau de territoire, complètement entouré par une seule autre entité territoriale (région ou pays).

Exemples d'enclaves célèbres :

      • Kaliningrad, anciennement Königsberg en Prusse-Orientale, est une ville de Russie située dans une enclave territoriale, l'oblast de Kaliningrad, totalement isolée du reste du territoire russe, entre la Pologne et la Lituanie.

      • Berlin-Ouest : partie Ouest de la ville allemande de Berlin ayant eu une identité propre, de la création de la Trizone, le 3 juin 1948 jusqu’au traité de Moscou du 12 septembre 1990.

Elle résultait du ralliement, en 1945, après la Seconde Guerre mondiale, des zones de Berlin contrôlées par les trois puissances occidentales victorieuses (les États-Unis, le Royaume-Uni et la France) face à Berlin-Est, sous contrôle soviétique.

Alors que Berlin-Est devenait la capitale de la RDA (République Démocratique Allemande ou "Allemagne de l'Est") en 1949, Berlin-Ouest n’a jamais été officiellement gouvernée par la RFA (République Fédérale d’Allemagne ou "Allemagne de l'Ouest") et est restée une enclave en territoire Est-allemand, occupée par les trois puissances occidentales mais devenant progressivement autonome, dont la frontière était physiquement matérialisée par le "Mur de Berlin", du 13 août 1961 jusqu’à sa destruction en novembre 1989.

Et non, comme malheureusement beaucoup de gens le pensaient ou l'imaginent toujours, une ville coupée en deux (Berlin-Ouest et Berlin-Est), située à la frontière entre les deux Allemagnes (de l'Ouest et de l'Est) !

L'enclave de Berlin-Ouest en RDA (République Démocratique Allemande) ou "Allemagne de l'Est"

    • une localité ou une région isolée, éloignée de tout axe important de transport, comme par exemple une vallée alpestre ou la Corse.
Fouillouse (04) un hameau enclavé au fin fond de la Haute-Ubaye, perché à 1 00 mètres d'altitude, et cher à l’abbé Pierre car ses ancêtres en étaient originaires
Fouillouse (04) un hameau enclavé au fin fond de la Haute-Ubaye, perché à 1 900 mètres d'altitude, et cher à l’abbé Pierre car ses ancêtres en étaient originaires
  • "Une exclave": un morceau de terre sous souveraineté d'un pays, du territoire principal duquel il est séparé par un ou plusieurs pays ou mers.

Ce terme n'est qu'un calque de l'anglais "Exclave" et constitue donc un anglicisme. En français, seul le terme "Enclave" est employé pour les deux sens évoqués ci‐dessous.

La région C est une "exclave" du pays B, mais n'est une "enclave" d'aucun pays (© wikipedia.org)
La région C est une "exclave" du pays B, ainsi qu'une "enclave" dans le pays A, qui l'encercle complètement (© wikipedia.org)
La région C est une "exclave" du pays B, mais n'est une "enclave" d'aucun pays (© wikipedia.org)
La région C est une "exclave" du pays B, mais n'est une "enclave" d'aucun pays (© wikipedia.org)
  • et "Un esclave" ou "Une esclave" :
    • au sens propre : une personne privée de sa liberté, par sa naissance ou par sa capture, qui n'est pas de condition libre, est considérée comme un instrument économique pouvant être vendu ou acheté, et se trouve sous la dépendance absolue d'un maître dont elle est la propriété.
Un convoir d'esclaves, en Afrique, au XIXe siècle
Un convoir d'esclaves, en Afrique, au XIXe siècle
Le marché aux esclaves de Zanzibar dans la deuxième moitié du XIXe siècle
Le marché aux esclaves de Zanzibar, dans la deuxième moitié du XIXe siècle
    • par extension :un prolétaire opprimé et exploité,

Des mineurs de fond, au moment de descendre ou de remonter de la mine

On dit par exemple : "L'industrie minière employait à la fin du XIXe siècle des centaines de milliers d'esclaves en Europe".

Un mineur de fond travailant au pic

    • au sens figuré :
      • une personne qui, par flatterie, par intérêt ou par passion, se soumet entièrement à la volonté de quelqu'un, s'emploie exclusivement à le servir et suit aveuglément ses volontés ; une personne portée à obéir servilement,

On dit par exemple : "Mais ma chérie, ce n'est pas parce que tu l'aimes comme une folle que tu dois être son esclave".

      • une personne au service d'une autre personne, et astreinte à des tâches pénibles, parfois humiliantes,

On dit par exemple : "Ma belle-soeur est devenue l'esclave de son fils".

Un enfant-roi

  • ou, en technologie, et notamment en informatique : un élément (périphérique, processus ou serveur) exécutant les ordres que lui en donne un autre, appelé "maître".

On parle alors de "modèle maître-esclave" ou d'"architecture maître-esclave".

Exemple d'architecture maître-esclave

Source : www.wiktionary.org, www.cnrtl.fr, www.larousse.fr et Le Robert

"Souscrire" et "Suscrire".

Ces deux verbes paronymiques ne doivent naturellement pas être confondus :

  • "Souscrire" (langage courant) signifie en effet , selon le contexte :
    • apposer sa signature au bas d'un acte pour l'approuver ("Souscrire un contrat", "Souscrire un traité", "Souscrire un engagement", etc.),
    • s'engager à payer, à cotiser en signant ("Souscrire un billet à ordre", "Souscrire une lettre de change", "Souscrire un abonnement", "Souscrire un emprunt", etc.),
    • s'engager à verser une certaine somme pour acquérir des parts, des actions, des obligations ("Souscrire x parts de fondateur dans quelque chose"),
    • ou : donner son adhésion formelle, acquiescer, adhérer, approuver,

On dit par exemple : "Je souscris totalement à ce que vous venez de dire".

    • et "Souscrire à" :
      • s'engager par écrit à fournir une somme convenue pour mener à bien une entreprise, pour financer une oeuvre commune ("Souscrire à la construction d'un monument", "Souscrire à une oeuvre"),
      • se porter acquéreur d'un certain nombre de parts d'un emprunt public ("Souscrire à un emprunt"),
      • s'engager par écrit à acheter, moyennant un prix convenu et un premier versement, un ou plusieurs exemplaires d'un ouvrage à paraître ou en cours de publication ("Souscrire à une encyclopédie" ou "Souscrire à une publication"),
    • ou : donner son adhésion formelle, acquiescer, adhérer, approuver.

On dit par exemple : "Je souscris totalement à ce que vous venez de dire".

  • tandis que "Suscrire" (registre soutenu) signifie, selon le contexte :
    • écrire au-dessus de la ligne,

Une lettre "suscrite" est ainsi une lettre écrite au-dessus d'une autre (on parle d'"exposant") par abréviation, comme par exemple :

      • le "e" après un "m" majuscule, pour "Maître" : Me
      • "al" après un "m" majuscule, pour "Général" : Gal
      • ou : "al" après un "m" majuscule, pour "Maréchal" : Mal
    • ou : inscrire le nom et l'adresse du destinataire sur l'enveloppe d'une lettre.

On dit par exemple : "Avant l'arrivée de l'informatique, suscrire des enveloppes en quantité pour le compte de sociétés ou d'administrations était une activité apportant un complément de revenu non négligeable pour de nombreuses familles désargentées".

Une enveloppe suscrite manuellement, c'est à dire comportant le nom et l'adresse du destinataire

Sources : www.cnrtl.fr et www.larousse.fr

"Un cymbalier" ou "Une cymbalière" et "Un cymbaliste".

Ces deux substantifs paronymiques sont, il faut bien le dire, assez peu communément utilisés.

Ce qui a amené l'humoriste belge Alxe Vizorek à les évoquer de façon moqueuse - mais drôle - dans l'une de ses saynètes extraites de son spectacle "Alex Vizorek est une oeuvre d'art", datant de 2009.

  • "Un cymbalier" ou "Une cymbalière" est en effet un joueur de "Cymbales", un instrument de musique de la famille des percussions idiophones, consistant en un disque de métal généralement percé en son centre.
Le célèbre "cymbalier" ou "cymbaliste" du film états-unien "L'homme qui en savait trop", réalisé en 1956 par Alfred Hitchcock
Le célèbre "cymbalier" ou "cymbaliste" du film états-unien "L'homme qui en savait trop", réalisé en 1954 par Alfred Hitchcock

Le grand public se souvient généralement du cymbalier en concert au Royal Albert Hall de Londres (Grand Londres) (Grande-Bretagne), dont on attend si longtemps (plus de 8 minutes !) le coup de cymbales fatal, dans une célèbrissime séquence du film états-unien "L'homme qui en savait trop", réalisé en 1956 par Alfred Hitchcock, et constituant une deuxième version de son film homonyme de 1934, avec l'acteur français Pierre Fresnay, dans le rôle ensuite repris par Daniel Gélin.

  • tandis que "Un cymbaliste" peut être, selon le contexte :
    • soit un joueur de "Cymbales" et constituer en ce cas un synonyme de "Cymbalier" ou "Cymbalière",
Un cymbaliste jouant du cymbalum
Un cymbaliste jouant du cymbalum
    • soit un joueur de "Cymbalum", instrument de musique à cordes frappées d'origine hongroise.

Appartenant à la famille du tympanon, cette sorte de grande cythare sur caisse ou sur table est utilisée dans de petits ensembles, notamment par les Roms d'Europe centrale. Ce qui lui vaut son surnom de "Piano tzigane".

Il comporte environ cent vingt-cinq cordes métalliques, à raison de trois à cinq cordes par note.

Sources : wikipedia.org et www.cnrtl.fr

Il ne faut pas confondre "Déboisage" et "Déboisement" !

Bien que possédant des significations fort différentes, ces deux substantifs masculins paronymiques sont malheureusement souvent confondus :

  • Le "Déboisage" désigne en effet : l'action de dégarnir une galerie de mines, un puits de mine ou une construction de son soutènement en bois ; de défaire un boisage, un coffrage, d'enlever les poteaux et les planches.
  • tandis que le "Déboisement" désigne :
    • au sens propre :
      • l'action de déboiser, c'est à dire : dégarnir un terrain des bois qui le couvraient,

On dit par exemple : "Cette vallée est en plein déboisement".

An Arborist Cutting Down a Maple Tree Piece by Piece
      • ou : le résultat de cette action.

On dit par exemple : "Le déboisement de cette région est une catastrophe".

"Le déboisement" ou "Un terrain déboisé"

On dit par exemple : "Un début de déboisement est visible sur le crâne de mon frère".

Un déboisement du front

Sur un sujet contigu, je me permets de vous recommander la lecture de mon article consacré à toutes les façons de dire "Être chauve".

Sources : www.universalis.fr, www.larousse.fr, wiktionary.org et www.cnrtl.fr

"Le raffinage" et "Le raffinement".

Ces deux substantifs masculins paronymiques appartiennent au langage courant.

Et ils possèdent des significations lradicalement différentes :

  • "Le raffinage" désigne : un ensemble d'opérations et de traitements (mécaniques ou chimiques) permettant de raffiner un produit brut ou une matière première, c'est-à-direde les purifier, d'en améliorer les caractéristiques, en vue de les rendre propres à la consommation et de les commercialiser.

On parle notamment ainsi, notamment, du raffinage :

    • du papier,
Le raffinage du papier
Le raffinage du papier
    • du pétrole,
Le raffinage du pétrole
Le raffinage du pétrole
    • du gaz,
Le raffinage du gaz
Le raffinage du gaz
    • de l'huile alimentaire,
Le raffinage de l'huile
Le raffinage de l'huile alimentaire
    • du sucre,
Le raffinage du sucre
Le raffinage du sucre
    • et des métaux.
Le raffinage des métaux précieux
Le raffinage des métaux précieux
  • tandis que "Le raffinement" désigne : le caractère de ce qui est raffiné, délicat, élégant, subtil et témoigne d'une recherche de perfection dans les détails..

On dit par exemple : "Cet homme se distingue par l'incroyable raffinement de son langage et de ses manières".

Ou : "Le raffinement de la gastronomie française est universellement connu".

Le dressage à la française

Il semble en revanche qu'en informatique ou en mathématique, le procédé permettant de rapprocher le modèle théorique à la réalité modélisée soit indifféremment appelé : "Raffinage" ou "Raffinement" !

Sources : www.linternaute.fr, www.futura-sciences.com, www.larousse.fr et wiktionary.org

"Imprudence" et "Impudence".

Ces deux substantifs féminins paronymiques ne doivent surtout pas être confondus.

Ils désignent respectivement en effet :

  • "Imprudence" (langage courant) :
    • le manque de prudence d'une personne.

On dit par exemple : "L'imprudence de mon chirurgien a failli me coûter la vie".

    • ou : une action imprudente.

On dit par exemple : "Veillez à ne pas commettre d'imprudences".

  • et "Impudence" (registre soutenu) :
    • l'attitude d'une personne qui agit volontairement d'une manière jugée choquante, offensante, indigne ou contraire à la bienséance ; l'impudeur, l'effronterie extrême, sans retenue ou cynique ; le culot (langage courant), le toupet (registre familier).

On dit par exemple :"Je ne saurais tolérer pareille impudence".

    • et par extension : une action ou une parole impudente ; un acte impudent.

On dit par exemple : "Les impudences de ce monsieur dépasse l'entendement".

Sources : www.cnrtl.fr et Le Robert

Quelle est la différence entre "Le réchauffage" et "Le réchauffement" ?

Ces deux substantifs masculins paronymes du langage courant ne doivent surtout pas être confondus.

Ils désignent en effet respectivement :

  • "Le réchauffage" :
    • l'action de chauffer à nouveau un objet ou une substance,.

On dit par exemple : "Le réchauffage de cette sauce doit se faire à feu très doux".

    • ou : le résultat de cette action.

On dit par exemple : "Le réchauffage de ce plat peut s'effectuer au four micro-ondes".

Le réchauffage d'une assiette de pâtes au four micro-ondes

  • et "Le réchauffement" :
    • au sens propre :
      • l'action de donner ou de redonner de la chaleur, en particulier au corps d'un être animé.

On dit par exemple : "Frictionner vigoureusement une personne victime d'hypothermie procure généralement un réchauffement suffisant".

      • le fait de se réchauffer, de reprendre de la chaleur, de devenir plus chaud.

On dit par exemple : "On assiste à un brusque réchauffement de la température au printemps".

Le réchauffement printanier

Ou : "Les conséquences du réchauffement climatique sont encore probablement très sous-estimées".

Le réchauffement climatique

      • et en horticulture :
        • l'ajout de fumier neuf à du fumier ancien, afin de réchauffer les couches refroidies.
        • ou : ce fumier neuf destiné à réchauffer les anciennes couches.

On dit par exemple : "Il va falloir que je remue ce réchauffement".

Et l'on parle également de "Réchaud".

Le "réchauffement" ou ajout de fumier neuf à du fumier ancien

    • et au sens figuré : le réconfort.

On dit par exemple : "Toutes ces délicates attentions contribuaient manifestement au réchauffement du malheureux vieillard".

Source : www.cnrtl.fr

"Épandre" et "Répandre".

Ces deux verbes paronymiques du langage courant ne divent pas être confondus.

Ils signifient respectivement :

  • "Épandre":
    • dans le domaine agricole : étendre sur le sol en étalant, en dispersant uniformément (une semence, du foin, du fumier, un engrais ou un produit phytosanitaire).

L'action d'épandre s'appelle "L'épandage" et celui-ci peut être effectué de manière manuelle ou mécanique.

Une agricultrice en train d'épandre du fumierL'épandage mécanique du fumier dans un champ par un tracteur

    • et, dans le registre soutenu : donner en abondance, répandre, verser.

 

 

 

  • et "Répandre" :

 

Sources : www.cnrtl.fr et XXX

"Une stalactite" et "Une stalagmite" : vous saurez dorénavant laquelle tombe et laquelle monte !

Des stalactites au plafond d'une grotte et des stalagmites sur le sol
  • Le substantif féminin"Stalactite" nous vient du grec stalaktos signifiant "qui coule goutte à goutte".

Il désigne : un type de formation suspendu au plafond des grottes, souterrains, sources chaudes, ou des constructions humaines telles que maisons, ponts, mines, etc.

Un plafond de grotte couvert de stalactites
Un plafond de grotte couvert de stalactites

N'importe quelle matière peut former des stalactites : lave, minéraux, boue, tourbe, poix, geysérite, etc.

Mais les spéléothèmes (concrétions de grottes) et les pagothèmes (concrétions de glace) sont les formes les plus fréquentes de stalactite.

Des stalactites de glace (ou "pagothèmes" )sur la façade d'une maison
Des stalactites de glace (ou "pagothèmes" )sur la façade d'une maison
  • La formation correspondante au sol est la "Stalagmite", formée, la plupart du temps, juste au dessous d'une stalactite.
Des stalagmites sur le sol d'une grotte
Des stalagmites sur le sol d'une grotte

Lorsque la stalagmite, en poursuivant sa lente croissance, rejoint la stalactite qui se forme au plafond de la grotte, les deux concrétions se soudent progressivement et forment ainsi un véritable "Pilier stalagmitique", ou "Colonne".

Il existe un moyen mnémotechnique extrêmement simple pour se souvenir de la différence entre "Stalactite" et "Stalagmite" : la stalacTite Tombe et la stalagMite Monte.

Des stalactites au plafond d'une grotte et des stalagmites sur le sol
Des stalactites qui tombent du plafond d'une grotte et des stalagmites qui montent depuis le sol

Source : wikipedia.org

"Contendant" ou "Contendante" et "Contondant" ou "Contondante".

Ces deux adjectifs paronymiques du registre soutenu ne doivent surtout pas être confondus, car ils possèdent des significations fort éloignées :

  • "Contendant" ou "Contendante" - qui relève également du registre désuet - qualifie en effet : celui ou celle qui est acteur ou actrice d'une situation ; protagoniste d'un conflit ou d'un litige.

On parle par exemple d'un "héritier contendant" ou d'un "prince contendant".

Et d'une "partie contendante", dans le domaine juridique.

Le mot peut également être utilisé comme substantif : "Un contendant" ou "Une contendante".

On dit par exemple : "Il faudrait que l'un des contendants accepte de faire quelques concessions".

  • tandis que "Contondant" ou "Contondante" qualifie : ce qui meurtrit par écrasement, blesse par le choc, sans couper, ni percer, mais en produisant des contusions.

On parle par exemple d'un "objet contondant" ou d'un "outil contondant", lorsqu'une personne a utilisé un gros cendrier ou une statuette pour frapper et assommer ou tuer sa victime.

Et d'une "arme contondante", pour désigner une arme constituée d'un manche pour la prise en main et d'une partie opposée servant à asséner des coups écrasants et non tranchants.

Les gourdins, les masses d'armes, les massues, les marteaux d'armes et les bâtons de combat sont des armes contondantes.

Mais pas les pics à glace ou les haches.

Une arme contondante est

Sources : wikipedia.org et www.cnrtl.fr