On ne dit pas : "Moi-même, j'ai été à Strasbourg" !

Comme l'a déclaré l'avocat français Robert Badinter, le 25 avril 2019, dans l'émission radiophonique de Laure Adler "L'heure bleue", sur la chaîne publique française France Inter.

Mais, tout simplement : "Je suis allé à Strasbourg" !

Je suis proprement effaré par le nombre de personnalités publiques - y compris de premier plan - qui continuent de commettre ce solécisme : "J'ai été" (quelque part), en lieu et place de "Je suis allé" (quelque part) !

Et je totalement affligé de constater que même un professionnel du verbe de premier ordre, tel que l'ancien garde des Sceaux de François Mitterrand et président du Conseil constitutionnel, se laisse aller à de telles dérives linguistiques, ajoutant au surplus un joli pléonasme ("Moi-même je" en lieu et place de "Je") à son solécisme.

C'est donc uniquement par respect pour son parcours et son grand âge que je m'abstiendrai de lui décerner mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Vous avez été puiser" !

Comme l'a fait l'animateur français Didier Varrod, dans son émission radiophonique hebdomadaire "Foule sentimentale" sur France Inter, le 05 avril 2019, en déclarant : "Vous avez été puiser dans la play-list de France Inter".

Mais : "Vous ÊTES ALLEZ puiser" !

Je suis positivement consterné de constater à quel point cette faute grossière continue d'être commise à longueur de journée et ce y compris dans les organes d'information et par des professionnels du verbe que sont les journalistes et les hommes ou femmes politiques !

 

On ne dit pas : "I dit tellement des choses incroyables j'trouve" !

Comme l'a déclaré le rappeur français Vald, le 13 novembre 2019, dans l'émission d'Augustin Trapenard "Boomerang" sur la chaîne radiophonique française France Inter.

Mais : "JE TROUVE QU'IL dit des choses TELLEMENT incroyables" !

Ne dites pas : "Les meilleures adresses se passent du bouche à oreille" !

Comme l'a lamentablement déclaré l'historienne française Florence Tamagne, le 5 novembre 2019, dans l'émission radiophonique de Jean Lebrun "La marche de l'histoire", sur la chaîne radiophonique publique française France Inter.

Mais : "Les meilleures adresses se TRANSMETTENT DE bouche à oreille" !

Faute de quoi ce que vous dites signifie que les meilleures ne comptent pas sur le/n'ont pas besoin du bouche à oreille... ; ce qui n'est pas vraiment la même chose !

On ne dit pas : "C'est des animaux qu'on essaye d'élever dans les mêmes méthodes qu'y a eu" !

Comme l'a déclaré un éleveur corse de porcs noirs, interrogé dans le volet consacré à "La Corse gourmande" de l'émission télévisée française "Échappées belles", rediffusée le 6 octobre 2019, sur la chaîne télévisée publique France 3.

Mais : "CE SONT des animaux QUE L'ON essaye d'élever AVEC les mêmes méthodes qu'AUTREFOIS" !

Pour cet épouvantable galimatias, je lui décerne sans hésitation, malgré son statut de non professionnel de la langue ou de la communication, mon label de médiocrité "Fâchés avec le français" !

On ne dit pas : "La chance que j'ai fait c'est que j'avais fait ces photos au Rolleiflex" !

Comme l'a déclaré le photographe français Raymond Depardon le 28 septembre 2019, dans la matinale de la radio publique française France Inter".

Mais : "La chance que j'ai EU c'est que j'avais fait ces photos au Rolleiflex" !

Voire, idéalement, : "J'AI EU la chance D'AVOIR fait ces photoGRAPHIEs AVEC UN Rolleiflex" !

Parce que ce n'est pas la première fois que je l'entends ainsi massacrer le français, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Nous avons été à l'école ensemble" !

Comme le fait dire à Brutus, s'adressant à Volumnius, la VOSTF du DVD du film de 1953 de Joseph L. Mannkiewicz "Julius Caesar" ("Jules César"), adapté de la pièce britannique éponyme de 1623 de William Shakespeare.

Mais : "Nous sommes allé à l'école ensemble" ou "Nous étions à l'école ensemble" !

À propos de ce film ; c'est moi où il est ennuyant à mourir ? Et Dieu sait si j'adore pourtant aussi bien le réalisateur que deux des principaux acteurs du film (James Mason et Marlon Brando).

On ne dit pas : "J'ai trouvé la trouvaille intéressante, c'est quand" !

Surtout lorsque l'on est écrivain et critique littéraire, comme Frédéric Beigbeder, et que l'on s'exprime ainsi au sujet de "Smith & Wesson", le roman italien d'Alessandro Baricco, le 2 juillet 2018 dans l'émission française dominicale "Le masque et la plume", sur la chaîne radiophonique publique française France Inter.

Mais plutôt, par exemple, : "J'ai APPRÉCIÉ la trouvaille CONSISTANT À" !

Compte tenu de sa double casquette, c'est sans hésiter que je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français" !