On ne dit pas : "Des cas plus ou moins graves selon l'avancée dans leur stade du COVID" !

Comme l'a déclaré un caporal-chef de la BSPP (Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris), le 14 juillet 2020, sur la chaîne de télévision française d'information en continu BFMTV.

Mais : "Des cas plus ou moins graves selon LEUR STADE D'AVANCEMENT DE LA maladie à coronavirus" !

Pour cet affreux charabia, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

 

On ne dit pas : "Tous les X possibles et inimaginables" ni "Toutes les X possibles et inimaginables" !

Mais : "Tous les X possibles et IMAGINABLES" et "Toutes les X possibles et IMAGINABLES" !

Je suis véritablement consterné d'entendre cette formule aussi fréquemment mal utilisée.

On dit par exemple : "Il a du se débrouiller par tous les moyens possibles et imaginables".

Ou : "Ma mère possède une collection de chouettes fabriquées dans toutes les matières possibles et imaginables".

Ce solécisme consistant à utiliser l'adjectif "inimaginable" en lieu et place de "imaginable" est malheureusement révélateur de ce que de plus en plus de français ne comprennent souvent rien à ce qu'ils disent !

On ne dit pas : "Moi j'pense la question elle est vite répondue" !

Comme l'a dit un jeune benêt analphabète franco-helvéto-péruvien (?) du nom de Jean-Pierre Fanguin, dans une séquence vidéo mise en ligne sur Twitter le 9 juin 2020 et partagée plus de deux millions de fois en deux jours.

Mais : "Je pense que la réponse est simple", "Je pense que la réponse est toute trouvée" ou "Je pense que l'on a vite fait de répondre à cette question" !

Ce jeune nigaud en costume cravate avec une coupe de champagne à la main, qui ânnone devant une Range Rover, le long d'une route suisse, propose aux "jeunes entrepreneurs" de gagner des montagnes d’argent grâce à lui.

En leur vendant des formations au "trading" de la société Melius et en devenant "ambassadeurs" d'une structure pyramidale.

Le texte de son intervention

“Salut à toi jeune entrepreneur ! Alors, si aujourd’hui je me permets de te contacter, c’est pour une raison très simple. Savais-tu que 95% de la population détenait 5% des richesses. Alors est-ce que tu veux en faire partie ? Il faut que tu te poses les bonnes questions.

Est-ce que tu préfères faire pitié et prendre le bus tous les jours, ou commencer très rapidement à faire de l’argent avec moi, grâce à ton téléphone, et pouvoir peut-être acquérir ce genre de véhicule haut de gamme ?

Moi j'pense la question elle est vite répondue !

Alors soit tu m'suis, soit tu vas d'mander d'l'argent d'poche à ta grand-mère pour aller au resto. Avec moi c'est com'ça qu'ça marche, OK ?".

Source : www.huffingtonpost.fr

On ne dit pas : "Des petits gens" ou "Les petits gens" !

Comme je l'ai entendu dire, le 9 juin 2020, sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI.

Mais : "Des petitEs gens" ou "Les petitEs gens" !

Cette locution nominale du langage courant désignant les personnes de condition modeste, les humbles, les gens de peu, relève en effet du féminin.