On ne dit pas : "C'était pas si pire" !

Le journaliste sportif français Grégory Schneider

Comme a pu le déclarer, le 25 mai 2021, le journaliste sportif français Grégory Schneider, dans l’émission vespérale "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Mais : "C'était pas pire", "C'était pas si GRAVE", "C'était pas si MAUVAIS" ou "C'était pas si NUL"!

Pour cette formule absolument insupportable dans la bouche d'un professionnel aussi expérimenté, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "C'est un espèce de revival" !

L’ancien athlète et consultant sportif français Bob Tahri

Comme l’a déclaré, le 30 mai 2021, l’ancien athlète et consultant sportif français Bob Tahri, dans l’émission vespérale "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L'Équipe.

Mais : "C'est unE espèce de RENOUVEAU" !

Parce qu'il est parfaitement incapable de s'exprimer dans un français correct et accumule ce type de faute et d'anglicisme, je lui lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Ce sont dans ce genre de détails qu'on fait la différence lors d'une vente aux enchères" !

Maxime Lepissier, Philippe Lellouche et Florian Meunier, dans l'émission "Enchères mécaniques", diffusée sur RMC Découverte depuis le 16 mars 2021

Comme j'ai maheureusement pu l'entendre dire, le 6 avril 2021, par le commentateur de l'émission "Enchères mécaniques", sur la chaîne RMC Découverte.

Mais : "C'EST ce genre de détails quI fait la différence lors d'une vente aux enchères" !

Ou : Ce sont deS détails DE ce genre quI fONt la différence lors d'une vente aux enchères" !

Parce que je ne comprends décidément pas comment on peut laisser passer de telles phrases dans un commentaire enregistré, je décerne à cette émission mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

 

On ne dit pas : "Moi, j'chuis l'père à Mbappé, j'peux dire" !

L'ancien joueur de rugby à XV et consultant sportif français Éric Blanc, cofondateur de la marque de vêtement "Eden park"

Comme l'a lamentablement déclaré, le 20 avril 2021, l'ancien joueur de rugby à XV et consultant sportif français Éric Blanc, dans l’émission vespérale "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe

Mais : "SI J'ÉTAIS lE père DE Mbappé, jE POURRAIS dire" !

Pour cette misérable bouillie verbale et parce que ce monsieur est incapable de s'exprimer correctement, je lui décerne mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "C'qui leur empêche pas d'avoir" !

Le journaliste sportif français Nabil Djellit

Comme a pu le déclarer, le 21 avril 2021, le journaliste sportif français Nabil Djellit, dans l’émission vespérale "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Mais, bien évidemment : "CE qui NE LES empêche pas d'avoir" !

 

On ne dit pas : "Est-ce-qu'on a suffisamment une remontée d'information ?" !

La journaliste française Sonia Mabrouk, présentatrice de l'émission quotidienne "Midi News", sur la chaîne de télévision française d'information en continu CNews

Comme a pu le déclarer la journaliste française Sonia Mabrouk, le 17 mars 2021, dans son émission Midi News, sur la chaîne de télévision française d'information en continu CNews.

Mais : "Est-ce-quE L'on a une remontée d'information SUFFISANTE ?" !

Parce qu'elle a accumulé ce jour là, en a peine vingt minutes, pas moins de sept tournures de phrases, sinon fautives, du moins - pour moi - indigne d'une professionnelle du verbe expérimentée comme elle peut l'être, je lui décerne donc mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

On ne dit pas : "Si demain, pour aller au restaurant, il faudrait montrer un passe" !

L'homme politique français, LR, Gérard Larcher, président du Sénat

Comme l'a pitoyablement déclaré, le 11 avril 2021, le sénateur LR (Les Républicains), Gérard Larcher, dans l'émission d'Amélie Carrouë "En toute franchise", sur la chaîne de télévision française d'information en continu LCI.

Mais : "Si demain, pour aller au restaurant, il FALLAIT montrer un passe" !

Parce que j'ai personnellement trouvé globalement lamentable la façon dont s'exprimait l'actuel président du Sénat une quinzaine de minutes durant - au point de l'épingler quatre fois dans ce blogue - je lui accorde sans hésiter mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".