On ne dit pas : "C'est une équipe qui a fait le plus de turnover sur ses joueurs" !

L'entraîneur de football français Alain Perrin

Ainsi que l’a pitoyablement déclaré, le 25 février 2021, l'entraîneur de football français Alain Perrin , dans l’émission vespérale d’Olivier Ménard "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Mais : "C'est une DES équipeS qui a LE PLUS RENOUVELÉ ses joueurs" !

Pourquoi dire : "Les top buts" ou "Un top but" ?

Le journaliste sportif français Olivier Ménard

Ainsi que l'a déclaré, le 25 janvier 2021, le journaliste sportif français Olivier Ménard, dans son émission vespérale "L’Équipe du soir", sur la chaîne de télévision française L’Équipe.

Et pas simplement : "Les meilleurs buts" et "Un but d'exception" !

Pourquoi dire : "J'aime le côté extrêmement sweet et confortable" ?

La commissaire-priseur française Delphine Fremeaux-Lejeune, experte dans l'émission "Affaire conclue", sur la chaîne de télévision publique française France 2 (© Bestimage, Guillaume gaffiot)

Comme l'a fait la commissaire priseur française Delphine Fremeaux-Lejeune, le 22 février 2021, dans l'émission "Affaire conclue", présentée par Sophie Davant, sur la chaîne de télévision publique française France 2.

Et pas simplement, en français : "J'aime le côté extrêmement DOUX et confortable" ?

Pourquoi dire : "Le coliving" ?

L'habitat partagé ou "Coliving"

Et pas : "L'habitat partagé" !

Il s'agit en effet :

  • de partager des espaces communs : buanderie, salon, salle de sport, bibliothèque, spa, sauna, espace de travail partagé, terrasse, parking surveillé,
  • ainsi qu'un large éventail de loisirs et de services mutualisés : Wifi, ménage, abonnements à des plateformes de programmes audiovisuels, trottinettes électriques en libre-service, voire conciergerie gérant la réception des livraisons ou apportant et récupérant les vêtements à la blanchisserie,
  • tout en bénéficiant d'un petit appartement privatif meublé et équipé, comportant une chambre, une salle de bain et une petite cuisine, avec un loyer tout compris.

Né dans les années 2000, sur la côte Ouest des États-Unis d'Amérique, ce nouveau mode de vie en collectivité, de plus en plus à la mode, est donc à distinguer de la "Colocation".

L'habitat partagé ou "Coliving" la résidence Ecla Campus, à Palaiseau (91), sur le plateau de Saclay : un immeuble de 35 000 m² accueille 1300 résidents, surtout des étudiants, avec une offre très large de loisirs et de services
La résidence Ecla Campus, à Palaiseau (91), sur le plateau de Saclay : un immeuble de 35 000 m² accueille 1300 résidents, surtout des étudiants, avec une offre très large de loisirs et de services

Source : immobilier.lefigaro.fr

Pourquoi dire : "Une shortcom" ?

Et pas : "Un programme comique de courte durée" !

C'est évidemment nettement plus long.

Mais c'est pourtant bien ce que signifie ce mot-valise anglais ("Short comedy" ou "Short sitcom").

Il s'agit d'une forme fictionnelle créée pour la télévision et apparue pour la première fois en France en 1999 avec le feuilleton "Un gars, une fille", diffusé sur France 2 juste avant le journal de 20 heures..

Avec "Un gars, une fille", France 2 propose alors, six minutes durant, juste avant le 20 heures, une série de saynètes ("sketchs").

De nombreux autres programmes du même type ont été diffusées depuis sur les différentes chaînes, au premier rang desquels, pour n'en citer que quelques uns : "Caméra café", "En famille", "Kaamelot", "Scènes de ménage" (M6), "Samantha Oups !" (France 2), "Nos chers voisins (TF1), "Bref" et "La revue de presse de Catherine et Liliane" (Canal +).

Leurs caractéristiques, liées aux contraintes imposées par la télévision, sont les suivantes :

  • un format très bref (moins d’une dizaine de minutes),
  • un rythme rapide,
  • récurrence (diffusion quotidienne),
  • vocation comique,
  • fonction de captation du téléspectateur au sein des grilles de programmation : généralement diffusées avant ou après le journal télévisé du soir, ces programmes ont pour but de conserver l’attention des téléspectateurs jusqu’à la diffusion du principal programme de la soirée.

Il s'agit de proposer un enchaînement fluide des contenus afin de faire passer les téléspectateurs de programmes en programmes et surtout de programmes en publicité.

Sources : shortcom.canalblog.com et masterfiction.unimes.fr

On ne dit pas : "C'est des modèles iconiques" !

Comme l'a malheureusement déclaré, le 20 FÉVRIER 2021, la commissaire-priseur française Marie Renoir, dans l'émission "Affaire conclue", sur la chaîne de télévision publique française France 2.

Mais : "CE SONT des modèles EMBLÉMATIQUES" !

Parce qu'à peine arrivée dans cette émission, elle aligne ainsi les fautes de grammaire et les anglicismes, je lui décerne sans hésiter mon label de médiocrité "Fâchés avec le français".

Pourquoi dire : "Un espace de coworking" et "Le coworking" ?

Un espace de travail partagé ou "Coworking"

Et pas : "Un espace de travail partagé" !

Et : "Travailler dans un espace de travail partagé" !

Puisqu'il s'agit de la mise en commun d’espace, de services et d’équipements permettant à ses utilisateurs de travailler dans les meilleures conditions possible.

Je vous le concède bien humblement, c'est beaucoup plus long... Mais pourquoi parler ainsi constamment dans une autre langue que la nôtre !

Un espace de travail partagé ou "Coworking"

Pourquoi dire : "No-bra" ?

Deux jeunes femmes sans soutien-gorge ("no-bra")

Et pas : "Sans soutien-gorge" !

De peur que l'ensemble des français ne comprenne, très vraisemblablement.

Parti des États-Unis d'Amérique il y a maintenant plus années, le mouvement a gagné la France et amené de plus en plus de jeunes femmes françaises à moins, voire à ne plus du tout, porter de soutien-gorge ; à l'instar des grandes vedettes féminines, que la presse ne cesse de montrer sans soutien-gorge.

De célèbres vedettes féminines sans soutien-gorge ("no-bra") : Laetitia Casta, Jennifer Lopez et Rebecca Hall
De célèbres vedettes féminines sans soutien-gorge ("no-bra") : Laetitia Casta, Jennifer Lopez et Rebecca Hall