"Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger !".

Qui ne se souvient de cette réplique de Valère, dans la comédie en prose de 1668, "L'avare ou l'école du mensonge"!

"L'avare ou l'école du mensonge" de Molière, une comédie en prose de 1668

Ce joli aphorisme,attribué originellement à Socrate, devient, sous la plume de Molière, une superbe dénonciation de la gloutonnerie justifiée par l'avarice.

Resituons la scène : Harpagon (l’Avare) voulant donner un grand dîner à peu de frais, convoque son cuisinier, maître Jacques, afin de convenir avec lui du menu du festin. Celui-ci lui présente une carte pantagruélique que l’avare trouve beaucoup trop fournie. Valère, l'amant de la fille d’Harpagon, soucieux de s'attirer les bonnes grâces de celui qu'il projette d'avoir comme beau-père, apostrophe ainsi le cuisinier :

"Est-ce que Monsieur a invité des gens pour les assassiner à force de mangeaille ? Allez-vous en lire un peu les préceptes de la santé et demander aux médecins s’il n’y a rien de préjudiciable à l’homme que de manger avec excès. Apprenez, maître Jacques, vous et vos pareils que c’est un coupe-gorge qu’une table remplie de trop de viandes ; que, pour se montrer ami de ceux que l’on invite, il faut que la frugalité règne dans les repas qu’on donne et que, suivant le dire d’un ancien : "Il faut manger pour vivre et non vivre pour manger" (Acte III, Scène 5).

"Couvrez ce sein que je ne saurais voir".

Cette phrase est souvent utilisée par plaisanterie, à la vue d'une poitrine dénudée, par les personnes cultivées.

Elle est extraite de l'acte III, scène 2 de la comédie en vers de Molière, écrite en 1669, "Le tartuffe ou l'imposteur" ?

Cette pièce est une attaque féroce contre l'hypocrisie des dévots, qui fuient la séduction de la beauté féminine, en particulier lorsqu'elle est dénudée, et refusent de porter les yeux sur les appas de la femme, conformément aux recommandations de nombreux textes religieux.

Citation complète :

"Couvrez ce sein, que je ne saurais voir.
Par de pareils objets les âmes sont blessées.
Et cela fait venir de coupables pensées".

Source : wikipedia.org

"Qui se sent morveux, qu'il se mouche" ou "Qui se sent morveux, se mouche".

On l'oublie souvent, mais c'est au génial Molière que nous devons cette extraordinaire formule devenue proverbiale, que j'utilise personnellement très régulièrement.

Elle est en effet extraite de l'acte 1, scène 3 de sa célèbre comédie en prose, écrite en 1668, "L'avare ou l'école du mensonge".

Et elle signifie en quelque sorte : "Si l'on se sent visé par quelque chose, c'est vraisemblablement parce que l'on est concerné".

Elle s'utilise - au sens figuré - pour commenter l'attitude d'une personne réagissant vivement à une critique, une réflexion, un reproche ne lui étant pas spécialement adressé, parce qu'elle se sent directement visée et la (ou le) prend pour elle-même parce qu'elle est concernée.

Et elle est assez proche de l'expression proverbiale "Si le chapeau te fait, mets-le".

Source : wiktionary.org

"Un harpagon" et "Une harpagonnerie".

Personnage principal de la comédie en prose de 1668 de Molière "L'avare ou l'école du mensonge", Harpagon fait preuve dans cette pièce d'une avarice tellement caricaturale que trois siècles et demi plus tard son nom désigne un homme d'une grande avarice.

Et que le mot "harpagonnerie" est synonyme d'avarice.

Sur le même thème, je vous recommande mon article sur toutes les façons de dire "Être avare".