"Truffer".

Ce verbe du langage courant signifie :

  • au sens propre, dans le domaine culinaire : farcir, garnir de truffes.

On dit par exemple : "Je vais truffer ma dinde de marrons".

  • et au sens figuré : bourrer, remplir, de choses disséminées en abondance.

On dit par exemple : "Si ces voyous reviennent je vais les truffer de plomb !".

Ou : "Mes élèves ont malheureusement pour fâcheuse habitude de truffer leurs devoirs de fautes d'orthographe et de fautes de grammaire".

Source : wiktionary.org

Pourquoi dire : "Un cookie" ?

Un cookie

Et pas, selon le contexte  :

  • en matière alimentaire : "Un biscuit aux pépites de chocolat", comme le font si bien nos amis québecois.

Ainsi désignent-ils en effet fort justement ce petit biscuit rond, originaire des États-Unis d'Amérique, fait avec des brisures ou pépites de chocolat.

  • et en matière informatique : "Un témoin de connexion", "Un témoin de navigation" ou - par ellipse - "Un témoin" !

Il s'agit d'une suite d'informations envoyée par un serveur HTTP à un client HTTP, que ce dernier retourne lors de chaque interrogation du même serveur HTTP, sous certaines conditions.

Ce témoin est l'équivalent d'un fichier texte de petite taille, stocké sur le terminal de l'internaute.

Existant depuis les années 1990, ils permettent aux développeurs de sites web de conserver des données utilisateur afin de faciliter la navigation et de permettre certaines fonctionnalités.

Les témoins ont toujours été plus ou moins controversés, car ils contiennent des informations personnelles résiduelles pouvant potentiellement être exploitées par des tiers.

Ces informations censées être privées ne le sont pas vraiment, puisqu'elles sont accessibles à un certain point.

Source : wikipedia.org

"Le paf", "Le PAF", "Un PAF", "La PAF" et "Une PAF".

Tous ces mots homophones ont naturellement des significations tout à fait diverses :

  • "Le paf" désigne la verge (ou le pénis) dans le registre argotique.

On dit par exemple : "Il paraît que c'est une vorace : à peine assise dans la voiture, elle lui a sauté au paf  !".

  • "Le PAF" est un acronyme désignant :
    • le "Paysage Audiovisuel Français", c'est à dire : l’ensemble de l’offre audiovisuelle française, regroupant les stations de radio et les chaînes de télévision gratuites ou payantes, nationales ou locales ainsi que leurs émissions, animateurs, sociétés de production, etc.

L'expression et l'acronyme sont apparus à la fin des années 1980, avec l'apparition des premières chaînes privées : Canal + (4 novembre 1984), La Cinq (20 février 1986 - 12 avril 1992) et TV6 (1er mars 1986 - 28 février 1987).

Pot-au-feu

    • le "Pot-Au-Feu", un plat traditionnel à base de viande de bœuf et de légumes.
    • le " Premier Atome Frappé" (ou en anglais PKA Primary Knock-on Atom) en physique.

Il s'agit d'un atome déplacé de son site dans un réseau cristallin par irradiation, qui est, par définition, le premier atome qu'une particule incidente rencontre dans une cible.

  • "Un PAF" est un acronyme désignant :
    • un "Plan Académique de Formation", un outil regroupant l'ensemble des formations offertes par les académies aux enseignants de l'Éducation nationale en France.

Parcours acrobatique en hauteur, Parcours aventure en forêt ou Parcours aventure

    • un "Parcours d'Aventure en Forêt", également appelé PAH (Parcours Acrobatique en Hauteur), "Parcours aventure", "Parcours d'hébertisme aérien" par nos amis québecois ou improprement "Parcours d'accrobranche".

Toutes ces appellations désignent un espace de loisirs sportif, souvent situé en zone boisée, équipé d'installations permettant au pratiquant de cheminer en hauteur, de façon plus ou moins acrobatique, sur des ateliers fixés entre deux arbres ou supports artificiels.

    • un "Père Au Foyer". Non vous ne rêvez pas ! À quand les "PAFF (Père Au Foyer Fumeur) et PAFNF (Père Au Foyer Non-Fumeur), afin d'être plus précis ?
  • "La PAF" est un acronyme désignant :
    • la "Participation Aux Frais", une formule utilisée en remplacement du terme "prix d'entrée", lors de soirées organisées par des associations.

La patrouille de France

    • la "PAtrouille de France", patrouille acrobatique officielle de l'Armée de l'air française, créée en 1953.
    • la "Perte Au Feu", perte de masse due à l'échauffement d'un matériau en métallurgie.
    • la "Police de l'Air et des Frontières", une direction de la Police nationale française chargée du contrôle des frontières, créée en 1944 et devenue, le 29 janvier 1999, la "Police Aux Frontières".

PAF (Polypose Adénomateuse Familiale)

  • la "Polypose Adénomateuse Familiale" (ou "Polypose recto-colique familiale").

Il s'agit d'une maladie héréditaire à transmission autosomique dominante, prédisposant au cancer du côlon. Des centaines voire des milliers de polypes coliques (relatifs au côlon) apparaissent vers l'âge de 16 ans en moyenne (fourchette de valeurs 7-36 ans) qui, en l'absence de colectomie, dégénèrent systématiquement en cancer , lequel apparaît vers l'âge de 39 ans (fourchette de valeurs 34-43 ans). Les signes extracoliques comprennent des polypes de l'estomac, des ostéomes, des anomalies des dents, une hypertrophie de l'épithélium de la rétine, des tumeurs des muscles, et d'autres cancers.

Les formes atténuées de la PAP se manifestent par une augmentation significative du risque de cancer du côlon mais avec beaucoup moins de polype (en moyenne 30) et localisés dans le côlon proximal. Le risque de dégénérescence est plus tardive. La prise en charge de cette pathologie est différente. Seul le traitement radical (coloproctectomie) est envisageable.

  • et "Une PAF" est un acronyme désignant :

Une poêle à frire

    • une "Poèle A Frire", un ustensile de cuisine utilisé utilisé pour la cuisson d'aliments solides tels que la viande, les légumes, les œufs, etc.

Source : wikipedia.org

 

 

"Un avocat".

Ce mot du langage courant peut avoir en français deux significations différentes.

Et cela, à la grande surprise, parfois, de nos amis étrangers ou de certains jeunes migrants allophones, que j'ai pu avoir l'occasion de côtoyer, qui nous expliquaient qu'ils n'avaient pas faim lorsque nous leur annoncions qu'ils allaient avoir un avocat !

Ce mot désigne en effet, selon le contexte :

Un avocat

  • un juriste, dont les fonctions traditionnelles sont de conseiller, représenter, d'assister et de défendre ses clients (personnes physiques ou morales) en justice, en plaidant pour faire valoir leurs droits et, plus généralement, pour les représenter.

L'avocat a également une fonction de conseil mais aussi de rédacteur d'actes.

Un avocat, fruit de l'avocatier

  • ou : le fruit de l'avocatier, un arbre originaire du Mexique, qui est, de loin, le premier producteur mondial de ce fruit (à lui seul 30 % de la production mondiale), ainsi que le premier exportateur et le premier consommateur.

Avocats sur un avocatier

Je raffole personnellement de ce fruit utilisé en salade ou pour faire du guacamole.

Du guacamole

On peut facilement faire pousser chez soi un avocatier à partir de simples noyaux d'avocat.

Pour l'anecdote, le mot "avocat" provient de l'espagnol "aguacate", lui-même dérivé d'un mot d'une langue locale signifiant "testicule", par analogie avec la forme de cet organe.

Source : wikipedia.org

"Le raisiné".

Ce substantif masculin peut avoir différentes significations en fonction du niveau de langue :

Élaboration de raisiné

  • dans le langage courant, il désigne ainsi : une confiture élaborée à partir de jus de raisin, de sucre, parfois de vin doux, auquel on ajoute souvent des fruits (poires, coings en particulier).

Le raisiné nécessite des raisins très mûrs et très sucrés provenant de coteaux ensoleillés.

Raisiné de Montpellier

Le raisiné se fait généralement avec du raisin noir, mais le "raisiné bourguignon" et le "raisiné de Montpellier" se font avec du raisin blanc.

  • et dans le registre argotique : le sang.

Un doigt avec une goutte de sang

J'ai évoqué dans un autre article "Du raisiné sur les bafouilles", un superbe récit complet en six planches réalisé en 1956 par Morris et Goscinny, que j'ai personnellement découvert en 1980 et qui m'a permis d'apprendre la signification de ce mot.

Source : www.cnrtl et wikipedia.org

"Un bahut".

Ce petit mot polysémique change de sens selon le registre de langue et désigne respectivement :

  • dans le langage courant :
    • en architecture : un mur bas servant d'appui à une grille, une colonnade ou une arcade.

Un bahut : mur bas servant d'appui à une grille, une colonnade ou une arcade.

    • un meuble : à l'origine un gros coffre de bois destiné au transport.

Bahut coffre en bois

Puis un meuble de grandes dimensions, tel qu'un buffet.

Bahut en bois

On dit par exemple : "On a voulu se débarrasser du vieux bahut du salon, mais ça nous a pris deux jours, à trois, pour monter le buffet suédois Sküngred qu'on s'est acheté à la place !".

    • un récipient en inox utilisé comme ustensile de cuisine dans les cuisines professionnelles.

Bahut de cuisine en inox

  • dans le registre argotique :
    • un camion, un véhicule poids-lourd.

On dit par exemple :"Tu aurais vu les files de bahuts sur l'autoroute : c'était impressionnant !".

Un bahut : un semi-remorque en argot

    • ou un taxi.

Taxi français des années 1980

On dit par exemple : "J'ai eu du mal à trouver un bahut pour rentrer ; j'ai failli rentrer à pinces".

  • et dans le registre populaire : un collège ou un lycée.

On dit par exemple : "Ras le bol du bahut ! Vivement la fac...".

Le collège Jules-Ferry à Conflans Sainte-Honorine (78), où j'ai étudié de la 6e à la 3e, de septembre 1972 à juin 1976, devenu Lycée depuis
Le collège Jules-Ferry (devenu Lycée) à Conflans Sainte-Honorine (78), où j'ai étudié de la 6e à la 3e, de septembre 1972 à juin 1976
Le lycée Le Corbusier, à Poissy (78), où j'ai étudié de la seconde à la terminale, de septembre 1976 à juin 1979
Le lycée Le Corbusier, à Poissy (78), où j'ai étudié de la seconde à la terminale, de septembre 1976 à juin 1979
Le Lycée Jules-Ferry, à Paris (75), place Clichy, où j'ai fait un début d'hypokhâgne en septembre 1979
Le Lycée Jules-Ferry, à Paris (75), place Clichy, où Diane Kurys a tourné "Diabolo menthe" en 1977 et où j'ai fait un début d'hypokhâgne en septembre et octobre 1979, avant de débarquer à Nanterre (92), en histoire et en droit.

En 1980, Michel Nerval a réalisé un film intitulé "Le bahut va craquer !" :

Affiche du film français de Michel Nerval "Le bahut va craquer" (1980)

Source : wikipedia.org

"Dresser la table", "Être à table", "Mettre la table", "Passer à table" et "Se mettre à table".

Voilà autant d'expressions d'apparence très simples qui doivent pourtant parfois surprendre nos amis étrangers.

En voici les différentes significations :

Table dressée

  • "Dresser la table" ou Mettre la table" (langage courant) signifie : Dresser le couvert, mettre le couvert. C'est à dire disposer la nappe et les couverts sur la table où l'on s'apprête à manger.

Un banquet au Moyen Âge

Cette formule remonte au Moyen Âge, lorsque certains repas de fête ou banquets réunissaient de très nombreux convives. Posséder en nombre suffisant des tables telles que nous les connaissons de nos jours aurait été inutile. Aussi les "tables" n'étaient elles que des planches posées sur des tréteaux. "Dresser la table" ou "Mettre la table" signifiait alors que l'on déplaçait les planches et les tréteaux là où l'on désirait se restaurer.

Table en bois montée sur tréteaux

On dit par exemple : "Les enfants, vous viendrez mettre la table s'il vous plaît !".

  • "Être à table" (langage courant) signifie : Être en train de manger ; qu'il s'agisse du déjeuner ou du dîner.
  • "Passer à table" (langage courant) signifie : S'aprêter à manger ; qu'il s'agisse - là aussi - du déjeuner ou du dîner.

On dit par exemple : "Nous passsons à table généralement vers vingt heures".

On dit également (langage courant) : "Se mettre à table".

  • et "Se mettre à table" signifie :
    • dans le langage courant : S'aprêter à manger ; qu'il s'agisse - là aussi - du déjeuner ou du dîner.

On dit par exemple : "Tu peux me rappeler un peu plus tard, s'il te plaît, nous allions nous mettre à table".

On dit également (langage courant) : "Passer à table".

    • et dans le registre argotique, dans le vocabulaire et jargon de la police : "Passer aux aveux, avouer".

On dit par exemple : "Raymond le balafré va passer à table : le commissaire s'occupe de lui depuis trois heures".

Source : www.linternaute.fr

 

"Un salmigondis".

J'aime beaucoup ce joli mot du registre désuet désignant :

  • au sens propre, en matière culinaire : un ragoût constitué de différentes viandes réchauffées.

On dit par exemple : "On va faire un salmigondis de toutes les viandes qui étaient restées de la veille"

  • par analogie : un assemblage disparate, un mélange confus de choses ou de personnes.

On dit par exemple : "C'est un étrange salmigondis de styles différents".

Ou : "Ce parti  est consitué d'un salmigondis d'extrémistes de tous ordres".

  • et au sens figuré : un ramassis d'idées, de paroles ou d'écrits formant un tout disparate et incohérent.

On dit par exemple : "Leur programme n'est qu'un infâme salmigondis.

Source : www.cnrtl.fr

"Un entremets" et "Un entremétier".

Ces deux substantifs relèvent du vocabulaire et jargon alimentaire et culinaire.

  • "Un entremets", comme son nom l'indique, désigne un mets servi entre deux autres.

Au fil du temps, il est devenu de plus en plus sucré au point de remplacer parfois le dessert au XXIe siècle.

Il s'est écrit par le passé "Entremès", "Entremez" et "Entremetz".

Et on appelle parfois aujourd'hui ce plat "Pré-dessert".

  • "L'entremétier" est la personne de la brigade de cuisine chargée des entremets.

Source : wikipedia.org

"STHR"

Ce sigle signifie "Sciences et Technologie de l'Hôtellerie et de la Restauration".

Et il correspond, depuis la rentrée 2015, à l'intitulé d'un bac techno remplaçant l'ancien bac Hôtellerie.

Cette série s’adresse aux élèves qui veulent exercer un métier dans les domaines de l'accueil, de l'hébergement, de la restauration et du tourisme.

Plus polyvalent, ce nouveau baccalauréat STHR a été conçu pour favoriser les passages de la série STHR vers les séries générales, technologiques et professionnelles et inversement moyennant un stage de remise à niveau.

A la différence du bac pro hôtellerie-restauration dont la finalité première est l'insertion dans la vie active, le bac techno STHR vise à apporter à l'élève des bases générales et technologiques fortes pour lui permettre de poursuivre vers des études supérieures (BTS notamment).

Source : www.cidj.com

"Un cuilleron".

Ce mot peu connu, je crois, désigne :

  • principalement : la partie creuse d'une cuillère,
  • mais également : une partie d'une arme à feu, également appelée "Feuille de sauge" (parce qu'elle en a la forme), "Paillette à ressort" ou "Ressort à baguette",
  • et enfin, chez certains insectes volants comme la mouche : une petite pièce membraneuse unie d'une part à la base de l'aile et de l'autre aux côtés du scutellum.

Source : wiktionary.org

"Une capilotade".

Ce terme de cuisine désigne :

  • au sens propre : un ragoût fait de restes de volailles ou de viandes déjà cuites.

On parle par exemple d'une "capilotade de faisans".

  • et, au sens figuré, dans le registre familier, :
    • une mise en pièces de manière à produire une impression de mélange confus, de gâchis.

On dit par exemple : "Fin juin 1940, la France était en capilotade".

    • ou une mise en pièces, produite par des coups et blessures.

On dit par exemple : "Après son arrestation musclée, le malfaiteur était en capilotade".

Le mot "capilotade" s'utilise en effet dans les formules "Être en capilotade" "Faire une capilotade de quelqu'un" ou "Mettre quelqu'un en capilotade".

Source : www.cnrtl.fr

"Faut-il dire chocolatine ou pain au chocolat ?".

Pain au chocolat

Il s'agit là d'un invraisemblable débat !

Fort heureusement, j'ai pu me fonder sur un excellent article, élu "Article culinaire de l’année 2016" par le Festival des influenceurs culinaires, dont je me suis très largement inspiré.

Avant de vous donner la réponse, et face à l’ampleur des débats suscités par ce sujet, je tiens à vous rappeler, en guise de préambule, qu’il ne s’agit que de nourriture ! Pas la peine de s'affoler inutilement, vous avez tous le droit d’appeler ce produit comme vous voulez !

Cette question d'appellation divise en effet les français. Peut-être davantage encore que le clivage gauche-droite, que le conflit Iphone-Android, ou que la guerre Coca-Pepsi !

Il est donc temps de trancher cette question, une fois pour toutes et de résoudre le débat "Pain au chocolat" - "Chocolatine".

D’abord : de quoi parle-t-on ?

La "chocolatine" ou "pain au chocolat" est une viennoiserie composée de pâte levée feuilletée, généralement rectangulaire, et fourrée avec du chocolat.

Sans que l’on sache véritablement pourquoi, cette petite douceur de nos boulangeries a créé dans notre pays une véritable scission, une fracture irréparable.

D’un côté, une majorité de la population appelle ce produit "Pain au chocolat" ; de l’autre, un bastion d’irréductibles sudistes l’appelle "Chocolatine", ainsi que quelques québécois.

1er point : "Pain au chocolat" ou "chocolatine" : quel terme est le plus employé ?

  • La majorité de la population française emploie le mot "Pain au chocolat".
  • "Chocolatine" n'est utilisé que dans les seules régions bordelaise et toulousaine.

Au nombre de locuteurs, c’est donc "Pain au chocolat" qui l'emporte très largement.

2e point : "Pain au chocolat" ou "Chocolatine" : quel terme est le plus ancien ?

Pour connaître le vrai nom de ce produit, tentons un instant de remonter à son origine.

Le "Pain au chocolat" est une viennoiserie. Pour ceux qui ne le savent pas, ce terme a commencé à être utilisé au XIXème siècle en France pour désigner des pâtisseries d’inspiration viennoise. En effet, à cette période les échanges culturels entre l’Autriche et la France sont assez importants : le royaume de France et l’empire d'Autriche sont deux des principales puissances européennes, qui plus est liées par alliance (Marie-Antoinette d’Autriche était Reine de France à peine quelques décennies plus tôt). La première "Boulangerie Viennoise" est installée en France dans les années 1830 au 92 rue Richelieu, à Paris (75) et est dirigée par un autrichien : Auguste Zang. C’est lui qui va véritablement apporter à Paris la mode des viennoiseries.

Ces pâtisseries viennoises sont à l’époque faites avec de la pâte à brioche, et on retrouve parmi elles le fameux croissant autrichien ("Kipferl") - qui deviendra notre "Croissant" -, le pain empereur ("Kaisersemmel") et même un croissant fourré au chocolat ("Schokoladencroissant"), que le fameux Auguste Zang va importer en France.

  • L’hypothèse la plus probable de l’origine du nom "Chocolatine" viendrait donc de cet autrichien. Car en l’entendant vendre des "Schokoladencroissant" avec son accent autrichien, les français auraient progressivement transformé le mot en "Chocolatine croissant", puis simplement "Chocolatine".

Pour les boulangers autrichiens, en effet, le "Pain au chocolat" évoque toute autre chose, c’est le "Schokoladebrot", qui ressemble plus à un cake au chocolat.

Il existe une hypothèse en vertu de laquelle le mot "Chocolatine" serait d’origine anglaise, mais elle est historiquement fausse (voir le Nota bene à la fin de l’article)

Il est donc probable que le premier terme pour désigner une viennoiserie fourrée au chocolat ait été "Chocolatine", à cause de cette déformation linguistique. Et c’est d’ailleurs plutôt logique puisque la particularité de cette viennoiserie est surtout d’être au chocolat, et qu'elle a rapidement perdu sa forme de croissant.

  • Quand au terme "Pain au chocolat", il serait plus récent. D’après Nicolas Berger, auteur d’une encyclopédie du chocolat ("Chocolat, mots et gestes") publié en 2013 aux éditions Alain Ducasse, le mot "Pain au chocolat" désignait à l’origine un morceau de pain dans lequel on fourrait un bout de chocolat pour le goûter des écoliers.

Lorsque les viennoiseries ont été reprises et réinterprétée par les pâtissiers français au début du XXème siècle, en utilisant notamment de la pâte levée feuilletée, certains auraient repris ce terme. Progressivement, l’utilisation du mot d’origine "Chocolatine" n’a été conservée que dans le Sud-Ouest, probablement à cause de sa proximité avec des mots occitans.

Mais l’original était bien "Chocolatine" !

3e point "Pain au chocolat" ou "Chocolatine" : quel est le terme technique ?

Aujourd’hui, dans les écoles de pâtisserie, on parle de "Pain au chocolat". Et il semblerait donc que le vrai terme technique soit celui-là. Vraiment ? Dans la pâtisserie française traditionnelle, et ce depuis Antonin Carême et son "Traité élémentaire et pratique de la pâtisserie moderne et ancienne", on appelle "petit pain" ou "pain" toutes les pâtes fourrées. Ainsi, Antonin Carême appelait même les profiteroles "petits pains", alors qu'elles n'avaient évidemment rien à voir avec le pain.

Pourtant, ce qu’on appelle "Pain" en pâtisserie est en général fabriqué avec de la pâte à pain au lait, ou au mieux de la pâte à brioche. C'est par exemple le cas du "Pain au lait" ou du "Pain viennois" par exemple.

Or le pain au chocolat utilise une pâte levée feuilletée, plus proche de celle que l’on retrouve dans les croissants, les vol-au-vent ou les galettes des rois.

Nous devrions donc dire logiquement :

  • "Pain au chocolat" pour des viennoiseries faites à base de pâte à pain au lait,
  • et employer un autre terme pour désigner celle faite avec de la pâte levée feuilletée.

Une excellente raison, par conséquent de revenir au terme initial "Chocolatine".

4e point "Pain au chocolat" ou "Chocolatine" : quel terme emploie-t-on à l’étranger ?

Puisque les viennoiseries s’exportent partout dans le monde, on peut aussi essayer de trancher ce débat en voyant comment les étrangers en parlent.

  • Au Canada, et notamment au Québec, c’est "Chocolatine" qui domine et est même là-bas un terme presque officiel.
  • En Belgique, on emploie plus volontiers le mot "Couque au chocolat", mais "Pain au chocolat » est également connu, alors que "Chocolatine" est très marginal.
  • Dans les pays germanophones, on emploie plus volontiers le terme de "Croissant au chocolat" ("Schokoladencroissant").
  • Dans les pays anglophones, notamment les États-Unis d'Amérique, l’Australie ou la Nouvelle-Zélande, on dit "Chocolate croissant".
  • En Espagne un équivalent local est vendu sous le nom de "Napoletanas".
  • Et au Mexique ainsi qu'en Amérique Latine, quand on en trouve, on parle de "Chocolatine".

Sinon, un peu partout on trouve le terme "Pain au chocolat" directement en français sans le traduire.

Pas de réponse franche à la question, donc, malheureusement.

Le problème, pour finir, c’est que sur le plan linguistique, le mot "Pain au chocolat" n’a pas vraiment de logique. Et il introduit d’ailleurs une confusion pour beaucoup d’étrangers. Lorsque l'on traduit "Pain au chocolat" dans les autres langues, cela évoque davantage un "Cake" ou un "Pain" qu’une viennoiserie.

Et nous sommes donc les seuls dans le monde à utiliser le mot "Pain" pour parler d'une chose qui n’a rien à voir avec le pain, puisque ce n’est ni de la pâte à pain au lait, ni de la pâte à pain, ni même de la pâte à pain d’épice !

Au moins, le mot "Chocolatine" a-t-il pour mérite de ne pas être ambigu.

Conclusion

Si l'on récapitule, pourquoi conviendrait-il apparemment de dire "Chocolatine" ? :

  • parce que le terme d'origine était "Chocolatine",
  • parce que le mot "Chocolatine" est plus pertinent du point de vue culinaire,
  • et parce qu'il n'est pas ambigu.

Donc, oui amis nordistes :

  • vous êtes très nettement majoritaires ; presque partout en France on dit "Pain au chocolat",
  • et c'est même ce que l'on enseigne les écoles de pâtisserie.
  • oui, les sudistes sont presque seuls dans leur combat pour la "Chocolatine".

Mais historiquement, logiquement et culinairement parlant, ils ont raison.

Et le fait qu'ils soient très minoritaires à utiliser ce terme ne signifie pas qu'ils aient tort... En son temps, Galilée était bien le seul à affirmer que la Terre tournait autour du soleil !

Voilà donc le débat enfin tranché : on devrait dire "Chocolatine".

Mais vous conviendrez je pense avec moi qu'il n'est guère probable que l'on parvienne à convaincre 40 millions de personnes de changer d'avis comme cela, n'est-ce pas ?

Pour finir, je vous rappelle que l’essentiel est d’aimer cette viennoiserie, et qu’elle soit bien grasse et de préférence encore chaude !

Tout ce débat reste purement théorique et doit donc être pris avec tout le recul et la sérénité nécessaires.

Nota bene : pourquoi l’hypothèse "Chocolate-in" est parfaitement erronée !

Une rumeur circule sur internet, affirmant que le mot "Chocolatine" viendrait de l’anglais "Chocolate in". Et proviendrait de l’époque ou l’Aquitaine était anglaise, et où les anglais demandaient à manger du "chocolat dans du pain" ("chocolate in bread"), ce qui aurrait par la suite donné le mot "Chocolatine" dans le Sud-Ouest.

Cette hypothèse amusante est bien évidemment totalement farfelue.

En effet, l'Aquitaine a bien été une possession’ anglaise pendant une période allant du mariage d’Aliénor d’Aquitaine avec le roi d’Angleterre, en 1152, jusqu’à la Bataille de Castillon (33), en 1453, où les "anglois" sont "boutés hors de France").

Mais à cette époque on ne connait absolument pas les pâtisseries-viennoiseries en France. Et surtout, on ne connait absolument pas le chocolat ! Le chocolat est une fève issue d’un arbre américain, inconnu en France à l’époque. Il est découvert en même temps que l’Amérique ("officiellement" en 1492, par Christophe Colomb, je vous le rappelle, pour ceux dont les souvenirs scolaires seraient demeurés un peu flous), et n’est ramené en Europe qu’en 1528 dans les bateaux d’Hernan Cortes.

Donc à moins que les Anglais aient eu le pouvoir de voyager dans le temps, il est impossible qu’ils aient pu parler de "chocolate in bread" lorsque l'Aquitaine leur appartenait !

Source : couteaux-et-tirebouchons.com