"Un cheval d'arçons".

Un cheval d'arçon

Un "cheval d'arçons" est un des six agrès en GAM (Gymnastique Artistique Masculine). Les mouvements de cet appareil sont toujours circulaires, que ce soit le mouvement de base qui est un cercle sans attraits jusqu'aux ciseaux américains.

Un des premiers cheval d'arçons (Photo par Bundesarchiv, Bild 102-12352)
Un des premiers cheval d'arçons (Photo par Bundesarchiv, Bild 102-12352)

À l'origine, le "cheval d'arçons" était un objet en bois imitant le dos du cheval et servant à entreposer une selle.

Et les "arçons" sont les deux pièces de bois cintré formant la structure de la selle d'équitation.

À partir de cet objet, le gymnaste états-unien Kurt Thomas (29 mars 1956 - 5 juin 2020) a inventé l'agrès de sport de GAM (Gymnastique Artistique Masculine) du même nom qui est devenu une épreuve aux Jeux olympiques.

Gymnaste sur un cheval d'arçonsGymnaste sur un cheval d'arçons

Le "cheval d'arçons" utilisé est un gros bloc de bois ou d'acier, de 1,60 m de long, rembourré et recouvert de cuir ou d'une matière synthétique similaire. Il mesure 1,15 m de haut et comporte en son milieu deux larges poignées pour prendre appui, les arçons. La distance entre les arçons est de 40 à 45 cm.

L'exercice au cheval d'arçons doit présenter un mouvement régulier et continu, alternant les balancements circulaires, les ciseaux, les cercles avec les deux jambes tout en utilisant toutes les parties du cheval.

Sources : wikipedia.org et gymstembert.be

"Une torpille".

Ce mot féminin désigne à la fois :

Torpille (arme)

  • un engin automoteur, se déplaçant dans l'eau et destiné à la destruction de navires ou de sous-marins. Elle peut être lancée depuis un navire, un sous-marin, un avion de patrouille maritime, un hélicoptère ou encore portée par un missile.

Torpille (poisson)

  • et un genre de poisson marin plat cartilagineux, cousin des raies, vivant près du sol, ayant la capacité de produire de l'électricité comme moyen de défense ou de prédation.

"Une fouine".

Une fouine

Ce mot peut avoir différentes significations, en fonction du contexte :

  • Il s'agit d'abord, bien entendu, au sens propre, d'un mammifère carnivore d'Europe et d'Asie, au pelage gris-brun, courte sur patte et de mœurs nocturnes. C'est une martre (ou marte) faisant partie de la famille des Mustélidés, au même titre que la belette, le blaireau, la loutre, le putois ou le furet, petits mammifères carnivores se caractérisant souvent par leur odeur forte.

On l'appelle également "Martre fouine" (ou "Marte fouine") ou "Fouine d'Europe". Ainsi que "Fouin" ou "Chafouin", dans certaines régions du Centre et de l'Ouest de la France (comme la Charente (16) ou la Vendée (85) par exemple).

  • Mais également, au sens figuré, et dans le registre familier :
    • par analogie avec la cruauté que l'on prête à l'animal, d'une personne qui attaque lâchement les autres,
    • ou, surtout, d'une personne qui s'insinue quelque part par la ruse pour chercher à nuire aux dépens des autres.
  • Ou encore, sur la côte normande, du nom du "Haveneau" (ou "Havenet", ou "Avano"), un filet pour pêcher la crevette.

Pêche au "Haveneau" ou "Fouine"

Il s'agit d'un outil de poche pour la pêche à pied, sorte de petite épuisette, utilisé pour la pêche aux crevettes (bouquet) sur les plages sablonneuses.Il est constitué de deux bâtons disposés en ciseaux et d'une poche en filet d'une ouverture d'1,50 mètre, lestée avec des plombs de manière à bien se poser dans le fond des mares lors de la basse mer. Ainsi, le pêcheur peut "fouiner" dans les varechs, entre les pierres branlantes et dans les crevasses, en passant le filet dessous.

Source : wikipedia.org et www.cnrtl.fr

"Un blaireau".

Ce mot peut avoir différentes significations :

  • au sens propre, c'est naturellement un petit mammifère carnassier plantigrade de la famille des mustélidés, dont il est le plus gros représentant en Europe.

Trapu et court sur pattes, au poil raide, il peut atteindre 70 cm de long (90 cm avec la queue, qui mesure 20 cm environ), pour 25 à 30 cm au garrot et jusqu'à une vingtaine de kilogrammes (12 kg en moyenne).

Il est très reconnaissable aux bandes longitudinales noires qu'il porte sur son museau blanc. Il vit potentiellement dans presque toute l'Europe et une grande partie du nord de l'Asie centrale et du Nord, au Sud du cercle polaire (jusqu'à 2 000 m d'altitude en France).

C'est un animal fouisseur, habitant un terrier et capable de construire de vastes galeries "familiales".

Le petit s'appelle le "Blaireautin" et la femelle la "Blairelle" ou "Blairotte".

Il existe d'autres représentants de l'espèce, en Eurasie, en Amérique, à Java et aux Philippines.

  • au sens figuré, dans le registre argotique, il s'agit d'un individu grossier et antipathique ; d'un imbécile, d'un idiot.

Et son équivalent féminin n'est pas la "Blairelle" ou "Blairotte", mais... la "Belette" !

  • enfin, dans le langage courant, il s'agit d'une brosse utilisée pour appliquer du savon à barbe sur un visage avant de le raser.

Traditionnellement fabriqué en poils de blaireau, il existe aussi en soies de sanglier, en crin de cheval ou encore en poils synthétiques.

Bien qu'il soit moins utilisé depuis la généralisation de la mousse à raser, le blaireau connaît actuellement un regain d'intérêt et ont peut désormais en acheter chez les vendeurs de savon à barbe ou sur internet.

Le blaireau est l'outil qui, utilisé sur un savon à barbe ou avec une crème à raser, permet de créer une mousse épaisse qui protégera la peau et assouplira les poils de la barbe au moment du rasage. La mousse est créée en mouillant le blaireau et en adjoignant le savon ou la crème, la mousse étant ensuite formée par un mouvement de rotation et de frottement de la brosse soit dans un bol soit directement sur le visage soit encore dans la main. Outre la qualité du produit utilisé et la dextérité de l'utilisateur, la caractéristique essentielle que doit présenter la brosse est sa capacité à retenir une quantité suffisante d'eau, ce qui permet de créer un mousse riche et homogène.

Source : wikipedia.org

"Une cage d'écureuil" ou "Un écureuil".

  • au sens propre, une "Cage à écureuil", "Cage d'écureuil" ou "Roue à hamster", est un dispositif destiné principalement aux rongeurs (notamment les hamsters et souris), utilisé pour qu'ils jouent et se maintiennent en forme. Originairement appelée "Tournette", il consistait autrefois en une véritable cage, agrémentée d'une roue et destinée aux écureuils.

Le principe consiste à courir sur une roue, qui elle-même tourne sous l'action animale, en essayant de monter la pente.

  •  par analogie, mais de manière abusive, on appelle également "Cage à écureuil", "Cage d'écureuil" ou - par ellipse - "Écureuil" le "Tympan" ou "Roue de carrier".

Celui-ci porte d'ailleurs de très nombreux autres noms, tels que "Machine de levage", "Machine de levage à roue motrice", "Machine élévatrice médiévale" ou "Roue de carrier".

Il s'agit dans ce cas d'un système de roue, tambour ou tympan employé dans des machines de levage, notamment les grues médiévales.

Cage à écureuil

Le "Tympan" est une roue en bois qui sert à mouvoir un treuil ou cabestan dans une machine de levage et dans laquelle un ou plusieurs hommes marchent pour la faire tourner.

Les avantages de cette technique avaient déjà repérés très tôt par l'Homme, qui sut utiliser la force qu'elle générait. Les Grecs l'ont ainsi appelé "γέρανον" (terme qui peut aussi désigner une échelle) et les romains, "majus tympanum".

Au Moyen Âge, le principe était utilisé dans des machines (sortes de grues) pour faire monter des pierres.

La machine de levage elle-même est appelée "Grue", "Gruau", "Engin", "Machine" ou "Chèvre", quelquefois aussi "Tympan".

: des hommes se mettaient dans la roue et la faisaient tourner en marchant. Une corde reliée était tirée, et faisait monter un poids suspendu. Ce type de machine, plus rigoureusement appelé « tympan », était très utilisé dans

À d'autres époques on l'a appelé roue ou tambour.

Pour les chantiers médiévaux importants, tels que  la construction de châteaux ou de cathédrales, il était ainsi fréquent d'ajouter aux traditionnels engins de levage (fauconneau, gruau) un treuil à tambour pour constituer des cages d'écureuil augmentant leur puissance de traction.

Ces cages d'un diamètre le plus souvent de 4 à 5 mètres étaient à simple tambour (actionné par un homme) ou à double tambour (deux hommes). La force musculaire des jambes des "oeuvriers" (terme médiéval générique pour désigner les ouvriers), plus résistante et puissante que celle des bras, leur permettait de soulever des charges de 500 à 1 000 kg en une seule montée.

Cage à écureuil

Source : wikipedia.org

"Une chèvre".

Chèvre de levage

Il s'agit d'un appareil de levage et de manutention composé le plus souvent de trois poutres, appelées hanches, disposées en pyramide dans lesquelles passe une corde ou élingue manœuvrée à l'aide d'un treuil.

Cet appareil de levage a été employé depuis la plus haute antiquité, dans la construction de certains monuments, afin d'utiliser des blocs de pierre très pesants.

Chèvre de levage

Comme ces appareils étaient constitués de bois, le temps en a effacé toute trace matérielle ; il ne reste que des écrits issus de peuples dont la coutume était de tout noter (Grecs, Romains).

Du temps des Romains, ces chèvres furent surtout employées pour la construction de grands ouvrages d’art comme les aqueducs, les ponts et édifices.

Chèvre d'atelier

La "Chèvre d'atelier" toujours utilisée de nos jours est une version moderne de cet appareil.

"Un écureuil".

Il s'agit du nom familier donné au secouriste qui, durant une manœuvre de désincarcération, se faufile dans un véhicule accidenté et reste en contact avec la victime coincée à l'intérieur, afin de lui prodiguer les soins d'urgence.

"Un furet".

Un furet
  • Au sens propre, ce mot désigne naturellement au petit mammifère carnivore de la famille des Mustélidés, au pelage clair et au corps étroit et allongé, que l'on dresse pour la chasse au lapin, tant est grande son habileté à se faufiler dans les terriers les plus étroits.

Le furet est une espèce exclusivement domestique, domestiquée au cours du Ier millénaire av. J.-C. et qui n'existe pas naturellement à l'état sauvage.

Furet de plombier

  • Et, par analogie, un outil utilisé par les plombiers pour dégorger les canalisations. Celui-ci comporte un flexible métallique d'une longueur allant de 3 à 10 mètres, se terminant par une vis ou un goupillon, ce qui permet, le plus souvent, de rétablir la circulation dans une canalisation obstruée par un bouchon sans la démonter

Les anglo-saxons, pour leur part, appellent cet outil... un "Snake", c'est à dire un "Serpent". Ce qui, il faut le reconnaître, correspond bien davantage à la forme de cet outil !

Source : wikipedia.org